Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Isabelle se lâche en Belgique Episode 2

! Signaler un contenu abusif

J’entendis Isabelle s’éloigner dans le couloir avec Jean Marc. Je savais que c’était un prétexte pour qu’ils se retrouvent tous les deux. Aussitôt mon cœur se mit à battre un peu plus fort.
La porte du bureau claqua après qu’Isabelle soit entrée dans la pièce.
- Tu as l’air pensif Jessey ? Me demanda Fany en se levant.
- Non un coup de fatigue peut être.
- Tu veux boire quelque chose ?
- Non je crois que j’ai mon compte pour ce soir ! Je t’en remercie.
Je me mis à regarder la silhouette de Fany en train de rallumer une bougie sur le buffet laqué blanc du salon. Je la trouvais vraiment belle, fine, mince, classe, avec de belles petites fesses rebondies. Mon esprit se mit alors à fantasmer sur elle, oubliant quelques instants l’absence d’Isabelle et le trouble qui m’envahissait.
- Tu as apprécié notre restau ?
- C’était super.
- Serais-tu contrarié ?
- Dis…tu n’es pas jalouse de voir Jean Marc avec Isa dans cette chambre ?
- Si, comme toi, mais cela m’excite un peu pas toi ?
- Que vont-ils faire, tu crois ?
- D’après toi ? Isabelle semble apprécier Jean Marc !
- Tu t’en es aperçue ?
- Je connais mon oiseau. Je crois qu’il la veut ton Isa ! Il a envie de la goûter.
- Ahh ! Tu es douée pour lire dans les pensées !
- Je suis une femme Jessey… Ne crois-tu pas que je ne t’ai pas vu me regarder et me déshabiller du regard ?
- Moi…non…bredouillais je très mal à l’aise.
- Pinocchio ! Je ne te plais pas ? Tu n’as pas apprécié mes petites caresses au restau ?
- Hum, (je me raclais la gorge) je suis sensible…
- J’ai vu cela…tout au moins je l’ai senti…
- Difficile de rester stoïque face à de telles caresses…Fany
Fany revint vers moi et se planta les mains sur les hanches à un bon mètre de mes genoux.
- Tu n’entends rien ?
- Non…
- Viens ne fais pas de bruit on va écouter ce qui se passe dans le bureau de Jean Marc
- Tu es voyeuse ?
- On ne peut rien voir il n’y a pas de trou de serrure, mais on peut, peut être entendre
- Et si, ils sortent ? On aura l’air bête non ?
- On dira tout simplement que l’on venait les chercher. Allez lèves toi !
Je me levais, remettant mes vêtements en place et Fany me prit la main en m’entraînant vers la porte au fond du couloir. Elle était bien refermée. Nous n’entendions rien de spécial. Fany s’approcha avec mille précautions et me fit shhhuuutttt avec son doigt devant la bouche.
- Ecoutons.
Fany colla son oreille contre la porte. Je restais en retrait.
- Tu entends quelque chose ?
- Shuuuuttt ! J’écoute…il lui demande de se déshabiller.
Je sentis ma gorge serrer. L’émotion et l’excitation montaient en moi. Mon cœur tapait fort dans ma poitrine.
- Et alors ? Lui demandais-je sur un ton inquiet
- Je n’entends plus rien. Attends….
- oui ?
- Elle semble hésitante…il lui demande une deuxième fois de se déshabiller…
- Ahhhh
- Ca m’excite….attends…
- je….
- Il lui demande de lui faire voir sa chatte je crois qu’elle s’est déshabillée à présent
Je sentais que l’émotion disparaissait pour laisser place à une certaine excitation qui me prenait tout le bas-ventre. Fany tout en ayant l’oreille collée contre la porte, posa sa main sur ma braguette bien à plat... Pour ressentir la bosse que faisait à présent mon sexe dans mon Jean
- Il lui demande si elle s’épile ?
Avec dextérité les doigts de Fany firent descendre le zip de ma fermeture éclair
- Je suis excitée me dit elle. J’aimais me faire déshabiller par une femme.
Je ne répondis pas, regardant Fany défaire ma ceinture écarter mon pantalon et plonger sa main dans l’échancrure de mon caleçon.
- Cela t’excite aussi on dirait ?
Je ne répondis pas, j’étais comme figé, le sexe à l’air devant cette femme accroupie en train d’épier les mots et les bruits qui venaient de la pièce. Me regardant, tout au moins mon sexe libéré elle le caressa dans un long va-et-vient afin de l’ériger au maximum. J’étais très sensible à ce genre de caresse et surtout dans ce genre de situation très particulière.
- Il lui demande de retirer sa culotte ! Ton Isa va passer à la casserole mon Jessey !
Mon sexe eut un soubresaut d’excitation. Je voyais mon gland se gonfler dans le creux de la main de Fany.
- Je mouille tu ne peux pas savoir !
- C’est stressant lui dis je !
Elle me lâcha le sexe qui resta tendu vers le haut et retira son oreille de la porte. Elle se leva et entreprit de défaire la fermeture de son pantalon de lin. Je prenais conscience de cette scène d’un érotisme extrême. Derrière cette porte j’imaginais Isa nue se montrant à jean Marc, et là en face de moi Fany retirant son pantalon en évitant de faire le moindre bruit. Elle me fit un sourire complice alors que je découvrais son ventre plat sous lequel un magnifique string blanc avec une légère dentelle sur les côtés recouvrait avec beaucoup de peine son pubis. Sa peau uniformément bronzée tranchait avec le blanc de sa minuscule culotte.
- J’aime ton sexe me chuchota-t-elle en rangeant ses escarpins sur le côté du couloir…Il est beau et a une belle couleur. Je n’aime pas les sexes d’homme lorsqu’ils sont tout blancs.
- Que font-ils ? Demandais je inquiet
Fany me fit signe d’approcher d’elle. Elle me reprit en main mon sexe que je sentais aussi dur que du bois, gonflé de veines sur toute sa longueur. Je n’avais jamais vu mon sexe aussi déformé. Fany tout en me tenant le sexe de sa fine main ornée d’une magnifique bague recolla son oreille contre la porte. Elle souriait comme pour se donner du courage.
- Il lui demande de s’allonger par terre et d’écarter les cuisses. Me dit-elle en me faisant un clin d’œil.
L’image d’Isa doublait la scène que j’avais sous les yeux. Je l’imaginais s’exécutant, se mettre en position et montrer à Jean Marc cette intimité que j’aimais tant. Le sexe d’Isabelle était très beau. Parfaitement épilé, elle passait beaucoup de temps dans sa baignoire à entretenir son sexe, à l’épiler, à lui mettre des crèmes adoucissantes. Son corps était presque celui d’une jeune fille, mince, un ventre parfaitement plat, une toison dorée qui se limitait qu’au-dessus de sa petite fente.
Lorsque son sexe était très excité, il s’ouvrait gorgé de sang et de désir avec deux belles lèvres couleur chair, comme une corolle. Lorsqu’elle écartait ses jambes, on ne pouvait pas rester insensible à tant de beauté féminine, à ses trésors enivrants. Il émanait d’elle une sexualité douce, sans vulgarité, sans tabous lorsqu’elle avait vraiment envie de faire l’amour. A cet instant je savais que dans cette position offerte aux yeux de Jean Marc elle en avait la plus grande envie.
Fany continuait toujours à tenir mon sexe dans sa main et à me caresser de haut en bas, le regardant avec envie…et l’oreille collée à la porte. Sa deuxième main écarta le dessous de son string, là où se trouvait l’entrée de son sexe. Je vis une petite auréole humide, petite tache sur sa culotte qui trahissait ses motivations. Elle se mit à pénétrer un doigt dans son intimité.
- Je n’en peux plus me dit elle à voix basse…c’est super excitant tout cela !
- Et alors que font-ils ? Dis-moi…
- Il est en train de la prendre en photo shuuuutttt.
La main de Fany enveloppa mes bourses et je sentis qu’elle les malaxait avec beaucoup de douceur, faisant rouler dans le creux de sa main mes deux bourses gonflées et prêtes à offrir toute leur semence. J’ai rarement été autant excité qu’à ce moment présent.
- Il lui demande de le sucer…ah…c’est ce que Monsieur préfère le plus !
- Elle adore la fellation !
- Moi aussi ! Isa avale le sperme ?
- Souvent mais si l’homme ne lui plait pas elle ne l’accepte pas. Elle est très difficile.
Je me demandais quand elle allait abandonner ses caresses manuelles pour poser sa belle bouche parfaitement dessinée sur mon sexe brûlant.
J’imaginais la bouche d’Isa se poser sur le sexe de Jean Marc. J’allais jouir je le sentais et afin de me retenir, je me pinçais fortement la base de mon membre. Ceci avait la particularité d’éviter le déclenchement du processus de l’éjaculation. Cette action que je faisais me sauvait parfois…prolongeant ainsi mon érection et mon plaisir plus longtemps. C’est un Yogi qui m’avait appris cette technique.
Fany voyait parfaitement que j’étais plus que mûr, chaud, en ébullition totale. Bouche ouverte je reprenais ma respiration, admirant la main de Fany sur mon membre, prêt à rebondir, et ses doigts fins en train de fouiller sa vulve, que j’apercevais à peine du fait de sa position accroupie. Elle retira ses doigts de son sexe, les regarda mouillés sur toute leur longueur puis me les tendit afin que je les suce.
Je ne refusais pas cette offrande et je me baissais afin de prendre dans ma bouche les 3 doigts humectés de plaisir si féminin qu’elle me tendait. Je me mis à les sucer lentement aspirant dans ma gorge ce liquide au goût si subtil de la femme.
Je levais les sourcils afin de lui faire comprendre que je souhaitais connaître la suite. Elle replaça ses doigts dans son sexe.
- Je l’entends sucer et gémir Jean Marc
Je ne pus m’empêcher à cette image de prendre mon sexe en pleine main et de me baisser pour le présenter à la hauteur de sa bouche. La position n’était pas aisée.
Fany quitta sa position de guet pour prendre dans sa bouche mon sexe qui n’attendait que cette caresse. Je n’allais pas pouvoir résister trop longtemps. Elle donna de petits coups de tête pour faire entrer et sortir de son palais mon membre tendu.
J’aimais la douceur de ses lèvres sur mon gland et je devinais la douce sensation de sa langue s’enroulant autour de lui. Puis elle m’abandonna le sexe humidifié de salive pour remettre son oreille contre la porte
- Il est en train de jouir, il lui demande d’avaler son sperme.
Je remis mon sexe dans la bouche ouverte de Fany au moment où derrière la porte on entendit très distinctement le râle de Jean Marc…Il jouissait avec force crachant sa liqueur dans la gorge d’Isa.
A cet instant je sentis que Fany, autant excitée que moi, se mit à me sucer plus fortement aspirant toute ma semence dans un gargouillement indescriptible. Elle ne laissa rien s’échapper de sa bouche ; les yeux fermés elle dégustait en femme avertie les effluves salés qui inondaient à présent le fond de sa gorge

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription