Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Deux hommes, une femme… maintes possibilités

! Signaler un contenu abusif

Jusque-là, notre pratique candauliste était orientée sur des amants que je choisissais et qui étaient exclusivement hétéro. Je rejetais totalement les hommes bi car je l’avoue, c’était péjoratif dans mon esprit.
Mais au fil du temps, le profil des hommes que j’affectionnais fini par avoir ses limites. En effet, certains amants étaient gênés par la présence de mon mari soit parce qu’ils avaient peur de débander soit parce qu’ils n’étaient pas vraiment excités par le candaulisme ou pour d’autres raisons difficiles à cerner.
Progressivement, je me mis à m’ouvrir l’esprit à des hommes qui seraient susceptibles de faire des préliminaires avec mon homme. Au moins, ceux-là ne seraient pas contre la présence de mon mari !
Et dans le même temps, je me rendais compte que cette idée n’enlevait aucunement de virilité à mes deux mâles.
Dans notre intimité de couple, j’osais promener un doigt autour de la zone anale de mon mari qui m’encourageait à y rester. Je commençais avec un gant en latex car mes aprioris me bloquaient dans cette nouvelle démarche mais très rapidement je dépassais ce frein en utilisant mes doigts à nu.
L’utilisation d’un lubrifiant non seulement facilitait naturellement l’insertion de mon doigt mais apportait également une réelle sensualité dans le geste. Je prenais plaisir au préalable à caresser, masser les couilles de mon homme ce qui lui plaisait assurément.
En parallèle, mon amant du moment avait le désir de se soumettre à moi dans un scénario où je jouerais une dominatrice (pour une fois). Alors que j’échangeais avec lui par sms ce que j’allais lui faire subir, il me dit très clairement qu’il voulait être vraiment soumis mais plus sexuellement que mentalement.
Il me décrit alors les postures qui l’excitaient le plus et me dit au détour de la discussion qu’il voulait que je le prenne avec un gode ceinture. Contre toute attente, je m’imaginais tout à fait lui faire subir mes assauts bien que je n’avais jamais expérimenté ce genre « d’outil ».
Mais l’idée de lui faire prendre son pied me motivait plus que les peurs éventuelles que je pouvais avoir. Cette idée se mit à « déborder » dans le lit conjugal quand je proposais à mon mari de tenter l’expérience d’abord tous les deux.
Malgré une certaine gêne, il devança mes initiatives en faisant l’acquisition d’un feeldoo dont il choisit la taille. Ce fût le seul point de désaccord entre nous car seuls les gros jouets tout comme les grosses queues m’excitaient. Et connaissant mes fantasmes, il s’empressa d’acheter le moins gros de tous !
Comprenant sa crainte, je décidais de le laisser gérer les choses à sa façon en attendant son feu vert quand il serait prêt. Je fus agréablement étonnée de constater qu’il voulut mettre nos envies à exécution le lendemain.
Il prit alors les mesures d’hygiène favorables à cette pratique en faisant un lavage anal au préalable ce qui m’enleva toute réticence pour l’approcher. C’est avec une grande facilité que son anus accepta d’être pénétré, preuve de sa volonté d’y parvenir.
Sans conteste, il prit beaucoup de plaisir à se laisser aller à cette nouvelle sensation. Il décida de se positionner en levrette. Tout en se branlant, il se laissait prendre dans la plus grande douceur en me guidant par les mots. Je fus alors extrêmement surprise de me découvrir une certaine jubilation à vivre cette scène.
Un sentiment de puissance m’envahit et je me sentis très dominante à cet instant précis. Je gardais malgré tout pour moi tout ce que j’aurais voulu exprimer dans cette posture. En effet, je considérais qu’il valait mieux faire les choses par étapes.
Sachant qu’il n’aimait pas particulièrement être dominé, je ne voulais pas le bloquer. Cette première fois fût très positive car en plus du plaisir évident qu’il avait pris, je m’aperçus qu’il ne ressentait aucune culpabilité ou honte.
En parallèle, la relation avec mon amant s’étant arrêtée, je me mis à la recherche d’un nouveau, avec des critères plus larges encore. Je rencontrais alors sur les conseils d’une amie, un homme qui aimait switcher.
J’imaginais dans un premier temps qu’il aimait autant être dominé que dominant mais en échangeant avec lui, je compris aussi qu’il aimait autant faire l’amour avec une femme que se sucer ou toucher un homme.
En discutant avec lui, il me précisa que seul le phallus l’intéressait et qu’il avait expérimenté plusieurs fois la sodomie avec un homme. Je fus impressionné par la grande facilité qu’il avait à s’ouvrir à ses plaisirs.
Ce qu’il me disait n’enlevait rien à son charme… bien au contraire. Je ne savais pas encore si mon homme se laisserait aller à ce genre d’expérience mais je ne pouvais pas ignorer que l’idée l’excitait car nous avions déjà fantasmé sur le fait de sucer une queue ensemble.
Suite à notre première rencontre coquine avec ce nouvel amant, ce dernier se positionnait comme dominant par rapport à notre couple. Je fus un peu déçue dans un premier temps car je voulais alterner moi-même les rôles mais je décidais d’y voir un avantage voire plusieurs !
D’une part, c’était une occasion d’intégrer ma condition de soumise en découvrant une autre façon de faire par rapport à mes anciens amants et d’autre part de faire confiance à un avis extérieur concernant mon mari. Cet amant était convaincu que mon homme serait excité par des préliminaires bisexuels.
Notre premier contact lui donnait d’ailleurs raison. En effet, alors que je me trouvais sur mon mari et que je suçais avec délectation la queue de mon amant, je m’amusais à me rapprocher du visage de mon mari.
Je voulais qu’il voie de près ma gourmandise et le vice que je mettais à me régaler mais surtout je voulais le tenter. Et c’est progressivement que mon amant s’approcha de la bouche de mon chéri qui ne se laissa pas prier pour y goûter.
Le fait de l’accompagner dans cette découverte et de partager cette friandise délicieuse avec lui me plut indéniablement. Je ne pus que constater l’excitation évidente qu’il ressentit à ce moment précis quand il éjacula bientôt en moi.
Depuis, ma fantasmatique évolue vers d’autres horizons. Je peux par exemple m’intéresser à films x mettant en scène deux hommes et une femme ou bien imaginer deux hommes qui parlent céder à leurs pulsions devant moi.
Je suis maintenant impatiente de connaitre toutes les possibilités que cette nouvelle approche va nous permettre. En y réfléchissant, j’ai longtemps été totalement fermée à ce genre de sexualité.
Il ne s’agit en réalité que d’une possibilité parmi tant d’autres. Mais le fait de faire l’amour avec des hommes affranchis du regard des autres, qui assument totalement toutes les facettes de leur personnalité me paraît être une grande force.
Et à l’inverse, un homme qui se défend d’aimer être approché par des mains masculines et un pénis m’interpelle car il me semble qu’il s’agit plutôt de l’impact de l’éducation ou de l’image sociale.
Je crois sincèrement que quand on aime prendre du plaisir, on peut faire l’amour aussi bien avec une personne de son sexe que du sexe opposé. Il s’agit pour moi d’une expérience comme une autre et d’une volonté d’élargir sa palette de sensations et d’émotions.

2 Commentaires

  • je n’avais pas eu l’occasion de lire ce texte, mais il est particulièrement instructif.
    pour l’avoir vécu avec mon amant et mon épouse, j’y adhère totalement et, par expérience, les "hétéros pur et dur" sont souvent des "bi ou homo refoulés". Il y a bien plus de facilités à gérer une relation à 3 en étant bi, plutôt qu’avec deux hétéros car il apparaît souvent une jalousie et une compétition destructrice de la relation.

  • Fort beau texte et très belle analyse (sans jeux de mot !!) ... Bravo pour cette pratique et pensées denués de tabous et ouverts sur la joie des plaisirs divers et multiples ...
    Biz

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription