Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

L’illusion de maîtrise

! Signaler un contenu abusif

Encore une question, si vous le permettez. Quiesera saber ce qui autorise un mari à rester confiant quant aux infidélités, même partagées, de son épouse ? Quelle est la part du risque ? En comment le gérez-vous au quotidien ? N’est-ce pas cette part de risque qui donne toute la stimulation nécessaire au désir ? Pour ma part, j’aime la savoir avec d’autres, cela augmente l’envie que je lui conserve. Elle a ainsi, plus de prix à mes yeux.

10 Commentaires

  • J’admets qu’on puisse avoir une perception différente du cocu ou du complice ... en tous cas je ne me considère jamais comme un cocu en sachant ce que fait ma femme mais je pense que le plus important c’est la façon, très personnelle, que chacun ressent dans ces situations. Peut être que Pierre préfèrera se sentir "cocu" alors que Paul aimera se dire complice dans deux situations similaires !!
    Question de ressenti je pense, mais pour la sémantique Cocu veut dire trompé, dupé ... on est pas ce cas de figure par contre cocu peut également dire "victime de l’adultère" et l’adultère c’est avoir des relations avec quelqu’un d’autre .. être infidèle ... alors cocu ou complice ? Chacun son choix ...

  • "le cocu, le vrai, celui qui est trompé et qui ne le sait pas...", dit Tomasini. On retrouve ici l’idée, très faussement rassurante, d’un pouvoir illusoire, d’un hypothétique contrôle de la vie sexuelle du partenaire. Il faut avouer que le comble pour un candauliste serait d’être fait un jour cocu sans le savoir ! (rires)

  • Et tout le monde tombera d’accord, là-dessus Tomasini tu as parfaitement raison, pour dire que dans un couple parler, se mettre d’accord, est une nécessité et que le non-dit est une mauvaise chose.

  • Tu as raison CANDAULE quel droit a - t - on sur son épouse ? Des devoirs oui certainement mais ceci est réciproque me semble - t- il !!
    Le fait de discuter et de se mettre d’accord sur les choses qu’on accepte, sur celles que l’on se donne est me semble-t-il une manière intelligente de définir les devoirs que l’on a l’un envers l’autre et de prendre du plaisir sans blesser ou faire souffrir le conjoint ce qui n’est pas le but premier.
    Quand on dit que la peur n’évite pas le danger implicitement on admet qu’il y a danger donc vouloir minimiser celui-ci en définissant certaines règles n’est pas une mauvaise chose en soit si les deux sont d’accord mais penser que l’on peut tout maitriser n’est pas réaliste je suis tout à fait d’accord.

  • Perso je suis de l’avis de Claude. Au bout du compte, on maîtrise pas grand chose. Cela ne veux pas dire pour autant que tout est permis !!!!

    Soyons clair, ce que tous le monde cherche c’est que Madame puisse prendre du plaisir et nous le faire partager sans que cela ne génère de souffrances chez Monsieur (Peur de perdre, logique de performance...... ).
    Cette peur est une émotion imaginée, générée de toute pièce par le cerveau de Monsieur et uniquement par lui.

    Cette émotion de peur s’appuie sur un ou des faits (Madame s’est plus exprimée que d’habitude donc elle a mieux joui, donc elle va me quitter !!!) pour prendre les habits d’une réalité imaginée dans la tête de Monsieur et le faire souffrir.

    Certains s’en servent comme puissant stimulant, d’autres comme un motif de contrôle alors qu’en réalité "la peur n’exclue pas le danger"
    Pour moi c’est un accord de couple basé sur ce que j’ai nommé dans un de mes articles la "liberté responsable".

    Car au bout du compte, je n’ai aucuns droits sur l’autre, uniquement des devoirs à son égard. Le devoir de l’accompagner sur la voie de son propre épanouissement sans pour autant me faire souffrir.

    Bon WE à vous tous

  • Mon cher Claude , tu oublies juste un détail quand tu parles de confiance , ce détail c’est "les sentiments" et ça que tu sois d’accord ou pas ça ne se contrôle pas !! L’amant régulier , celui avec qui ta femme continuera a prendre du plaisir au bout de plusieurs mois , je suis désolé mais elle finira par avoir des sentiments pour lui. Moi je partage ma femme, c’est un choix délibéré qui me donne du plaisir ainsi qu’à mon épouse mais je ne partage pas ses sentiments. Chacun prend les risques qu’il veux c’est un choix personnel , je ne critique pas je donne mon point de vue qui , à mon avis, n’est pas dénué de bon sens ... ensuite chacun fait ce qu’il veut. J’ai confiance en ma femme et d’ailleurs ça fait 10 ans que nous pratiquons ces jeux mais je trouve que mettre des gardes-fous et surtout se mettre d’accord sur ce qu’on s’accorde comme libertés n’est pas une mauvaise chose en soit, c’est juste le fruit d’un dialogue clair entre elle et moi et ça évite certains débordements.
    Le cocu , le vrai , celui qui est trompé et qui ne le sait pas , généralement il a confiance en sa femme.

  • Je trouve, cher Tomasini, ta réponse bien peu nuancée. Pas sûr que tu cartonnes en philo au bac. En fait je crains très fort que tes règles et autres garde-fou soient inutiles ou illusoires. De deux choses l’une : ou la relation de couple est dans une confiance solide et on peut jouer à s’échauffer, ou ce n’est pas le cas et on risque de se brûler cruellement. Après toute la question est de savoir si cette confiance est légitime, mais quand on vit ensemble, autant le savoir. Une femme digne de confiance est, je crois, une femme qui connaît la limite des choses sans qu’il soit nécessaire de la lui dire.

  • Pas d’accord du tout sur le fait que parce que c’est risqué y a plus de plaisir ... qu’est-ce qui vous excite ? Savoir votre femme en train de baiser avec un autre ou la voir ou bien avoir peur de la perdre ? Excusez moi mais les thèses philosophiques sur le risque qui augmente le plaisir je laisse ça aux futurs candidats au bac pour l’épreuve de philo.
    Je sais que je suis en contradiction avec bon nombre d’entre vous mais moi je suis pour des règles établies en commun, des gardes-fou en quelques sortes car effectivement je pense que si on fait n’importe quoi le risque augmente et la 1ère chose c’est pas d’amant régulier car à terme il y aura fatalement des confusions sentimentales (dans beaucoup de cas) et le risque est justement la !!!
    On doit garder ses repères qui sont celles d’un couple et un couple aussi complice qu’il puisse être ce n’est pas 3 personnes mais deux.
    L’amant régulier c’est la porte ouverte aux problèmes mais je sais que beaucoup ne sont pas d’accord et j’accepte la critique , je conçois que certains préfèrent le coté suivi c’est un choix personnel.

  • Oui, effectivement mon cher Claude. Et puis, de savoir que notre épouse vit une passion torride avec un autre n’a personnellement rien pour me déplaire si j’aime aussi l’amant...

  • Effectivement, j’ai assez roulé ma bosse pour savoir qu’on ne maîtrise pas grand chose, et pas seulement dans ce domaine. Ceux qui veulent tout contrôler se fabriquent du stress en pure perte la plupart du temps.
    A laisser sa femme prendre du plaisir en toute liberté, on prend forcément des risques dont la nature varie selon le couple et qui n’est pas le même pour un vieux couple aimant, très uni et ayant tout en commun, que pour un jeune couple n’ayant pas levé les doutes fondamentaux. Le risque (on ne parle ici que du risque affectif) c’est au minimum qu’elle ne dise pas tout et qu’elle s’amourache sans le dire, peut-être même sans se le dire. Mais ça peut s’assumer quand on est dans une confiance vraie. Cela fait même partie, comme tu le suggères, du piment, donc du plaisir.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription