Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Il fesse ma femme sur le prie dieu.(1)

! Signaler un contenu abusif

Un dimanche par mois nous nous rendons avec Isabelle dans une brocante sur la place arborée d’un petit village proche de chez nous. Lors de cette promenade dominicale, nous ne cherchons rien de particulier, nous flânons entre les stands et achetons si nous trouvons un objet intéressant.
Ce dimanche-là, nous nous arrêtons ensemble sur le stand d’un brocanteur qui expose habituellement des meubles anciens de belle facture. Nous avons Isabelle et moi repéré un prie—dieu comme nous en cherchions un depuis longtemps. Il est question d’un prie—dieu en tissus (pas en paille) avec un dosseret en bois noir torsadé sans croix, d’époque second empire. Nous avions parlé plusieurs fois de notre désir commun d’acquérir ce type de petit meuble pour le mettre près de notre cheminée. Effectivement Isabelle m’avais dit qu’elle fantasmait de se faire fesser, à genoux sur un prie-Dieu. Je lui rougis parfois le cul à la main, au martinet ou au paddle en cuir. Elle adore cela. Je la prends habituellement en travers de mes genoux et je la trousse pour abattre ma main sur sa culotte puis sur sa peau lisse. Je la fesse à différentes occasions : soit lorsqu’elle me pousse à bout à lors de disputes ou elle manifeste sa mauvaise foi délibérément, et dans ce cas je la prends par surprise, soit le soir quand elle me fait comprendre qu’elle a envie de sentir le feu sur ses fesses. Dans ce cas elle revêt son collant noir ouvert laissant paraitre ses fesses blanches ou elle met ses bas auto-fixant…Selon les circonstances, elle se débat pour échapper à la punition. Je lui dis que c’est une vilaine femme, que c’est une trainée puisqu’elle me trompe régulièrement avec ses différents amants. Quand je la punis, elle me promet de ne plus recommencer, elle me demande pardon alors que ma main s’abat implacablement sur sa chair blanche. Dans ces cas-là, elle mouille comme une folle et nous finissons à chaque fois par des ébats torrides qui lui arrachent toujours des jouissances spectaculaires et bruyantes..
Je saisissais le petit meuble pour le retourner et vérifier l’état de l’assise.
« Il est en parfait état » m’interpella le brocanteur.
C’était vrai, le tissus était superbe : apparemment refait récemment avec des petits clous bien posés. Isabelle s’approcha en me disant doucement : il est beau, il ferait bien à la maison et le tissus est joli, ça irait bien dans le salon…
« il fait 250€ et c’est pas cher pour un objet de cette qualité, en magasin vous en auriez au moins pour 200€ de plus »
Je faisais une moue dubitative…Nous commencions les négociations…Isabelle fit remarquer au vendeur que le prix était trop cher pour nous.
« je peux vous le baisser un peu , mais pas trop, c’est une pièce superbe… »
Je proposais à Isabelle de l’essayer : « Pose tes genoux dessus qu’on voit si c’est à ta taille… » Elle me jeta un petit air de connivence et après une hésitation, pris position de pénitence.
« Il sera parfait pour la prière, Madame, reprit le vendeur »
« nous ne sommes pas croyants, c’est pour un autre usage » …répondis-je en laissant ma phrase en suspens. Isabelle posa ses deux mains sur le haut du siège et se cambra doucement pour faire saillir son joli petit cul que nous mations le brocanteur et moi. Le brocanteur comprenait parfaitement que nous voulions faire un usage coquin du meuble qu’il vendait.
« Vous savez madame, je voudrai bien vous faire plaisir mais je ne peux pas baisser trop, c’est déjà une affaire à ce prix…Vous m’en proposeriez combien ?
C’est Isabelle qui reprenait la négociation… : « on ne mettra pas plus de 100€ dit-elle, en liquide si vous voulez…Mais je ne sais pas si le tissus irait bien avec notre intérieur…
« Eh bien je vous propose une chose : je vous le livre si vous voulez chez vous à la fin de la brocante, si vous n’habitez pas trop loin …Et si ça va avec votre intérieur, on fait l’affaire en liquide à 125…
« Ok pour la livraison ce soir, répliqua Isabelle , mais pour le prix, je reste sur mon offre à 100€, réfléchissez. »
« je vais y réfléchir, vous aussi de votre côté réfléchissez, on fera peut-être affaire ensemble… »
Le coquin de brocanteur laissait planer des sous- entendus et avait un petit sourire au coin des lèvres.
« voici notre adresse conclut-elle en lui tendant notre carte de visite, chacun réfléchit de son côté et on décide de finaliser ce soir, ça vous va ? »
« d’accord lui dit-il en lui tendant la main »…

Il était 20 heures quand la sonnette de la maison retentit.
Isabelle avait pris la précaution de prendre au distributeur de billets, 100 euros . « Pas plus » avait-elle dit, je ne mettrai pas plus…. »…J’ouvris la porte au brocanteur qui tenait le prie-Dieu comme un trophée. « voilà comme convenu »
« Entrez monsieur, nous vous attendions » lui dis-je.
Isabelle apparu. Elle s’était changée. Elle avait mis sa robe moulante en cachemire, des bas ou un collant blanc. Sa robe lui collait à la peau, on pouvait deviner qu’elle ne portait rien en dessous puisqu’il ne paraissait aucune couture…Elle était particulièrement désirable… Le brocanteur comme moi, la dévorions des yeux…
« Merci d’être passé comme convenu lui dit-elle. C’est là qu’on voudrait le mettre dit-elle en désignant l’emplacement auprès de la cheminée. Le brocanteur plaça le prie-Dieu à l’endroit indiqué par Isabelle. C’était vrai que le nouveau meuble était en parfaite harmonie avec la décoration du salon.
« Ah ben madame, vous ne pouvez pas me dire que ça ne va pas, on dirait que ça été fait pour votre intérieur !! »
« oui, vous avez raison, lui répondit-elle, eh bien voilà les 100 euros convenus…
<imgsrc=

3 Commentaires

  • Superbe récit. Très bien écrit et très excitant. On se surprend à désirer pareille aventure :)

  • voici la suite du texte qui n’était pas passée (entre la première partie et la seconde)
    merci de votre compréhension.

    -  Mais on avait dit que chacun réfléchissait de son côté…Moi je sais que ce prie-Dieu, il vaut 450€…, c’est pas pour le vendre à 100.
    -  -oui mais moi, je vous avais dit que je ne mettrai pas plus de 100€, d’ailleurs, j’ai retiré 100€ en liquide, alors on pourrait faire affaire ensemble
    -  -bien sûr ma p’tite dame, mais le compte n’y est pas …
    La situation semblait bloquée. D’un côté ma femme, têtue comme une mule, de l’autre le brocanteur qui ne voulait pas lâcher prise… Il fallait proposer quelque chose qui aurait pu faire consensus :
    « On pourrait peut-être trouver une solution…Disons 100euros et … »Isabelle laissait sa phrase en suspens
    « …Et je vous montre comment on utilise parfaitement ce prie-Dieu, par exemple… » reprit le brocanteur qui se saisit immédiatement de cette proposition d’ouverture, avec un air coquin non dissimulé …
    « D’accord pour moi dit Isabelle ! »
    Pour moi aussi continuais-je, si ma femme le souhaite, je n’y vois pas d’inconvénient, puisque c’est elle qui le souhaite
    « Affaire conclue renchérit le brocanteur en me tapant dans la main… » comme un maquignon
    Il enchaîna immédiatement en s’adressant à Isabelle :
    « Vous n’allez pas le regretter, vous allez faire une affaire, si vous êtes certaine de ce que vous voulez… »
    « Oui, montrez-moi, montrez-nous, on dirait que vous savez de quoi il retourne »
    « Mets tes genoux sur le coussin, ordonna-t-il en la tutoyant pour marquer son emprise, là, pas au milieu, sur le bord, indiqua-t-il en désignant l’endroit du doigt. » Isabelle s’agenouilla à l’endroit indiqué.
    « Maintenant, mets tes mains sur les boules en bois en haut, regarde, elles sont légèrement usées, c’est là qu’il faut placer tes mains, de chaque côté. Isabelle s’exécutait. Recule tes genoux encore, juste sur le bord du coussin…Isabelle lui obéissait, regardant devant elle.
    Le Brocanteur poursuivit la leçon : « cambre- toi !. Elle s’exécuta en faisant remonter son postérieur. Il posa sa grosse main sur les reins de ma femme et appuya en lui ordonnant d’une voix forte et insistante : « je t’ai dit de te cambrer, fais saillir ton cul, obéis ! « Elle fit un effort faisant remonter ses fesses, moulées par la robe soyeuse…
    Avec une rapidité étonnante il leva la main qui s’abattit à toute volée sur le cul d’Isabelle. Elle poussa plus un cri de surprise que de douleur, le cachemire de la robe atténuant la claque de la grosse main du brocanteur qui venait de percuter la chair tendre…
    « tu voulais que je te montre comment utiliser le prie-dieu, tu ne vas pas être déçue. Tu ne dois pas obéir à ton mari souvent…Tu as besoin de te faire corriger pour obéir, lui dit-il en abattant de nouveau sa main sur l’autre fesse…Pointe ton cul en l’air ! Dépêche-toi ! Isabelle répondit doucement « oui monsieur » en levant plus encore les fesses.
    « Tu es une bonne fille, tu comprends vite » dit le brocanteur en lui caressant les fesses par-dessus la robe. Il s’adressa à moi :
    « Elle doit avoir un sacré caractère, il faut la mater sinon c’est elle qui va porter le pantalon dans cette maison....Je vais vous montrer comment la corriger comme il se doit…Car elle mérite des corrections n’est-ce pas ?
    « Oui, elle les mérite, régulièrement »répondis-je avec un nœud dans la gorge…Je commençais à avoir une belle érection et la situation devenait sulfureuse… Mais après tout, c’est Isabelle qui l’avait voulue..
    « Tu as entendu ? Tu mérites tes punitions ! Tu le sais ?
    « Oui monsieur, c’est vrai répondit Isabelle d’une petite voix, je le sais, je ne peux pas m’empêcher d’être vilaine… »
    Il lui caressait toujours les fesses. Il descendit lentement la main sur les cuisses à la lisière de la robe et remonta doucement la main en la plaquant sur le collant. Il prit le bord de la robe avec chacune de ses grosses mains et la troussa en la rabattant sur les reins d’Isabelle. Se faisant il avait découvert son collant blanc ouvert. Elle était magnifique ainsi : ses jambes, magnifiées par le collant, l’ouverture dévoilant la peau bronzée de ses fesses, légèrement colorées par les deux claques qu’elle venait de recevoir.

  • Hummmm ! Voilà qui s’annonce passionnant !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription