Accueil > Articles candaulistes >

Jusqu’où peuvent aller les confidences dans un couple candauliste ?

Nous allons essayer de comprendre comment gérer les non-dits, et la vérité dans un couple qui pratique le candauliste sans oublier la question de savoir comment vivre cette vérité. S’il existe un puissant moteur d’excitation au sein du couple candauliste, par-delà l’aspect voyeur de notre pratique, c’est bien cette volonté de se mettre à nu aussi bien par les mots que visuellement.

Cette transparence qui nous fait revenir au début de notre relation de couple comme un idéal où l’on cherchait à tout se dire.

Qu’est-ce que la transparence ?

Partons du postulat que les gens ne supportent pas le mensonge. Ajoutons à cela, que si l’on ne cesse en ce moment d’entendre parler de transparence, celle-ci n’existe pas. Je m’explique : lorsque l’on vit une aventure candauliste en couple, les trois acteurs de cette aventure auront pour chacun d’entre eux, une vision et des souvenirs parfois bien différents.

Ce que peut retenir notre cerveau d’une aventure candauliste peut se décomposer en deux grandes familles d’éléments : les faits, c’est-à-dire ce qui s’est passé et ce que l’on a ressenti.
- Concernant les faits, chacun les voit, les vit de son point de vue, certains éléments ne seront pas retenus alors que d’autres par contre marqueront notre mémoire selon la sensibilité de chacun.
- Concernant les ressentis, chacun d’entre nous a sa propre perception. Il n’y a donc qu’une succession de faits qui passent par le prisme émotionnel de l’interprétation et construisent une " vérité " individuelle.

Dans l’absolu, la transparence n’existe donc pas, cela étant, c’est un idéal qui ouvre la porte aux confidences stimulantes pour l’imagination et la complicité d’un couple candauliste.

Faut-il vraiment tout se dire dans un couple candauliste ?

Les confidences que partagent les partenaires qui composent un couple candauliste sont bien nombreuses. Cela peut aller du désir fugace à l’égard d’un collègue de travail que l’on a croisé jusqu’à l’aventure que l’on a eue avec un complice alors que son partenaire travaillait. S’il n’est pas nécessaire de tout se dire, l’essentiel est de comprendre que le couple candauliste cultive particulièrement cet art de la confidence pour en faire un fabuleux moteur d’excitation. La confidence devient alors un matériel fantasmatique qui stimule l’imagination et renforce la complicité du couple sans pour autant entailler l’amour et l’affection réciproque. L’essentiel pour celui qui prend plaisir à écouter sa partenaire étant de ne pas se sentir trahi alors que l’on découvre qu’un élément fondamental à la relation nous a peut-être été caché.

Le couple candauliste fait généralement l’objet d’une unité consensuelle construite sur une transparence la plus importante possible. En effet, si un couple candauliste se construit sur un socle de fidélité de cœur, il n’en est pas de même de la fidélité de corps avec laquelle il s’amuse par le biais des confidences.

Comme dans toute relation peut y avoir bien sûr de petits mensonges utiles et qui protègent le couple. Imaginons qu’après une aventure avec un complice, Madame confie à son mari qu’elle s’est imaginée vivre l’espace d’un instant avec son amant d’un jour ! Cette confidence qui n’est qu’une simple pensée peut devenir une véritable souffrance pour son partenaire. Le mensonge trouve alors son utilité dans la protection qu’il offre et il permet au couple candauliste de rester dans le plaisir et le bonheur.

Et par ailleurs, un mari candauliste qui pressent que sa femme ne lui donne pas tous les détails de ses rencontres sexuelles peut être surpris d’être encore plus excité par la part de mystère que cultive son épouse.

Pour finir, si dans un couple candauliste la transparence est bien un leitmotiv, il faut bien admettre que bien souvent ce que l’on dit ne correspond pas exactement à ce que l’on ressent. Il est de bon aloi d’accepter mutuellement que l’autre ne soit pas d’une transparence parfaite.

Quels sont les freins que l’on peut rencontrer lorsque l’on souhaite partager avec son partenaire ?

Ce qui peut freiner la transparence au sein d’un couple candauliste, c’est bien souvent le fait que la personne soit emplie de peurs et d’angoisses. Il peut y avoir la peur de l’abandon, la peur de ne pas être aimé pour ce que l’on a fait avec son amant, pour l’image que l’on renvoie à son partenaire. Il y a aussi les valeurs de fidélité que transgresse notre pratique vis-à-vis de la culture de notre société.

Et puis, il n’est pas évident d’accepter les zones d’ombre chez son partenaire, mais ce qui est important c’est la communication qui est le nerf de la guerre dans un couple. Il est important de pouvoir tout se dire quand ça va et quand ça ne va pas.
Sans pour autant tout savoir du jardin secret de l’autre il est important d’avoir une idée de ce qui y est cultivé.

Jusqu’où peut-on aller dans la confidence dans un couple candauliste ?

Commençons par dire que l’absence de mensonge nous confronte à une totale transparence de l’ordre de l’infantile, comme un enfant qui éprouve le besoin de tout raconter à ses parents pour partager sa journée, comme l’épouse d’un candauliste qui éprouverait le besoin de tout raconter à son partenaire dans les moindres détails, de se libérer d’une éventuelle culpabilité.

Dans un couple candauliste, il n’est pas nécessaire de tout se dire, certaines choses sont à proscrire. J’entends par là ce qui pourrait faire souffrir l’autre et qui n’aidera pas à faire évoluer la relation. Parfois il est nécessaire de dire certaines choses qui dans un premier temps peuvent faire mal à son partenaire mais qui lui permettront par la suite d’évoluer.

Dans tous les couples, il y a des sujets qui mènent inévitablement à la discorde et qui dans les couples « intelligents » sont évités. Souvent dans ces couples là on connaît très bien l’autre et l’on va éviter les sujets qui fâchent. Ce qui est une forme de transparence puisque l’on connaît suffisamment l’autre et les limites que l’on doit absolument ne pas dépasser.

Chacun respecte ici la frontière de l’autre, il y a comme une forme de respect mutuel ou l’autre n’est pas dupe. Cet état de fait où le non-dit est de mise ne pourra certainement pas être considéré comme un accroc au contrat d’amour mais plutôt un renforcement de celui-ci.

Enfin précisons que la transparence dans un couple est une affaire de communication entre un émetteur et un récepteur. Il n’est parfois pas possible d’être totalement transparent quand le récepteur n’est pas capable de tout entendre.

Nous retiendrons donc que s’il y a une certaine forme de retenue dans les confidences c’est tout simplement pour protéger la relation d’une éventuelle souffrance qui n’a pas lieu d’exister. Parce qu’après une aventure, il est des choses qui ne sont pas nécessaires d’être racontées pour ne pas inquiéter l’autre et afin de rester dans une complicité faite de plaisir et de bonheur que nous offre notre pratique.

Quelle est la plus-value des confidences dans notre pratique ?

Lorsque l’épouse d’un candauliste partage avec lui le plaisir qu’elle prend avec leur complice, elle se met à nu face à vous tout autant qu’elle fait preuve de transparence vis-à-vis d’elle-même. Faire l’amour avec un autre sous le regard de son mari, c’est un peu comme apprendre à se regarder dans un miroir pour mieux s’accepter telle que l’on est.

Se dévoiler, se confier et être plus transparente vis-à-vis de son partenaire est un préalable indispensable à l’amour de l’autre. Aimer l’autre et commencer avant tout par apprendre à ne pas avoir peur de s’aimer soi-même.
Apprendre à s’aimer soi-même, c’est mieux comprendre ses propres désirs, accueillir son propre plaisir, prendre plaisir à se raconter de la façon la plus intime possible. Si c’est une notion facile à comprendre, c’est une réalité beaucoup plus difficile à appliquer.

Par contre quand nous avons appris à nous aimer nous-mêmes, cela ouvre un champ d’horizon qui permet de jauger et de ressentir s’il y a un équilibre, une osmose affective avec notre partenaire. La confiance et la transparence se mettent alors d’elles-mêmes en place au sein du couple.

C’est ainsi l’utilité que s’est donné candaulisme.com, à travers la possibilité que vous avez de partager vos ressentis et vos expériences avec le reste de notre communauté.

5 Commentaires

  • Nous venons de franchir un cap mon épouse et moi. Nous pratiquons le candaulisme depuis 1996 précisément. J’ai eu l’opportunité de rencontrer seul deux fois des couples et ceci avec le plein accord de ma femme. Elle m’a même incité à le faire.
    Cette situation nous excite tous les deux et ma femme est un peu en baisse de libido depuis quelques temps (stress, boulot...) , du coup je pense que cette situation nous arrange tous les deux. j’ai donc rencontré ces deux couples, qui pratiquaient le candaulisme aussi donc et j’avoue avoir adoré. je me suis retrouvé dans une autre situation que d’habitude. C’était un peu étrange. C’était moi l’amant. Ca m’a fait un peu bizarre. Mais je me suis éclaté de prendre la femme d’un autre homme devant lui, je l’avoue. L’accord que j’ai avec mon épouse, c’est que je ne dois pas lui mentir, tout lui raconter dans les moindre détails. Cela se passe en principe au lit pendant qu’elle se caresse devant moi. Je vous garanti que je n’oublie aucun détails (rire) cela la fait jouir assez rapidement en principe. je tiens a préciser que je n’ai rien imposer a mon épouse, que nous sommes en parfait accord et que c’est même elle qui m’a lancé sur ce terrain de la rencontre de couples (uniquement) et en solo. Elle m’a déjà fais comprendre que si l’homme du couple était mignon, qu’elle ne serait pas contre rencontrer le couple avec moi si l’occas de présentait. Voila vous savez tout !
    Nous avons la cinquantaine, sommes ensemble depuis plus de 25 ans et habitons Lyon.
    Salut a tous les candaulistes ;-)

  • C’est vrai que pour une épouse de partager tout les ressenti avec son amant, sa peu donner a des incompréhensions et mal entendu que pourrons a terme mener a des separation. Surement une bonne partie des experience sexuelle qu’une femme peu sentir avec son amant sont plus intense et parfois elle trouver des nouveau plaisir plus jouissant avec l’amant du que avec sont propre mari, c’esta sa aussi le but du jeux, mais avouer a sont époux que son amant la fait grimpé au rideaux comme jamais sont époux a fait et même faire certaine pratique hard tel comme la sodomie avec son amant, chose que parfois c’est rare avec sont époux, la surement c’est début de problème.
    Il faut que la femme puisse garder un petit jardin secret qu’en riens viens taché son amour pour son conjoint.

  • Oui bravo pour cette volonté permanente qui est la vôtre d’accompagner les candaulistes dans leur vécu, dans leur ressenti... on se sent mieux compris, on se comprend mieux après vous avoir lu... Oui vous êtes vraiment utiles à la communauté des candaulistes qui prennent conscience que leurs désirs, leurs pratiques ne sont pas "condamnables" et peuvent être mises au débat, discutées, comprises...

  • Merci beaucoup Domi,
    Ce serait une bonne idée ! Alors si un éditeur est parmi nous, ce serait avec plaisir.

  • C’est toujours aussi agréable à lire, en lisant, je pensais : Candaule si il met bout à bout tous les articles qu’il a écrit il pourrait faire un livre qui ferait un best-seller sur le thème qui nous est cher. Une fois encore bravo pour ce texte et tous les autres.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription