Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

L’inconnue blonde du café

! Signaler un contenu abusif

Un soir, au sortir d’un spectacle, j’étais allé prendre un verre à la terrasse d’un
café, . On était en mai et il faisait bon à sur la terrasse, même à cette heure tardive. J’avais tout mon temps et j’observais les gens
qui m’entouraient comme j’aime le faire souvent…Je restais là près d’une heure ou plus peut-être.
J’allais partir quand je repère une femme plutôt jolie pour ce que j’en voyais,
accoudée au bar et qui me paraissait bien éméchée, sans doute même un peu plus… les femmes un peu "paf" m’excitent .Généralement de les observer, ne fusse que quelques minutes, me met
très rapidement en forte érection. Cette jeune femme là déclencha chez moi les mêmes effets et je décidais de rester un peu plus à la regarder…
La femme était en compagnie d’un homme encore plus ivre, affalé sur le bout du
comptoir. Elle était assez fine et même classe. Son aspect extérieur tranchait avec
son comportement d’ivrognesse. Elle paraissait propre sur elle, plutôt de bonne mise vestimentaire, enfin pas une pocharde, quoi… Ce décalage avait le pouvoir de m’exciter encore davantage. Et dans les soirées, mon attention se porte plutôt sur les femmes un peu grises, car je trouve que dans ces conditions là, elles sont de "meilleurs coups
".
Elle était blonde, enfin plutôt blonde, les cheveux mi longs et soignés, et avait dans
les 32 – 35 ans. En temps normal, il m’aurait plu de draguer cette jolie fille, si ce
n’est que là, elle était plutôt saoule… Elle remarqua que je la regardais. Elle me fit
un geste hésitant et peu construit, m’invitant à la rejoindre.
J’allais vers elle d’un pas mesuré et sans précipitation. En m’approchant je vis
qu’elle avait de beaux yeux bleus rendus brillants par l’alcool. Elle avait de jolis
traits, fins et très féminins, un joli nez de femme sensuelle. Ses cheveux étaient
assez défaits, une mèche qu’elle ne pouvait tenir en place, lui retombait constamment
en travers du visage, trait caractéristique des personnes qui ont un peu trop bu…
Elle m’adressa un sourire embué d’alcool et me tendit son verre vide. Je compris et
demandais au garçon de lui remettre une tournée. Le corsage de sa robe assez légère
était généreusement rebondi ; pas trop cependant, compte tenu de la corpulence plutôt
mince la femme. Je remarquais que la naissance des seins présentait dans l’ouverture
du corsage, des sortes de ruisseaux, pouvant ressembler à des veines. En y regardant
de plus près, il était facile de voir que ces sortes de veines étaient faites par le
breuvage qui avait dégouliné de sa bouche le long du cou et jusqu’à l’intérieur de son
chemisier.
Le barman posa devant elle un whisky et une chope de bière brune. Je compris avec quoi
elle se saoulait. Je su aussi un peu plus tard que c’était une Irlandaise qui avait
noyé la tristesse d’un soir dans un arrosage plutôt "sec". Elle m’expliqua dans un
français assez approximatif qu’elle venait d’accompagner à la gare trois de ses
meilleures copines, irlandaises comme elle, qui partaient faire un travail saisonnier
dans l’extrême sud de la France… Elles avaient donc arrosé cela copieusement. Elle me
dit avec toutes les difficultés de prononciation que l’on devine, qu’elle en était à
son 6ème, ou peut-être 7ème, whisky – bière, elle ne savait plus au juste. Elle
ajouta en me montrant le type endormi au coin du bar une fesse sur le tabouret et la
tête sur son bras sur le comptoir, qu’elle en avait déjà épuisé un, mais qu’à son
avis, il avait de l’avance quand elle était arrivée…
Elle voulu s’asseoir sur le tabouret, je dû l’aider car elle n’arrivait pas à se
soulever seule assez haut pour monter ses fesses sur le siège. Au moment où elle
s’installait sur son perchoir et alors que je la retenais pour l’empêcher de chavirer
en arrière, elle releva sa robe et son jupon trop haut et elle me donna à voir de très
jolies jambes, fines, bronzées et des cuisses très féminines… Cette perspective juste
entrevue me fit bander de plus belle. Elle avala d’un trait la moitié du whisky et
d’un trait suivant, en trois 3 gorgées, la moitié du demi de bière. Elle avait une
sacrée descente !!
Elle me dit alors que j’étais un gentleman de lui offrir un coup à boire que j’étais
plutôt mignon et qu’elle aimait bien les français. C’était, à l’en croire de bons
baiseurs au lit… Et par association d’idées sans doute, elle enchaîna en me disant
qu’elle finirait bien la nuit avec moi, car j’étais un gentil garçon et que je lui
plaisais bien. De plus elle ne savait plus trop où aller maintenant, incapable de
retrouver son chemin... Pour me décider peut-être, tout en me demandant si elle me
plaisait à moi, elle écarta les jambes et me montra ses cuisses et même jusqu’à son
petit slip rose…Je bandais comme un fou ! Puis brusquement elle a rabattu sa robe
entre cuisses, cachant à ma vue ses délicieux appâts…
Prenant son geste pour un recul de sa proposition, je lui dis que je pouvais lui
appeler un taxi et même de donner son adresse au chauffeur pour être plus sûr… Elle se
mit à rire et me dit que ce n’était pas cela qu’elle voulait. Elle insista en se
penchant vers moi au point de tomber si je ne l’avais pas retenue, que c’était avec
moi qu’elle voulait dormir.
Je lui dis qu’il n’y a rien de plus facile : mon hôtel est à cinquante mètres, dans la
rue Jolivet juste en face le Square G. Baty. Sans avoir évidemment compris tout ce
que je lui ai dit, elle acquiesce et vide son whisky "cul sec" et avale le reste de sa
bière en longues lampées. Le liquide déborde de la chope et coule en longs filets sur
ses joues, roule sur son cou et disparaissent dans le corsage… Puis elle saute du
tabouret en prenant appui sur mon bras… Elle titube… Je la prends fermement par le
bras et la soutiens jusqu’à l’hôtel heureusement tout près.
Heureusement encore, il y a un ascenseur. Sans doute sous l’effet du mouvement
ascensionnel, elle est prise d’un violent hoquet et je crains un moment qu’elle ne
vomisse dans l’ascenseur. Fort heureusement les choses se dissipent avec quelques
rôts, ce qui a pour effet de la mettre en joie et elle part d’un grand fou rire. Nous
arrivons au 4ème et je la fais entrer dans la chambre… Elle la trouve parfaitement à
son goût. Je la prends dans mes bras et l’embrasse. Elle sent fortement la bière et
l’alcool, mais je suis très excité, et dans la circonstance, cela ne me dérange pas…
Elle s’affale sur le lit et je l’y rejoins pour la caresser sur et sous ses vêtements.
Malgré son ivresse, elle apprécie les caresses et se pâme à demi… Elle ouvre les
cuisses et je lui remonte sa robe aussi haut que possible. Je lui passe la main sur
les cuisses et sur le slip. Je sens que l’entrejambes est mouillé. Je suis étonné car
ne pense pas un instant qu’elle jouisse déjà ou qu’elle ait déjà joui... Je remonte ma
main et je sens mes doigts : la cochonne a dû uriner à un moment sans doute dans le
fou rire de l’ascenseur… Je repasse ma main dans le slip… Il est bizarre : très ajusté
sur le fond, devant et derrière, il est flottant sur les côtés, un peu comme une
culotte flottante de soie…En tout cas c’est extra pour passer la main par les bords et
les côtés… Ma main rencontre une pilosité soyeuse et mes doigts s’insinuent dans la
fente que je trouve large, profonde et surtout avec des grandes lèvres très
développées et très fortes. La chatte à l’air épaisse et sensuelle. Je bande de façon
très affirmée.
J’ai envie de la sucer et de la caresser nue. Je lui retire sa robe en la faisant
asseoir sur le bord du lit, elle est complètement dans les vaps… Elle apparaît jolie
en soutien gorge et en slip jupon. Le soutien gorge est maculé de traînées de bière
encore humide. De savoir qu’elle s’est souillée ainsi en buvant m’excite terriblement.
Je lui enlève son soutien gorge, de très beaux seins biens développés, pommés et bien
fermes se montrent alors complètement. Les aréoles sont très développées et claires,
les pointes dressées et bien fines…
Je les langotte un bref instants, elle gémit doucement, montrant ainsi qu’elle sent
très bien ce que je lui fais… Elle fait un bon 95 et a de très jolis seins. Je vais
pour lui, retirer le jupon, mais oh !, surprise ! : celui-ci est "attaché" au slip.
En fait, c’est un slip très spécial que je n’avais jamais vu avant – et que je n’ai
pas revu depuis : au niveau de la taille le slip retombe en "jupon" jusqu’au niveau
des fesses un peu en dessous, au niveau de l’entrejambes à peu près, et fait un faux
jupon, attenant à lui. J’écarte un peu le bord du slip rose pâle presque blanc et
j’aperçois le pubis poilu mais pas trop fourni… J’écarte un peu plus bas et je vois la
jolie chatte qui est endormie sous les replis des grandes lèvres. Je lui enlève la
culotte jupon et son sexe m’apparaît avec une toison rousse, fauve même, très soyeuse
et pas trop épaisse.
Ma première sensation avait été bonne : elle a une chatte avec de très grosses lèvres
qui enveloppent et dissimulent tout le reste à la vue. La chatte proprement dite est
peu poilue, et s’il y a quelques poils, ils sont très clairsemés au niveau des grandes
lèvres… Je les écarte et je découvre une fente magnifique avec un clitoris très gros,
à peu près comme le bout du petit doigt, qui sort de son capuchon et qui fait saillie
en haut du con… En dessous, des petites lèvres très développées aussi, mais qui sont
repliées sur elles-mêmes, apparaissent très fines et très découpées. La fille doit
manifestement être très sensible de la vulve… J’écarte les petites lèvres, superbe :
la fente s’ouvre et me montre l’entrée du con très rosée et mouillée. Au-dessus le
clitoris sort alors un peu plus et pointe encore davantage... Je tire encore sur les
bords de la fente. Le clitoris est maintenant dressé et le trou à bites bien ouvert,
montre tout les reliefs de la grotte d’amour… Je remarque que la belle petite salope
doit se faire baiser assez souvent par de gros calibres ( ce qui me plais bien ainsi elle aurait aucun problème avec le mien )vue l’entrée de la dite grotte
avant dilatation… Je me demande quelle doit être la dimension du trou après qu’elle
se soit fait prendre ! Je m’enfouis le visage entre ses cuisses ouvertes pour la
lécher. Dès le premier coup de langue sur le clito et sur les lèvres à l’entrée du con
la jolie blondinette réagit et gémit…
Pourtant le goût très fort et l’odeur très prononcée de l’urine me rendent intenable
le fait de continuer, et j’aurais aimé qu’elle fut propre de partout. Je décide de la
mettre sous la douche. Je me déshabille rapidement à mon tour, puis, je la fais se
lever tant bien que mal et l’emmène jusqu’à la douche… J’ai du mal à la faire tenir
debout tant elle est ivre et elle se cale à demi fléchie sur la paroi. Je commence à
lui faire couler de l’eau dessus et là elle se met à pisser, dru et tendu. Le jet
passe largement au-dessus du bord de la baignoire et je le prends en pleine poitrine.
La petite salope n’a même pas conscience qu’elle me pisse dessus tant elle est ivre ;
et de la voir pisser ainsi m’excite très fortement. Je bande à fond et je décide
d’aller me doucher en même temps ce qui sera plus facile pour la retenir sous la
douche. Je lui lave la poitrine, le corps et en particulier l’entrejambes.
M’accroupissant dans la baignoire derrière elle, je lui écarte les fesses et je
regarde en détails sa rosette que je trouve très à mon goût. J’y enfonce un doigt avec
délicatesse, il entre sans aucun mal. Je me dis qu’elle doit aussi se faire enculer
régulièrement. Je lui écarte au maximum les fesses, je lui fais mettre un pied sur le
bord de la baignoire et toujours accroupi derrière elle je lui darde ma langue dans le
cul, elle gémit de nouveau. Puis passant la tête entre ses cuisses, je lui lèche le
clito, les lèvres… Cette fois il n’y a pas de dégoût prononcé. Puis j’avance fort
avant la langue dans le trou à baiser. Elle chancelle et gémit davantage encore… Me
mettant debout derrière elle, je lui passe ma bite sur toute la longueur de la fente
depuis le clito jusqu’au trou du cul, dans un lent va et vient… Brusquement je sens un
liquide chaud sur ma bite, elle pisse de nouveau abondamment et en longs jets qui vont
jusque dans la pièce, elle ne peut plus se retenir de pisser et se cramponne aux
parois carrelées de la salle de bain… Je n’y tiens plus et retirant ma bite d’entre
les lèvres de sa vulve, je décharge en lui aspergeant les fesses et le trou du cul…
Elle a une velléité d’orgasme et manque de tomber dans la baignoire… Je la fais sortir
et l’essuie. Je l’amène au lit, là elle me dit à grand peine qu’elle croit bien
qu’elle est un peu saoule, mais qu’elle veut me sucer pour me remercier.
Je me mets en 69 sur elle et lui donne ma bite à sucer pendant que je lui lèche la
fente et le trou du cul… Mais au bout de quelques secondes, elle s’endort avec ma bite
dans la bouche. Je continue de la langotter mais elle ne réagit plus et je m’endors
moi aussi…

demander pour la suite le lendemain matin

5 Commentaires

  • j ai pas de femme j aime bien les aventure alors je ne pourrai pas vous faire des récits de candauliste . mais j espère dans les jours avenir vous faire un récit de plan a 3 un autre homme et cette alcoolo de blonde..

  • Quelle rencontre !! en effet c’est l’ histoire d’une rencontre d’un soir ..... merci de l’avoir fait ( le récit) .

  • Peut être que la suite, le lendemain nous apportera des réponses par rapport au candaulisme.
    Du moins, je l’espère

  • Il n’y a rien de candauliste dans ton histoire ?!?!?!?!?
    Tu as juste baisé une fille bourrée qui avec l’alcool avait aussi envie de se faire prendre par n’importe lequel !!
    Tu as juste la chance d’avoir été là au bon moment !!

  • Qu’y a-t-il de candauliste dans ce long laïus ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription