Accueil > Témoigner le candaulisme >Questions à la communauté >

L’addiction, on en parle ?

! Signaler un contenu abusif

Bonjour à tous,

Nous nous délectons ma douce et moi des échanges virtuels qu’elle entretiens depuis maintenant plus d’un mois avec des inconnus. Après des années de cheminement vers ce continent terriblement excitant et transgressif, nous atteignons enfin la complicité attendues. Le plaisir engendré par ces jeux est immense et nous invite lentement à glisser vers des complicités réelles. Puisque tout n’est que plaisir et que notre longue et solide relation d’amour s’en trouve renouvelée, cette régénérescence ne laisse supposer que du plaisir dans des perspectives désormais ouvertes. Ouvertes certes, mais a des jeux et un érotisme dans son ensemble ou nous ne sommes et ne serions plus jamais seul... ?
C’est ici que j’aimerais connaître, en toute sincérité, votre point de vu et retour d’expérience. Je n’aimerais pas parler de piège mais force est de constater qu’il nous est de plus en plus difficile de vivre une sexualité sans l’excitation du tiers complice (surtout pour moi, l’homme). Ce sentiment d’aliénation ne me plait pas d’autant qu’il y a un effet cliqué : plus on avance plus l’excitation des premiers jeux s’atténue et nous propulse vers toujours plus, incapables de redescendre vers une relation classique. Vous me répondrez peut être que tout est pour le mieux dans les meilleurs de mondes, que je et désormais nous, partageons enfin cette complicité tant désirée, c’est un fait et ce ne serait finalement pas un problème si la question se limitait à accepter l’idée que oui, le thé avec du sucre, c’est mieux.
Mais après le sucre ?....
Nous n’avons peut être pas encore le recul pour apprécier et comprendre que tout ceci fonctionne aussi par phase et qu’il y aura des périodes d’accalmie ou nous nous déconnecterons de tout cela pour y revenir avec un regard renouvelé et neuf, pour repartir de zéro...
J’en doute un peu.
Ces complicités en mots et en images avec ces amants virtuels l’excite a merveille et j’en tire un plaisir que vous imaginez certainement, mais je sent déjà poindre une lassitude à mon niveau qui nous conduira naturellement à du réel (en prévision) alors après ? Une fois l’avoir su ou vu, voir partagée avec un autre, que ferons nous ? que nous ’’restera’’ t-il ?...
Tout ceci semble fatalement nous conduire a l’addiction du ’´shoot’’ incomparable du fantasme quand il se réalise en le faisant simultanément disparaître...comme une peau de chagrin.
Merci d’avance de vos regards sur le sujet car je pense toucher un aspect déterminant des choses et une question finalement incontournable sur la réalisation des fantasmes.
Bonne soirée à tous.

8 Commentaires

  • Et si le sexe était aussi un jeu, pas toujours quelque chose de sérieux...c’est plutôt notre approche : parfois on s’amuse et là il peut y avoir exhib, candaulisme etc, et parfois on fait l’amour dans notre intimité de couple. Bon, la frontière n’est pas aussi stricte, et je reconnais que même quand on fait l’amour, des images de soirées candaulistes me reviennent en tête, mais les deux choses sont quand même différentes pour nous.

  • CPL EXPAT, en effet, la chute de ’ ’ pression ’’ Apres une masturbation ou un acte sexuel est une réalité, mais pas le problème en l’occurrence...ce serait même plutôt une solution puisque après la jouissance nous redevenons ’’normaux’’.
    Je partage en revanche votre vision sur l’aspect ’’crise’’.
    Je pense, en général, qu’entretenir une sexualité vivante au service du couple sur le long terme est une problématique.
    Le candaulisme comme solution (parmi d’autres), je ne sais pas.
    Merci à vous.

  • comme dit tryoler, chaque candauliste est different. Je suis quand meme persuadé que la masturbation est le probleme principale du candauliste.
    Par exemple, juste apres avoir joui je redeviens un mari normal.
    Je dis parfois a ma femme que j ai une crise de candaulisme, dans ces moment la, j offrirais ma femme a n importe qui.
    Et puis hop, je joui et je redeviens normal. Une sorte de pulsion.

  • Merci Tyroler, vous donnez un peu de mou a tout ca, sans jeu de mots...ou avec ;)

  • Sans les citer, le mode Candaulisme compte de nombreuses variations et chacune de ces variations compte grand nombre de possibilités. Caroline et moi avons pratiqué durant 15 années nombreuses variations et grand nombre de possibilités. Nous sommes parvenus à un nombre restreint pour chaque variation et de possibilités qui nous convenaient. Ce qui a fait que nous ne nous sommes jamais habitués à une variation en particulier ni à aucune possibilité. Par contre il est vrai que même si nous alternions facilement, nous retombions de toute façon allègrement dans LE CANDAULISME. Mais il nous arrivait toutefois de nous amuser quelques soirs avec notre seul et intime AMOUR.

  • Merci CPL EXPAT pour la confirmation. Je minimise aussi pendant et autour de l’acte les références aux ’´autres’’, je ne sais pas encore si ma femme est aussi accro, mais c’est fort possible. L’excitation est triangulaire. Vous faites cependant ’´sanblant’’, comme moi...

    SOUVIENSTOI, que voulez vous dire au juste avec cette énumération ? beaucoup de questions se posent au couple, tenter d’y répondre en empruntant telle ou telle voie à des incidences, c’est un fait.

  • Bienheureux de voir que quelques uns posent des questions un peu critiques.
    S’effacer au profit de l’amant.
    S’effacer au profit du plaisir de sa compagne, alors qu’elle se dit comblée par nous.
    S’effacer au profit du fantasme galopant, être noyé par un désir toujours plus grand jamais assouvi.
    Renoncer à tout ce qu’on a construit.
    Demissioner de la responsabilité devenu trop pesante de faire jouir sa compagne. Déléguer.
    N’etre plus qu’un branleur.
    Il y a quelque chose qui ne va pas.
    Se sentir moins seul de savoir qu’on est nombreux à avoir le meme désir , d’accord.
    Mais ériger cette démission, ce suicide, en modele, non.

  • le candaulisme est une drogue dure, personellement, il est extrement rare que je fasse l amour a ma femme sans penser a un autre homme avec qui elle se donnerait.
    J essaye de ne pas lui dire tous le temps, et je fais semblant de ne penser qu a elle pour pas que l acte soit tous le temps une excitation candauliste.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription