Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Découverte du plus célèbre club libertin de Paris - 2

! Signaler un contenu abusif

Jim avait des yeux marron, un regard intense. Il dégageait de lui beaucoup d’assurance et son attitude était chaleureuse, joviale. Ses blagues ont rapidement permis de détendre l’atmosphère. Ils parlèrent d’abord de choses futiles, mais la conversation prit vite une tournure plus salée. Candaulisme, triolisme, on discutait de différentes expériences sexuelles et notre groupe d’amis semblait assez ouvert d’esprit.

Vicky, quant à elle, semblait avoir tout au plus 21 ou 22 ans. Un joli visage, des yeux verts magnifiques et une petite moue enfantine, adorable. Son nez retroussé lui procurait un air frondeur. Elle avait des formes généreuses et la silhouette d’une fille très sportive.

Le champagne était exquis et je commençais à en ressentir l’effet. Une chaleur agréable se répandait dans tout mon corps. Philippe me caressait sans cesse, discrètement ; tantôt les cuisses et la chatte, tantôt il effleurait doucement mes seins, qui voulaient sortir de cet étroit corset.

Soudain, alors que les lèvres de Philippe effleuraient mon décolleté, Jim posa sa main sur mon genou droit, en remontant très lentement et s’arrêtant tout près de l’entre-jambe. Un frisson délicieux me traversa et je ne réussis pas à m’empêcher de pousser un gémissement de plaisir, qui résonna beaucoup plus fort que je ne l’aurais voulu.

Je savais que tous m’observaient depuis un moment, même s’ils continuaient leur conversation, et je dois dire que mon excitation ne faisait qu’augmenter à cette seule pensée. En m’entendant gémir ainsi, leur conversation stoppa net. La tension était désormais palpable, le désir prenait trop de place. Vicky avait commencé à caresser Samuel à travers son jean.

On trouva alors un endroit plus tranquille, les coins câlins. Je me laissais guider, étourdie par le désir.

Je pris alors une initiative assez audacieuse. Je m’approchai de Samuel et lui fit un sourire pour le rassurer, avant de m’agenouiller devant lui et de poser mes lèvres sur son jean, là où je devinais son érection. Je vis le désir monter en lui, alors qu’il jetait un coup d’œil paniqué à sa copine.

Vicky, stupéfaite, semblait encore se demander comment réagir lorsque Philippe arriva derrière elle, posant ses mains sur ses hanches, la pressant contre lui. Je me sentie soulagée de la voir répondre à ses avances. Elle aurait pu se sentir trompée, considérer cela comme une infidélité, qu’en sais-je ? Rassurée, je reportais mon attention sur Sam.
Il tremblait presque, de peur ou de désir… ou peut-être des deux. C’était mignon. Et ça me stimulait encore plus.

Je lui souris, coquine, et je défis sa ceinture.

A suivre...

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription