Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

L’inconnu du restaurant

! Signaler un contenu abusif

On s’offre une soirée en amoureux, rien que toi et moi. Comme à ton habitude, tu es encore très jolie ce soir. Tu as su te mettre en valeur dans cette jolie robe bleue. Tu me demandes si tu n’es pas trop allumeuse mais je te rassure rapidement.
On se dirige vers la voiture et je t’ouvre la porte en n’oubliant pas de jeter un coup d’œil sous ta robe pour voir si tu as poussé la coquinerie jusqu’à ne pas porter de culotte... Mais futée, tu serres les jambes pour rien ne laisser paraître.
Le trajet se déroule avec tendresse, tes mains caressant mes cuisses et s’aventurant jusqu’à ma bosse. Tu es détendue et j’adore te voir joueuse.
Arrivés au restaurant, tu es la première à rentrer et les quelques hommes attablés ne tardent pas à regarder cette jolie femme élancée dans sa robe bleue, remontée par des escarpins noirs mettant en valeur tes jambes magnifiques. Je pense qu’il y en a même un qui à la langue pendue. Et moi, comme un pacha, je fais le fier en te suivant et fixant ton petit cul … La soirée s’annonce sous les meilleurs hospices...
Je te laisse choisir ta place dans le petit coin sympa, à l’éclairage soft mais assez puissant pour entrevoir que tu as omis de mettre cette fameuse petite culotte. Je te fais la remarque et tu entre-ouvres les cuisses pour me le confirmer.
Je précise que c’est moi qui ais choisi ce restaurant et cette table. Cela aura son importance dans la suite de notre repas. J’ajoute qu’aucune nappe ne recouvre la table.
Tu t’es placée dos au mur, face à la salle et surtout face à une table pour deux où se trouve un homme d’une trentaine d’années.
Au moment où je m’assoie, je te vois lui sourire et ça me rassure. Je me retourne à mon tour et je lui adresse un sourire également.
Le serveur vient nous proposer un apéritif et on commence à discuter de tout et de rien ; je m’aperçois que ton regard vire régulièrement à gauche en direction du jeune trentenaire puis tu me dis qu’il n’arrête pas de te regarder avec des sourires et qu’il ne se cache pas lorsqu’il matte sous notre table.
Je fais semblant de faire tomber ma serviette et je remarque effectivement qu’il ne peut que se délecter du spectacle que tu lui offres ; il a une vue imprenable sous ta jupe et il peut allègrement remarquer l’absence de ta culotte laissant ton minou tout lisse, sûrement humide. Ça m’excite beaucoup et je te le dis. J’adore cette situation, savoir qu’un autre homme peut savourer cette exhib. Le repas continue dans cette même atmosphère, à la fois érotique et confidentielle. Je me lève pour me rendre aux toilettes et je te propose de jouer un peu plus avec ton voyeur si tu le souhaites.
Quand je reviens, je vois que tu es toute rouge, tu as refermé tes cuisses et à peine assis, tu me dis que le jeune homme s’est déplacé jusqu’à notre table pour te remercier et te donner son numéro de téléphone griffonné sur un bout de papier. Surpris mais ravi, je me retourne vers notre voisin et lui adresse un sourire accompagné d’un clin d’œil.
Je te demande si ce mec te plaît et sans hésitation tu me réponds :

- « Oui il me plaît, il est plutôt bel homme. »
- « S’il voulait, il pourrait essayer de te séduire ? »
- « Je crois que c’est déjà fait, tu n’as pas vu comme j’étais rouge quand tu es revenu des wc ? »
- « Il est peut-être le partenaire idéal pour mon fantasme de candauliste alors ? »
" Peut-être.... »

A ta réponse, je jubile mais ne me laisse pas dépasser par mes sentiments.
Le repas continue dans une bonne ambiance, on discute, on rit puis au moment de quitter la table, je te laisse te diriger vers la caisse pendant que je dis quelques mots à notre voyeur d’un soir.
Il ne tarde pas à se lever de table également et à se placer derrière nous pour le paiement de son repas.
Je t’aide à remettre ta veste et tu en profites pour me demander ce que je lui ai dit mais je refuse de dévoiler mon secret en te disant que je souhaitais me promener un peu dans les rues de la ville avant de rentrer. Tu acceptes avec plaisir.
Il fait encore chaud dehors et ce vent délicat devient très agréable.
On commence à déambuler dans les rues puis on se retrouve dans une moins fréquentée et là, tu me demandes de vérifier dans quel état t’a mis ce moment au restaurant. Je remarque que tu es très humide et je me baisse quelques instants pour savourer ta liqueur.
Pour être plus à l’aise, tu t’assoies légèrement sur le capot d’une voiture en stationnement.
Tu me laisses laper encore quelques instants lorsque tu me relèves la tête en me disant que quelqu’un se rapproche de nous.
A ce moment, tu t’aperçois qu’il s’agit de notre voisin de table et tu me fixes avec un regard plein de sous-entendus. Tu viens de deviner les quelques mots laissés à notre trentenaire avant de partir.
Je me relève complètement et je viens t’embrasser dans le cou en te murmurant :
- « Tu en as envie ? »
- « Vu comment je suis excitée, oui j’en ai très envie ! »
- « Tu aimerais qu’il te prenne comme ça toute de suite, comme tu aimes ? »
Comme seule réponse, tu relèves ta robe pour laisser ton joli cul en offrande et tu places tes mains sur le capot. Je suis excité comme un puceau en rut et je fais signe à Stéphane (c’est son prénom) de s’approcher. Je lui glisse une capote qu’il met rapidement sur son sexe tendu puis il vient se coller contre toi. Tu bouges tes fesses comme tu le fais parfois, avec impatience, et je me place entre la voiture et la clôture pour être en première ligne.
Et là, je vois ton visage se transformer au moment où il te pénètre, tu souffles fort et tu me regardes l’air de dire qu’il bande fort puis tu fermes les yeux. Je ne peux même pas toucher mon sexe de peur de partir. Alors je te regarde prendre sa queue entièrement, comme s’il savait que tu aimes être remplie, sentir le sexe entier dans ton intimité. Tu le bloques dans tes entrailles, tu souffles toujours plus fort et des petits gémissements commencent à se faire entendre.
Stéphane quant à lui, continue de te prendre divinement bien, laissant son sexe sortir puis rentrer puissamment, te décollant du sol. Tu ouvres les yeux et ton regard semble me remercier alors je viens t’embrasser et caresser tes seins mais tu me demandes de reculer tendrement. Je comprends que tu veuilles en profiter pleinement. Alors je m’exécute en te regardant ouvrir la bouche pour pouvoir respirer mais aussi laisser tes cris rompre le silence. Mon sexe va exploser ! J’y ai tant rêvé !
Ce moment inoubliable se termine sous vos cris respectifs de plaisir, Stéphane éjaculant au fond de ton sexe. Tu le gardes au fond de toi encore quelques instants, appréciant sûrement sa queue bien épaisse.
Puis, tu remets ta robe en place. Tu embrasses notre partenaire en le remerciant de t’avoir donné beaucoup de plaisirs ; il en fait de même.
On se quitte sur ce bel instant et on regagne la voiture où tu me demandes si j’ai jouis.
Je te réponds que non mais que psychologiquement, c’était cent fois plus fort !
Alors tu prends mon sexe et tu me fais une fellation d’enfer qui ne dure que quelques secondes avant que je jouisse dans ta bouche....
Décidément, j’ai passé une très très jolie soirée.
Et je n’oublierai pas de remercier Stéphane par mail car il a joué notre petit scénario avec précision et talent.... Parce-que oui, tout était prémédité...

3 Commentaires

  • J’ai toujours refusé systématiquement les plans drague quand madame n’étais pas au courant… à vous lire je me dis que j’ai peut-être eu tort !

  • En tant que femme de candauliste, j’aime beaucoup votre récit. Les émotions successives de votre femme ainsi que sa gêne et son excitation sont vraiment palpables et le fait que vous ayez tout prémédité sans qu’elle ne le devine est un véritable cadeau pour elle.
    Voilà une très belle façon pour un mari candauliste de s’impliquer dans l’organisation de son "cocufiage". C’est bien sûr avec beaucoup d’affection et le sourire aux lèvres que je vous le dis. Continuez ainsi !

  • C’est vraiment une magnifique histoire que vous avez vécu.
    C’est très bien raconté et avec beaucoup de charme.
    J’aime également exhiber ma belle Au regard des hommes
    Je vous souhaite encore beaucoup d’aventure coquine .
    Au plaisir de vous lire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription