Accueil > Témoigner le candaulisme >Questions à la communauté >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

La jalousie est elle dissociable du candaulisme ?

! Signaler un contenu abusif

Bonjour à toutes et à tous.
J’aimerai vous poser cette question, qui est très rarement évoquée dans vos divers témoignages.
Depuis environ deux ans mon épouse retrouve épisodiquement son amant Gilles. Je tiens à préciser que c’est sur ma demande que Valérie à ainsi rompu avec la routine conjugale.
J’ai souvent pris plaisir à les imaginer ensemble, mais en ressentant également une forte jalousie.
Afin d’exorciser ce défaut, j’ai décidé très récemment de prendre le taureau par les cornes(humour).
J’ai donc demandé à ma femme de me transmettre les coordonnées de Gilles.
Je l’ai contacté par mail, nous nous sommes fixés rendez vous..
J’ai découvert une personne charmante ,polie, courageuse, courtoise( à mon image, quoi ! humour toujours..)
Je lui ai proposé de rencontrer Valérie dans un hôtel situé à mi distance de nos domiciles respectifs.
J’ai laissé le soin à Gilles d’annoncer la bonne nouvelle à ma femme.
Depuis cet instant, le fait d’avoir fait la connaissance de l’amant de Valérie et surtout de leur avoir offert une nouvelle rencontre mais cette fois ci organisée par mes soins ,je ne ressent plus de jalousie.
Si celle ci est venue pourrir votre vie à un quelconque moment de votre expérience de candauliste, merci de me répondre.
J’ai en effet l’impression d’être seul à avoir ressenti cela.
Merci de m’avoir lu.
Amicalement.
Tony.
PS : Bises à une gentille amie qui se reconnaitra.
.

16 Commentaires

  • Jansoli... Ce genre de témoignage me fait carrément flippé... Et je rebondis sur le sujet pour demander quel est votre amour pour votre conjoint ou conjointe ? Est ce qu’on se perd au bout du compte en étant candauliste ? Je ne voudrais surtout pas tomber amoureuse d’un amant... C’est dans ma tête d’abord un jeu sexuel entre mon homme et moi mais en aucun cas je n’envisage des sentiments amoureux pour une tierce personne :s

  • absolument d’accord avec la dernière intervention d’Amon

  • Le terme jalousie me renvoie à l’amour...
    L’amant est-objet d’amour ou simplement de sexe (voir de tendresse) ?
    S’il n’est question que de sexe, la blessure à l’ego va varier selon que le candaulisme s’inscrit dans le cadre d’un jeu libertin ou dans le cadre d’une relation Dominante/soumis. dans le premier cas, il n’y a, me semble-t-il, pas de place pour la jalousie alors que dans le second cas c’est cet outrage à l’ego qui est recherché.
    S’il est question d’amour, et qui plus est d’un amour équivalent Epoux/Amant...

  • Jansoli, je pense que nous avons une conception différente de l’amour vous et moi, ou alors que vous n’êtes pas conscient des risques :)

    Aimer quelqu’un pour moi, c’est avoir des sentiments pour une personne si fort qu’on est prêt à tout (ou presque) pour cette personne. Cela peut être couper les ponts avec des amis, tout plaquer, déménager, arrêter un de ses hobbys, lui faire un enfant... et j’en passe. Quand je dis à une personne "je t’aime", c’est pas comme dire "j’aime ce meuble" ou "j’aime ce film". C’est ressentir un sentiment qui fait que tous les jours je pense à elle, que j’ai envie de l’avoir à mes côtés pour partager les instants les plus futiles de ma vie. C’est ça, pour moi, aimer.

    Alors bien sûr, c’est ma définition des choses, on en a tous une différente. Mais quand vous dites que votre femme aime son collègue, j’espère que ce n’est pas de la même façon qu’elle vous aime ou que moi j’aime ma femme. Car sinon vous avez du souci à vous faire ^^

  • Jansoli votre expérience et votre façon de vivre la chose vous sont personnelles. Tout le monde ne vit pas ça ni ne le souhaite forcément. Je sais que personnellement je serais ravagée si mon homme tombait amoureux d’une maîtresse, et je ne cherche pas du tout à me sentir humiliée par sa conduite.
    C’est à chacun d’essayer d’y voir clair dans ses désirs et envies.

  • je ne pense pas comme AMON au sujetd e la jalousie et de l’amant qui prend sa femme pour un trou etc.. ;
    moi j’ai vu ma femme evoluer, j’avais bien vu qu’elle etait attirée par un de ses collègues et j’etais a la fois un peu jaloux et un peu(beaucoup excité)et lorsque j’ai commence à lui dire que cela me plairait bien quelle ait un amant, j’ai vu que cela la bouleversait et la tentait je me suis donc arrange pour qu’elle se rapproche de son collègue et quand j’ai constaté quelle le desirait vraiment je lui ai donne le feu vert pour avoir une aventure avec lui, elle a un peu hésite puis un soir en r entrant a la maison elle m’a embrassé plus fort que d’habitude et m’a dit"mon cheri tu vas être content, j’ai couché avec Roland"
    ça fait 2 ans de cela etd epuis ils sont vraiment amoureux l’unde l’autre et j’aime les voir faire l’amour, pas simplement baiser, mais s’aimer, se carresser s’embrasser se fondre l un dans l’autre et manifester leur plaisir, je suis humilié qq part mais par dessus tout extrememnt excite et c’est bon pour tout le monde, je ne ressens plus de jalousie devant leur bonheur, que du bonheur pour tous

  • Je saute dans le débat, si vous le permettez, pour réagir sur cette notion de sado masochisme. Je pense en effet qu’il y a un léger plaisir à souffrir un peu, dans le candaulisme. Par la jalousie, justement, qu’on ressent forcément, je pense, et qui donne son sel à cette pratique. J’ai souvent entendu des candaulistes expérimentés dire qu’ils ressentaient toujours un léger pincement au coeur en voyant par exemple leur épouse se faire belle pour un autre. Certains vont même loin, puisqu’ils aiment se faire humilier par leur épouse, qui se fait prendre devant eux en leur adressant des paroles assez dures (du style "Regarde comme il me fait jouir, lui, toi avec ta petite bite tu n’en es pas capable"). Et la même chose vaut pour ces épouses qui "jouent" à l’objet sexuel en acceptant d’être offerte par leur homme à un autre, en tant que cadeau. La jalousie et le sentiment d’être humiliés sont souvent dévastateurs lorsqu’ils ne sont pas souhaités, mais à dose homéopathiques, et dans le cadre d’un jeu sexuel consenti, je suis convaincu que la douleur qu’elles infligent nécessairement est la condition sine qua non au plaisir candauliste. On est pas candauliste quand on laisse sa femme aller voir ailleurs, sans chercher à savoir ce qu’elle a fait avec son amant.

  • Pardon cher Kiro si j’ai pu vous laisser ressentir un manque dans cette amitié qui est due à celui qui s’exprime avec confiance et sincérité. J’ai employé ce terme de maso dans le cadre d’une généralité en réponse à une phrase qui me surprenait et que vous avez parfaitement explicitée dans votre dernier commentaire. De quel droit dirais-je cela de vous au seul vu de quelques mots alors que je ne sais rien de qui vous êtes ? Quant à la question du masochisme elle est très intéressante et mérite vraiment d’être posée. Ne croyez vous pas que chacun de nous porte sa part de sado et de maso à des degrés divers et que cela n’est grave que si on en joue méchamment (pervers) ou si on subit naïvement par méconnaissance de soi, se faisant le jouet d’un sadisme qui ne s’ignorerait pas ? Savoir et savoir se tenir, n’est-ce pas une règle universelle ? Ce débat mérite d’être repris. Autrement dit la connaissance de soi permettrait de choisir le candauliste qu’on est. Qu’en pensez-vous ?

  • Merci à vous pour vos commentaires.
    Il est vrai que "pourrir la vie" est une expression en l’occurrence un peu forte(même très).Je voulais et j’aurais du poser la question : "vous gâcher votre plaisir, lors de votre expérience..."
    Il est évident que si souffrance il y a, une remise en question au niveau du couple s’impose .Pour répondre à claude345,non je ne suis pas maso ! quoique ? C’est peut être là l’objet d’un autre débat : Le candauliste est il à des degrés divers forcement masochiste ?
    Amicalement.

  • Non Amon, il y a des expériences plus ou moins bonnes et même de désagréables certes mais je relève "pourrir la vie", c’est tout autre chose. Pourquoi accepter ce qui "pourrit la vie" quand on est censé être dans le domaine du plaisir ????
    Se relever quand on tombe, oui mais ici le jeu en vaut-il la chandelle ? Il y a dans la vie tellement de circonstances inévitables où il faut faire face, tellement de mauvais jours, pourquoi s’en inventer d’autres ? De façon très générale je suis un adepte du "moi" et aussi peu que possible du "surmoi". Autant dire que je ne place pas le candaulisme du côté du "ça" et que je n’ai donc rien à compenser en termes de lutte, de culpabilité et d’idéalisation.
    Pour répondre plus précisément à votre question, une mauvaise expérience ne doit pas forcément mener à l’arrêt de la pratique (décidé en commun dans le cadre de la règle du jeu) mais elle doit amener à réfléchir sur les risques, les modalités, le bien fondé de ce choix etc...
    Cette pratique, comme toute autre, est réévaluable, sinon c’est une addiction, un piège.
    Enfin, le candaulisme est une affaire de couple aimant et c’est en couple aimant qu’il faut se situer. Tout positionnement dissocié est à côté de la plaque.
    Pardonnez moi ce qui pourrait ressembler à une parole d’autorité et qui n’est que l’expression directe d’une conviction... en toute amitié.

  • Claude345, êtes vous en train de dire qu’à aucun moment dans le candaulisme il y a eu une expérience qui s’est mal déroulée ? Est ce qu’une mauvaise expérience doit forcément mener a l’arrêt de la pratique ? Ne dit-on pas qu’il faut de relever quand on tombe ? ;)

  • La question est passionnante. Sans une forme de jalousie quel serait le plaisir ? sans cette adrénaline, ce picotement dans le ventre, ce nœud dans la gorge, pour ne citer que le minimum. Mais il y a jalousie et jalousie. Celle qui stimule et celle qui détruit. La jalousie réduite à elle-même, sans angoisse et celle où on se voit tout perdre, c’est à dire l’autre, l’amour de l’autre. Le candaulisme c’est la première. Sinon on est en plein drame ou en plein pathos.
    "Si celle ci est venue pourrir votre vie à un quelconque moment de votre expérience de candauliste." : là pardon, on arrête tout de suite, à moins d’être totalement maso. Quand une expérience est douloureuse, on en sort et on n’y revient plus. Sauf si c’est une addiction. Sauf si l’autre ne joue pas le jeu. Mais est-ce encore du candaulisme ?
    la question qui suit est "le candaulisme est-il un plaisir" ? ou peut-il virer à l’autodestruction ?

  • bonjour, belle question.
    Je rejoins Amon , en inversant la donne...et si la jalousie était le sel du candaulisme...l’épreuve à surmonter...
    La vaincre peut être un formidable challenge...accession à une sorte de Graal

    Elle existe naturellement et Maatkare le dit fort justement comme toujours, elle existe pour un oui ou un non et dans "plein " de domaines..aussi, la surmonter, la vaincre..voir si on est capable d’endurer plus que le simple "mortel"...de se dominer, de se vaincre ..de aisser l’autre libre... aller au bout de ses idées...oser...Tant et tant de "bonnes raisons et de "challenges" pas évidents au départ et qui , à mes yeux, ne peuvent que nous faire grandir !
    Merci de ce dial.

  • Merci Maatkare et Amon pour vos réponses.
    Pour répondre à la question de Amon:oui ,la rencontre organisée par mes soins a bien eu lieu.
    Et justement, depuis :vie plus sereine pour moi.
    Ensuite, le fait qu’il me ressemble me gène en aucune manière .J’ai confiance en l’amour de ma femme.
    Maatkare a raison de préciser que le problème est la gestion de la jalousie. Gestion dure à maitriser car cet état de fait est indépendant de notre raison et de notre volonté.
    PS : Je persiste , Bises à Melle..

  • C’est une question intéressante, merci Kiro31 de la poser.

    Je pense pour ma part que la jalousie est juste indissociable de l’être humain ! Qu’on ait une vie sexuelle "classique" monogame, ou qu’on ait des dizaines de partenaires en dehors de son couple, la jalousie peut avoir tellement d’origines différentes. Et je trouve d’ailleurs qu’elle n’est pas forcément liée à des événements concrets. Les "vrais" jaloux le sont pour un rien, et cela même si leur partenaire est absolument fidèle.

    Après, il est évident que lorsqu’on a une sexualité "différente", et à fortiori quand on pratique le candaulisme, la jalousie peut pointer le bout de son nez. Normal : on se met dans des situations qui peuvent la provoquer !

    À mon sens elle survient lorsqu’on est fragilisé psychologiquement, d’une manière ou d’une autre. Même si on a une confiance absolue en son partenaire, même si les choses se passent bien, il suffit d’une baisse passagère de moral, d’un petit doute, ou de n’importe quel événement sans rapport qui nous ébranle psychologiquement, pour que la jalousie arrive.

    J’ajouterai par ailleurs qu’on est conditionnés pour être jaloux. Le modèle social moderne fait que. Ça n’aide pas non plus à y voir clair dans ses sentiments personnels.

    Je n’ai pour ma part pas encore pratiqué le candaulisme, mais je sais que cette jalousie il me faudra la gérer à un moment donné. Pour moi ça fait partie du processus normal du candaulisme, il faut l’accepter. Mais même sans ça, dans ma pratique du libertinage j’ai déjà eu des occasions d’être jalouse. Avec le recul, je comprends que ce n’était pas forcément justifié, et que ça a pu être provoqué par mes propres faiblesses.

    Pour moi, la question n’est pas tant "est-ce normal d’être jaloux ?", mais plutôt "comment dois-je gérer ma jalousie ?".

    PS : Non mais ça va les messes basses là ? On est en public, restez polis ! :-)

  • La jalousie est souvent liée étroitement au candaulisme d’après les témoignages que je lis ici. Seulement elle devient rarement maladive (sinon les gens ne continueraient pas). Elle fait parti du jeu, du piment. On sait que sa femme couche ailleurs, on veut ensuite la baiser pour se la réapproprier. N’est ce pas une forme de jalousie ?

    Comme je l’ai dit sur un message précédent, le fait de rencontrer l’amant et de décider vous même du lieu de rendez-vous vous donne un controle sur les choses. C’est vous qui maitrisez la situation, donc vous vous sentez moins jaloux, pour moi c’est parfaitement logique.

    Petite question à ce sujet, est ce que votre femme à déjà vu ce Gilles comme vous l’aviez prévu où est ce que ça n’a pas encore eu lieu ?

    En tout cas, à votre place je ne serais pas rassuré d’avoir vu l’amant, votre femme vous aime, vous dites qu’il vous ressemble (enfin, à votre image comme vous dites) donc sur le papier on pourrait dire que les traits de charactère chez vous qui plaisent à votre femme sont également ceux qui lui plaisent chez Gille. On pourrait très bien imaginer que, dans une période de bas dans votre relation avec votre femme, celle ci sente du réconfort chez son amant, voir se détourne de vous si votre relation n’est pas assez solide où si le doute est trop intense). Personnellement, si ma femme devait avoir un amant régulier, je préférerais qu’il s’agisse d’un homme qui n’a rien en commun avec moi et qui l’a prend juste pour un trou à baiser, cela m’inquiéterait bien moins :)

    ps : pour le bise, il faut passer par moi avant. Merci je le transmettrais à Maatkare.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription