Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Débuts avec ma femme

! Signaler un contenu abusif

Durant 2 ans alors que j’étais en poste à l’étranger ; celle qui allait être ma femme et moi avions dû partager un appartement avec un autre couple mixte naturiste et libertin. Ma femme a ainsi découvert le naturisme et j’ai très vite constaté que ça lui plaisait de s’offrir nue aux regards et mieux : que cette situation nous excitait tous les deux. Très vite la complicité entre nous quatre s’est considérablement développée...

Quel plaisir pour JJ (l’homme de l’autre couple) comme pour moi de contempler chaque jour les deux magnifiques femmes noires nue et totalement épilées qui partageaient notre vie.

Nos deux chambres n’étant séparées que par le salon, nous nous sommes très vite habitués à laisser, le soir les portes entrouvertes et chaque couple profitez ainsi des bruits de l’autre lorsque nous baisions. JJ et F. (sa compagne) adoraient les mots biens crus lorsqu’ils baisaient.

Il aimait et elle adorait ça, la traiter de salope, chienne ; pute,etc. Et il ne cachaient rien de ce qu’ils se faisaient l’un à l’autre :

- " oui... mets la moi profond dans l’cul..."
et j’en passe et des meilleures. Nous étions de moins en moins discret aussi, M. et moi. Aussi, le plaisir et les jouissances entendus chez les uns décuplaient ceux des autres à chaque fois. Ce qui excitait de plus en plus M. (ma femme), c’était le"petit bonjour" du matin entre elle et JJ notamment : nu, et en érection,il la prenait ou elle allait dans ses bras ; ils s’enlaçaient et ils s’échangeaient un ou deux bisous sur la bouche tout comme moi et F. le faisions.

Très vite, alors qu’il collait M. contre lui ; ma femme prit l’habitude de se positionnait non plus pour que sa queue très large et bien dure, se colle contre son ventre, mais pour qu’elle glisse contre son bas ventre ; se frotte contre les lèvres de son sexe, pour se caler entre ses cuisses un peu ouvertes et contre sa chatte.

Sachant que presque toujours, leur nuit comme la nôtre avait été très chaude, ma femme (comme la sienne) d’une part conservait toujours un peu de mon foutre dans sa chatte et/ou dans son anus ainsi qu’ une bonne odeur de sperme qui émanait encore de sa bouche.

D’autre part la grosse bite de JJ était elle aussi presque toujours encore bien imprégnée, suintante des sécrétions de son plaisir et de celui de F. Cela rendait "le petit bonjour matinal" encore plus excitant.

Il arrivait même parfois, que mon foutre s’écoulait encore un peu de la chatte humide de M. sur la queue de notre ami quand elle la serrait entre ses cuisses. Comme nous étions toujours nus et qu’ on parlait très librement de sexe, en plaisanterie comme en sous entendus, il s‘echangeait régulièrement des bisous et des caresses entre JJ et ma femme, moi et la sienne : sur la bouche,dans le cou ; sur les fesses, entre les cuisses et parfois sur les seins et même entre elles.

Ma femme comme moi on aimait de plus en plus ça. D‘autant plus que maintenant, tout comme F. elle appréciait beaucoup de rester nue lorsqu’ il yavait des visiteurs. Un WE, les choses ont encore évolué.

Ce samedi, nous prenions un verre au salon, nus ; comme d’habitude, il était environ 17h. Ma femme s’était rendu à la cuisine pour reprendre 4 bières. Comme souvent, JJ me dit :

- " qu’est ce que M. me plaît... j’adore ses fesses !"
F. (sa compagne), riait et en lui disant :

- " t’aimerait y mettre ta queue mon chéri, hein !"
Elle s’est mise à le branler devant moi.

- " Oh oui ! rends la moi bien raide : je sais que M. aime ça, voir ma queue bien dure et contre elle ! N’est ce pas, A.? "
Je lui répondis :

- " Oh oui elle adore ça... "

Plusieurs fois ma femme me l’avait dit. Alors, la queue bien tendue, JJ en me faisant un clin d’oeil s’est rendu à la cuisine à son tour. On a attendu 5 minutes, F. est venue près de moi et m’a branlé un peu à mon tour et très efficacement. Elle m’a dit :

- " je suis sûre que comme moi, tu as très envie de regarder ta femme se faire baiser par JJ, je me trompe ?"

- " Non tu as raison F...."

- " Et de me la mettre aussi, n’est ce pas ?"

- " Bien sûr !... "

- " Allons les voir.." Aie - je dit.

A la cuisine, JJ s’était collé derrière M. appuyée contre la table et il l’embrassait dans le cou en lui caressant les seins... Elle m’a regardé en souriant. Lorsque la main de JJ est descendue devant jusqu’à sa chatte imberbe, elle lui a ouvert les cuisses.

- " Déjà trempée.. ?" a-t-il dit...
Ses doigts l’ont pénétrée, la fouillaient. Elle gémissait de plaisir et a commencé à onduler vicieusement des reins et des fesses contre sa grosse queue calée dans son sillon : avant de se retourner pour le branler à son tour.

Nous sommes allés au salon et il a invité ma femme à s’asseoir dans le canapé avant de lui mettre sa grosse bite sous les yeux. M. a repris son mouvement de la main. Il lui a dit :

- " suces moi bien la queue : je sais que tu en meurs d’envie !"

J’ai vu ma femme, avec un large sourire, se mettre à lécher d’abord toute la grosse queue que JJ lui offrait, la prendre en bouche et se mettre à monter et descendre dessus lentement puis plus vite ; la lécher à nouveau, lécher ses grosses couilles ; les caresser et le reprendre en bouche : loin en feulant de bonheur.

- " Ooh ! salope ! qu’est ce que tu suces bien !" a réagi JJ. Elle lui a dit :

- " tu aimes, hein ?"

- " Oh.. Ouiii j’adore, ooh !"

Pendant ce temps : moi assis, elle à genoux ; F., m’administrait un traitement similaire : me suçant et me branlant entre ses gros seins. C’était trop bon ! Très vite, M. est venue à bout de JJ et ce salaud en a bien profité pour jouir dans la bouche de ma femme, d’abord puis sur son visage et ses seins.

Elle-même, l’a repris en bouche : gorge profonde jusqu’aux couilles presque ; pour bien lui vider les couilles ! Elle était déchaînée : pour mon grand plaisir et bien entendu le sien et celui de JJ et de sa compagne entre les seins de laquelle puis sur son visage et dans sa bouche ; j’ai à mon tour, joui à flots...

Ce soir-là, il n’y eut rien d’autres entre nous, nos conjointes en hors couples que des baisers et quelques caresses comme auparavant. Lorsque nous nous sommes retrouvés M. et moi dans notre chambre : bien sûr on en a reparlé et il était évident que nous étions ma femme et moi, encore très excités par cette nouvelle expérience. J’avais aimé voir Marion (M.) sucer JJ comme elle l’avait fait et... visiblement elle avait adoré le faire ! On a baisé avec encore moins de retenue et de discrétion que d’habitude : comme nos amis... du reste... On a encore reparlé de cette fin d’après-midi. Et quand ma femme m’a dit que jusqu’à ce jour, elle ignorait à quel point elle pouvait aimer ce genre de choses. Elle me confia qu’ elle avait aimé les doigts de notre ami dans sa chatte, puis, que JJ lui fasse sucer sa grosse queue ; aimé LE sucer, et surtout bien LA lui sucer devant moi, en le laissant même jouir dans sa bouche...Puis, lorsque Marion ajouta qu’elle avait aussi aimé me voir avec F. et jouir entre ses seins puis dans sa bouche, j’en ai profité et je lui ai tout de suite dit : "tu sais ce que j’aimerais maintenant ? C’est de voir JJ bien te la mettre sous mes yeux et te voir, t’entendre jouir pendant qu’il te baise..." J’ajoutais : "je suis sûr que toi même tu as envie de sa grosse queue, non ?" Ma femme m’a répondu en riant : "Hummm ! Oui tu as lu dans mes pensées : dès que l’occasion se présentera je suis partante pour recevoir sa grosse bite en moi... Et pour qu’il me baise bien, même... Et toi... Toi et F. ? Tu serais partant, aussi… devant moi ? ". Sans hésiter j’ai dit à ma femme : "oui, bien sûr ! J’ai très envie de bien la baiser à fond, devant toi : pour bien t’exciter ma chérie !". Marion m’a répondu : "Humm, humm... En effet : c’est comme ça que serait le plus excitant… pour toi, comme pour moi mon chéri...".
Dans mon for intérieur cette nuit-là, j’avais laissé notre porte bien entrouverte ; j’espérais que nos amis viennent nous regarder : mieux, qu’ils nous rejoignent… Trop occupés de leur côté, ils ne l’ont pas fait. Cependant quand je baisais Marion, j’imaginais que JJ et moi on se relayait dans sa chatte et quand je la sodomisais profondément ; c’est comme si je préparais son petit trou de cul pour la bite très large de JJ…
Le lendemain, Fatou (F.), avait ce jour-là prévu de passer quelques temps avec H. un homme avec lequel elle avait eu une aventure peu de temps avant de rencontrer JJ. C’est d’ailleurs par le biais de ce même H. qu’elle avait rencontré JJ : lors d’une « soirée entre amis ». H. : c’était dans ses habitudes nous avait raconté Fatou et JJ, avait partagé cette dernière avec lui et avec un autre homme lors de la soirée. Peu de temps après, Fatou s’était mise avec JJ et durant quelques temps, avant que H. ne soit muté sur un pays voisin ; lui et JJ baisaient régulièrement Fatou ensemble… Elle-même reconnaissait qu’elle adorait ça ! C’est donc : très sexy, nue sous une minuscule robe rouge et avec la bénédiction de son compagnon, que Fatou , dès 9h30 ; avait prévu de rejoindre H. et des ami(e)s à lui ce dimanche-là. Avant de partir, suivi de JJ ; elle vint nous trouver au lit pour nous embrasser : elle m’a embrassé à pleine bouche puis a fait de même avec ma femme. Puis, coquine, elle a retiré le drap nous découvrant entièrement : « ça a baisé à fond cette nuit... c’est bien ça, continuez aujourd’hui.. . tous les trois : comme je suis pas là… JJ, Arnaud : occupez- vous bien de ma copine ! Et toi ma chérie : t’es la seule femme dans l’appart pour eux deux et pour leur plaisir, aussi ; profites-en bien, alors ! Moi je sais que… je vais bien servir… aujourd’hui… (elle riez…) ça va être trop bon ! j’vous raconterais… et vous me raconterez votre journée aussi à mon retour, mes chéris… ». Puis, disant cela, elle a branlé et léché un peu ma queue dressée en disant à ma femme : « hummm ! j’aime encore plus la bonne queue de ton mari quand elle sent ta chatte et ton cul, ma chérie… trop bon ! ».
Puis, elle a embrassé JJ et est partie.
Ce dernier est venu se coucher sur le lit, entre nous, et la queue dressée aussi :
Il a dit : « alors, le programme des …fesses, F.E.S.S.E.S- tivités ; mes amis ?
J’ai dit à ma femme : « tu lui en donne un petit avant-goût, ma chérie ? »
« Hummm… Oui ! » puis, Marion se penchant a commencé à le sucer devant moi :
« Alors ma chérie, c’est pas meilleur une queue qui vient de servir : qui sort d’une autre bouche mais surtout d’une autre chatte et d’un autre trou d’cul ? » a t – il demandé à ma femme…
« Hummm.. Oui ! c’est bon ! » a répondu Marion.
« Alors, continue, salope ! »
Ma femme avec délectation lui sucer, lui lécher la queue… Il la guidait et il lui faisait faire ce qu’il avait envie qu’elle lui fasse avec sa bouche… Elle était réceptive et répondait à ses demandes : satisfaisait ses désirs…
Ce salaud était bien décidé à en profiter un maximum : on le comprend, il l’amena jusqu’à ses bourses ; sous ses bourses…

4 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription