Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Elle raconte son aventure a son mari Alex

! Signaler un contenu abusif

Nous avions en tête un fantasme. Nous avions monté un scénario avec notre ami de toujours, Michel.
Alex, mon homme, désirait me donner ; moi je désirais être à lui.
Il me donnerait à Michel. Je serais son jouet. Alex me voulait soumise, obéissante à Michel, en son absence. Ils ont correspondu, échangé, rêvé à ce qu’Alex voulait, à ce que Michel ferait.
Soumise à Alex, je me soumettrais à Michel.
Le jeu est en place, le lieu décidé (le club de Nîmes, le jour, le rendez-vous).
Alex est excité, Michel en a envie et m’écrit ce qu’il attend de moi, je suis un peu perplexe mais bien décidée à aller au bout. J’aime bien Michel, j’ai confiance en lui, j’aime passionnément Alex et je veux le satisfaire.
Je pars donc par l’autoroute pour être à l’heure au rendez-vous.

Je suis troublée par l’envie de revoir Michel, par ce qu’il a promis de me faire vivre, par le fait que je vais le vivre sans Alex. Mais le désir monte peu à peu. Si bien que lorsque je l’appelle, Michel ressent mon trouble !
Il arrive, on s’embrasse rapidement, je suis heureuse de le voir. Je voudrais qu’il me serre dans ses bras, très fort.
Il m’entraîne alors dans le club. Quelques mots échangés sur notre vie, ses aléas, et nous voilà nus.
Michel souhaite d’abord me retrouver seule.

Il m’entraîne dans une petite pièce fermée, me demande de m’allonger, après un long baiser. Il s’empare alors totalement de mon corps, me respire, me lèche, me caresse, me couvre de 1000 petits baisers très doux, très tendres. J’ai l’impression d’être une porcelaine fragile ; Il me touche du bout des doigts, du bout des lèvres. Il regarde ma peau qu’il trouve douce, ma chatte qu’il dit aimer toute épilée, mes yeux, longuement, profondément. Il me parcourt entièrement et doucement. Il murmure, gémit, ronronne. Je suis bien. je me sens à l’abri tout contre cet homme désiré.

Redressée et assise, il m’offre son sexe durci. Je l’engloutis, le suce. Il se cambre et ... décide de me pénétrer. Il va et vient en moi, doucement, sensuellement. Il semble savourer son bien-être. Il accélère puis s’arrête brutalement, allongé sur moi. Repos !
Sans doute rassasié, il se lève et me guide dans le labyrinthe noir des couloirs du club.

Appuyé contre un mur, il me serre contre lui puis relève doucement mon paréo sur mes reins, espérant attirer ainsi quelques " mouches " affamées. Ce fut un tsunami de mains, de bouches, partout sur moi. Michel, habitué maintenant à l’obscurité, les surveille. Je jouis, je crie. Il me garde contre lui un grand moment, sans doute ravi de m’offrir ainsi.

Enfin il m’entraîne par la main. Il me veut à lui à nouveau.

La pièce au fenestron est ouverte. Nous y rentrons. Il nous enferme.

Son appétit est ravivé, son désir évident. Je m’abandonne à lui.

Cette fois il se montre plus affamé et ses mains, sa bouche me dévorent, me croquent. C’est bon !

On tape à la porte, on tente d’ouvrir. Des mouches, sans doute attirées par mes " chansons " ! Michel décide d’en inviter une. Il m’ordonne de me mettre à 4 pattes sur le matelas. Le paréo couvre mon dos.

" Elle est prête, dit-il, pénètre la .."

Il s’installe alors à genoux, son sexe contre ma bouche. Je comprends et l’engloutis au rythme des secousses ressenties. C’est fort et rapide. Michel se régale, je l’entends. L’autre jouit, je le sens. Remerciements ... il s’en va .Et la porte se referme.

Je n’ai pas bougé. J’attends les ordres de mon maître d’un jour. Il me torture par cette attente, il le sait, il en joue.

Puis je sens ses mains qui écartent mes fesses, les caressent, les pétrissent. Il va m’enculer, c’est sûr, je veux ! Oui, oui, j’aime ! Encore, encore ! Je crie, je gémis, je chante, je ne sais plus. Il est là en moi, à la fois dur et tendre, doux et fort et j’aime, j’aime ... Il jouit, il lâche son jus sur mes reins, mon dos. Il est repu, rassasié totalement, épuisé même !

On décide alors de se remettre en trempant dans le jacuzzi. Il n’y a personne, l’eau est bouillante ... mais impossible de se relaxer tranquillement. On est vite assaillis d’hommes qui nous entourent en se branlant.

Repli sur la piscine. Michel s’assied sur la marche et c’est moi qui craque. Son sexe me tente, m’attire. J’en ai envie dans ma bouche, encore, et je m’en régale. Michel me laisse faire gentiment, docilement et se prête aussi aux caresses d’un compagnon venu se joindre à nous. Il me semble qu’il aime aussi.

C’est l’heure du départ ... sans regret, avec dans la tête des milliers de sensations fortes, l’empreinte de son corps dans le mien, des ses mains sur ma peau, de ses yeux au fond des miens, de ses lèvres sur les miennes. Merci Alex, merci Michel.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription