Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Episode 1 - Notre initiation couple cuckold soumis

! Signaler un contenu abusif

Bonjour. A mon tour aujourd’hui d’apporter ma contribution à ce site que j’ai souvent plaisir à lire.
Je suis un homme maintenant en début de sa cinquantaine et l’histoire que je vais vous conter s’est passée il y a déjà quelques années. J’avais à l’époque une femme, appelons la M. Pour préserver son anonymat.
M était une très belle femme. Un mètre soixante sept, les cheveux châtain clair, de beaux yeux verts, une bouche pulpeuse que tout homme avait envie de goûter, des petits seins en poire avec de beaux tétons, de superbes fesses à croquer, des hanches épanouies. Très féminine, M prenait toujours soin de s’épiler la chatte qu’elle avait douce et rebondie, ce qui mettait en valeur ses petites lèvres charnues.
Sexuellement, notre entente allait au delà de mes espérances. Malgré quelques réticences de circonstance, M adorait découvrir de nouvelles expériences. De nombreux gadgets venaient épicer nos ébats dont un gode énorme de taille appréciable qu’elle adorait se fourrer dans la chatte tout en me regardant droit dans les yeux. Mais ceci est une autre histoire…
Lors de nos ébats, M adorait que je lui chuchote dans l’oreille qu’elle était ma pute soumise et qu’un homme ou deux venaient nous rejoindre lorsqu’elle me chevauchait en amazone. L’un lui glissait sa queue dans le cul tandis que l’autre lui présentait sa queue à sucer. Elle s’imaginait alors prise de tous côtés… Cela avait pour effet de décupler son excitation et sa jouissance n’en était que meilleure. Elle m’avouait alors qu’elle fantasmait sur le fait d’imaginer de me sucer ou de baiser ensemble alors qu’un autre homme me sodomisait… J’avoue que cela me provoquait des orgasmes fulgurants.
De fil en aiguille, nous en sommes venus à en discuter plus ouvertement et cela s’est imposé à nous très rapidement comme une évidence… Nous décidâmes donc de nous inscrire sur un site échangiste bien connu afin de réaliser notre fantasme commun.

Notre annonce était très claire et les quelques photos explicites de M nous ont permis de recevoir de nombreuse demandes d’hommes seuls. M m’avait laissé libre choix sur le mâle à sélectionner. Au plus profond de moi, je savais déjà que mon choix se tournerait vers un homme plus âgé que tous deux, très viril, dominant. Les critères physiques esthétiques de rigueur ne me sont pas parus utiles sur le coup. Je précisais toutefois qu’un sexe large serait un plus, car j’adorais voir la chatte de M se dilater et coulisser doucement sur son jouet.
Parmi toutes les réponses reçues, une retint mon attention. Un homme de 58 ans prétendait répondre à tous nos critères voire même plus… Ce « plus » eut le don d’aiguiser ma curiosité. Je le contactais donc et lui demandais en quoi ce plus consistait. Il me répondit avoir un sexe hors norme sans me donner plus de précision. Lorsque je lui demandais quelques photos pour voir de quoi il en tenait, il me répondit qu’en tant que mâle alpha il n’avait pas à se justifier et qu’il avait deviné à la lecture de notre annonce ce dont M et moi avions besoin… Cette réponse agit sur moi tel un électrochoc et je me mis à bander immédiatement !
Nous convînmes donc d’un rdv au téléphone. Au moment d’appeler, M et moi étions stressés, mais aussi très excités. A l’autre bout du fil, l’homme qui s’exprimait était sûr de lui et nous annonçait qu’il n’en était pas à son premier cocufiage, ni à sa première éducation de couple. Un homme d’expérience donc. D’emblée il énonça ses conditions, qui somme toute étaient très simples. Nous devions l’appeler monsieur, ne parler que lorsqu’il nous le demandait et nous devions lui obéir en toutes choses. Nous devions également produire un bilan sanguin vierge de toutes MST. Si ces conditions étaient respectées il s’engageaient à nous emmener vers des sommets de plaisir dont nous ne pourrions nous passer par la suite. M accepta immédiatement ses conditions, ce qui me surprit et me signifia ma condition prochaine de cocu soumis. Puis s’adressant à moi, il me signifia que ma compagne serait désormais sienne et qu’il en userait comme il l’entendait. Son aplomb me désarçonna. Ses mots étaient comme des gifles, mais je sentais ma queue qui déjà dégoulinait dans mon slip… M s’en aperçut et m’avoua trouver la situation extrêmement excitante..

RDV fut pris quelques jours après. Ces quelques jours passèrent dans une atmosphère étrange. M et moi savions que cette rencontre allait probablement changer la façon d’aborder nos relations sexuelles. La peur nous nouait le ventre mais l’excitation restait la plus forte, nos envies ne pouvaient plus être enfouies. Ils nous fallait franchir le pas.
Le jour J arriva. Un jour d’été plein de promesses. M revêtit une de ses tenues les plus sexy et pour l’occasion avait acheté des sous vêtements tout en transparence, de ceux dont je raffole. Mais cette fois, je ne serais pas celui qui en profite et cela me mit une pointe au coeur.
Nous voici donc tous deux au lieu de RDV, à l’heure convenue.
Nos cœurs battent la chamade à l’instant de frapper à la porte de cet inconnu.
L’homme qui nous accueille porte solidement ses 58 ans. Plutôt grand, large d’épaules, corpulent, un ventre proéminent, le cheveu rasé de très près, une barbe de 3 jours orne une mâchoire volontaire. Ses bras sont puissants et velus, ses mains très larges. Pantalon noir, chemise blanche ouverte sur une gorge velue elle aussi. Ce gars doit être un animal me dis je pour moi même… Le contraire de moi qui suis peu poilu. Je me sens immédiatement sous son emprise et je constate dans les yeux de M qu’il en est de même pour elle.
Il nous invite à rentrer. Nous n’osons pas parler, nous sommes très nerveux, M surtout qui a tendance à jacasser lorsqu’elle n’est pas très à l’aise. Monsieur, lui est très calme, sûr de lui. Il nous invite à nous décontracter et nous assure que tout se passera comme nous le désirons… Ces paroles ne nous rassurent pas totalement.

Après les quelques explications d’usage, vérifications de nos bilans MST respectifs et le rappel de nos promesses, Monsieur m’ordonne de me foutre à poil. J’obtempère et me retrouve nu devant ma compagne et cet inconnu. Mon sexe pend mollement entre mes jambes, appendice inutile.
Il m’ordonne de m’agenouiller, jambes écartées et mains sur la tête. J’obéis docilement. M n’ose pas me regarder.
Son attention se porte alors sur M… Il la jauge du regard, tourne autour d’elle. Il la tutoie et lui pose des questions indécentes en usant de mots crûs. « Aimes tu les grosses bites » ? « Je pense que oui Monsieur » « Tu avales le jus des petites couilles de ton cocu quand tu le suce » ? « Oui, toujours Monsieur ». « Tu aimes le sperme » ? « Oui monsieur ». « Est ce que tu te fais enculer » ? « Parfois, mon mari aime ça Monsieur ». « Tu aimes voir un homme pisser » ? « ….Je ne sais pas Monsieur ». « Ton cocu te baise t-il souvent » ? « Je pense que oui Monsieur ». « Tu te branles avec des godes » ? « Parfois Monsieur. » Je vois à son regard que M est déstabilisée et tente tant bien que mal de répondre aux questions de Monsieur. Celui ci ne la quitte pas du regard et décide de passer aux choses sérieuses. Il demande à M d’enlever ses vêtements et de ne garder que ses sous-vêtements. M s’exécute. Monsieur la complimente, lui dit qu’elle est très belle, qu’elle a un corps qui appelle au sexe et qu’il va la prendre de toute les manières possibles, ici et maintenant devant son cocu de mari, qu’il va faire d’elle sa chose et qu’elle va adorer être sa soumise, qu’elle ne pourra bientôt plus se passer de sa bite… Il s’est approché et commence à la peloter, ses grosses mains se posent sur les fesses de M pour les pétrir vigoureusement. Il lui pelote les seins et lui tire les tétons. Cela a pour effet de faire lever ma queue. Monsieur s’en aperçoit et fait remarquer à M que ça excite son cocu de voir sa femme se faire peloter. Le salaud… Il a raison.
Ses mains pelotent M sous toutes ses facettes…Après quelques minutes de ce traitement, il ôte les derniers remparts de M. L’entrejambe de sa culotte est ravagée… En vainqueur, il vient m’exhiber son trophée et m’enfile le sous-vêtement sur le visage. J’adore le parfum du sexe de M, cela me met dans des états pas possibles. Je lèche le bout de tissu pour en recueillir ses sécrétions. La voilà nue face à lui, la chatte totalement rasée. Il la complimente et lui dit qu’il adore cela car il peut mieux voir son gros gland baiser une belle chatte nue… M rougit violemment. Monsieur part en exploration entre les jambes de M. Un gros doigt, puis deux pénètrent le sexe qui jusqu’à présent n’appartenait qu’à moi. Monsieur souris, satisfait de lui car il lui fait remarquer qu’elle mouille abondamment comme une pute. En effet ses gros doigts sont sortis poisseux de la chatte de M. Il les porte à son nez, les sent longuement et les suces goulûment. Il se régale et cela l’excite car je peux voir la déformation de son pantalon… Ses mains se concentrent un instant sur le cul de M, un doigt part en exploration, un avant-goût de sa queue lui dit il… M tressaille…
Après l’avoir longuement pelotée, il lui demande de lui ôter ses vêtements. M déboutonne sa chemise et lui enlève. Mes soupçons étaient exacts. Cet homme est un animal, velu comme un ours ! M s’agenouille et lui ôte chaussures et chaussettes. Les choses sérieuses commencent pour elle. Elle se relève et déboutonne le pantalon de Monsieur qui lui tombe au bas des jambes. Il s’en débarrasse d’un revers du pied. Celui ci est en slip blanc devant ma femme. Le paquet entre ses cuisses est réellement imposant et une énorme tâche humide, preuve de son excitation, le souille déjà. M ne peut détacher les yeux de la bosse qui déforme le slip… On y devine la forme d’un gland ainsi que celle d’une grosse paire de couilles, mais les dimensions semblent exagérées, irréelles… Cela amuse Monsieur, il la relève et prend M dans ses bras. Ma belle M si menue se retrouve entre les pattes de ce monstre ! La proéminence de son ventre velu s’écrase sur le ventre de ma chérie. Il la saisit par la nuque et l’embrasse goulument tout en la pelotant de partout. M d’abord surprise, s’abandonne à la bouche de Monsieur. Je peux même voir leurs langues se mêler. Monsieur lui pelote les fesses, les malaxant et les écartant sans ménagement. M gémit. Son bas-ventre vient se frotter sur la bosse qui déforme le slip de notre maître, ses hanches commencent à onduler.
La sentant prête, il lui ordonne de s’agenouiller à ses pieds et de venir lui lécher les couilles en bonne salope obéissante qu’elle est déjà…
Ma belle obéis, je peut voir son excitation grandir. Elle pose ses mains sur les deux grosses cuisses velues et musclées, remonte lentement vers le slip puis glisse ses deux mains sous le tissu du sous vêtement déjà bien humide et le glisse vers le bas. La vision du visage de M à quelques centimètres de la queue de Monsieur restera à jamais marquée en moi. Lorsqu’il disait posséder un sexe hors norme, il ne mentait pas !

Une queue de belle dimension sauta au visage de M… Mais la dimension n’était qu’accessoire car je n’avais jamais vu une queue pourvue d’un gland si énorme ni d’une aussi grosse paire de couilles ! Ce gland pendait au bout de sa queue tel un casse-tête indigène. Sa collerette était proéminente et sa couleur d’un rouge foncé. Un long filet translucide pendouillait de son méat urinaire qui devait faire trois fois la taille du mien. Ce gars là, quand il pissait devait faire des dégâts ! Ses couilles velues pendaient mollement derrière ce braquemard de dingue. Leur volume impressionnant, de la taille d’un pamplemousse. Monsieur ne laissa pas à M le temps de réagir et appuya sur sa nuque pour lui signifier qu’il était temps pour elle de commencer…
M s’appliqua de la langue à satisfaire notre maître, elle suça et lécha ses grosses couilles. A l’étage au dessus, la queue prenait son essor et atteignait des dimensions impressionnantes ! Ce gland ! Monsieur allait défoncer ma femme avec son pieu ! Celui ci ne s’arrêterait donc jamais de grossir ?
Monsieur demanda à M de le branler en même temps qu’elle lui bouffait ses grosses couilles. La petite main de ma belle saisit la grosse bite pour la branler, son mouvement arrêté par la taille imposante du gland. De voir ma belle agenouillée, ainsi soumise aux désirs de ce mâle me mit dans tous mes états… Ma queue entièrement dressée était douloureuse et je n’étais pas autorisé à soulager cette douleur. Je coulais non stop, ma liqueur glissant le long de ma queue et sur mes couilles. J’adorais regarder M se régaler de mon liquide annonciateur de jouissance, aujourd’hui ce plaisir me serait interdit.

« Suce moi » ! dit-il à M sur un ton qui n’autorisai aucune contestation. Ma belle prit d’abord la mesure du chibre des lèvres et de la langue, espérant échapper à la prise en bouche. Mais le rappel à l’ordre tombât et elle dût se plier aux ordres de Monsieur. Ses lèvres charnues s’écartèrent sur le gland énorme et dégoulinant qui coulissa lentement dans sa bouche. De la salive s’écoulait à la commissure de ses lèvres et venait tremper ses seins et son ventre. Le visage de M, sous l’effort, rosit. Le bruit de succion et de clapotis produit par les vas et vient de cette queue rendait cette scène des plus vulgaire. Monsieur accentuait même cette vulgarité en sortant précipitamment son gros gland de la bouche de M ce qui produisait un « pop » sonore qui semblait l’amuser !
Je n’en revenais pas de voir ma belle pouvoir avaler un si gros calibre ! Elle qui me disait être entièrement satisfaite de la taille dans les normes de ma queue.. J’en doutais dorénavant…
Monsieur soufflait et encourageait M de ses mots salaces. « putain de pompeuse, bonne suceuse, avaleuse de bite », j’en passe et des meilleures…
L’attention de Monsieur se porta sur moi. J’avais espéré qu’il m’ait oublié, mais c’était mal le connaître. Il m’ordonne de m’approcher et de venir embrasser M sur les joues uniquement. J’obéis.. C’est dingue. A quelques centimètres de mes yeux, je vois cette queue qui baise littéralement M en bouche. Je l’embrasse sur la joue et je peux sentir le mouvement de son gros gland sur mes lèvres à travers la joue de M. Le salaud pensait à tout ! M me jeta un regard, un de ceux qu’elle me lançait lorsqu’elle était très soumise… Elle adorait cela. Monsieur m’ordonna ensuite de lécher la salive qui débordait. Je commençais par les seins de ma belle, ce qui eut pour effet de la faire gémir. J’attaquais ensuite le menton et le pourtour de sa bouche. J’adore boire la salive de M et cet exercice ne me rebutait donc pas du tout. Les grosses couilles de Monsieur venait me frapper le visage et sa queue venait parfois frotter ma langue. J’enviais ma belle d’avoir le privilège de sucer cette queue exceptionnelle. Ce salaud semblât le deviner et sortit son chibre de la bouche de M.

Il me demande maintenant si sa queue me plait et si j’avais envie de le sucer. M allait donc enfin réaliser son fantasme de me voir sucer un homme… Je répondis par l’affirmative, que se serait un grand bonheur pour moi de pouvoir lui sucer la bite. J’attrapais de la main cette queue hors norme. Je branlais la queue d’un autre homme, là, maintenant. Et devant ma femme en plus. Cette bite dure et douce à la fois, je ne pouvais en faire le tour de mes doigts. Je branlais un peu Monsieur tout en lui léchant ses grosses couilles. M me regardait faire, une lueur salace dans les yeux. « Regarde bien ton cocu ma jolie, je vais lui faire aimer la bite autant qu’à toi et vous serez mes deux esclaves bien soumis. Pompe moi maintenant » ! J’ouvris la bouche et avalais ce gland monstrueux qui m’emplit totalement. Je sentais son liquide visqueux et incolore couler abondamment. C’était légèrement salé, loin d’être désagréable. Je m’appliquais à lui en soutirer le plus possible, transformant ma bouche en trayeuse. En le pompant, des idées folles me venaient déjà à l’esprit… Je m’imaginais me faisant enculer par ce pieux énorme lors d’un 69 avec ma belle. Serais je capable de prendre un tel pieu dans le cul ?..
Monsieur était loin de mes considérations… Il ordonne à M de passer derrière lui et de s’occuper de son cul avec sa langue. Je n’y crois pas ! Cela ne vas pas passer et M va refuser … Mais docilement elle le contourne, lui écarte ses grosses fesses poilues et entame un anulingus à Monsieur ! Ce salaud est aux anges, il gémit de plus en plus fort. « Mes salopes, vous m’excitez bien, vous êtes de bonnes petites putes toutes les deux ». ça y est, je viens d’acquérir le statut de femelle en plus de celui de cocu. Cela m’excite encore plus et j’essaie de lui démontrer que je le mérite en essayant de lui avaler le chibre encore plus loin en gorge. Mais c’est peine perdue.
Ce petit manège dure quelques minutes durant lesquelles M la langue sur le cul de Monsieur et moi sa bite en bouche fûment copieusement encouragés et traités de bien de noms orduriers !
Monsieur se lassât de cette situation et nous stoppa net. Il nous demanda de venir s’agenouiller tous les deux à ses pieds devant lui, sa grosse bite se balançant sous nos nez. « Maintenant, tu vas gagner ton statut de cocu soumis et tu vas m’y aider… Toujours d’accord avec ça » ? « Oui Monsieur, c’est ce que je veux et c’est ce que M veut aussi » lâchais-je.
Puis à ma femme : « Toujours d’accord pour devenir ma pute soumise et satisfaire tous mes désirs » ? « Oui, Monsieur, c’est ce que mon compagnon et moi voulons plus que tout ». « Ton cocu » la corrigea-t-il. Elle valida par un « mon cocu »…
Alors en position tous les deux ! Il me fit allonger dos sur le lit tout en m’interdisant toujours de me toucher. Je n’en pouvais plus ! Il demanda à M de venir se placer en position de 69 au dessus de moi, jambes bien écartées, le cul bien cambré et la tête posée entre mes cuisses. La vue que j’avais sur sa chatte était imprenable. Les grandes lèvres de son sexe gonflées, ses petites lèvres roses trempant dans sa cyprine. J’eus envie d’y plonger ma langue mais Monsieur nous interdit tout attouchements à tous les deux. J’imaginais l’état de ma belle avec ma queue gonflée à quelques centimètres de sa bouche…
Monsieur se présenta derrière M, la queue dure et lourde… « Maintenant petit cocu, montre moi vraiment que tu mérites ton nom.. » J’avais compris ce qu’il voulait. Il désirait que j’adhère totalement à mon cocufiage et que je lui offre ma belle pour lui abandonner tous mes droits sur elle.
Je saisis sa queue et la présenta à l’entrée trempée de la chatte de ma femme. Je frottais ce gros gland dans les replis de sa vulve, leurs jus se mêlèrent et il me vint une envie furieuse d’y goûter, mais cela aussi m’était interdit pour l’instant… M gémissait et commencer à pousser ses fesses vers le gland monstrueux, ses chairs s’écartant sous les assauts de la tête monstrueuse.. Cela n’allait jamais entrer !!!
Et pourtant, lentement mais sûrement le gland fit son chemin, dilatant le vagin de mon aimée. Une autre petite poussée et la collerette du gland fut avalée et Monsieur commença à pousser. « Voilà tu es cocu maintenant et ta femme ne t’appartient plus, elle est mienne maintenant. Regardes bien ma queue, je vais aussi m’occuper de son cul plus tard, c’est une super baiseuse, elle y arrivera ». « Maintenant, tu ne me sers à rien, retire toi et passes derrière, tu es autorisé à mater ». Je dégageais de sous leurs corps et vint me placer à genoux derrière le lit d’ou je pouvais voir le gros chibre prendre possession de M. Il posa ses grosses mains sur ses fesses, les écartant, prenant un malin plaisir à voir sa grosse queue aller et venir dans la chatte de M. De temps à autre, il sortait d’elle et je pouvais constater que M était entièrement dilatée, la chatte béante de ma chérie s’était ornée d’une sorte de mousse blanche..
Monsieur revint à la charge et poussa à nouveau son gros gland dans le sexe béant. M cria de surprise mais aussi de douleur, ses mains agrippaient les draps, son corps perlait de transpiration. Monsieur la saisit par les hanches et poussa, investissant sa chatte jusqu’à ses grosses couilles. Puis il commença lentement ses vas et viens. M gémissait non stop sous les coups de boutoir de l’animal. La grosse queue ramonait sans pause cette chatte totalement soumise désormais. M tremblait, ses jambes ne semblaient plus pouvoir la porter.
Monsieur décida de changer de position. Il se coucha sur le dos et ordonna à M de venir le chevaucher. M à califourchon sur Monsieur, je vis sa petite main saisir le gros chibre et le guider en elle. Voir ce gland écarter et pénétrer sa chatte était d’une obscénité totale. M s’empala totalement, jusqu’à la garde sur cette queue venue d’ailleurs. Elle fit une pause lorsqu’elle eut avalé entièrement se sexe puis elle commença à monter et descendre sur ce gros manche, s’arrachant des cris de douleur-plaisir. Monsieur lui avait saisi les fesses et l’accompagnait dans ses mouvements . Il grognait et lui disait qu’elle lui faisait monter le jus de ses grosses couilles dans sa queue, qu’il allait bientôt l’inonder. Bientôt mon cocufiage serait totalement consommé. Monsieur allait l’honorer de son sperme, il allait lui noyer la chatte de longues giclées crémeuses et abondantes vu la grosseur de ses couilles…

Je ne comptais plus pour eux, ils faisaient abstraction de moi tant leurs plaisirs respectifs étaient grands et partagés. M choisit ce moment pour se lâcher. Elle l’embrassait à pleine bouche, lui suçait la langue, léchait Monsieur sur le torse, sur ses aisselles noyées dans les poils. « J’aime ta grosse queue, j’en ai jamais prise d’aussi grosse, continue à me baiser comme ta salope, je suis à toi, fait moi tout ce dont tu as envie, putain ton gros gland me défonce, ça me fait trop de bien ». Leurs corps s’affolèrent à l’unisson. Monsieur annonça qu’il allait décharger. Ce fut le signal qui déclencha la jouissance de M. Elle se planta définitivement et profondément sur l’énorme bite qui lui procurait tant de bonheur et hurla sa jouissance. C’est cet instant que choisis Monsieur pour se planter bien au fond de la chatte de M pour se vider les couilles dans mon aimée. Je vis ses grosses couilles remonter et les contractions ininterrompues de sa queue qui se vidait profondément dans la matrice conquise. Sa jouissance paraissait interminable… Elle dura une éternité. Les contractions de sa queue ne semblait jamais vouloir s’arrêter. Son sperme s’échappait tant bien que mal de la vulve de M. Lui coulant sur les couilles et dans la raie de son cul. Il continua à baratter la chatte de M encore quelques minutes produisant un bruit obscène, puis s’immobilisa enfin. Sa queue revint à une taille à peu près raisonnable et s’échappa de la chatte martyrisée dans un filet visqueux. M resta affalée sur Monsieur , reprenant difficilement son souffle. La tête posée sur le torse velu de M, les jambes écartées de chaque côté du corps de Monsieur. La vue m’électrisa. J’étais toujours immobile, ne pouvant quitter du regard la chatte béante et rougie de ma femme qui laissait lentement couler d’épais filets de sperme blanchâtre.

« Cocu, nettoie moi la bite avec ta langue » ! Ordonna Monsieur. Tandis que ma femme embrassait Monsieur à pleine bouche, je m’approchai de l’énorme queue luisante de sperme et de ciprine mêlés, la souleva d’une main et pris bien soin de lécher toutes les sécrétions… Je m’attardais autour du gland, pressais sa queue de la base vers le sommet pour en tirer les dernières gouttes de liqueur que je tétais avidement, et m’appliquai à laisser une bite et des couilles impeccables, prêtes à resservir. Je n’aurais jamais osé l’avouer mais je me régalai et serais prêt à recommencer quand Monsieur le désirerais. Monsieur me regardais faire, et une fois fini me félicita pour le travail accompli..
Il me fit allonger sur le sol et ordonna à M de s’accroupir au dessus de mon visage. Je dus ouvrir la bouche et recueillir le flot ininterrompu de sperme qui s’écoulait de la chatte de M qui m’emplit la bouche. Après m’avoir fait déglutir, je dus accomplir la même tâche et nettoyer la chatte et le cul de M de ma langue ce qui eut pour effet de la faire gémir à nouveau. « Lèche, nettoie bien mon petit cocu. Régales toi… Tu ne pourras jamais en éjaculer autant que Monsieur » ! M’asséna t-elle Mon orgueil en prit un coup mais je m’appliquai encore plus tant l’envie de la satisfaire était forte.

Monsieur nous observait et cela lui provoqua une nouvelle érection. Sa queue reprenait un volume inquiétant, se redressant doucement mais inexorablement. Nous regardant, il commença à branler son pieux, frottant son gland dans la paume de sa main, agitant ses grosses couilles velues. Il se branla même son cul poilu d’un doigt ferme ce qui eut pour effet de faire grossir son gland, ce dernier était rouge, lisse, luisant, semblant prêt à éclater… Que nous réservait-il maintenant ?

Il vint s’asseoir sur le lit et nous fit agenouiller entre ses jambes. Il nous ordonnas de lui faire une pipe à deux bouches. M et moi posèrent nos bouches sur le chibre dressé et nous appliquâmes à faire coulisser nos lèvres sur toute sa longueur. « Vous me sucez bien mes petites salopes, vous êtes toutes les deux faites pour ça » … Surexcité, il m’ordonne de m’allonger sur le lit et vient placer ses fesses au dessus de mon visage. « Maintenant tu vas bien me bouffer le cul pendant que mon autre pute va me pomper le gland ». J’ai devant moi ses fesses musclées et poilues. Au centre, trône son anus, large anneau de chair rouge palpitante noyé dans les poils, le tout baignant dans la sueur et des restes de sperme que je n’ai pu nettoyer de ma langue quelques minutes auparavant. Tout est démesuré chez cet homme, pensais-je.. Il s’appliqua d’abord à frotter sa raie culière sur mon visage, du front au menton, puis vint coller le trou poilu de son cul sur ma bouche. J’embrassais et léchais son fondement, oubliant toute fierté masculine. J’y enfonçais même la langue, aussi loin que je pouvais, lui arrachant des grognements de plaisir. « Comme ça, enfonce bien ta langue dans le cul de ton maitre, bouffe moi bien le cul, vas plus profond ».. Je faisais de mon mieux pour le satisfaire. M de son côté, pompait l’énorme gland tout en lui massant les couilles d’une main habile. Cette garce savait y faire, car Monsieur nous signala qu’il n’allait pas tarder à juter.

Il nous fit à nouveau changer de position. Nous plaça à genoux, joue contre joue, bouches jointes aux commissures des lèvres de manière à ne former qu’un orifice de nos deux bouches grandes ouvertes. Il se plaça devant nous et commença à se branler, dirigeant sa grosse queue vers nos bouches jointes. Après s’être amusé ainsi quelques minutes, plongeant son gland à tour de rôle dans nos bouches, il nous ordonna de ne plus bouger car il n’allait pas tarder à se vider les couilles dans nos bouches et sur nos gueules de putes soumises comme il disait. Sa branlette s’accéléra, son gland se tendit comme une énorme prune mûre. Puis il lâcha en criant de longues giclées de sperme crémeux et gluant dans nos deux bouches réunies et sur nos visages. Je n’avais jamais vu un homme éjaculer autant, ni avec une telle force. Il lâcha bien une quinzaine de giclées. Il nous demanda de déglutir, puis il me fit lécher le sperme sur le visage de M. Elle dut s’acquitter de la même tache sur mon visage. Son sperme avait aussi atteint nos cheveux et coulé sur nos ventres, mais nous ne fûmes pas autorisés à procéder au nettoyage…

Semblant satisfait, il nous fit rhabiller, il ne nous congédia pas avant d’avoir pris M dans ses bras pour lui manger la bouche. Elle lui prit la nuque en approbation et lui flatta même sa grosse queue maintenant au repos.
« Filez maintenant mes petites putes, je vous rappellerais bientôt quand j’en aurais envie. Le cocu, prends bien soin de ma femme, je te la confie pour quelques jours »…
« Je vous le promet Monsieur ».
La porte claqua, nous laissant abasourdis sur le palier. M me sauta dans les bras tout en me remerciant pour cet après-midi irréelle. Elle m’accorda un profond baiser au goût de sperme et me déclara « Je t’aime mon amour, mon petit cocu… Ce soir je m’occupe de toi ». Nous partîmes, totalement heureux, complices comme jamais !
Cela fut le premier épisode de notre rencontre avec Monsieur. Notre sexualité venait de changer à tout jamais….

4 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription