Accueil > Articles candaulistes >

Distinguer une déviance d’une perversion

Il est vrai que le candaulisme est une forme de sexualité de couple peu orthodoxe. Cette pratique bat en brèche de nombreux principes moraux dont le plus connu est sans nul doute la notion de fidélité, mais nous pouvons y ajouter " convoiter la femme d’autrui " ou encore " ne nous soumets pas à la tentation ".

Voilà bien tout un contexte de valeurs, qui même si nous sommes athées façonne notre sexualité par le biais de la morale. Si ces valeurs nous permettent de mieux vivre en société, qu’en est-il de notre vie de couple et de notre relation à nous-mêmes à travers le regard que l’on pose sur nos désirs et ceux de notre partenaire.

La première réaction lorsque l’on apprend le candaulisme de son conjoint est rarement positive, une multitude de questions envahissent notre esprit face à cette méconnaissance de la pratique et aux valeurs morales dont nous sommes pétris. Cette forme de sexualité est dans un premier temps bien souvent considérée comme une déviance voir même une perversion.

Qu’est-ce qu’une déviance ?

Si la déviance est une notion de sociologie qui désigne les comportements non conformes aux normes sociales il n’en est pas de même pour la perversion.
Une déviance n’est pas forcément une notion négative c’est juste un comportement considéré comme déviant car non conformes à la norme. Concernant le candaulisme, cela peut demeurer un fantasme qui n’exige pas d’être réalisé. Nombreux sont les couples qui dans l’intimité introduisent une troisième personne dans leurs sexualités sans pour autant passer à l’acte.

S’il y a passage à l’acte s’est toujours entre adultes pleinement consentants, épouse d’un mari candauliste ne doit en aucun cas être ou se sentir considérée par celui-ci comme un objet essentiellement utilisé pour la réalisation de ses fantasmes candauliste. Par ailleurs la satisfaction sexuelle du couple et du partenaire candauliste doit toujours rester accessible par des pratiques plus « classiques ».

Quand est-ce que la pratique du candaulisme peut être considérée comme une perversion ?

Si votre conjoint ne parvient pas à la satisfaction sexuelle autrement que par des pratiques candaulistes ou qu’il vous considère et vous utilise de manière contrainte comme un objet de réalisation de ses fantasmes candaulistes alors la notion de perversion peut être envisagée.

La perversion sexuelle enferme l’individu dans une représentation de soi et du monde n’est pas normale et qui peut-être douloureuse à la santé mentale. Ainsi, la personne perverse dénie la réalité de l’autre et cherche à le manipuler ou à le contraindre pour le faire entrer dans sa propre réalité.

Elle réduit l’autre à l’état d’objet et cherche par tous les moyens à passer à l’acte. Rien ne l’en empêche, on dit que c’est « compulsif », aucune satisfaction sexuelle ne peut être obtenue en dehors du cadre de pratiques candaulistes que l’on considère alors comme perverses.

Il ne faut donc pas confondre la perversion, qui est un trouble grave de la santé, et la déviance qui représente seulement une option dans les comportements sexuels.

3 Commentaires

  • Quand est-ce que la pratique du candaulisme peut être considérée comme une perversion ?
    "Elle réduit l’autre à l’état d’objet et cherche par tous les moyens à passer à l’acte. Rien ne l’en empêche, on dit que c’est « compulsif », aucune satisfaction sexuelle ne peut être obtenue en dehors du cadre de pratiques candaulistes que l’on considère alors comme perverses."

    Alors une question me vient à l’esprit, pouvons nous nous remettre d’une relation ou notre partenaire s’est comporté comme expliqué ci dessus ? Pouvons nous espérer une relation équilibré candauliste ou non en sachant qu’il peut parfois être un danger pour notre santé mentale ?

    J’aurais aimé lire ces articles plus tôt..

  • ce qui m’interpelle : mon mari pense-t-il aux autres situations lorsqu’il fait l’amour avec moi qui ne suit pas candauliste pour parvenir à la jouissance ?

  • ouais en fait la frontière est très mince et très fluctuante entre déviance et perversion... comme entre cuckolding et candaulisme
    et il y a des degrés dans chacune de ces pratiques
    c’est une déviance quand elle a lieu entre personnes majeures et consentantes
    et une perversion quand une personne en force une autre ou qu’une personne majeure oblige un ou une mineur(e)
    en gros c’est ça, non ?
    mais il y a des nuances dans chaque cas

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription