Accueil > Témoigner le candaulisme >Questions à la communauté >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Interrogation

! Signaler un contenu abusif

Bonsoir,
Je suis une jeune femme, d’une trentaine d’années, sociable, épanouie et équilibrée, j’ai une fille de 5 ans dont je suis séparée du père à cause de plusieurs problèmes dont une infidélité chronique.
Voici mon histoire :
Juste après la rupture d’avec le père de ma fille, j’ai fait la connaissance d’un homme, 43 ans, très belle homme très riche, toujours bien habillé, courtois... Il me courait après et voulait à tout prix qu’on couche ensemble.
Le problème pour moi, c’était qu’il était marié. Il m’a dit tout de suite qu’il ne comptait pas quitter sa femme pour moi et que toutes les deux on devrait le partager, il m’a dit aussi que sa femme était d’accord ; il m’avait donné de l’assurance et a su être convainquant, sans vraiment réfléchir et ouverte d’esprit, j’ai décidé d’accepté la relation. Nos débuts étaient féeriques, restaurants bars, boites de nuit, voyages, shopping, coiffeur, esthéticienne... il me payait tout.
Après quelques mois il m’a installé dans un de ses appartement dans le même immeuble que son épouse dont j’ai fait la connaissance et qui m’a dit accepter ouvertement que je sois aussi dans sa vie à lui ; les deux appartements était presque identiques, très grand, modernes, luxueux, et une voitures à ma disposition… J’ai quitté mon travail pour tenir une boutique chic de vêtements qu’il a racheté pour moi. Je peux dire que socialement, j’ai grandi d’un coup et aux yeux de mes amis et de ma famille, je suis devenue celle qui a réussi, celle à qui on vient demander conseil et qui les résout toujours parce que j’ai les moyens.
Ma famille me cite souvent en exemple à leur entourage. Mais elle ignore que j’ai dû accepter dans mon couple déjà atypique par son caractère polygame des choses que je n’aurais peut-être jamais dû accepter.
En effet, il m’avait dit qu’il passerait trois nuits avec chacune de nous par semaines…
Très rapidement après que je me sois installée dans mon nouvel appartement, il invitait parfois son épouse à passer le dimanche « chez moi » avec nous. Tout se passait bien c’est une femme de 40 ans vraiment très belle, discrète, sensuelle, douce, souriante, et tant de choses encore… elle m’invitait parfois aussi avec ma fille. Un dimanche, on avait passé une excellente journée on avait bien rigolé, le soir on a mangé de bons plats qu’il avait fait livrer, accompagnés de bon vin. Sa femme ce soir-là allé savoir pourquoi est resté dormir chez moi. La nuit, alors que j’étais au lit avec « notre homme » comme j’aime l’appeler, après avoir mis ma fille au lit et sa femme dans la chambre d’amie, nous étions en train de câliner la porte de notre chambre s’ouvrit et je vis sa femme retirer sa nuisette et rentrer dans notre lit.
Je ne comprenais pas jusqu’à ce qu’il commence à l’embrasser ; en claire, c’était une partie à trois que j’ai dû accepter. Bien sûr c’était nouveau pour moi et surtout bizarre et contraire à tout ce à quoi j’aspirais. La seule raison qui m’avait fait accepter, c’était parce que c’était son épouse et que j’avais un peu trop bu. Les jours d’après il est vite passées à la vitesse supérieure et ses envies sexuelles sont devenues un gros sujet de discorde, quand-il m’a exprimé le souhait, ou plutôt annoncé, que sa femme nous rejoindrait régulièrement lors de nos prochains ébats. Bien que très ouverte en matière de sexe, la bisexualité ne me tentait pas du tout même si j’avais apprécié notre première relation.
J’ai clairement refusé au début et c’est à ce moment que nous sommes entrés dans un jeu de négociations que j’ai vite perdu.
Je suis dépendante de cet homme sentimentalement et matériellement et je sais qu’il peut me remplacer quand il le veut, alors j’ai accepté les plans à trois avec lui et sa femme.
Au début en fixant certain limites : que je n’aurai pas de rapport oral avec elle et que je ne la toucherais pas. Limites qui n’ont pas duré plus de 5mn. Elle était bien plus ouverte que ce que je l’étais elle était très entreprenante. Et lui son plaisir était de nous voir coucher ensemble. Il fait souvent que nous regarder en ce masturbant et il finit toujours par jouir dans l’une de notre bouche, je n’ai pas idée de la quantité de liquide que j’ai pu avaler depuis que je suis avec lui que ce soit le sien ou celui d’autre homme.
Et c’est ainsi qu’est rythmé notre vie de couple, notre vie de trio j’allais dire ; depuis 2 ans, avec des pratiques plus que libertines. Au début, j’ai accepté car nous étions (c’est du moins ce que je pensais) allés plus loin qu’une relation amoureuse.
Nous avons voyagé ensemble plusieurs fois pour différend pays d’Europe. Pendant ces séjours il nous amène dans des clubs échangistes ou soirée libertine, presque toutes les nuits. Sa femme prend du plaisir à ces jeux-là, se faisant prendre par beaucoup d’hommes inconnus sous les yeux de « notre homme ». Moi ; j’ai résisté les premières nuits ! Mais j’ai dû le faire pour éviter de le contrarier. J’ai moi aussi des relations sexuelles avec d’autres hommes.
Ça fait maintenaient plusieurs mois qu’il m’a entrainé à vivre des relations échangistes et d’un exhibitionniste extrême allant s’exprimer dans des lieux atypique.
Elle m’a dit avoir couché avec beaucoup d’hommes et a reçu en retour beaucoup de cadeaux. Et que je devrais faire pareil.
Elle n’a aucun problème avec le fait d’utiliser son corps dans ce but : elle aime le sexe et l’assume, la plupart du temps elle y prend beaucoup de plaisir. Son mariage a été fait sous contrat. Sa femme est une très bonne amie, sincère et je pense réciproque.
Même si il est vrai que je prends du plaisir à ce que je fais parfois. Aussi inexplicable que cela puisse paraître, j’éprouve un plaisir sexuel et mental d’une très forte intensité lorsque qu’il me traite comme son jouet, comme son esclave, et qu’il jouit de sa position de supériorité vis-à-vis de moi. Il y a bien d’autres façons de booster la libido dans une relation, surtout que nous sommes trois (je sais, là aussi, c’est gauche).
Et je me dis que si je refuse d’assouvir ses fantasmes candauliste, j’ai bien peur de devoir renoncer à ma vie d’opulence, de renoncer à l’appartement avec piscine, la voiture…
Je ne fais qu’utiliser les choses ; car tout est à son nom, y compris mon magasin dont il contrôle les activités et les comptes. Rien ne m’appartient vraiment quand bien même je pourrais en disposer comme je veux à condition d’accepter d’être son esclave sexuelle dont les fantasmes n’ont pas de limites. Il y avait un mois, il a invité à venir chez moi, « chez nous » un deux Italiens rencontré dans un club échangiste. Inutile de vous raconter la suite.
Parfois j’ai l’impression d’avoir été piégée. J’ai l’impression d’avoir vendu ma dignité pour avoir une vie de riche. Le quitter, j’y ai pensé seulement voilà, rien est à moi et malgré ça je l’aime. J’aimerais bien sortir de là, mais comment le faire tout en gardant le même niveau de vie ? Il promet de mettre l’appartement à mon nom, mais jusque-là, c’est pas encore fait.
Pour le faire changer je me dis que la seule solution pour moi, serait de tomber enceinte de lui (Sa femme ne peut pas avoir d’enfant). Mais comment être sûre que l’enfant sera de lui alors que lui-même prend du plaisir à m’imposer des relations intimes avec d’autres hommes, parfois sans protection ??? Ses fantasmes, je les assouvis donc avec de parfaits inconnus.
J’ai des périodes mixtes avec des phases où j’alterne entre envie et culpabilité.
J’ai un peu honte de le dire. C’est vrai qu’il m’arrive maintenant comme sa femme de prendre du plaisir et d’être dans un état d’excitation sexuelle puissant, dans ses comportements déviants. Je vis aujourd’hui une histoire d’amour et de sexe atypique, qui m’offre un niveau de vie que je n’aurais jamais pu m’offrir toute seule. Mais quand je fais un point sur ce que je vie, je pense que cette relation me fait entrer dans un système où je suis petit à petit devenue plus objet que femme, ou plutôt femme-objet. Le fait de prendre du plaisir sexuel à faire sa soumise ne m’empêche pas de conserver mon caractère, et donc une relation de couple, basée sur le respect et le dialogue.
Il semble qu’il y ait une escalade dans mes besoins sexuels car maintenant je deviens « complice » il m’arrive de devancer ses envies avant qu’il les exprime, en m’habillant sexy sans qu’il me le demande. Je prends même des initiatives le samedi dernier nous devions passer une soirée tous les deux sans personne d’autre nous sommes sortie moi habillée comme il aime me voir, lors de la soirée je l’ai stimulé, en flirtant avec un homme sans qu’il me le demande j’avais envie de l’impressionner et j’ai participé activement jusqu’à avoir des rapports sexuel dans les toilettes.
Il faut aussi que je me rende à l’évidence : être avec lui m’a habituée à un style de vie que je ne peux m’offrir seule et auquel je suis devenue plus ou moins dépendante.
Sauf que, et c’est là que le bât blesse, sa passion n’a cessé de croître. Telle une véritable drogue, elle s’est peu à peu transformée en obsession. Je n’ai plus aucun pouvoir sur la relation, et doit me plier à ces conditions ou aux conditions de ces messieurs qu’il me présente... Je ne sais pas si c’est un manque de volonté de ma part ou une envie enfouie de continuer. Je pense que je suis pervers masochiste car je pense par moment qu’il n’est avec moi que pour le sexe... Sauf qu’il m’est extrêmement difficile, même pour une femme sociable et avenante comme moi, de vivre ce type de jeux érotiques. Je me sens prise entre deux, dans un sens, j’aimerai tant arrêter, mais dans un autre sens, je suis prise d’envie…
Je vous remercie d’avoir tout lu, et encore plus si vous avez des avis.
Je suis un peu mélangée... Et j’aimerais des avis extérieurs !
Bisous.

6 Commentaires

  • Et si recit tenait du pur fantasme ?
    Meme si sa lecture est forte agreable...

  • Un avis un peu brutal peut-être mais j’assume : casse-toi ma fille, casse-toi ! Tu le dis toi-même : tu dépends entièrement de lui, tu es sa possession. Si la liberté signifie encore quelque chose pour toi, prends tes valises, prends ton enfant et pars.

  • Hé bien Anissa, il y a différentes manières de se prostituer. Vous pouvez tournez la question dans tous les sens, vous exercez une forme assez ancienne de cette noble activité (aucun jugement moral la dedans). Quand on est une prostitué, ce qui est une activité tout à fait honorable", autant le savoir.
    Vous n’avez pas besoin qu’on vous précise que le métier ne s’exerce pas uniquement au bord de trottoirs glauques et dangereux, vous le savez et on le comprend entre vos lignes. Vous êtes dans la forme améliorée et confortable de la maitresse entretenue, ce qui doit parfois vous conduire à pratiquer le sexe par devoir. Faite toutefois attention, votre ami se sert de vous pour son propre plaisir (et le votre j’espère) ce qui est dans l’ordre naturel des choses. Mais d’une certaine manière, il vous prostitue aussi (même s’il n’y a pas échange d’argent, il est inévitablement engagé dans une forme d’échange avec ses amis..) et petit à petit, on peu supposer que vous vous retrouvez dans la position de courtisane. Vous prenez la queue, vous sucez, vous vous mettez à quatre pattes pour le plaisir de ses amis... -et le votre j’espère !- mais vous êtes sur un chemin qui borde un précipice dans lequel on tombe quand on n’est plus aussi jeune et jolie.

  • D’après vous, vous avez la trentaine, cet homme vous paie une vie opulente à condition d’être sexuellement A SA DISPOSITION, au même titre qu’une "seconde épouse". Vous a t’il fait savoir s’il avait prévu une limite d’âge ? Qu’en sera t’il lorsque vous aurez, avec son épouse, atteint la cinquantaine ou peut être moins. Vous dites vous même que tous ses bienfaits, largesses et cadeaux sont SOIGNEUSEMENT à son nom. Comment concevez vous votre vie autant pécuniaire que sentimentale à l’âge de la retraite. VOTRE AVENIR EST IL AINSI ASSURE ?
    Ensuite pour le côté ...disons trouble de votre ..."travail", je ne me permettrais certainement pas de vous faire une quelconque remarque. C’est votre vie. Aux yeux de votre entourage vous passez pour -ayant réussi- s’il reprend ses "cadeaux" vous passerez pourquoi ?

  • Rien de "canduliste" dans votre récit, mais un manière de vivre qui vous regarde et que personne n’a à juger puisqu’elle ne fait du mal à aucun.
    Cessez de vous prendre la tête, le choix se fera avec le temps.

  • Bonsoir,
    C’est un peu... difficile après lecture (surtout pendant !) de ne pas être "embarqué" par la charge érotique de votre histoire.
    C’est pourquoi, arrivé au bout de votre récit, j’ai envie de vous dire :
    "Vous voulez qu’on vous dise de continuer ? Et pour ça, vous avez besoin du regard positif, valorisant des autres !?" Car vous avez une vision claire et objective de la réalité.

    Alors oui, votre vie est confortable et surtout, vous excite énormément. Votre sexualité est débridée, votre libido est tonique, puissante et... ne regarde que vous !
    La seule remarque réellement constructive à vous faire est au sujet de ces rapports non protégés : il ne faut surtout pas le faire, mais ça aussi vous le savez déjà !
    Difficile donc de vous blâmer en quoi que ce soit car ce serait vous juger et c’est hors de question. D’autant plus que vous semblez bien vous accommoder de la situation. Je crois que vos interrogations portent plus sur votre avenir, puisque vous évoquez même de faire un enfant avec cet homme ?

    Il y a toujours un moment où, quand on se pose les questions que vous vous posez, quand on soumet son histoire, sa vie aux regards des autres, toujours un moment où on appelle plus qu’un avis mais une forme de jugement. C’est le seul point inquiétant de votre histoire car ça révèle un petit moment de faiblesse.

    Pour autant que votre récit soit réel, celui de votre vraie vie, je ne crois pas que vous soyez faible ou perverse. Je crois au contraire que vous gérez bien la situation. Je vais me permettre de vous donner UN seul conseil : Comme pour les rapports non protégés évoqués plus haut, veillez à garder le contrôle de (et sur) votre vie, c’est essentiel pour plusieurs raisons et vous n’avez pas besoin de le montrer à cet homme et sa femme, bien au contraire.
    C’est essentiel pour votre sécurité psychique et matérielle, l’estime de soi, votre avenir et votre santé (rapports obligatoirement protégés !).

    Une dernière chose, la lecture de votre texte est terriblement excitante et déborde largement du cadre candauliste. J’y ai à la fois pris plaisir et aussi trouvé quelques échos de ma propre vie. Bref.

    Prenez soin de vous ! C’est le seul BON conseil qu’on devrait vous donner ici !
    Cordialement...

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription