Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Hiver au ski (première partie)

! Signaler un contenu abusif

Je vous avais raconté comment Claire et moi avions fait notre première rencontre à l’été 2012.
Cette rencontre avait été magique et m’avait révélé la sexualité débordante de ma jeune femme. Je savais qu’elle aimait faire l’amour puisqu’on se connait depuis plusieurs années et qu’on le fait pratiquement tous les jours quand elle est là. Elle se déplace beaucoup pour son travail.
Cet hiver là, nous passions elle et moi une semaine au ski à Méribel ; temps spendide, neige très bonne, de très bonnes vacances. A l’hôtel, nous avions sympathisé avec nos voisins de table, un jeune coupe d’à peu près notre âge et d’origine américaine.
Pas de soucis de communication car nous parlons tous deux anglais et l’homme parle assez bien français.
Au bout de quelques jours, un soir après dîner, ce couple nous demande si nous n’aurions pas envie d’aller en club avec eux. Comme Claire adore danser, aucun problème.
Nous voilà donc partis tous les trois après être passés un moment dans la chambre pour nous changer. Claire a remplacé son pantalon par une robe et ses bottes par des hauts talons ; Le club étant juste à côté de l’hôtel, la marche dans la neige n’a pas posé véritablement de problème.
Les américains commandent du champagne, Claire leur ayant dit qu’elle adorait ça et entre deux danses, on se prend une coupe. C’est en plus un aphrodisiaque pour Claire.
Le serveur nous indique, si nous le souhaitons, qu’au sous-sol ils ont aussi une piste un peu plus intime avec une musique un peu moins rythmée.
Comme on adore danser les slows, Claire et moi descendons au sous-sol ; l’autre couple restant en haut.
Effectivement, l’éclairage est très faible, légèrement coloré en rouge et la musique diffuse des séries de slows. Une dizaine de couples sont déjà là, souvent très amoureusement collés l’un contre l’autre.
On s’installe dans un petit recoin salon et on commande à nouveau du champagne.
On y voit là aussi un ou deux couples de notre hôtel.
On alterne les moments danse et les moments détente. Un homme, qui nous observait depuis quelques temps, me demande s’il peut inviter Claire à danser.
Je lui indique qu’il n’y a pas de problème et les voilà partis tous les deux. Quelques danses après, Claire vient se rasseoir à côté de moi.
Elle me dit qu’ils ont dansé un bon moment , qu’il est sympathique et qu’elle l’a invité à venir prendre une coupe avec nous.
Effectivement, quelques minutes après, je vois l’homme s’installer en face de nous autour de la petite table.
La musique n’étant pas trop forte, on arrive à discuter facilement.
Il nous dit être directeur d’un magasin de sports d’hiver dans la station d’à côté et moniteur de ski à ses heures.
Claire qui n’est pas trop douée en ski lui dit et il nous propose alors de nous accompagner le lendemain et de donner un cours à Claire. Chose conclue.
De retour à l’hôtel, on discute un peu de la soirée et de la journée du lendemain.
Claire reconnait que malgré notre différence d’âge, il doit avoir dans les 50 ans, cet homme a du charme et qu’elle n’y est pas insensible. Hum !
La journée du lendemain se passe très bien, très beau temps et toujours une très bonne neige. Je retrouve Claire à l’hôtel après sa journée de ski avec son moniteur personnel.
Elle me dit que le midi, ils ont mangé dans un restaurant d’altitude et qu’ils ont passé la journée sur les skis. Elle est très contente de sa journée. Ils l’ont terminé par la visite de son magasin tenu par ses employés.
Je sens dans le ton de sa voix qu’elle aurait bien quelque chose à me dire mais qu’elle ne sait pas comment me le présenter.
Je la laisse faire et elle finit par m’avouer que dans l’arrière boutique du magasin, ils se sont embrassés.
Nous avions toujours dit que nous parlerions franchement entre nous de toutes ses choses là.
Je me doute bien qu’elle ne va pas en rester là et finit par m’avouer que ce soir, il l’a invitée à prendre le champagne chez lui.
" Toute seule ?" lui demandai-je .
"Oui" répond t’elle.
Alors, je lui demande quelles sont ses intentions. Elle n’est pas idiote et elle se doute que ce n’est pas pour le plaisir de parler ski qu’il l’a invitée.
" Tu vas y aller ?" " Oui, si ça ne te dérange pas !"
"Tu as envie de te faire sauter par lui ?" "Oui"
D’accord mais tu me raconteras tous les détails. "D’accord" dit elle.
On dîne tranquillement le soir à côté de nos voisins américains et sitôt terminé, on monte à la chambre pour qu’elle se change.
Elle s’est douchée en rentant du ski et a commencé à se préparer pour sa soirée.
Sous-vêtements noirs, porte-jarretelle et bas noirs, jupe et chemisier noirs également. Sa jupe est assez courte et découvre bien ses longues jambes mises en valeur par une paire de très hauts talons.
Elle est assez grande, 1m75 pour 55 kg et très fine de taille. Des seins superbes.
Vers 22 heures, elle m’embrasse du bout des lèvres à cause du maquillage et je lui souhaite une bonne soirée.
Elle me frotte un peu le pantalon et me demande si ça me fait déjà bander. Je confirme.
Pendant qu’elle s’habillait, je la regardais et je voyais le spectacle très excitant que l’homme allait avoir sous les yeux. Elle se promenait dans la chambre en sous vêtements et le spectacle était superbe. J’aurais bien aimé la baiser debout comme je le fais quelques fois mais elle a refusé à cause de son maquillage qui serait détruit.
Une fois partie, je me suis mis au lit avec la télévision. Mais rien ne m’intéressait. Je pensais à Claire. Que faisait-elle en ce moment ? Était-elle encore habillée ou déjà à moitié nue ?
Avaient-ils commencé à baiser ? Est-ce qu’elle avait déjà joui ?
Une érection très forte me durcissait le membre.
Ma main partit au devant et je commençais à me caresser en me passant le scénario de Claire et de l’homme dans ma tête.
Une ou deux heures après, mon téléphone me réveilla. Au début, je crus à une plaisanterie puis enfin je compris que c’était les gémissements d’une femme que j’entendais. Je les reconnu.
Puis, les gémissements s’accélérèrent et j’entendis un grand cri rauque. Elle venait de jouir.
" Tu as aimé mon chéri ? C’est la troisième fois qu’il me fait jouir ainsi ! Je te raconterais". Puis, plus rien, communication coupée.
J’eus à nouveau pendant la communication une puissante érection. Je me fis jouir à nouveau.
Vers trois heures du matin, la lumière de la chambre me tira de mes pensées érotiques. Je n’avais pas réussi à me rendormir. C’était Claire qui rentrait, le visage assez marqué par la fatigue.
Elle se déshabilla rapidement, elle n’avait pas remis ses sous vêtements. Elle garda ses bas et vint se coller contre moi. Nos bouches se joignirent et je sentis sur sa langue un goût que je ne connaissais pas. Celui de l’autre homme.
Ma main alla directement se poser sur son sexe. Celui-ci était encore tout chaud et gluant, légèrement encore entrouvert. Elle n’avait pas pris de douche pour que je lèche leurs odeurs mélangées.
Je me mis immédiatement entre les cuisses de ma femme. Ma bouche et ma langue lui nettoyèrent le minou. Un peu de gel était encore sur son anus.
Elle me dit être très fatiguée car ils avaient baisé sans discontinuer et elle était épuisée.
Elle me raconterait demain.
Effectivement, elle s’est endormie dans la minute qui suivit.

4 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription