Accueil > Découvrir le candaulisme >Pratiquer le candaulisme >Séduire un(e) complice >

L’attitude : le parfum de votre personnalité

Vos efforts vestimentaires vous mettront dans le bon état d’esprit pour séduire. Avec le reste de votre personne, vous devez vous sentir séduisant(e), attirant(e) et sourire à la vie pour illuminer de votre joie de vivre.

L’enthousiasme est communicatif et c’est ce que l’on recherche en se lançant dans une relation avec un complice. Tout passe beaucoup par votre attitude corporelle, l’aisance de vos gestes, votre facilité à sourire et à rire et surtout votre regard.

Dans un premier temps, utilisez votre regard : c’est la façon la plus simple de faire comprendre à quelqu’un qu’il/elle vous plaît. Puis, une fois que le contact est noué, n’hésitez pas, la proximité aidant, à utiliser vos mains en les posant sur son avant-bras.

Apprenez à utiliser votre sens du toucher. Après, à chacun(e) sa façon personnelle de séduire.

1. Intéressez-vous aux attentes de votre complice

Une fois la relation établie, il faut savoir que certain(e)s complices évoluent, à l’origine dans une vie sexuelle qui fait preuve d’un manque d’imagination et/ou de fantasmes.

Dans ce cas-là, bien souvent, il/elle fini(e) par se satisfaire d’une traditionnelle érection - éjaculation et ne cherche rien d’autre. Le plaisir de leurs partenaires ne constitue d’ailleurs pas ou plus un moteur d’excitation.

En effet, la routine de leur vie les a conduits pas à pas vers une forme d’anorexie de leur imagination et de leur désir.

Il vous faudra alors rétablir cette imagination au fur et à mesure du temps qui passe et des galipettes qui exacerbent de nouveau la curiosité, la découverte des émotions nouvelles.

Souvent, en effet, un couple fait l’amour toujours à la même heure, dans le même endroit, avec les mêmes gestes et dans la même position. La relation que l’on peut avoir avec un complice est là justement pour briser cette monotonie et raviver le désir.

Mais attention ! Certains de vos complices ne voudront pas dans un premier temps avoir une aventure avec vous, prendre des risques à l’égard de la vie qu’ils ont construite et surtout changer leurs habitudes.

Vous pourriez très facilement déstabiliser un(e) complice de nature inquiète.

  • Un amant inquiet de tromper sa propre femme,
  • Une femme inquiète d’être emportée par ses émotions et le plaisir qu’elle peut découvrir avec vous,
  • Un homme marié inquiet de découvrir que ses certitudes à l’encontre du couple peuvent être ébranlées,
  • Un(e) complice mariée inquiet(e) de découvrir que l’on peut changer une manière de faire l’amour, une façon de faire l’amour qui a pourtant fait ses preuves,
  • Un homme inquiet d’essayer un autre modèle de sexualité qui pourrait ne pas fonctionner, en fait, inquiet de ne pas être à la hauteur.

Il vous faut savoir, en effet, que plus le désir à son égard est important plus le complice de votre couple risque d’être renvoyé à sa peur de l’absence de performances.

En effet, les hommes ont peur des femmes. L’homme se rend compte que, lorsqu’il est dans la femme, il perd « la maîtrise de lui-même », explique le Dr Gérard LELEU dans son ouvrage « Sexualité, la voie sacrée ».

Tous les ressentis, les sensations, les émotions et le plaisir qu’il éprouve dans ces moments-là le font se rendre compte qu’il s’abandonne littéralement à vous et qu’il se livre pleinement à vous.

En un mot, l’homme perd sa tête et a peur de devenir fou. Ainsi, par le désir que cela engendre et par le plaisir qu’elle a déclenché, la femme est rendue maîtresse de l’homme.

La femme donne du plaisir à l’homme mais l’inverse est tout aussi vrai, et il faudra s’appliquer à le rappeler à votre complice. Une fois que votre complice aura perçu(e) la source de plaisir qu’il/elle peut être pour vous, une fois qu’il/elle vous aura vu avoir du désir et des sensations fortes, il/elle cherchera a vous donnez à nouveau autant de plaisir.

Ce qui est très narcissisant pour un complice, que ce soit un homme ou une femme. Force est de constater qu’en comparaison des manifestations verbale et de l’orgasme de la femme, ceux de l’homme sont parfois plus brefs et silencieux….

2. Rassurer votre complice

Il est des fois où la relation a du mal à se libérer. Ce qui entrave celle-ci est souvent lié à une peur. Une fois que vous avez compris l’origine de l’a priori, du non-dit, de l’interprétation, les psychologues n’ont de cesse de répéter encore et encore : la clé d’une relation réussie et harmonieuse se situe dans le dialogue.

Et sachez une chose, la communication ne comprend pas seulement des mots. Le choix des mots selon les chercheurs ne représente que 7 % du message que vous adressez à votre interlocuteur. C’est en général ce que l’on maîtrise le mieux. Le reste (93 % du message) est composé de la façon de s’exprimer, ses attitudes, des attentions, un regard et des gestes.

Bien que le verbe ne représente que 7 % du message, il représente un avantage essentiel : extérioriser ce qui nous pose éventuellement problème mais surtout faire comprendre à l’autre ce qui nous plaît et nous excite.

Cependant, converser sur des sujets aussi sensibles que la sexualité requiert de la subtilité. Il faut bien avoir à l’esprit que nous avons tous de l’amour-propre à l’égard de notre capacité à être désirable.

Votre partenaire peut se vexer très facilement. Trouvez donc les bons mots qui ne heurteront pas sa fierté et qui sauront éveiller en lui les interrogations nécessaires.

Bien souvent, le/la complice, ne comprend pas le mode de fonctionnement d’un couple Candauliste. Comment un mari/une épouse complaisant(e) peut-il/elle bien autoriser son/sa partenaire à avoir un amant ou une maîtresse ? Et chose encore plus inexplicable : comment peut-il/elle prendre plaisir à le/la savoir dans les bras d’un(e) autre ?
Il faudra alors lui expliquer et pourquoi ne pas lui donner l’adresse de votre site préféré ?
Sachez juste que cette pratique, bien que le fantasme soit commun, n’est pas des plus classiques. Si votre complice ressent des sentiments pour vous, il peut avoir peur que la relation ne cesse et donc avoir peur de souffrir.

Il/elle aura alors souvent tendance à vouloir soit éprouver votre désir en se mettant en rivalité avec votre partenaire officiel(le), soit à vouloir arrêter la relation prématurément ce qui pour certaines d’entre vous peut paraître dommageable.

Il faudra alors, le/la rassurer quant à votre volonté de ne pas le/la faire souffrir sans pour autant engendrer de rivalités fâcheuses.

Mais dialoguer ne suffit pas il faut également agir. Montrez-lui alors, doucement, comment faire. Initié-le/la à l’art du changement sans pour autant trop le/la bousculer.

Montrez-vous capable de libérer votre partenaire par ce biais, apprenez-lui à s’affranchir des préjugés et à vivre comme vous, libre d’agir dans le plaisir, vous lui prouverez ainsi que le plaisir peut s’obtenir de différentes manières.

Il/elle sera alors plus ouvert(e) à l’importance de votre propre plaisir et lorsqu’il/elle vous regardera prendre du plaisir grâce à lui/elle, cela accroîtra alors son propre plaisir renforçant son côté narcissique.
Sachez faire entendre vos désirs et sachez guider votre complice lorsque c’est nécessaire. Libérez votre plaisir et votre désir est la meilleure façon de stimuler la libido de votre complice.

Inscription