Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

En réponse à mon mari.

! Signaler un contenu abusif

Bonsoir,
Mon mari m’a fait lire son témoignage, je comprends ce qu’il traverse mais c’est aussi ma vie, c’est moi qui décide de la façon de prendre du plaisir ! Même si je me sens coupable envers mon mari.
Beaucoup de lecteurs ont réagi à son article, cela m’incite à développer davantage le sujet.
J’ai toujours aimé être guidée, être au service des autres, être le jouet… quand j’ai rencontré mon mari, et c’est avec lui que j’ai découvert en quelque sorte la soumission (donc il est un peu responsable lol). Au début, les jeux étaient simples. Me préparer en tenue vraiment sexy, jupes, robes courtes pantalon moulants chaussures à hauts talons, chemisier transparent, pour faire les courses ou sortir, m’exhiber sur les plages naturisme J’aime plaire et être regardée, je peux même dire que j’adore ça, j’étais ouvertement déshabillée du regard. Il me laissait le matin de petites choses à faire, à porter… Ces jeux se sont alors développés au fils du temps, par exemple : prendre un bain. Je devais me caresser lentement sans précipitation, puis mettre de l’huile sur tout mon corps avec la fenêtre ouverte sachant que l’on me voyait. Durant cette préparation le plaisir montait alors doucement. A la salle de sport je dois mis rendre en tenue, très très féminine très aguichante dans un maillot ou un collant de sport très près du corps en étant nue en dessous ! Puis par la suite et dans différents endroits, je m’exhibais toute nue en public…chez nous mon mari ne veut pas de rideau malgré le vis-à-vis.
Mon mari m’avait offert et emmené chez un tatoueur pour un tatoo, sur la cheville j’étais super anxieuse et très excitée en même temps ! Pour l’occasion il m’avait demandé d’être sexy, je m’étais donc mise un top transparent qui dévoilait mes seins et une mini-jupe sans culotte pour que le tatoueur voie mon intimité, alors pourquoi autant de réticence pour les piercings.
Je visualisais le plaisirs que je lui donnais et, en même temps, j’étais rempli d’un bien être, d’une excitation. Quand il rentrait à la maison, j’étais souvent habillée d’une jupette d’un cache cœur, robe légère, ou simplement nue sous mon peignoir sous sa demande. Avec mon mari j’avais une vie normale mais avec du sexe tout le temps, n’importe où, et à longueur de temps. Puis mon mari me parlait de son fantasme qui était de me voir faire l’amour avec un autre homme et de participer en même temps. Cela semblait l’exciter très fortement et après m’être renseigné j’ai appris qu’il était candauliste. Je ne comprenais pas ce désir de me voir dans les bras d’un autre homme mais je dois l’avouer cela m’intriguait, j’étais tentée d’essayer pour lui faire plaisir et aussi par curiosité. J’ai expérimenté plusieurs fois ce type de relation, ils ont pu et su profiter de mon corps et de tous mes orifices devant lui. Il est vrai que c’était excitant de se faire pénétrer par un autre que mon mari, avec des sexes de tailles et d’endurance différentes. C’était super sympa aussi de sentir se promener sur mon corps une bouche et des mains inhabituelles. Pour mon compte personnel, à chaque fois, j’ai beaucoup mouillé ! Et mon mari n’était pas le dernier à être excité. Je n’y comprends rien, qu’attend-il de moi au juste ?
J’aime toujours mon mari, malgré qu’il se soit enrobé, négligé je lui ai déjà dit qu’il se laissait allé, il y a un an j’ai été licenciée. Quand j’étais seul, au chômage, je me branchais sur internet je regardais des vidéos pour adulte je passais parfois une à deux heures par jour à me masturber, et je suis tombée sur des sites ou la femme était soumise et j’ai remarqué mon attirance pour la soumission, en lisant certains blogs, en m’informant, ces pratiques m’interpellaient comme si elles étaient faites pour moi.... Avec mon mari j’ai enchainé les rencontres pour son plus grand bonheur mais j’étouffais. Il ne s’est aperçu de rien. Pris par son travail et la routine, il ne se posait pas de question, pour lui tout était normal. Et puis il y a eu cet homme mon maitre, alors là c’est le genre d’homme que l’on rêve toutes de rencontrer pour son physique de rêve, son sex-appeal, son charisme à faire pâlir le plus beau nous avons longtemps discuté par clavier interposé. Le dialogue avec cette personne s’installa, et on se rendit compte que nous avions des affinités, j’ai pris un RDV pour qu’il me fasse l’amour devant mon mari puis en dehors de sa présence. J’ai eu la chance de tomber sur lui, expérimenté, sérieux et respectueux......j’ai pu découvrir la soumission. Bien que j’aime mon mari, j’avais besoin d’avoir mon jardin secret, d’aller voir ailleurs. Je ne pensais pas pouvoir aimer deux hommes en même temps, j’avais peur de faire un transfert de l’un sur l’autre de me perdre, mais au contraire cela m’a permis de me rendre compte de la faisabilité, avec mon mari c’est de la tendresse et mon amant c’est de la fermeté ou j’abandonne tout contrôle. Mon amant ne veut pas que je vive avec lui car il a son fils en garde alterné et peut me recevoir que quand son fils est chez sa mère. J’aime être avec mon mari lui raconter ce que mon maitre me fait faire en lui caressant le sexe, et il aime m’entendre lui raconter. J’aime et je respecte mon mari et il me le rend bien. Il me caressait avec douceur les seins, les cuisses, les fesses, le sexe…meurtries.
Je ne sais pas comment l’expliquer vraiment mais la domination est une prise de pouvoir lente, qu’il réalise avec respect. Je me comportais comme la majorité des femmes : faire des tâches ménagères de tous les jours et le sexe avec un certain plaisir.
Pour moi, un des plus grands plaisir avec mon amant, c’était l’humiliation... C’est ce qui m’excite le plus et donc me fait le plus d’effet, la pluralité masculine tous ces hommes comme un seul avec des tentacules. Je ne saurais pas l’expliquer, j’imagine que c’est une question de totale confiance et de lâcher-prise... Je me mets totalement entre ses mains. Et puis il a beau me traiter de salope ou de chienne pendant nos Séances, après celles-ci je n’en reste pas moins sa chérie d’amour.
Pour moi la sexualité et le plaisir sexuel restent honteux même si j’adore, de m’imaginer qu’on me force à l’acte sexuel ou de le faire pour faire plaisir me permet de « me laisser aller », de me dédouaner de tout sentiment de culpabilité, et de pouvoir ainsi prendre d’avantage de plaisir. J’aime la supériorité de mon amant, autant qu’à jouir contre mon gré, plutôt que comme des salopes qui aiment le sexe (même si au fond de moi je sais que j’en suis une). Les relations sexuelles à plusieurs, l’utilisation d’accessoires ou la copulation dans des " lieux risqués " plus il me prend sauvagement, plus il me domine et plus j’aime ça.
Je ne saurais pas vraiment dire ce que ça m’apporte d’être dominée, surtout du plaisir en fait. Le plaisir d’aller plus loin avec mon maitre, de lui faire assez confiance pour m’abandonner à lui, et sentir que lui aussi me fait confiance. Lui avouer que ça me plairait qu’il m’attache m’a prouvé que l’on peut faire tomber des tabous. J’aime le sexe ! J’aime baiser avec mon amant ET faire l’amour avec mon mari.
Je sais que certains ont du mal à s’imaginer que l’on puisse avoir du plaisir dans ce genre de pratique.
J’aime ses deux hommes, différemment avec de sentiments partagés, j’ai une réelle attraction pour chacun deux et une véritable difficulté à faire un choix. Au plus profond de moi je suis consciente que je fais souffrir mon mari, je ressens déjà assez de pression par le simple fait d’être attirée par eux deux.
D’un autre côté, le plaisir dans la douleur physique n’est pas réserver au seul pratiquant du D/S. Dans le sport, la douleur physique peut être très pressente, son acceptation ne la transforme pas en souffrance mai en plaisir. En endurance sportive, on va chercher à atteindre ce seuil de sécrétion d’endorphines qui nous fait atteindre un état quasi second…mais seuls les sportifs peuvent comprendre ça.
Et bien pour moi une réelle souffrance va se transformer en réel plaisir grâce aux yeux de mon Maitre, tout simplement comme quand je fais du sport.... Maintenant tout le monde ne fonctionne pas comme cela, je le comprends bien. Mais pour mon seul cas personnel, je l’explique comme ça. Je ne regrette pas ma curiosité sexuelle, c’est un moyen de décompresser, de lâcher prise par rapport à mon quotidien. Et mon mari sait que j’ai signé un contrat avec mon maitre, et que dans deux ans je souhaiterai avoir un enfant avec lui (mon mari pas mon amant). Ne t’inquiète donc pas mon amour et profitons du moment car je sais que toi aussi tu profites de cette situation petit coquin...et tu sais que tout cette semaine je suis à toi et rien qu’à toi.
Voilà, merci aux personnes pour leurs avis très instructifs sur le témoignage de mon mari, que je laisserais sans analyse volontairement. Vos commentaires, par contre, sont les bienvenus surtout si vous avez de l’expérience dans le domaine Soumission Domination candaulisme.
Ton épouse
Bises.

35 Commentaires

  • Madame
    Ce qui ressort de vos propos c’est un infantilisme navrant. Dépassez cela. Sinon un jour votre mari à bout de patience vous claquera la porte au nez et vous verrez si votre employeur d’amant s’embarrassera de vous. C’est une vie très triste qui commencera.
    Le sexe n’est pas tout dans la vie et au bout du compte c’est pas beaucoup une partie de jambes en l’air.
    La seule chose qui vaille le coup c’est l’amour et le couple. Grandissez, prenez la situation en compte avec maturité, souciez vous réellement, profondément de votre mari, réinventez votre sexualité sur des bases d’union véritable, libertinez si vous voulez mais en accord profond et dans le respect de l’autre.
    Quant à vous Claude, cessez de louvoyer entre vraie souffrance et mauvais plaisir. Positionnez vous clairement. Ca aidera.
    Personne ne diabolise personne. Personne n’a la prétention de savoir tout sur tout, mais votre cas est caricatural et il n’y a que vous pour ne pas y voir clair.
    Prenez soin l’un de l’autre. L’amour c’est ça.

  • Merci Kallipyge31 pour ce témoignage plein d’intelligence et de bon sens, qui saura peut être faire plus réagir que nos messages. Très intéressant, ou vous montrez que justement, vous avez su réagir à temps. On espère que la femme de Claude elle aussi saura le comprendre comme vous l’avez compris.

  • Tout ce que vous dîtes est juste Kallipyge31. Après, encore faut-il que la prise de conscience ait bien lieu, et avant qu’il ne trop tard.
    Nous ne pouvons que l’espérer. Mais la femme de Claude n’en est vraiment pas à ce stade...

  • Essayons d’apaiser les émotions de tout le monde. Parler sous le coup de la colère et de la tristesse n’amène jamais rien de bien positif. Chacun y va de son avis pensant avoir raison alors que ce qui est important n’est pas d’avoir raison ou tort mais d’essayer d’ouvrir le débat et de s’enrichir les expériences des uns et des autres pour s’ouvrir l’esprit et se poser éventuellement des questions sur son propre fonctionnement. Juger les autres ne fait que nous complaire dans nos certitudes en n’ayant en plus qu’ une vision extérieure de la situation. Naturellement, on voudrait aider chacun des protagonistes mais la lecture de certains témoignages ne peut que blesser les personnes concernées et ne servir qu’à soulager sa propre colère. Mais qu’apporte t’on à Claude et à sa femme ? Peut-être une piste de réflexion mais les véritables prises de conscience ne se font malheureusement pas quand on le décide ou parce qu’on avance des arguments qui nous paraissent meilleurs que les autres. Chacun a son chemin personnel et de couple si je puis dire. C’est toute la difficulté et la richesse de la vie à deux.
    Mon expérience de couple pourra peut être aider la femme de Claude et ce dernier, bien que j’émette une réserve car il faut souvent beaucoup de temps et de recul pour comprendre les choses qui nous arrivent, pour les analyser.
    Je suis en couple depuis dix sept ans avec mon mari et nous avons trois enfants. Il était libertin avant de me connaitre et bien que ces pratiques me fascinaient quand nous nous sommes connus, je n’ai jamais voulu faire de l’échangisme car trop jalouse pour le supporter. Nous avons trouvé un terrain d’entente avec le triolisme et le candaulisme bien qu’il n’a pas été simple pour moi de le comprendre. Très rapidement, je me suis aperçue que je tombais amoureuse de mes amants et que je n’aimais pas en avoir plusieurs à la fois. J’ai souvent souffert de ses relations et mon mari était toujours présent pour m’accompagner bien qu’impuissant face à ma souffrance. Il pouvait être présent ou absent selon les fois mais ce qui comptait pour lui, c’est que j’ai du désir et du plaisir. En effet, je souffrais de vaginisme (incapacité à me faire pénétrer) et il m’a proposé d’essayer avec d’autres hommes pour qu’on ait une sexualité ensemble. Cela a fonctionné mais mon désir envers mon mari n’était pas aussi fort qu’avec mes amants. Ma libido était orientée à l’extérieur de notre couple mais nous avions un bénéfice secondaire ... celui d’arriver à avoir une sexualité malgré tout et une excitation commune. Je suis tombée amoureuse d’à peu près tous mes amants et mon mari me disait être excité par cette idée. La dernière relation que j’ai connu a dévié radicalement des autres. Jusque là, les hommes dominants m’attiraient beaucoup mais celui-ci me plaisait encore plus car il switchait et j’adorais le fait qu’il assume sa féminité. Bref, j’ai réellement voulu vivre le polyamour défendant bec et ongles l’idée auprès de mon mari. Je me sentais capable d’aimer deux hommes voire trois et que mon mari fasse la même chose. Ce projet de vie me transcendait complètement. J’y croyais dur comme fer. Mon amant, que nous avions vu deux fois avec mon mari devenait au fil du temps un autre amour pour moi. Je ne le voyais plus que seule et mon mari ne s’opposait pas vraiment à mes sorties. La seule chose qu’il me disait, c’était qu’il aurait voulu être présent de temps en temps. Mon amant ayant un profil particulier, les rencontres à trois étaient compliquées à mettre en place. Les deux situations (candaulisme avec la présence de mon mari et voir mon amant seule) me plaisaient mais je me laissais emporter par ma relation avec mon amant qui m’excitait au plus haut point. J’avais le sentiment que je ne faisais pas vraiment souffrir mon mari, qu’il s’accommodait de la situation. Parfois, nous avions des discussions un peu virulentes et s’il m’avait demandé officiellement de ne plus voir mon amant, j’aurais été dépitée, contrainte et je lui en aurais certainement voulu, un temps en tout cas. Comme je lui ai souvent dit "Tu ne peux pas savoir tant que tu ne t’exposes pas". Quand on prend goût à avoir un amant régulier, certaines choses sont quasi inévitables et c’est insidieux. Quand on vit cette situation consentie, on ne se voit pas comme égoïste. Mon mari me voulait épanouie mais pourquoi poserait-il des conditions alors qu’il m’a toujours poussée et encouragée ? Il était parfois mécontent mais toujours excitée quand j’étais salope. De quoi en perdre le nord ! Le raccourci est vite fait dans ces cas là. J’ai souvent pensé qu’il n’assumait pas d’être cocu mais qu’au fond, cela lui convenait.
    J’étais totalement aveuglée par mon excitation et ma fantasmatique pour cet amant qui tour à tour me dominait ou m’était soumis. Mon désir obsessionnel pour lui accaparait chacune de mes pensées et je l’entretenais volontairement. Je voyais bien que mon désir était moindre dans mon couple mais je me satisfaisais de ce semblant d’équilibre. C’était devenu mon mode de fonctionnement. Mais c’était sans considérer ce qui ce passait en fond. Mon mari a tenté d’accepter l’idée du polyamour et a commencé à "travailler" dans ce sens. Mes sorties en solitaire devenaient monnaie courante et il n’y trouvait plus d’excitation. Je me disais qu’en trouvant une maitresse, il comprendrait et serait heureux à terme. C’est dire combien je me mentais, je nous mentais. Puis, un jour (Dieu merci), mon amant m’a dit aimer deux autres femmes et mon mari m’a parlé d’échanges virtuels avec une autre femme. Tout ce que je prônais me revenait dans la figure ! Une chance avec le recul mais sur le moment, ma réaction a été de l’ordre du choc émotif. J’ai subi une sorte de régression psychique dont j’ai mis plusieurs mois à me remettre pour comprendre que tout cela n’était qu’une belle histoire que je m’étais racontée, une délicieuse illusion que j’étais bien incapable d’assumer. Je me suis fait face, réellement, prenant véritablement conscience de ce que j’avais fait, de la souffrance que j’avais infligée malgré moi à mon mari et à moi-même. Tout ce en quoi j’avais cru s’est délité, effrité et a disparu.
    Aujourd’hui, j’ai tout arrêté allant même jusqu’à refuser des relations avec des hommes qui sont dans l’adultère alors que je ne leur en tenais pas rigueur jusque là. Je réfléchis beaucoup aux valeurs à respecter et à la ligne de conduite à adopter au sein du couple et avec un partenaire potentiel. Le temps fera son oeuvre mais l’essentiel aujourd’hui est de me recentrer sur mon couple parti à la dérive.
    Je comprends maintenant avec le recul que nous avons fait de nombreuses erreurs, tous les trois. Sont-elles inévitables quand on veut vivre pleinement sa sexualité ? Je l’ignore. Chacun retire les leçons de ses propres expériences. Ce qui me parait évident, c’est qu’il faut poser des limites de fonctionnement sans avoir peur de perdre sa ou son partenaire et de ne pas oublier sa légitimité. Sinon, au delà de ces limites, on peut vivre totalement librement mais peut-être est-ce plus compatible avec le célibat qu’avec une vie de couple. C’est un choix de vie à assumer dans un cas comme dans l’autre.

    La femme de Claude ne mérite pas d’être diabolisée mais encouragée à se poser les bonnes questions en considérant véritablement la souffrance que son mari lui exprime. Le candaulisme pourrait faire penser à une liberté totale de la femme car son plaisir et le dépassement de ses limites sont toujours les bienvenus pour le mari. Mais le piège de la pratique est qu’on passe au dessus des inconvénients car le moteur d’excitation est plus fort et l’ego du mari sous estimé. Et quand la femme se révèle dans sa sexualité et qu’on lui demande de se freiner, tout à coup, cela peut être perçu comme une injustice pour elle et l’avenir bien fade quand elle a connu des plaisirs forts. Il me semble important de savoir faire une réelle pause. Il n’y a pas d’urgence à vivre des expériences fortes. Un peu de raison permet d’ouvrir les yeux sur des choses que l’on impose sans le vouloir.

  • Ouais...comme ça, si votre couple casse, on sait déjà que c’est de la faute de tous ces couillons sur internet qui ont dit n’importe quoi.

    Vous êtes à pleurer. Je plains sincèrement votre homme ! Vous êtes le cas d’école, l’exemple même de ce qu’un couple candauliste ne doit pas devenir. Et en soit, vous nous aurez aussi servi. Vous êtes en pleine dérive, et vous vous en prenez à nous plutôt que d’assumer.

    Fin de la conversation pour moi, je n’ai plus rien à rajouter. Y’a rien à rajouter à quelqu’un qui répond sans cesse à côté et qui s’emmitoufle dans son ego quand on montre d’ou vient le problème.

    Bon courage à vous deux, vous en aurez besoin

  • Si quelqu’un doit aller voir un thérapeute ce n’est pas lui mais vous deux ensemble... Vous parlez comme si vous étiez déjà séparés.

  • J’ai une énorme pensée pour Claude. Il était perdu et a voulu ouvrir son cœur. Je l’imagine maintenant dévasté à la lecture des écrits de sa femme, qui disent en substance "je t’aime mais ton avis et ta souffrance comptent moins que ma relation avec mon Maître. Donc je décide de te faire souffrir encore". Il doit se demander où est l’amour là dedans, et qui est cette femme si égoïste et cruelle qu’il croyait connaître.
    Je n’ose pas espérer que madame reprenne ses esprits...

    Je pense que nous avons ici une très belle illustration d’une des dérives possibles quand on se lance dans le candaulisme. De par la liberté que lui offre son mari, la femme se sent toute puissante et part en vrille, oubliant que cette liberté et cette force étaient faîtes pour servir le couple, et non l’oublier.
    C’est tellement triste.
    Claude vous avez tout mon soutien :-(

  • Je n’ai rien demandé c’est mon mari qui est venu exposer notre vie privée je suis juste venue donner mon point de vue car à aucun moment on tient compte de mon ressentie mon mal-être de cette situation je ne contrôle pas mes sentiments mon mari ma fait découvrir le libertinage je n’aurais jamais pensé arriver à cette situation maintenant si il veut divorcé ou prendre du recul par rapport à notre couple même si ce n’est pas ce que je veux car je l’aime je l’accepterai car je j’aime aussi ce que je vis avec cet homme j’en serais triste d’en arriver là mais je ne peux pas choisir et si on me force la main ça ne ferait certainement pas prendre une bonne décision j’avais prévu de rester cette semaine avec lui mais maintenant je doute je vais réfléchir sur cette situation chez une amie je ne sais pas si il a trouvé des réponses au près de vous mais ce que je sais c’est que maintenant je m’en pose beaucoup trop voilà ce qu’il a gagné de vouloir garder l’exclusivité il va finir par me perdre, je lui ai dit de patienter que je l’aimais que je le ferai plus participer qu’il fallait me laisser vivre cette expérience mais bon voilà maintenant c’est moi qui est perdue et je sais que je suis têtue et que si j’ai une idée dans la tête rien ne me fera changer voilà maintenant le bateaux prend l’eau... Je ne souhaite plus me justifier donc voilà ma dernière participation mon mari fera ce qu’il veut mais je lui déconseille de continuer à écrire sur ce forum et plutôt d’aller voir un thérapeute...
    Je ne vous dit pas à bientôt...

  • Oh putain.

    J’ai été calme jusqu’à présent, mais là tu réveilles en moi le trou du cul qui sommeil. Et tu sais pourquoi ? Parce que t’es une merdeuse, et que les merdeuses, je les respecte pas.

    Tu es tellement à court d’argument que tu te contentes de nous dire "oulala c’est pas gentil de nous donner des conseils" et nous pondre 10 lignes pour nous expliquer qu’un médecin qui fume va conseiller aux autres de pas fumer.

    Ils sont où tes arguments ? tes explications ? ton mec poste un message pour dire qu’il est perdu. Et toi comme toutes les greluches qui répondent ici suite à ce genre de messages, tu te contentes de justifier. "oué mais je suis libre de faire ce que je veux, je ne suis pas un objet". Et ton homme dans tout ça ? Et les questions qu’on a posé et sur lesquels on s’interroge ? pourquoi tu les éludes toutes pour juste répandre ton commentaire nauséabond et qui n’apporte absolument rien ?

    Je vais te dire. Ton homme à fait une grave erreur : il t’a mis sur un piédestal en te mettant au centre de son désir sexuel et en te proposant le candaulisme. T’es juste pas faite pour ça. D’une part car tu ne penses qu’à ta gueule, et d’autres part car t’es incapable de te contrôler un minimum pour respecter ton couple.

    Non seulement tu es inconsciente, mais en plus t’arrive à foutre ça sur le dos de ton mari (oulala il a pris du poid le vil gredin) et des commentaires des gens sur ce site. Tu sais, les gens pour qui tu t’es sentie obligé de te justifier, ils ont pris sur leur temps pour répondre des commentaires réfléchis et structurés dans le but de vous aider. Car moi j’ai quoi à y gagner à pondre un pavé ici ? quedal ! j’essai juste d’aider un mec qui fait un appel au secours. Et le plus triste dans tout ça, c’est que toi, ça fait 8 ans que t’es mariée avec lui, t’es censée le connaitre. Mais non, à force de peter plus haut que ton cul t’as tellement de merde entre les 2 oreilles que t’es incapable de te rendre compte de la gravité de la situation pour lui. Alors que nous on a cerné son probleme après 2 messages de lui ici.

    Mais bon tu vas pas reconnaître tes tords, noooooon. Ca voudrait dire avouer que t’es pas si parfaite que ça. Ca voudrait dire aussi te priver de cette relation que tu vis avec ton amant (qui a l’air d’en avoir autant rien à foutre de ton mari que toi d’ailleurs). Noooon autant rester aveugle. En plus ton mari a l’air de tellement t’aimer qu’il est prêt à accepter tous tes caprices, même s’il proteste un peu. Il t’aime trop pour te quitter hein ?

    Tiens, vu que tu aimes les comparaisons. Tu es comme cette personne qui boit trop et qui dit "non je suis pas alcoolique je prend qu’un petit verre de temps en temps". T’as un grave problème psychologique et t’es incapable de t’en rendre compte.

    Je vois pas l’avenir, mais j’ai pas besoin de ça pour savoir que ça va finir mal cette histoire. Et j’ai pas besoin de connaitre en détail vos 8 années de mariage pour savoir que t’as foutu un énorme grain de sable dans les rouages de votre couple et que t’as pas du tout envie de l’enlever. Et un grain de sable dans un rouage, ça le fait sauter. Alors tu seras plus ici pour venir pleurer quand ça arrivera et tu auras peut être même oublié mon existence. Mais tu te rappelera quand même de tout ces idiots qui t’ont jugé ici et tu te diras "mince ils avaient raison".

    Je suis resté autant poli que je pouvais par respect pour Claude qui semble être un homme bien et amoureux et qui, visiblement, mérite mieux que ce que tu lui offres. Il va sans doute pas apprécier ce que j’ai dit sur toi mais je suis un homme entier, j’ai mon opinion sur les choses, j’ai vu la detresse de ton homme et j’ai voulu l’aider. Mais tu es un cas desespéré, j’en suis désolé pour lui.

  • Bonsoir,

    En effet nous ne sommes pas dans votre tête mais vous nous faites partager vos pensées, donc on y est quand même un peu. Je ne comprends pas bien ce que vous souhaitez trouver ici. Des conseils sur la Domination/soumission alliée au candaulisme ? Je pourrais vous en parler un peu en message privé, ma chérie était l’amante d’un Maître, moi j’avais le rôle de votre mari. Dans une configuration différente. Allez lire mon premier témoignage ici, et écrivez-moi, si vous voulez. Mais vous devriez trouver davantage sur des forums consacrés au BDSM (je vous conseille d’aller faire un tour sur Le Palais de la Soumission, c’est très bien et très ouvert).

    Ceci étant, je suis triste de lire des choses comme "je suis libre, je fais ce que je veux, si mon mari n’est pas content qu’il se débrouille". Triste parce que là, on est clairement pas dans le candaulisme, ni même dans le respect de l’autre, en fait. Bien sûr que vous êtes libre, que vous faites ce que vous voulez, mais justement... comment pouvez vous sciemment faire du mal à un homme que vous aimez ? Comment pouvez-vous refuser, au nom de votre liberté, de prendre en compte les sentiments de votre mari ? Je trouve cela très égoïste. Où est la complicité, le jeu de couple, dans vos paroles ? Où est le bonheur partagé ?

    Après comme vous le dites, ce n’est que mon opinion, mais il me semble que cette manière de penser ne peut vous faire que du mal. Une question me vient, votre amant, faites-vous d’autres choses avec lui, qui n’ont rien de sexuel ? Ou alors votre lien est-il exclusivement cantonné au sexe ?

    Quoi qu’il en soit, vous êtes ici sur un forum candauliste, donc vous recevrez des commentaires au travers de ce prisme. Votre mari est candauliste, ça ne fait pas de doute, mais la relation que vous avez avec lui ne l’est pas. Au nom de votre liberté, vous brisez les limites du candaulisme (et libre à vous), pour vivre ce qui ressemble beaucoup à un adultère assumé, voire revendiqué, et accepté par votre mari, non sans mal. Car finalement, a-t-il le choix ? Vous parlez de votre liberté, mais qu’en est-il de la sienne ? Certes il peut toujours vous quitter, mais s’il vous aime, c’est sans doute la dernière chose qui lui fait envie. En somme soit il prend la porte soit il accepte que vous ayez un amant. Heureusement qu’il est candauliste, finalement, sans quoi vous seriez séparés depuis longtemps.

  • Je suis une femme, je suis candauliste, je suis soumise à mon Maître... Et je pense quand même qu’il y a un problème dans votre comportement...
    Vous vous êtes exposés volontairement sur le site. Si vous n’acceptez pas que des gens vous donnent un avis contraire à vos envies, si vous n’êtes pas prête à écouter, il ne faut pas parler et vous exposer au départ...

    J’espère de tout cœur que vous trouverez la bonne voie, mais malheureusement ça me semble mal parti. J’en suis désolée.

  • "Voici la contribution d’une femme qui tient à partager les stratégies de défense qu’elle a imaginées et déployées, seule, pour résister aux injonctions collectives de ce site."

    C’est marrant, c’est toujours la faute des autres. On voit sopn ego, mais quand quelque chose ne va pas, la responsabilité individuelle ? Connait pas.

    "Vous ne savez pas ce qui se passe dans la mienne."

    Visiblement, vous non plus. Et c’est bien ce qu’on pointe du doigt et là ou on cherche à éclairer les warnings. Mais bon, après, ce qu’on dit...

    "Lorsqu’on viendra vous voir pour vous demander un conseil, c’est d’être à l’écoute. Gardez vos yeux grands ouverts et lisez vraiment ce que votre interlocuteur vous écrit."

    Je vous retourner le compliment.

    "Ne faites pas tourner votre esprit à toute vitesse en essayant de trouver la solution qui vous-va-bien sans savoir exactement ce que vie la personne."

    Personne n’a eu la prétention de vous trouver une solution. Qui serait t’on ? Par contre, on a au moins identifié le problème, à vous de le remédier. Après, si ça vous embête à ce point qu’on l’identfie pour vous, ça valait pas le coup de poster dès le départ.

    C’est un vrai dialogue de sourd cette histoire. Vous êtes juste vexé, votre égo a juste pris une claque parce que VOUS êtes mise en cause, et refuser de l’admettre.

    "Relaxez-vous. Très souvent c’est tout ce que l’autre désire. Un peu de compréhension et de chaleur humaine."

    Il a bon dos l’humanisme tient ^^

    "Il est de toute façon beaucoup plus facile de donner des conseils quand on n’est pas concernée."

    Ouais, vous pouvez pas comprendre, vous êtes que des ploucs qui connaissent rien à la vie.
    Bin si, même nous on a eu des problèmes de couples, qu’on a résolu, tant bien que mal. Encore une fois, pourquoi jeter l’opprobe sur tes interlocuteurs, ça t’avance à quoi. Nous aussi on a nos ennuis, qu’est ce que vous croyez au juste ? Sauf qu’en l’occurence, le sujet ne traitait pas de nous, mais de vous (je vous laisse relire ce que vous avez vous même écrit

    "Prenez l’exemple des fumeurs. Beaucoup d’entre eux sont des gens intelligents parfois des médecins qui peuvent facilement comprendre les effets nocifs du tabac, et pourtant, ça ne les empêche pas de continuer à fumer, avec les risques que l’on sait"

    Attendez, je reviens, je vais cherche le rapport. Bougez pas, je vous jure je trouverai"

    Sans aller à cet extrême, il en va de même pour moi. S’il ou elle ne comprend pas le conseil dans “ses tripes”, il ou elle a peu de chance de changer son comportement."

    Dans ce cas, ne nous accusez pas de pointer le problème, mais plutot qu’il n’y a pas de solutions dans l’immédiat. Moi, ça m’ira très bien.

    "Vous portez un jugement moi à qui vous faites des suggestions, ces derniers sont très mal reçues et sûrement pas acceptées."

    Absolument pas, mais il n’y a pas meilleur sourd que celui qui ne veut entendre (ou qui entend ce qu’il souhaite)

    "N’espérez pas un que je suive vos conseil suite à votre jugement"

    Ca tombe bien, on en a pas donné

    "bien au contraire, un vent de rébellion que je suis vous faites me cabrer, et même peut être appliqué l’inverse !"

    Ok, donc à toi de t’adresser à ton homme et de lui dire que vous vous en branlez de son avis.

    "Vous semez le doute dans mon couple plutôt qu’autre chose."

    Incroyable. C’est monsieur qui est venu poster le premier pour nous témoigner son mal-être. Qui se fout de la gueule de qui dans l’histoire ?

    Dans les films, vous avez toujours le héros qui vient donner le bon conseil à celui qui a des soucis. Automatiquement, ce dernier applique immédiatement ses idées géniales (c’est normal, c’est un héros) et tous les ennuis sont résolus avec quelques cascades et dans un grand éclat de rire. Vous pensez, consciemment ou inconsciemment, qu’il en est de même dans la “vraie” vie on n’est pas dans un film.

    "GNEEEEEEEEEEEE ???"

    Une femme n’est pas une chose ou un objet (sauf si c’est elle qui le décide)... et n’est, donc, pas la propriété de son mari...

    On vit au XXIème siècle, ce genre de conneries n’a même pas lieu d’être... la femme a des sentiments des envies.

    "Oui...après, à elle de voir si ses envies mettent en danger son couple. Elle a droit de tout foutre en l’air, c’est sur. Comme l’homme d’ailleurs.

    Bon, j’ai même pas le courage d’aller plus loin, visiblement vous n’avez même pas lu depuis la première ligne. Mais bon, c’est pas grave, vous êtes le reflet de cette société post moderne. Le progrès...c’est génial.

  • Voici la contribution d’une femme qui tient à partager les stratégies de défense qu’elle a imaginées et déployées, seule, pour résister aux injonctions collectives de ce site.
    Quand j’ai écrit vos commentaires, par contre, sont les bienvenus surtout si vous avez de l’expérience dans le domaine Soumission Domination candaulisme.
    Vous avez du vous arrêter avant la fin. Vous vous prenez pour des experts dont les diagnostics sont des paroles d’évangile. Mais ça, c’est juste vous, ce qui se passe dans votre tête. Vous ne savez pas ce qui se passe dans la mienne.
    Lorsqu’on viendra vous voir pour vous demander un conseil, c’est d’être à l’écoute. Gardez vos yeux grands ouverts et lisez vraiment ce que votre interlocuteur vous écrit. Ne faites pas tourner votre esprit à toute vitesse en essayant de trouver la solution qui vous-va-bien sans savoir exactement ce que vie la personne. Relaxez-vous. Très souvent c’est tout ce que l’autre désire. Un peu de compréhension et de chaleur humaine.
    Il est de toute façon beaucoup plus facile de donner des conseils quand on n’est pas concernée.
    Prenez l’exemple des fumeurs. Beaucoup d’entre eux sont des gens intelligents parfois des médecins qui peuvent facilement comprendre les effets nocifs du tabac, et pourtant, ça ne les empêche pas de continuer à fumer, avec les risques que l’on sait. Vous aurez beau leur expliquer et faire vos recommandations, ils ne changeront pas d’avis. Sans aller à cet extrême, il en va de même pour moi. S’il ou elle ne comprend pas le conseil dans “ses tripes”, il ou elle a peu de chance de changer son comportement.
    Vous portez un jugement moi à qui vous faites des suggestions, ces derniers sont très mal reçues et sûrement pas acceptées. N’espérez pas un que je suive vos conseil suite à votre jugement, bien au contraire, un vent de rébellion que je suis vous faites me cabrer, et même peut être appliqué l’inverse ! Vous semez le doute dans mon couple plutôt qu’autre chose. Dans les films, vous avez toujours le héros qui vient donner le bon conseil à celui qui a des soucis. Automatiquement, ce dernier applique immédiatement ses idées géniales (c’est normal, c’est un héros) et tous les ennuis sont résolus avec quelques cascades et dans un grand éclat de rire. Vous pensez, consciemment ou inconsciemment, qu’il en est de même dans la “vraie” vie on n’est pas dans un film.
    Une femme n’est pas une chose ou un objet (sauf si c’est elle qui le décide)... et n’est, donc, pas la propriété de son mari... On vit au XXIème siècle, ce genre de conneries n’a même pas lieu d’être... la femme a des sentiments des envies. Je suis libre, et je n’appartiens à personne. Je peux faire mes propres choix, ce n’est pas mon mari qui doit décider pour moi, je l’aime c’est vrai mais si il n’est pas prêt à accepter mes choix il est assez grand pour savoir ce qu’il a envie de faire. Et mes plaisirs sexuels ne regardent que moi. J’ai choisi ma soumission sexuelle mais pas celle de mon quotidien. Quand j’ai commencé à avoir des relations de soumise avec cet homme, je ne me suis pas précipitée, j’ai réfléchi. J’ai fait une liste de ce que je voulais, et de ce que je ne voulais pas. J’avais envie depuis longtemps de vivre une expérience comme celle-là.
    La plupart des femmes connaissent davantage leur machine à laver que leur appareil génital, moi je sais ce que je veux ou je ne veux pas et ce que je fais, contrairement à ce que peuvent penser certain.
    Donc bienvenus si vous avez de l’expérience dans le domaine Soumission Domination candaulisme qui peuvent peut être me comprendre, les autres ne peuvent qu’imaginer… (Ce qui est déjà pas mal). Prodiguez vos conseils avec gentillesse et surtout ne juger pas sans connaitre. Vous ne connaissez pas ma façon de penser, ni ma vraie situation dans la vie, encore moins mes sentiments. La seule chose que vous risquez de faire c’est détruire notre couple. Oui j’aime mon mari, j’aime le sexe, et j’aime mes déviances d’obéissance à mon Maitre avec un M majuscule pour ne pas être punis lol. Candaulisme.com est un site majoritairement masculin même si il se féminise un peu donc je comprends la solidarité masculine.J’ai l’impression ici, d’être le vilain petit canard (heureusement pour moi que dans le conte, il est devenu un magnifique cygne...)
    J’embrasse certain… mais pas d’autre, qui sont des fouteurs de trouble et des thérapeutes à deux sous. J’ai beaucoup de mal avec les critiques.
    la femme de Claude (A quoi bon prendre un autre pseudo)

  • Il y a beaucoup d’humanité chez Claude et beaucoup de bienveillance chez Amon. Moi je suis le sale type qui vient dire fermement des choses pas gentilles.
    Votre couple prend l’eau. Il faut rentrer très vite au port, c’est à dire cesser une relation plus que destructrice. Si vous voulez sauver votre couple, cette relation triangulaire très glauque doit cesser. Sinon dans deux ans votre couple n’existe probablement plus. Pire, vous pourriez essayer de le réparer en faisant un enfant et le pauvre passera la moitié de sa vie en analyse pour essayer de trouver les repères que ses parents n’auront pas été capables de placer convenablement au sein de leur couple. .
    Je me trompe ? Non. Cette situation est en fait banale, malgré les apparences et je doute qu’une personne avertie soit d’un avis opposé.

  • Il me vient une question toute bête Claude. Je ne crois pas que vous en ayez parlé. Cet amant, vous lui parlez ? Vous le voyez ? Vous communiquez ? Bref, vous avez une relation (amicale) avec lui ?

  • Merci pour votre témoignage Claude.

    Je parle avec l’interprétation que j’ai de vos messages à vous et elle. Donc tout n’est pas forcement juste.

    Vous n’avez pas à vous sentir responsable de cette situation, certe c’est vous qui lui avez fait découvrir le candaulisme. Mais ce n’est pas vous qui avez créé la situation dans laquelle vous êtes actuellement mais bien votre femme et son amant.

    Elle vous dit être prête à tout, mais elle refuse de laisser tomber son amant. Donc prête à tout.... non. Pire encore : elle dit en avoir besoin... BESOIN, ce mot est si fort que rien qu’à imaginer ma chérie les prononcer pour un autre homme j’en aurais le coeur brisé. Elle préfère mettre en danger votre couple (car cela revient à ça : vous laissez avec votre malaise pour profiter de coups de bites et de domination) plutôt que l’accepter et renoncer. Je sais que ce n’est pas la même situation du tout, mais il fut un temps où je me suis rapproché d’une femme avec qui j’étais très complice dans le passé. Cela a dérangé ma chérie qui m’a demandé de tout arrêter. C’est ce que j’ai fait. Cela m’a fait chier car j’ai vécu de bons moments avec cette femme et au début je regrettais même de ne plus pouvoir lui parler. Mais maintenant ça reste un bon souvenir avec lequel je n’ai plus aucun contact. J’ai fait ce choix par pur altruisme, par amour pour ma chérie. Car je voyais que ça lui faisait du mal. Elle qui a tant fait pour moi. Ce sacrifice était insignifiant en comparaison à ce qu’elle m’apportait (petit moment rose bonbon plein d’amour terminé).

    Ensuite, il faut être réaliste 2 minutes : "chasse 2 lièvres à la fois, et tu n’en n’auras aucun" dit le proverbe : on ne peut pas se donner à 2 personnes comme on se donnerait qu’à une seule. Si elle a des sentiments pour 2 hommes et qu’elle veut rendre les 2 heureux, alors il n’y a que 2 solutions : l’un des deux sera malheureux de devoir partager son temps avec un autre, ou alors les 2 seront malheureux. Dans les 2 cas je ne vois aucun de vous 3 gagnants car même elle finira par souffrir de cette relation.... Jusqu’à ce qu’elle évolue dans un sens ou dans l’autre, c’est à dire qu’elle se sépare d’un de ces 2 hommes.

    Il me parait évident que cette relation va l’éloigner de vous, ne serait ce qu’un peu. Il n’y a que 7 nuits par semaine et que 24 heures dans une journée. Elle travail avec son amant donc elle le voit régulièrement et a l’occasion de créé des affinités, en plus des moments de détente qu’elle s’octroie seule avec lui. Au final, on se demande presque si elle ne passe pas plus de temps avec lui qu’avec vous (j’ai bien dit presque).

    Je vous invite à voir les témoignages de certains ici. Il y a peu, un homme est venu ici dire qu’il était l’amant d’un couple dont le mari était candauliste. Maintenant, cette femme est toujours mariée, mais elle vit avec son amant. Elle attend même un enfant de son amant.... Je ne dis pas que c’est ce qui risque d’arriver. Seulement vous n’avez pas l’air décidé à vouloir fixer des limites. Et ne pas fixer de limites, ça veut dire ne pas avoir de barrières infranchissables : lui a t-elle dévoilée ses sentiments envers cette homme ? peut elle partir en vacances avec lui ? y a t-il une limite au nombre de soirées qu’elle peut passer avec lui par semaine ? Avez vous des pratiques qui vous sont reservées ? (désolé de parler de votre femme en disant "elle", mais vu qu’elle utilise votre compte et que je n’ai pas son prénom, c’est pas facile. Madame qui lirez ces lignes, désolé).

    Quoi qu’il en soit, je ne suis pas un ennemi de madame et ne souhaite pas la ruine de votre couple. Au contraire, si je parle de tout ceci c’est pour vous mettre en alerte car il est possible qu’à un moment donné vous franchissiez le point de non retour où les 8 années de mariage ne suffiront pas (elles ne se suffisent jamais, je vous laisse regarder les couples divorcés autour de vous) et où vous vous rendrez compte que tout est terminé. Aussi, sans forcement vous dire de tout arrêter (même si je pense que c’est le mieux pour que madame ne souffre pas plus de garder contact avec lui) il faut que vous placiez des limites extremement claires pour que les sentiments qu’elle éprouve disparaissent. Car si comme dit madame, on ne remplace pas 8 ans de mariage (ce avec quoi je ne suis pas d’accord :)), alors on peut remplacer quelques mois de plaisirs avec un amant.

    Pourquoi pas vous imaginer dans le rôle du Maître vous aussi ? car ce que cet amant offre à votre femme, vous êtes probablement capable de le faire aussi si vous en avez envie. Certe tous les Maitres sont différents, mais ce qui est interessant c’est la confiance aveugle de la soumise en son partenaire, le sentiment d’appartenance (et les chatiments corporels :p). Et ça vous pouvez les lui offrir je pense.

    ps : difficile de relire mon texte et comme il n’est pas éditable, je suis désolé pour les fautes voir la forme de certains passages. Comme je l’ai dit je ne suis pas un ennemi de madame. J’essai de me poser les questions qui me semblent essentielles si j’étais à votre place.

  • Alors voilà, je me décide à intervenir après avoir lu la discussion (très intéressante). Ce qui est dur pour moi aujourd’hui c’est cette notion de partage au quotidien. L’idée d’exclusivité sexuelle avec ma femme ne me conviendrait pas non plus, j’aime et prend plaisir à l’imaginer avec d’autre hommes. En fait je souhaite que ma femme soit heureuse et aujourd’hui elle a besoin de vivre cela pleinement. Elle est honnête et je ne suis pas dupe. Mais à mes yeux elle n’a pas su gérer ses sentiments et je me suis senti délaisser alors que notre couple devait être prioritaire dans cette relation candaulisme. Mais je vois maintenant que dans l’amour il n’y a pas de règles, seulement des sentiments. Je pensais avoir le contrôle, or contrôler des sentiments est impossible. Elle m’a dit suite à mon témoignage sur le site nous en avons beaucoup discuté je lui ai même demandé si elle voulait que l’on se sépare, elle m’ répondu qu’elle m’aimait par-dessus tout. Mais qu’elle avait "besoin" d’être" libre de ses sentiments, que c’est ça qui la rendait entière. Qu’elle avait besoin de cette relation avec cet homme.
    Ça je l’ai compris et je l’accepte même si ce n’est pas facile pour moi et ai-je le choit. J’avais peur que cette nouvelle relation l’éloigne de moi, de ne plus l’a reconnaitre, qu’il lui retourne le cerveau. Aujourd’hui hui on parle beaucoup, elle reste à mon écoute me rassure sur ses sentiments pour moi me dit que la relation Dominant/Soumission qu’elle vit n’est pas extrême comme on peut le voir sur le net et qu’elle maitrise la situation qu’il y a des règles que son maitre doit respecter. Qu’a son retour chez nous, elle sera beaucoup plus disponible et attentionnée. Elle me dit de m’épanouir en dehors de notre couple de faire du sport que ce serait une bonne chose pour moi de sortir voir des amis de faire du théâtre pour m’affirmer un peu plus(avant je ne faisais rien sans elle). Elle m’a promis d’être plus présente et plus disponible pour moi. Elle me dit que cette relation lui fait aussi réaliser à quel point elle tient à moi, et à quel point notre relation lui est importante. Que rien ne peut remplacer une relation de 8 ans de mariage. Que je n’ai pas moins d’importance dans sa vie depuis qu’elle est avec son amant. Elle m’a dit qu’est-ce que je deviendrais sans toi ?que sans moi, elle n’était rien que sans moi, sa vie n’avait pas de sens. C’est toujours aussi difficile à accepter, mais notre conversation m’a aidé à mieux comprendre et à surmonter mon passage à vide. J’aime la savoir en train de faire l’amour, d’être possédée assouvi sexuellement par un voir d’autre en même temps, qu’elle soit désirable désirée…je suis très excité quand elle me raconte ses aventure sexuelle, ce qu’il lui fait faire, de l’imaginer en gang bang comblé par plusieurs hommes. Elle m’a promis de me montrer des vidéos d’elle en action. Et de moins m’exclure en demandant à son maitre si je pouvais participer ou regarder.
    Beaucoup de couple divorce ou ce sépare, pas le nôtre. Je dois mètre la fidélité intellectuelle au-dessus de la fidélité physique pour réussir à rester ensemble jusqu’au bout. Elle est prête à tout pour m’aider à mieux l’accepter. Et moi je suis prêt à tous les sacrifices pour la garder. Je l’aime de tout mon cœur et j’espère finir ma vie avec elle.
    Dans nos discutions au début de notre rencontre nous avions abordé le thème de l’amour unique et nous étions d’accord sur l’idée, mais j’ai voulu l’ouvrir à d’autres partenaires dans notre vie de couple la voir faire l’amour avec d’autre je pensais tout maitriser mais on ne peut malheureusement pas tous maitriser.
    Mon épouse vous mettra un petit mot ce soir.
    Merci à tous…

  • Oh alors ça, je ne m’en fais pas trop. Nous savons déjà par expérience ici que quand on sujet engendre autant de commentaires, et d’autant plus quand ça soulève les passion, ça décourage souvent les auteurs qu’on ne voit plus ensuite. Enfin je trouve.
    En espérant que ça n’empêche pas le dialogue en privé.

  • Morale judéo-chrétienne, ça veut dire quoi ? mesquinerie de cul béni, de grenouille de bénitier, ou humanisme ? moi je vote pour l’humanisme, c’est à dire la prise en compte de l’humain. C’est "ouvert" le cynisme, le mépris, la maltraitance ? Ici il y a égoïsme, cynisme, maltraitance.
    Au pourfendeur de la morale judéo-chrétienne, qui donc a la mémoire très longue (2500 ans), je conseillerai la relecture d’Epicure. Son sens de l’humain s’élevait au niveau d’une des "morales" les plus profondes. Et cela étonnerait plus d’un prétendu "épicurien".
    Basta du n’importe quoi. Ces deux là vont droit dans le mur .
    100% d’accord avec Amon et Pitchounet et avec les autres, que j’oublie ici, mais qui raisonnent de façon non pas "moralisante" mais responsable.
    Je ne vous oublie pas Maatkare, mais je crois qu’il serait mieux qu’ils se répondent entre quat’z’yeux plutôt que dans le cadre d’une théâtralité publique.

  • Je pense qu’il serait de bon ton de laisser un peu le temps à Claude et sa femme pour répondre ;-)

  • Ah merci, je me sens moins seul désormais :)

  • "Nous sommes tellement pétri(e)s de morale judéo-chrétienne (2000 années d’histoire, c’est pesant !) que la moindre satisfaction, le moindre plaisir (qui plus est obtenu sexuellement) devrait être coupable !"

    La vieille rengaine anti-chrétienne, ça faisait longtemps.
    C’est pas le christianisme qui a inventé le monogamisme, la fidélité ni le mariage, faut arrêter avec ça. Le principe du monogamisme est commun à l’Humanité, qui doit sa survie grâce à celà. Et ce, bien avant que le Christ soit né.

    Donc laissons la culture là ou elle est, et arrêtons cette légende fausse né sous 68 que nos comportements ne sont dûs qu’à la culture...
    "
    C’est pourquoi il devrait répondre à une NORME. Normes fixées par les moralisateurs, ceux qui fixent le CADRE dans lequel la sexualité est ou non acceptable..."

    Charles PEGGY disait : "L’ordre, et l’ordre seul, fait en définitive la liberté. Le désordre fait la servitude."

    Je ne vois pas ou c’est choquant que l’on fixe une norme, un cadre. Et le seul cadre dans le domaine sexuel qui vaut est celui de la loi : tout acte sexuel rentrant dans ce cadre rentre dans la norme.

    Là ou je rejoins les "réacs" comme on les nomme, c’est dans catte volonté de rester discret : on a pas besoin d’étaler sa vie sexuelle aux yeux de tous. Je préfère la discrétion au bruit.

    "Et celle(s) qui n’ont aucun plaisir sexuel, celle(s) qui passeront 40 années de leur vie en couple sans le moindre orgasme. Sans la moindre exploration de leurs sens ? Sont-ils (sont-elles) "normaux" ?"

    Oui

    "Là où vous "devriez" être fières de vous être autorisé du jeu, du plaisir, de la complicité, de l’audace... on vous juge moralement. Mon Dieu mon Dieu... elle a obtenu du plaisir par la douleur, elle est soumise à un homme...il veut qu’elle est des piercings des bijoux sexuel.
    Moi je vous tire mon chapeau. Je vous dis un grand BRAVO !!!"

    T’as juste rien suivi, personne ne critique son plaisir sexuel en relation SM, ça ça la regarde. En revenche, elle entraine dans son sillon la souffrance de son mari, et met en danger son couple et ne semble pas le réaliser (ou s’en foutre, au choix). C’est là qu’on interpelle, et là uniquement.

    "Ce que vous vivez, vous l’avez souhaité, même secrètement. Vous vous l’êtes offerte, vous en avez tiré du plaisir... où est le problème ? Qui avez-vous offensé ? A qui cela fait-il du mal ? Votre mari candauliste qui vous a poussé à découvrir vos sens et le plaisir, qui vous a fait découvrir le plaisir charnel n’a-t-il pas encouragé cette situation ? Et qui en tire du plaisir de ce que vous faite à travers vos détail, Il vous aime profondément, ne veut pas vous perdre, essaye de comprendre ce qui se passe. il doit se résoudre à penser qu’il n’a pas été à la hauteur."

    Trop fort, c’est lui qui souffre, et à la fin, c’est quand même sa faute. Et en plus il se plaint ce con ! Il dit simplement qu’il le vit finalement mal, c’est CA que madame devrait prendre en considération, et discuter avec lui. Pas de se justifier en se foutant éperdument de CET avis.

    "Vous parlez ensemble, il vous demande d’arrêter (et encore pas sur.) Mais vous refusez "ce n’est pas lui qui décide, c’est vous !"

    Quand on le dit que la société actuelle a détruit les structures traditionnelles, parmi lesquelles le couple et le mariage. Bienvenue à l’individualisme et à l’égo roi.

    "En ce moment, la dominatrice c’est vous, il sent que vous avez le contrôle de la situation et que vous allez pouvoir imposer votre volonté. Votre mari sent qu’il est piégé, soumis, n’ayant pas le choix, il souffre (peut-être mais ce n’est pas sur, car ça l’excite d’imaginer ce que vous faites.) de vos absences répétées vos retours à la maison tard le soir, ses quelques nuits semaines entières d’absence, mais une petite voix lui dit que cette perversité contient également quelque chose d’hautement jouissif."

    Je vous plains.

    Bref, je vais pas faire le reste du texte, mais c’est du n’importe quoi hédoniste, ça sent l’individualisme, l’égoïsme et le jemenfoutisme à plein nez. Moi je dis l’inverse : ne restez pas avec votre mari souffrant, posez vous les bonnes questions, et n’oubliez pas que dans l’aventure candauliste, c’est votre mari qui au départ l’a autorisé. Mérite t’il maintenant de voire son avis mis de côté ? Je ne le crois pas

  • Bonjour
    A la lecture de cette réponse hier , je n’ai pas voulu répondre car je voulais réfléchir , et j’avoue après réflexion et lecture des réponses oui je pense mme vous ne mesurez pas les conséquences de cette relation , comme déjà dit , il suffirait que votre maître vous fasse signe et vous devenez sienne a 100% et votre dépendance est aussi très dangereuse pour vous , il ne s’agit pas de phantasme ou de jeux la , les enjeux sont différents , je crois que vote couple est en jeux alors en personne adulte qu’un vrai échange soit instaure entre vous et votre mari et ensuite avec votre amant , bonne chance a vous deux

  • Je me connecte pour rejoindre Amon dans sa colère. Fred dit n’importe quoi, sans doute n’a-t-il qu’une envie, lire d’autres récits de cette femme et de son amant pour se branler devant.

    Donc le candauliste, sous prétexte qu’il est candauliste, doit juste fermer sa gueule quand la situation va trop loin ? Parce qu’il aime ça, de toute façon ?

    Petit scoop, l’excitation peut venir, et vient souvent, de situations douloureuses, voire périlleuse. Faut-il pour autant la privilégier ? Est-ce que le fait d’être heureux ne passe pas avant ?

    Effectivement, Madame n’a pas l’air de prendre complètement en considération la souffrance, sans doute mêlée d’excitation (ce qui ne la rend pas moins douloureuse), de son mari. Elle le dit clairement, elle aime cette situation, elle aime ces deux hommes. Fort bien. Sauf que l’un d’eux n’est pas heureux dans ce schéma, et à du mal à lui dire au point qu’il lui est plus facile de l’amener ici pour qu’elle lise son témoignage.

    C’est donc une situation qui ne peut plus durer, qui va dans le mur. Le candaulisme ne peut pas se départir du respect, de la complicité, et ces éléments doivent rester au premier plan. Madame, si demain votre mari vous demandais d’arrêter avec votre amant, que feriez-vous ?

  • Ce témoignage me fait peur, parce que la personne ne prend absolument pas conscience de la gravité de la situation. On a un beau cas de déni, ou elle essaie de justifier ses dérives et un amour naissant, en délaissant son mari.

    Car oui, il est délaissé, qu’on le veuille ou pas, la phrase du début veut tout dire :

    1) "je comprends ce qu’il traverse mais c’est aussi ma vie, c’est moi qui décide de la façon de prendre du plaisir !"

    Façon très diplomatique et polie de dire "je comprends, mais je m’en branle". Le mari vient de dire que ça le fait souffrir et la réponse résonne comme un "je fais ce que je veux"...le candaulisme se pratique à deux, et l’avis de l’un et de l’autre ne doit jamais être rejeté, sinon la dérive commence.

    Le pathos peut essayer d’endormir certains, mais je suis trop cartésien pour ne pas voir que derrière cette phrase, il y a un réel danger : celui d’un choix à faire à un moment donné. Sinon, votre couple va morfler sévèrement

  • Quand j’essaie de faire la synthèse de tout ça, je trouve que les réponses ne sont qu’extrêmes.
    Soit ce sont des gens qui n’entendent rien aux relations D/s, parlent d’esclavagisme ou de prostitution, et passent complètement à côté parce qu’ils n’ont pas les capacités pour saisir la chose, soit ce sont des gens qui disent en substance, vas-y ma biche t’es la plus forte, vautre-toi dans la luxure à en oublier ton mari.

    N’y a t-il pas quelque chose entre ces deux extrêmes ?
    J’ai peur qu’on passe vraiment à côté des choses...

  • Je suis attéré par les réponses ici. A croire que les gens ne pensent qu’avec leurs attribut sexuel et pas avec leur tête.

    Je ne juge absolument pas les pratiques SM. C’est quelque chose que je pratique moi même avec ma chérie. En revanche on a un homme qui a peur de cet amour naissant avec sa femme et une femme qui ne sait plus où elle en est. Et vos conseils c’est : vous en avez de la chance : continuez. Mais bon sang c’est pas parce qu’on est sur un site libertin qu’il faut mettre son cerveau en pause et se masturber sur les textes que les gens écrivent !

    Ce qui est amusant, c’est qu’il y a eu un message il n’y a pas si longtemps pour dire que les femmes ne sont pas les objets des hommes, qu’elles ont leur mot à dire. Et là on passe à l’extreme inverse : "on s’en branle de la douleur de ton mari, s’il est gras et s’il te baise pas comme tu le souhaites c’est sa faute ! Continu et s’il fait quelque chose pour arranger ça tant mieux pour toi sinon tant pis pour lui !"

    C’est le problème des fantasmeurs, ils ne voient que le côté luxure et oublient que derrière il y a un couple avec des sentiments qui est en péril. Mais bon, du moment qu’ils racontent que madame c’est fait sauter dans les bois par 3 camionneurs qu’est ce qu’on en a à foutre du mal que ça peut faire et si ça mène à la séparation d’un couple ? du moment qu’on a eu un texte sur lequel se branler sur ce site, le reste n’a aucune importance.

    Pitoyable.

  • Fréd, je trouve que votre commentaire est plein de sens, mais vous semblez mettre la douleur de Claude en doute... et encouragez ainsi madame à l’ignorer. Je ne crois vraiment pas que ce soit une chose très intelligente... On ne peut pas nier la douleur des gens, surtout dans ce cas quand on n’est pas encore capable de l’identifier clairement. Est-ce une douleur-moteur de candauliste, ou une souffrance réelle qui met en danger ?
    Je ne peux que rejoindre mon très cher Amon sur le fait que non, elle n’a pas à décider seule de ce qui se passe. Parce que Claude lui a donné l’impulsion de départ, elle a tous les droits ? Ça sonne comme un "Tu l’as voulu, maintenant démerde-toi !". On ne peut pas fonctionner ainsi dans un couple, à moins d’être clairement dans une relation D/s choisie en toute connaissance de cause. Parce qu’en définitive ici, ne se retrouve t-on pas dans une relation D/s à 3, avec une hiérarchie Maître -> soumise -> bottom, mais dans laquelle le bottom n’est pas complètement consentant ? Il est là le problème... Pour moi la relation D/s entre l’amant et madame déborde sur le couple et met Claude dans une situation qu’il n’a pas choisie. S’il a voulu pratiquer le candaulisme, il n’a indiqué nullepart (sauf erreur de ma part) que c’était pour se retrouver en situation d’être dominé par sa femme et son amant.
    S’il comprend que la situation ne lui convient pas, et que madame continue à n’en faire qu’à sa tête parce que c’est elle qui décide... ce sera le mur. Ça me paraît assez évident !

  • Votre lecture est très agréable. Et enrichissante : on perçoit que pour vous douleur/souffrance, châtiment/expiation est un plaisir indissociables. On découvre chez vous un personnage charmant et attachant (sexy, osons le dire). Vous avez une forte personnalité et un caractère bien trempé. Doublement téméraire, vous prenez des risques et n’avez pas peur du danger. Vous cherchez à donner de vous une image rassurante, mais ce qui ne vous empêche pas d’aimer le sexe et de vivre vos envies.
    Nous sommes tellement pétri(e)s de morale judéo-chrétienne (2000 années d’histoire, c’est pesant !) que la moindre satisfaction, le moindre plaisir (qui plus est obtenu sexuellement) devrait être coupable !
    C’est pourquoi il devrait répondre à une NORME. Normes fixées par les moralisateurs, ceux qui fixent le CADRE dans lequel la sexualité est ou non acceptable...
    Et celle(s) qui n’ont aucun plaisir sexuel, celle(s) qui passeront 40 années de leur vie en couple sans le moindre orgasme. Sans la moindre exploration de leurs sens ? Sont-ils (sont-elles) "normaux" ?
    Là où vous "devriez" être fières de vous être autorisé du jeu, du plaisir, de la complicité, de l’audace... on vous juge moralement. Mon Dieu mon Dieu... elle a obtenu du plaisir par la douleur, elle est soumise à un homme...il veut qu’elle est des piercings des bijoux sexuel.
    Moi je vous tire mon chapeau. Je vous dis un grand BRAVO !!!
    Ce que vous vivez, vous l’avez souhaité, même secrètement. Vous vous l’êtes offerte, vous en avez tiré du plaisir... où est le problème ? Qui avez-vous offensé ? A qui cela fait-il du mal ? Votre mari candauliste qui vous a poussé à découvrir vos sens et le plaisir, qui vous a fait découvrir le plaisir charnel n’a-t-il pas encouragé cette situation ? Et qui en tire du plaisir de ce que vous faite à travers vos détail, Il vous aime profondément, ne veut pas vous perdre, essaye de comprendre ce qui se passe. il doit se résoudre à penser qu’il n’a pas été à la hauteur. Vous parlez ensemble, il vous demande d’arrêter (et encore pas sur.) Mais vous refusez "ce n’est pas lui qui décide, c’est vous ! En ce moment, la dominatrice c’est vous, il sent que vous avez le contrôle de la situation et que vous allez pouvoir imposer votre volonté. Votre mari sent qu’il est piégé, soumis, n’ayant pas le choix, il souffre (peut-être mais ce n’est pas sur, car ça l’excite d’imaginer ce que vous faites.) de vos absences répétées vos retours à la maison tard le soir, ses quelques nuits semaines entières d’absence, mais une petite voix lui dit que cette perversité contient également quelque chose d’hautement jouissif. Il doit désormais accepter la situation s’il veut vous garder s’il vous aime vraiment. Il est désormais officiellement, votre cocu. L’angoisse du cocu est alors multiple, mais l’excitation est à son comble. N’est-ce pas ça aussi le candauliste ? Un couple ne peut pas inviter un autre homme dans son mariage, puis laisser les besoins égoïstes du mari interférer dans la liaison entre la femme et son “amant”. Et comme le dit le titre de ce site
    le candaulisme est une autre idée du couple…

    Je ne vous dirai qu’un seul mot :
    Continuez, recommencez !
    Tant que la complicité est présente... et le plaisir au rendez-vous.
    Et le jour où vous serez lassé(e)s, explorez autre chose, arrêtez ou allez sur un autre terrain ! Mais surtout vivez vos envie.
    Le candaulisme n’est qu’un accélérateur, il n’est en aucun cas (où alors rarement) la cause d’un divorce. La cause vient d’avant, d’ailleurs …
    Pour les conflits liés à la Maternité
    La plupart des épouses et des mères s’inquiètent davantage du bien-être de leurs enfants à l’égard de leur mode de vie sexuelle que des implications religieuses. Si cela est compréhensible, c’est une réaction exagérée. En fait les enfants se sentent beaucoup plus menacée par les secrets et l’apparition d’un mariage en difficulté qu’ils ne le sont par l’exercice du choix et de l’expression sexuelle de leurs parents. Le tout est d’arriver à expliquer ses choix. Les enfants n’ont pas grand-chose à voir dans l’histoire, si l’enfant est un jour au courant, il faut lui expliquer que sa maman et son papa vont bien, se sentent bien, voire même mieux qu’avant que la maman ne rencontre d’autres hommes. Il faudra lui dire ce que sont aussi, ces rencontres, un renforçateur du couple et de la relation entre les parents ;) l’amour ; le dialogue ; le dialogue ; le dialogue ; et de la tolérance… J’étais aux premières loges enfant pour voir l’impact émotionnel de la crainte d’un divorce sur mes parents. Quand je voyais les signes de tromperie et le comportement inexpliqué de mes parents, ces derniers ne réalisaient même pas qu’ils communiquaient leurs tristesse. N’est-il pas aussi de notre responsabilité en tant que parents de leur apprendre ce qu’est l’amour, de quoi est faite une relation ou l’on prend soin de l’autre ? N’est-il pas positif pour eux de se rendre compte qu’un mariage d’amour, de confiance possède des options ne sont pas disponibles aux autres ne faisant pas les même efforts ?
    Vous êtes chanceuses d’avoir épousée un cocu qui vous encourage (même si il doute) à faire tout ce que vous voulez sexuellement. Mais surtout dans toutes relations sexuelles, pensez à vous protéger, avec des préservatifs. Les relations non protégées, ce ne doit être qu’entre personnes fiables qui ont passé un test récent.
    Ne laissez pas votre culpabilité, vous empêcher de partager cette expérience érotique avec votre mari. Oui, vous vous sentirez coupable de dire à votre mari que votre amant a une queue plus longue, plus épaisse, qu’il peut vous remplir comme vous ne l’avez jamais été, qu’il peut vous prendre plus profondément que votre mari ne l’a fait, qu’il vous maltraite sexuellement vous prend de force et que vous aimez ça. Bien sûr que vous vous sentirez coupable de lui dire que des hommes vous ont baisée pendant deux heures sans débander, que vous avez joui comme jamais, mais, comme vous le verrez, votre mari répondra toujours très très positivement à ces détails. Il faut que vous compreniez que ce n’est ne pas savoir cela qui mène à des problèmes plus profonds tels que le doute et l’insécurité.

    Pour moi vous êtes toutes à fait normale : beaucoup en rêvent, peux osent.
    "Il vaut mieux avoir des remords que des regrets" Qu’en pensez-vous ?
    Je trouve cette citation, extraite du livre d’Oscar Wilde "Le Portrait de Dorian Gray" très juste.
    "En regardant en arrière, on s’aperçoit toujours que ce qu’il reste toujours après des années écoulées, ce sont les regrets, et non pas les remords !
    En d’autres termes, je pense qu’il vaut mieux regretter quelque chose qu’on a fait, mais qu’on aurait pu faire mieux ou d’une autre façon, que quelque chose qu’on n’a pas fait, en regrettant toute sa vie de ne pas l’avoir fait.
    Les regrets laissent un goût amer dans la bouche, alors que les remords sont éphémères..."
    Merci pour votre témoignage, une belle découverte. C’était très intéressant et j’y ai appris des choses sur la soumission !! Ça sera un plaisir de suivre son évolution ;-)

  • Bonjour jolie soumise.

    J’ai hâte de lire vos prochaines aventures ...Le mari à la chance de l’avant première mais j’aimerais bien que vous nous postiez (vous deux) vos vies sexuelles .

    Madame,faites vos piercings accompagnée de votre Maître et conseillez donc un régime à votre mari:Il ne doit pas se mettre dans ce genre d’état (c’est d’ailleurs le seul côté négatif de votre histoire,à mon avis ) .Rassurez le ,tant il parait inquiet sur ce qui vous plait .Pour l’instant et au vu de vos capacités intellectuelles aucun danger sérieux n’apparait .Le manque de recul ou d’ouverture chez bon nombre de participants à ce site m’étonnera toujours ...
    Par ailleurs, quand vous serez enceinte ,vos jeux seront sans doute encore plus jouissifs pour vous ...

    A vous deux :Attention à ne pas pratiquer tout ça de manière trop sérieuse quand même ;vous êtes jeunes et sportifs mais n’en devenez pas malades et n’en faites pas une obsession non plus.Mais ça ,vous le savez déjà !

    PS /Je suis curieux de savoir comment ça se passe au boulot ? Mon épouse voulait travailler accessoirement avec un amant (qui disait avoir besoin de ses compétences multilingues )... il a vite réalisé le peu de bénéfice professionnel d’une telle association -"on va jamais pouvoir travailler si on pense à la baise toute la journée " me confia-t-il .
    Peut on avoir un aperçu de votre contrat ? accessoirement ...

    Merci en tout cas et bonne route .

  • Coucou femme de Claude (pour reprendre l’expression de Maatkare)

    J’ai lu l’intégralité de votre témoignage, et déjà la deuxième ligne m’a achevé :
    "c’est moi qui décide de la façon de prendre du plaisir"
    non, vous êtes en couple, donc vous ne faites plus ce que vous voulez égoïstement. C’est le principe du couple. Vous choisissez le prénom de vos enfants ensemble, vous co-signez le bail de votre appartement, vous vous concertez pour partir en vacances... être libertin et, à fortiori, candauliste, ne change en rien cet état de fait.

    J’ai d’ailleurs été un peu déçu de votre témoignage, je m’attendais à une vraie discussion, voir un débat, sur le polyamour ou vos sentiments pour les 2 hommes de votre vie. Au lieu de ça vous nous livrez votre histoire et vos goûts principalement. Non pas que ce soit ennuyeux, mais j’espérais en apprendre plus sur cette spécificité de votre couple.

    Sachez tout dabord que je comprend votre façon de penser : oui, on peut être amoureux de 2 personnes à la fois. Mais on finira tôt ou tard par faire du mal à au moins une de ces 2 personnes. Je suis peut être vieux jeu, mais pour moi, le simple fait que vous ne puissiez pas vous décider met tous les signaux dans le rouge et devrait vous faire trancher dans le vif quitte à souffrir un temps et laisser tomber votre amant (ou votre mari, au choix...).

    Vous dites avoir la pression actuellement de part cette situation mais n’en dites pas plus. Je ne sais pas ce qui se passe dans votre tête dans ce cas là. Mais j’en serais malade. Je n’en dormirais pas la nuit de cette incertitude. Je ne pourrais pas apprécier être avec ma maitresse en me disant que ma femme se questionne toujours sur mes sentiments et si je vais pas faire mes bagages demain pour la quitter. Tout comme je ne pourrais pas oublier ma maitresse quand je suis avec ma femme car elle me manquerait. Le seul moyen pour moi d’éviter cette torture qui me tuerait (au sens strict du terme, j’en suis convaincu) ce serait de prendre une décision quitte à souffrir un temps. De toute façon faut pas être naïf, l’amour ne dur pas toujours. Loin des yeux loin du coeur. Si vous quittez votre amant, vous allez penser a lui pendant quelques temps, puis l’oublier. Ce ne sera plus qu’un souvenir agréable.

    Même si j’en parle de manière hypothétique, il y a une grande part de vécu dans ce que je décris là. Quoi qu’il en soit, j’espère que vous sortirez grandi de cette épreuve tous les deux.

  • Ah oui, cette phrase m’a fait tiquer, mais j’ai oublié de réagir là-dessus. Merci Claude de palier à ma mémoire-gruyère.

    Cela veut-il dire que si votre Maître le souhaitait, vous vivriez avec lui ?

  • Tout se passe comme si l’amant (et employeur !!!) sadisait le mari par l’intermédiaire de Madame, laquelle subit (avec plaisir) et fait subir (avec plaisir ?).
    "Au plus profond de moi je suis consciente que je fais souffrir mon mari"
    etc...
    Lourd pathos.
    Je conseille fortement à ce couple de se poser et de réfléchir, sinon je plains l’enfant qui naîtra dans 33 mois (quel timing !!).
    Si notre ami Claude, dit "petit coquin", tient jusque là.
    " Mon amant ne veut pas que je vive avec lui "...... Ouf !
    Sortez vous tous les deux (mari et femme) de ce piège, et vite.

  • Bonsoir femme de Claude (euh ben oui, nous n’avons pas votre prénom, vous n’avez pas signé votre texte),
    Votre message montre assez bien je pense l’admiration qu’on peut développer pour son Maître, quand on en a un.

    J’ai envie de vous répondre concernant les piercings. Ça peut en choquer certains, parce que c’est un geste fort d’appartenance, et une marque assez définitive (même retiré, ça laisse une cicatrice quand ça se referme). Tout comme les tatouages, bien que dans une moindre mesure. Et je pense que pour beaucoup de gens, il n’est pas pensable de vouloir graver dans sa chair une marque d’appartenance à quelqu’un d’autre que son conjoint officiel. Déjà que sur le principe, beaucoup de gens ont un problème juste avec le caractère définitif de la chose, avec l’éternel "Tu le regretteras un jour"... Enfin bref.

    En tous cas merci pour ce témoignage, qui a au moins l’avantage de poser un contexte au témoignage de votre mari !

    PS : écrire 4 fois "maître" sans mettre la majuscule... Vous n’êtes pas une très bonne soumise, et ça mérite autant de punissions ;-)

  • Quelle belle réponse, merci à vous de nous éclairer.
    Il semblerait que la soumission n’exclu pas la détermination et vous a conduit à pleinement assumer votre désir d’expérimenter et de découvrir des terres inconnues au commun des mortels.
    Bonne continuation à vous chère "épouse de Claude"
    Amicalement

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription