Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

L’homme du compteur, suite et fin.

! Signaler un contenu abusif

Christel :
L’homme parti je me suis allongée sur le canapé et me suis prodigué des caresses. Déjà je m’imaginais une folle après-midi remplie de jouissance lorsque mon téléphone a retenti. C’était André qui n’avait pu attendre plus longtemps et voulait savoir.
Dés mes premiers mots il a compris que j’étais joyeuse, euphorique.
Je lui ai tout expliqué, du début à la fin et en lui précisant que mon "amant d’un jour" revenait vers 14h00.
Il était ravi pour moi, mais il aurait préféré que tout se fasse le matin car la pêche ne donnait pas grand-chose et le temps était fort gris. Mais il m’assura qu’il prendrait son mal en patience, qu’il ne voulait pas empêcher que je m’amuse (et aussi il aime tellement m’écouter lui raconter). Après plein de petits mots d’amour échangés il a raccroché et j’ai rangé les quelques objets qui traînaient puis suis allée me doucher.
13H00, il était temps que je me décide sur la tenue que j’allais choisir pour recevoir mon coquin. J’ai sorti une robe puis l’ai rangée, elle était sexy mais trop difficile à retirer dans des moments chauds. Une jupe, une autre, finalement j’ai opté pour un classique de nos rencontres : Ma jupe en cuir crantée sur le côté. Pour compléter j’ai pris un collant ouvert et un chemisier que j’allais simplement nouer à la taille, sans le boutonner. Aucun dessous, ni string ni soutien-gorge, je voulais qu’il aie un accès direct. A cela j’ai ajouté mes escarpins stiletto à talons de 12 cm. Pas les plus faciles pour marcher, mais telle n’était pas mon intention.
13H50, j’étais fin prête, je trépignais comme une gamine. Dans ma tête, un flot de question : "viendrait-il ? Sera-t-il un bon amant ? ..."
J’étais dans mes pensées quand la sonnette a retenti. Un coup d’oeil à ma montre, il était 14H17.
Je suis allée lui ouvrir et, à peine la porte refermée, il m’a attirée contre lui et m’a embrassée. Tout en m’embrassant sa main est partie en exploration sous ma jupe. L e coquin avait dû penser à moi durant ces quelques heures, il devait être en ébullition !
Mais je ne voulais pas que cela aille trop vite, je désirais un moment long et passionné !
Je l’ai entraîné au salon et lui ai fait prendre place dans le canapé tout en lui proposant un petit alcool. Il a opté pour un whisky, moi j’ai pris un Armagnac. Assise tout d’abord, je me suis blottie contre lui. Une question lui brûlait les lèvres, il me l’a posée : "Ton mari ne peut mal de revenir ?" et je lui ai répondu instinctivement : "Non, il sait que je vais m’amuser et ne reviendra qu’après 17H00". Alors s’est engagée une petite conversation sur le fait que je couche avec d’autres hommes avec la bénédiction d’André. Il n’en revenait pas, lui n’aurait pas aimé que sa femme "fricote" (textuel) avec d’autres.
Tout en bavardant il avait déjà parcouru certaines parties essentielles de mon corps et défait le noeud de mon chemisier.
Moi j’avais la main dans son slip, je le masturbais gentiment en prenant soin de ne pas l’amener à l’éjaculation.
Notre verre terminé il était temps de nous rendre dans la chambre. Mais avant cela je tenais à ce que son sexe soit lavé, il avait dû uriner depuis ce matin et je n’aime pas trop la saveur aigre de l’urine.
Voulant rendre la chose sympathique, pour moi et pour lui, je l’ai amené à la salle d’eau et lui ai moi-même lavé l’outil qui allait me combler.
Tout en rendant propre son Popol je lui ai demandé si il lui arrivait souvent de faire l’amour avec des clientes, il m’a répondu que "parfois, mais que c’est rare". Se vantait-il ? Je ne le savais pas, mais j’ai préféré qu’il habille son sexe pour me prendre.
Une fois dans la chambre il a demandé à ce que je me déshabille lentement devant lui. J’ai retiré mon chemisier puis, avec sensualité, ai ôté ma jupe. Voyant mon collant ouvert il a souhaité que je le garde. Je me suis allongée sur le lit pendant qu’il retirait ses vêtements.
Il m’a rejointe et s’est lancé dans de belles caresses. Il m’embrassait tout en me fouillant l’entre-jambes, il me tétait les seins comme un nourrisson. Mais tout restait sage et j’avais envie de plus de passion hargneuse. C’est moi qui ai dû lui demander de me croquer les tétons, de titiller plus fortement mon clitoris. Il s’est appliqué et j’ai commencé à prendre un réel plaisir. Il est descendu entre mes cuisses pour se gorger de ma cyprine tout en me léchant les petites lèvres. Mon clitoris, sorti de son capuchon, était caressé dans le même temps. Je lui ai pris la tête et l’ai appuyée fortement contre moi, je jouissais et me suis exprimée par des cris non-retenus.
Quand il diminua son ardeur c’est moi qui suis allée à la conquête de son membre.
Ah que j’aime ça ! Je sucerais durant des heures, tellement j’y prends plaisir.
Ensuite il m’a prise, donnant tout ce qu’il pouvait. Lui sur moi, moi sur lui (j’aime dominer).
"Je vais venir" s’est écrié. Et, tout comme ce matin, un véritable torrent s’est déversé en moi. A la différence que cette fois ma bouche n’en profita pas.
Nous sommes restés un certain temps à récupérer puis j’ai tenté une nouvelle approche.
Mais il avait donné tout ce qu’il pouvait, son sexe bandait mou.
Encore quelques caresses, quelques baisers destinés à lui démontrer que j’étais satisfaite, puis je l’ai laissé aller se rincer avant qu’il ne se rhabille.
J’ai revêtu une robe de chambre puis l’ai raccompagné à la porte. Là, dernier petit baiser et au revoir.
Il était presque 17h10, André allait bientôt revenir. Je suis allée me doucher car je savais qu’il devait être impatient de m’entendre et puis de laisser sa fougue candauliste me remercier de manière canaille.

Je termine en vous prévenant de notre absence, pour causes (agréables) de vacances au soleil.

Un million de petits baisers à vous tous, coquines et coquins qui nous lisez et nous commentez. Quand nous reviendrons j’aurai la peau dorée à souhait.

5 Commentaires

  • Bravo
    Votre récit est exquis et tellement réel
    Il m est déjà arrivé par deux fois cette situation mais en tant qu artisan
    De tres bons souvenirs soudains , intenses...
    La 1 ère fois je ne savais pas que le couple était candauliste
    Encore plus troublant une fois que j ai découvert cette pratique..
    Pratique pas si rare qu on pourrait le croire !
    Amicalement

  • UN récit dans la lignée des précédents, c’est à dire extrêmement "réel" et tellement excitant.
    Je suis un fan inconditionnel de vos récits, vivement le suivant ... les suivants.
    Bises et bonnes vacances

  • Magnifique !
    Et en plus, il y a la possibilité de vous imaginer grâce à la photo de profil. J’imagine l’étonnement de ces hommes mûrs à la vue d’une femme telle que vous, belle, bandante à souhait, rechercher des hommes comme eux alors que de plus jeunes et certainement plus ou au moins vigoureux et endurants ne demanderaient qu’a vous satisfaire. À chaque fois que je lis une de vos histoires, je bande comme un fou !
    Vivement votre retour, avec de belles choses à raconter…
    Quelle belle complicité entre vous. Vivre avec une femme qui aime sucer d’autres hommes… J’en rêve…
    Bonnes vacances coquines

  • Merci à vous pour les récits de vos exploits !
    Voilà des vacances bien méritées, de quoi recharger les batteries, voire des les approvisionner de nouveaux exploits !!
    A bientôt ;)

  • toujours aussi craquant, bien raconté , excitant...
    Bonnes vacances et bon bronzage...Peut-être y aura-t-il quelque(s) nouvelles aventures candaulistes qui me manquent déjà ! (lol, je ne suis certainement pas le seul)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription