Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Deux copains au parking (n° 1)

! Signaler un contenu abusif

Deux copains au parking. N°1
Pour la facilité du rappel des souvenirs je ne décrirais pas les différentes poses de préservatifs. Je vous préviens car le récit que je vais développer devant vous n’est que la retranscription d’un résumé qu’avait noté Caro dans un cahier ou elle notait nos diverses expériences. Mon épouse est décédée voilà 6 ans maintenant suite à une grave opération cardiaque congénitale et je m’efforce de me souvenir pour pouvoir développer son résumé Elle-même ne notait pas les poses de ces préservatifs si chers à Gothalonia et Claude345, mais pas assez imprudente pour ne pas se protéger.
C’était en été1985, nous revenions d’une petite ‟ballade” en Autriche. Il faisait chaud malgré une semaine pluvieuse mais grâce à une journée ensoleillée. Caro m’avait suggéré d’aller voir sur notre parking si on pourrait trouver un partenaire intéressant pour célébrer notre retour. Nous sommes arrivés à notre lieu de fantasmes vers 22 heures. Ca toujours été heure la plus propice pour faire des rencontres pouvant nous convenir. Les cinémas pornos avaient terminés leurs premières séances et les boites de nuits libertines n’avaient pas encore récoltés leur clientèle, les programmes télé avaient terminé leur programme du soir. De ce fait les appétits sexuels commençaient à se faire ressentir. Nous nous sommes garés au fond du parking, comme d’habitude. C’est un coin du parking à l’abri des ‟regards routiers”, et éclairé autant par la lune, comme ce soir, et par le lampadaire allumé de l’emplacement pique nique constitué d’une table et de deux bancs. Nous avons flirté et je pouvais constater que Caro, très contente de se retrouver sur son parking préféré, était très excitée. Elle a commencé à se déshabiller. Sa jupette et son chemisier sortis, elle se retrouvait en bas et corset noir. Les seins, déjà gonflés par l’excitation débordaient des bonnets et les tétons pointaient d’au moins deux bons centimètres. J’avais beau être habitué de leur beauté, j’étais toujours impressionné de l’effet érotique qu’ils provoquent.
Nous avons attendus un bon quart d’heure pour voir enfin quelques mouvements annonciateurs de l’approche de voyeurs. J’apercevais deux ombres de deux gars qui s’approchaient doucement de la voiture. Caro c’est penchée pour les situés dans son rétroviseur et par ce geste, leur faire comprendre qu’elle les avait repérés. Du même fait, ils se sont enhardis et sont approchés jusqu’à à sa fenêtre. Un des deux gars, tenait sa queue en érection dans la main pour bien la montrer à Caro, qui, allongée sur son siège l’observait en lui souriant.
En même temps, le gars faisait signe à son copain de s’approcher. Le second n’avait pas l’air d’être à l’aise et son copain exhib, devait être le ‟meneur”. On pouvait l’entendre lui donner des ordres.
« -Hé bien, dépêche toi, viens voir, montre là, fais lui voir qu’elle te fait bander. C’est bon tu verras, n’ai pas peur elle est là pour ça. »
Caro a ouvert la vitre. Et a engagé la conversation. Le ‟meneur” s’est présenté, il s’appelait Claude et présenta son copain, Rick. Caro s’est présenté à son tour et m’a présenté comme son mari, Jean. La conversation s’est poursuivie entre Claude et Caro. Rick, certainement intimidé de disait rien. De fil en aiguille, Claude se vantait de pouvoir lui donner beaucoup de plaisir, que s’était un amant exceptionnel alors que son copain était timide et se penchant dit à Caro sur un ton confidentiel que Rick était encore puceau à 19 ans. Je connaissais trop bien Caro pour savoir que c’était justement la confidence à ne pas lui faire s’il voulait désintéresser Caro de son Copain. Pendant qu’il flattait son égo, Claude avait posé sa queue sur le rebord de la fenêtre juste à côté de la main de ma femme.
Caro l’a longuement regardée pendant qu’il continuait à se flatter puis la prenant dans la main elle a entouré ses doigts autour de ce sexe raisonnablement bandant et a commencé à le masturber.
Pendant qu’il se laissait faire, il disait à Rick : « -Tu vois, je te l’avais dit, ma bitte lui a plu. J’en étais sûr, aucune ne lui résiste. »
Caro a regardé Rick dans les yeux et à descendu son regard vers sa braguette. Répétant cela plusieurs fois, Rick à compris le message que Caro lui lançait sans que Paul n’intervienne. Il a ouvert la braguette de son pantalon et fouillant dans le slip ; il en a sorti, non sans difficultés sa queue en forte érection. Il s’est approché de la fenêtre pour donner, lui aussi sa queue aux caresses de Caro. Et c’est ainsi, qu’en 5 mns, les caresses se sont transformées en séance de fellations. A tour de rôle, ils avaient droit alternativement à une pipe express ou à une de ses fameuses et inoubliables pipes ‟royales”. Pendant que Caro pipait, moi, placé derrière elle je palpais. Oui, je palpais ses seins gonflés d’excitations aux tétons obstinément pointus.
Craignant une éjaculation non contrôlée, Caro c’est arrêtée un moment pour leur demander de mettre le préservatif que je leur donnais. Une fois protégée, elle a reprit le travail pour notre plaisir à tous les quatre. J’ai vite remarqué le manège de Caro pour avantager Rick. Je savais qu’elle n’avait guère apprécié les fanfaronnades de Paul. Alors pour que Rick paraisse plus performant, elle bloquait de sa main une possible éjaculation lorsqu’elle sentait que celle-ci faisait frémir sa queue. Par contre elle ne cherchait nullement à freiner celle de Paul. Et ce qui devait arriver est arrivé. Il a poussé un râle et avec un « Oh merde ! » il s’est répandu sur les seins de Caro. Elle l’a regardé, l’air étonnée et lui dit « Déjà ? » d’un ton moqueur.
Puis elle a ouvert la portière et passant ses jambes dehors elle a fait face à Rick et à reprit sa pipe toujours de façon à le contrôler pour retarder au maximum sa jouissance. Elle a le préserver de l’éjaculation pendant cinq bonnes minutes supplémentaires.
Et pour tenir plus de cinq minutes dans la bouche de Caro, il faut vraiment être ou très performant ou très aidé par une Caro spécialisée. Paul n’en revenait pas et a prit le prétexte du débutant comme raison à la bonne performance de son copain. J’ai suggéré à Caro d’aller à la table pour qu’elle puisse finir sa fellation mais que j’aimerai bien la prendre. J’ai fermé la voiture et j’ai amené Caro sur le coin table de l’emplacement. Elle s’est mise face à la table et tout en restant debout, elle s’est bloquée en s’agrippant et elle m’a présenté son fessier. Je me suis positionné derrière elle et je l’ai pénétrée sans ménagement. Je suis rentrée dans une chatte super lubrifiée. C’est à grands bruits de ‟floc floc” et de ‟oui oui” que je l’ai ramonée pendant que je faisais signe à Rick de se terminer dans sa bouche.
Je n’ai pas tenu très longtemps, j’étais trop excité. C’est lorsque Rick à bloqué la tête de Caro et que j’ai compris pourquoi que j’ai moi-même ‟envoyé la purée”. Paul c’est avancé voulant à son tour profiter de la position de Caro pour la prendre à son tour. Mais, méfiante, Caro a préféré s’allonger dans l’herbe pour recevoir Paul de face. Effectivement dans la même position ou je l’avais prise, Paul aurait pu essayer de la sodomiser. Même si elle ne refusait que très rarement la sodomie, elle ne voulait pas qu’il puisse se vanter de cela auprès de son copain. Caro s’est allongée dans l’herbe et a écarté les cuisses invitant Paul à venir la prendre. Paul s’est allongé sur elle et la pénétrée. Il l’a ramonée un bon moment faisant attention de ne pas ‟partir” trop vite. Caro nous regardait à tour de rôle et nous souriant. Elle respirait rapidement. Elle ne pouvait plus faire semblant de rester indifférente à cette pénétration. Alors Paul n’a pu rester sans profiter du plaisir évident de Caro et à commencé d’abord à proférer quelques insultes et raisonnements sexuels ce qui n’était pas pour déplaire à ma femme que je savais friande à ce genre de pratique.

Tyroler

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription