Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Il faut bien une première

! Signaler un contenu abusif

Avant de venir mettre ma contribution j’ai beaucoup lu vos témoignages ici. J’y ai vu beaucoup de qualité dans l’écriture et dans la narration. J’espère que vous ne serez pas trop déçu par ma prose. Juste une petite présentation, nous avons dépassé la soixantaine et désormais nous sommes plus calmes côté sexe. Mais vos récits m’ont donné envie de vous parler de notre histoire.
Au début, comme beaucoup d’entre nous je suppose, je n’ai aucune idée de ce qu’est le candaulisme. La seule chose, dans un premier temps, qui me motive à convaincre ma femme, c’est l’envie de « ME » voir lui faire l’amour.
N’ayant pas le don d’ubiquité, je ne pouvais pas bien sur baiser ma femme et me regarder le faire. Je n’ai pas réfléchi bien longtemps pour trouver la solution. A savoir faire baiser ma femme par un autre.
Je voulais juste voir ses seins ballotter sous elle lorsque je la prenais en levrette, voir sa bouche me sucer alors que nous étions en 69, surprendre ses réactions quand je lui introduisais ma langue dans l’anus. Bref, voir tout ce que je ne voyais pas ou mal. Ne serait-ce que ses attitudes pendant l’amour alors que j’ai moi-même les yeux fermés ou que je suis concentré sur mon action.
Ce partenaire serait un nouveau moi. Un clone. Un outil. Je décidais que c’était la seule solution et je me mis à y penser sérieusement. Je commençais à imaginer des scénarii, en fermant les yeux je nous voyais dans notre chambre, sur le lit dans des positions plus sensuelles les unes que les autres. Je voyais déjà sa queue s’enfoncer dans la chatte soyeuse et humide de ma princesse. Je voyais son doigt jouer avec la rondelle brunâtre qui s’entrouvrait sous la caresse. Je voyais les tétons durcis pointer fièrement sur des seins gonflés d’envie. Je voyais, je voyais, je voyais surtout que ça me faisait bander de penser à ma femme se faisant baiser par un inconnu.
Du coup, cette vision germa si bien dans ma tête que ma première idée passa au second plan et que, désormais ma seule ambition, c’était de trouver un partenaire pour que je vois ma femme prendre son pied en se faisant baiser par un autre que moi.
Seulement voilà. Elle, elle ne me demande rien. Elle s’en fout que je ne puisse être à deux endroits en même temps. On baise. Elle prend son pied et c’est tout. Alors comment faire pour aborder le sujet d’une part et la convaincre de le faire ensuite ?
Finalement la solution est venue plus vite que prévu. Un jour ou plutôt un soir que nous baisions en rentrant du ciné. Le film avait dû l’émoustiller. On avait vu « Piège de cristal » pourtant. Rien de vraiment érotique. Peut-être les muscles de Bruce Willis je ne sais pas. Toujours est-il qu’elle était, comme parfois, très chaude. On a donc baisé. Je vous passe les détails mais c’était une baise très, très « hot ».
A peine allongé côte à côte. Encore tout essoufflés. Voilà t’y pas que je sens sa main se saisir de ma queue molle. Là, je dois faire une parenthèse. Je ne suis pas nul au lit, certes, mais je suis incapable de remettre le couvert dans la minute qui suit. Je peux recommencer plusieurs fois dans la nuit mais pas aussitôt fini. Nobody is perfect…..
En revanche, je ne perds pas le nord et je profite de l’occasion pour lui dire : « Désolé chérie, je vois bien que tu as encore envie, mais là, il va falloir que tu me trouves un suppléant, moi je ne peux plus pour l’instant. Tu m’as ruiné ! ».
Bien sur, sur le moment on en est resté là mais j’étais content d’avoir semé une première graine. De fait le lendemain je lui reparlais de notre soirée et je m’excusais de l’avoir laissée sur sa faim. Vous vous doutez bien qu’elle me répond que ce n’est pas grave, qu’on avait quand même baisé une fois, que c’était super, mais que, c’était vrai qu’elle était particulièrement excitée, sans savoir pourquoi, et qu’elle aurait bien baisé encore. Là aussi je prenais la balle au bond et je lui faisait remarquer que même si je l’avais dit en plaisantant la veille, ce n’était peut-être pas une mauvaise idée. Que pour son plaisir et son bonheur je serai prêt à introduire un autre partenaire dans nos soirées de baise.
« Mais t’es fou ! N’importe quoi ! Je ne veux pas d’autre homme. Tu me suffis largement. Je suis très heureuse avec toi. Tu me baises très bien. Mais ça va pas non !!! »
« Mais chérie ne t’emballe pas. Je ne te parle pas d’un autre homme dans ta vie. Je dis juste qu’on pourrait se servir d’un gode humain quand tu es particulièrement excitée. C’est tout. »
« Comment ça un gode humain ? Ceux que j’ai me conviennent très bien. »
« Peut-être, mais tes godes ils te caressent ? Ils te sucent tes tétons ? Ils te lèchent la chatte ? Et puis, essaie d’imaginer. Ferme tes yeux. Revient en arrière. Hier soir. Tu es excitée. Tu as envie de bite. Tu sens quatre mains sur ton corps qui te caressent partout en même temps. Tu sens une langue qui s’insinue entre tes grandes lèvres, qui joue avec ton petit bouton alors qu’une autre te lèche les tétons, puis tu sens… »
« Oh arrête salaud, tu le fais exprès, ça m’excite bien sur. Mais ce n’est pas une raison. »
« Écoute chérie, laisse cette idée faire son chemin. Je te promets de ne jamais te forcer à faire ce que tu ne veux pas. Tu le sais d’ailleurs. Je t’aime et je veux juste que tu prennes du plaisir. En sachant je ne te le cache pas, que tu me ferais plaisir à moi aussi si je te voyais te faire baiser par un autre. Et j’ajoute, un autre que nous choisirions ensemble ça va de soi. »
J’ai donc laissé passer un peu de temps non sans faire quelques allusions lorsque le moment était propice. Puis j’ai repris le sujet un autre soir après l’amour. En lui disant « tu vois, là, maintenant, à cet instant, si tu avais une autre bite à ta disposition, jure moi que tu ne la prendrais pas ?! »
Bien sur elle ne put dire le contraire et je marquais des points. Je profitais de mon avantage et du moment et je lui proposais de faire un essai. Juste une fois. On se trouve un mec sympa qu’on ne connait pas et qu’on ne reverra plus après. On baise et ciao. Après tu me diras si ça t’a plu, si tu veux recommencer, je ne t’imposerai rien.
Finalement elle se laisse convaincre et me dit qu’elle est d’accord d’essayer. Je suis content d’avoir réussi mais en même temps pas vraiment surpris. Je connais ma petite salope de femme quand même. Elle aime le sexe. Elle aime les mots crus. Elle veut bien baiser à n’importe quelle heure, voire n’importe où. Elle n’est pas dérangée qu’on voit tout ou partie de ses seins, qu’on voit sa culotte lorsqu’elle se baisse, même dans la rue et je pense que c’était déjà un signe encourageant, je n’ai pas eu de mal à lui déflorer sa pastille.
La prochaine fois je vous raconte notre première soirée à trois.

4 Commentaires

  • bonjour,
    j’ai lu avec intérêt vos contributions et trouve une certaine similitude avec les aventures que j’ai vécu avec ma femme et dont je relate ici le début. Où en êtes vous actuellement dans vos relations à plusieurs ?
    à vous lire
    Merci
    J

  • Merci de vos commentaires. La suite bientôt. Pour répondre à "candauamafemme", nous avions 38 ans pour ma femme et 37 pour moi à l’époque. Hélas le temps passe, cela fait 25 ans.........

  • Très excitant le récit, je me revois, il y a plus d’une dizaine années en arrière. Pouvez-vous me dire à l’époque Madame avait quel âge ? Vivement la suite.

  • super comme idee de lancement !
    jespere bientot la suite !
    bises

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription