Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Deuxième exhibition (améliorée)

! Signaler un contenu abusif

LA 2 ème exhibition de Caro.

Lorsque nous sommes rentrés chez nous après cette 1ère expérience, contrairement à ce que nous aurions pu penser, nous n’avons pas fait l’amour. Nous avions prit un tel plaisir pendant l’exhibition que nous étions déjà rassasiés. Alors durant plus d’une heure, nous avons discutés, je lui ai posé plein de questions, elle m’a donné plein de réponses. Souvent même, les mêmes réponses aux mêmes questions. Mais nous cherchions tout simplement à prolonger l’excitation reçue à la terrasse de ce bistrot. Même Caro n’était plus en mesure de décrire le gars qui avait pu profiter de son exhibition. Il n’était nullement important qu’il fut gros, maigre, grand, petit, beau ou laid : il avait regardé et admiré ces "choses qu’on ne montre pas". Nous étions véritablement enthousiastes. Nous flirtions, nous nous caressions...Nous venions de transgresser l’interdit et nous avions découvert que derrière cet interdit résidait LE PLAISIR, LA JOUISSANCE. Un plaisir et une jouissance que notre éducation nous avait interdit. Nous venions de découvrir que derrière l’amour sexuel dû au mariage, il pouvait y avoir un autre plaisir : le plaisir sexuel de "coquinage". Et là, le plaisir était double, le plaisir "légal" et l’autre , le deuxième plaisir, le vrai plaisir. Un plaisir qui pouvait se partager comme le pain ou l’apéritif. Caro avait 24 ans et moi 22. Non, nous n’avons pas refait le monde ce soir là, mais nous avons sculptés notre future sexualité de couple. C’est ainsi que nous avons décidés de recommencer, d’aller plus loin, de nous aventurer dans ce monde caché et inavouable. Mais nous voulions y aller par étape et nous arrêter après chaque étape pour en discuter. Maintenant on parlerait de "se briffer". La prochaine étape ? Recommencer pour nous assurer du plaisir reçu, mais un peu plus fort. A s’exhiber pourquoi ne pas le faire beaucoup plus franchement. De mon côté, je n’étais pas spécialement exhibitionniste contrairement à Caro. Caro avait passé sa jeunesse dans des maisons de repos catho et donc sans aucune éducation sexuelle sinon celle de la pudeur excessive. Elle voulait connaître ce côté du sexe dont elle ne connaissait rien. Moi, j’avais passé ma jeunesse au bord des piscines dans un monde ou tout le monde est en maillot et se déshabille dans les vestiaires communs. C’est pour cela que Caro a été totalement d’accord pour ELLE, s’exhiber. Nous avions déjà parlés de cela au cour d’un repas en amoureux. Ca y était, nous le mettions en route en 1ère vitesse. D’abord, confirmer le premier démarrage. Nous avons, donc, remis cela pour la semaine suivant en nous fixant la possibilité, l’interdit et l’arrêt avant discussion. Un collège routier m’avait parlé d’un parking à Toulouse, derrière un hôpital, ou le soir tard des hommes des couples, des femmes venaient pour y chercher du sexe, du sexe pour tout genre : exhibition, partouze, caresses...C’est là que nous irions. L’arrêt ? Seulement montrer et voir, regarder à la rigueur mais pas plus. Comme pour notre 1ère expérience, Caro c’était déguisée en "salope dévergondée". Et le déguisement était en rapport avec notre désir de réussite. Elle avait vraiment l’apparence d’une salope vraiment dévergondée. Nous étions en juin et c’était une soirée très douce, sans vent très éclairée par une merveilleuse pleine lune amicalement pleine. Nous sommes arrivés vers 22 heures. La nuit cachait notre stresse et la lune éclairait notre culot. Caro avait sa mini jupe qui laissait voir une discrète toison, ornement d’un minou dénudé. Le chemisier trop petit laissait déborder une poitrine généreuse et gonflée d’orgueil plus que d’excitation. Quelques voitures, quelques promeneurs justifiaient la réputation de parking libertin. Une fois garés, nous avons flirté. Mais trop peu de temps, car, très vite, deux ombres se sont approchées du côté de Caro et deux visages souriants ont remplis le cadre de la vitre. Cette présence tellement souhaitée m’a "boosté" (J’aimais bien les jeunes qui boostent : lol). Pendant que j’embrassais très fougueusement ma salope dévergondée, je posais une main sur un sein déjà dégagé, titillais un téton un peu trop arrogant et fier de prendre l’air en public. A cet attouchement Caro a gonflé sa poitrine comme pour en montrer plus. Je l’ai caressé, malaxé , taté et tété, ce sein que tout le monde voulait voir. Elle était tellement excitée que j’aurais pu croire que sa langue voulait toucher mon estomac. Je l’entendais gémir et ses gémissements devenaient de plus en plus grognons. Puis, allez, au diable la pudeur, le minou. Elle mouille ? Diable, oui elle mouille et pas qu’un peu. Je n’ai pu résister plus longtemps, je l’ai doigtée tout en tétant ses tétons. Comme il aurait été bon que ce biberon de chair fut plein de lait. Là j’ai senti sa main caresser mon entre jambe et j’ai compris ou son excitation allait la conduire et ou la mienne allait accepter de se laisser faire. Petit à petit, je sentais ses doigts fébriles chercher, trouver et descendre la braguette. Je lui glissais vicieusement un petit salope dans l’oreille ce qui l’a encouragé pour la suite. Certes, c’est avec difficultés qu’elle a réussi à extirper mon sexe tel un ressort et gonflé d’espérance pour un plaisir buccal non prévu. Après une savante mais rapide gymnastique, Caro s’est retrouvée les fesses collées à la vitre sous les yeux exorbités de nos deux voyeurs et mon sexe enfin au chaud dans le nid humide et caressant de sa bouche bien lêchante. Oh, je n’ai pas battus de record si ce n’est celui de la rapidité. J’ai poussé un grognement d’ours bien léché pendant que je remplissais le fond de la gorge de ma salope adorés, adorée OK, mais dévergondée. Elle s’est rassis à sa place, mon plaisir débordant de chaque côtés des lèvres et montrant à nos deux admirateurs qu’elle était assez gourmande pour AUSSI, avaler la fumée.
Je finirais ainsi la description de ce merveilleux souvenir répondant un peu à la question de "Algertunis"

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription