Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

De la spontanéité de l’abandon parce que…. tout s’y prête….

! Signaler un contenu abusif

Nous nous étions fixé rendez-vous depuis un moment et chaque fois, un contretemps venait faire capoter ledit Rendez-vous.
Puis nous parvinrent à nous rencontrer...

Le jour et à l’heure dis, nous nous retrouvions, enfin, tous quatre, réunis….
Elle (Edith pour les intimes) nous avait signalé qu’elle ne portait jamais de sous-vêtements (et pas seulement pour ces rendez-vous coquins) …. Ce qu’il nous fut possible de vérifier dès notre arrivée, car à peine la porte refermée elle levait sa jupe pour faire admirer sa nudité et découvrir son pubis poilu et en ordre…. Cela promettait. Mais la surprise vint de son mari (Jean) qui vaquait à une occupation qu’il entendait finir avant que notre soirée commençât…

Mon épouse souhaitait aller dans la salle de bain, pour se rafraîchir un peu, après le voyage….. . Nous n’y prêtâmes pas trop attention…
Au bout d’une demi-heure, Edith s’étonnât que mon épouse ne fût toujours pas revenue… J’allais voir si tout se passait bien, pour elle…. Et cela, effectivement se passait très bien pour elle…. Elle était déjà en train de baiser avec Jean qui, ayant terminé ce qu’il avait à finir, la trouvât occupée à lire une brochure qui se trouvait dans la chambre… . Ne s‘encombrant pas de détails (nous étions venus pour cela… et chacun savait quel était le but de cette rencontre) entreprit de déshabiller mon épouse et de la caresser, l’embrasser, la sucer…. Et quand j’arrivais, je découvris qu’elle se faisait posséder par une queue, visiblement prête aux assauts finaux.
Sans la moindre hésitation elle avait répondu aux sollicitations de Jean… Et quand Edith vint nous rejoindre, complétement dévêtue (elle se doutait un peu de ce qui se passait… connaissant Jean, et pour cause), je m’exécutais et me déshabillait à mon tour.
Jean était endurant et très bien membré… et c’est alors que nous remarquâmes les yeux cernés de mon épouse qui avait déjà pris son pied… et qui continuait à goûter aux joies de la possession, tant attendue et chaque fois remise…

Jean arrivât à se retenir et mit fin à cette première saillie, se réservant pour plus tard. Le temps de dîner (et pour mon épouse de récupérer). C’était en somme les mises en bouches (au sens propre comme au sens figuré), mon épouse ayant au préalable sucé l’excroissance qui commençait à se durcir comme un fer sur une enclume… Il faut dire que la brusquerie de la situation avait de quoi faire bander et Jean et mon épouse….le rejoignant en un unisson se sensualité prête à tout.

Ce temps du repas nous permis de mieux approfondir nos connaissances réciproques, commencées pas mail (ou chacun exprimait ses expériences, ces envies, ses attentes, ses phantasmes,…. et ses « blocages »), puis par échanges téléphoniques et de mieux se sentir en phase aussi bien physiques qu’intellectuelles et plaisir des découvertes des plaisirs….

Puis après le dîner chaque couple se constituât, ma femme avec Jean et moi avec Edith, en chambres séparées….. pour commencer avec comme objectif de finir ensemble en multiples combinaisons…. Nous étions silencieux, par rapport au couple que nous entendions s’ébattre près de nous et c’est alors que nous entendions les râles de mon épouse lorsque Jean l’inondât….. , non râles de désapprobation mais au contraire de satisfaction. Son plaisir fut si intense qu’elle interdit à son amant, en le bloquant avec ses jambes, de se retirer pour jouir sur ses seins et/ou son ventre. Il est vrai qu’habituellement, elle s’assure le plus possible … mais certainement que la plaisir dût être si intense qu’elle perdit toute sagesse, au point de penser que c’était moi qui la possédait…. (il est bien convenu que nous ne nous protégeons pas quand nous nous abandonnons l’un à l’autre et vice versa). Le « mal » étant fait, elle demandât à Jean de recommencer et c’est ainsi que nous assistâmes, Édith et moi à cette nouvelle chevauchée de walkyrie…. Édith, s’hasardant de temps en temps à une caresse, un baiser envers mon épouse et nous assistâmes à un splendide spectacle d’une femme complétement déchaînée entre les bras de cet amant qui avait su la désinhiber complétement.
En général mon épouse est assez réservée lors d’une première soirée et il lui faut plusieurs rencontres sensuelles et sexuelles, avec les mêmes couples, avant que de se laisser aller complétement, en un climat de confiance, où tout devient possible …. A croire que Jean avait été bon manager de sa sensualité et qu’il avait réussi ce que d’autres mettent parfois deux ou trois possessions, ou plus pour obtenir résultat similaire.

Les contacts avec ce couple se sont arrêtés, compte tenu de leur éloignement géographique, mais ils font partie de notre musée de la sensualité et chaque fois que nous en parlons, mon épouse ressent un petit picotement au bas des reins…. Il est des souvenirs d’étreintes passées qui perdurent, alors que d’autres…..

Ce fut un régal de voir mon épouse et Jean s’abandonner devant deux spectateurs réjouis de voir leur conjoint réciproque, jouir avec une autre personne… Et quand nous nous endormîmes, séparément Jean et mon épouse et moi et Édith, nous avions vécu à quatre une soirée mémorable et nos étreintes réciproques furent suaves et délicieuses.

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription