Accueil > Témoigner le candaulisme >Questions à la communauté >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

De l’évolution de la personnalité.

! Signaler un contenu abusif

Bonjour,
Après quelques balbutiements plus ou moins heureux, une récente expérience me tend à croire que le couple que je forme avec ma compagne va basculer dans un fonctionnement candauliste, ma compagne prenant conscience, d’une part, que je ne cherchais pas dans cette pratique une raison de réclamer ma propre liberté sexuelle et, d’autre part, qu’elle avait elle même à y gagner sur le plan personnelle.
Nous sommes documentés, grâce à ce site et à d’autres, sur les fonctionnements et les mécanismes qui se jouent dans un couple de ce type. Mail il reste une question à laquelle nous n’avons pas trouvé de réponse.
Si nous comprenons le bénéfice dans l’évolution de la personnalité de la femme, qui, célébrée par son compagnon, désirée par les amants qu’elle se sera choisi, pourra prendre de l’assurance et de la confiance en soi, qu’en est il de l’homme candauliste, ça nous semble un peu plus risqué pour lui, devenir un compagnon cocu et content de l’être (même si ça comble sa vie sexuelle ) pourrait peut être dégradé l’estime qu’il a de lui même et l’admiration que peut lui porter sa compagne. Il pourraient se percevoir et être perçu par sa compagne comme un homme faible qui a démissionné de sa mission promise et tacite de faire jouir seul sa femme. S’il n’y a pas de honte à reconnaitre ses faiblesses,il y en a peut être à les cultiver ?
Il va de paire avec le candaulisme une part de soumission de l’homme (voire une grande part pour les couples cuckolding). Cette soumission peut elle ne concerner que la sphère sexuelle ?
En fait notre question aux femmes compagnes de candaulistes est celle-ci :
si vous avez de la reconnaissance pour votre compagnon qui a amené dans votre couple une forme de sexualité dans la quelle vous vous épanouissez et un équilibre dans votre couple, lui gardez vous l’estime et l’éventuelle admiration que vous pouviez lui porter avant ? Vos sentiments pour lui se sont ils entachés de condescendance ? Voire de mépris ? La comparaison avec les performances viriles de vos amants ne porte t elle pas à dévaloriser ses performances sexuelles ? Désirez vous toujours votre compagnon en dehors du plaisir de lui donner votre jouissance en spectacle ?

Et ma questions aux hommes candauliste est celle-ci :
Vous avez obtenu la satisfaction cérébrale de votre sexualité, trouvé un équilibre dans votre couple et vous vénérez d’avantage votre compagne, mais y a t-il eu une contrepartie ? Pensez-vous que cela vous a fait progresser sur un plan personnelle ? N’y avez vous pas abandonné une part virile nécessaire à la lutte dans la société ? Avez vous perdu une part de confiance en vous ? L’estime de vous même en a t-elle pâtit ? Y a t-il eu des répercussions sur votre vie professionnelle ? Ce désir un peu fou n’a t-il pas pris trop de place dans votre tête ? Au point de négliger le reste ?

Merci par avance de vos réponses.
Nous cherchons des réponses sérieuses et pesées à ces questions et non des délires érotiques.

10 Commentaires

  • vous etes velleitaire je crois,vos pulsions ne semblent pas être assez fortes pour pratiquer vraiment le candaulisme attention, à mon avis, vous courez a la catastrophe si vous passez à l’acte maintenant, avant d’avoir résolu vos doutes, discutez beaucoup entre vous et ne franchissez le pas que lorsque vvs vs sentirez TOUS DEUX suffisamenyt forts pour le faire
    j’ajoute que ce qui me gêne dans votre questionnement est le fait que vous envisagiez froidement une séparation puisque vs vs préoccupez de savoir si vous seriez capable de trouver une autre femme après rupture éventuelle, si votre désir pour les autres femmes reviendrait ou non....

  • Voilà un très beau joli résumé des questions que tous les candaulistes se posent avant de passer à l’acte… Les maris et les femmes que j’ai rencontré ne se posent rarement ce genre de question franchement et pourtant on en parle… Mais, à part les débutants, ils ne se posent plus ce genre de questions… en fait ils s’interrogent surtout sur leurs complices… Petite précision quand même : la virilité se trouve dans le pantalon et nulle part ailleurs… et même les maris soumis redeviennent des hommes tout à fait comme les autres une fois rhabillés… -)
    Manu

  • L’idée d’être qui on est inquiète toujours mais c’est oublier que l’être profond c’est d’"être en devenir". Par exemple en cas de sortie de couple le désir envers les autres femmes revient, je suppose, instantanément.
    Le respect de soi s’envole devant sa propre bassesse. Le candaulisme n’est pas nécessairement du côté de la bassesse. Il pourrait bien n’être que le révélateur de la personne qu’on est. Et la personne qu’on est veille à ne pas devenir celui qu’on ne veut pas. Philosophie ? Pas tant que ça. Sourire.
    Je m’étonne que vous posiez le problème de la sortie de couple. C’est un problème qu’on se pose quand on est, réellement, un couple ? Si ce n’est pas tout à fait le cas, ce n’est pas avec ce genre de question qu’on le devient. Avis qui n’engage que moi.

  • Merci pour votre témoignage. Votre dernière question mérite d’être posée. Me trouvant dans ce cas ( fantasmes uniquement axés sur le plaisir de mon épouse dans les bras de son amant),j ’ai choisi de ne plus trop "gamberger" à ce sujet et d’accepter mes désirs ,depuis j’en tire une grande satisfaction et je cesse de me torturer l’esprit. L’essentiel étant notre complicité .Amicalement. Bonne année. Tony.

  • Merci Claude.
    J’ai une question complémentaire mais qui recoupe peut être certaines que j’ai déjà posées.
    Est il vrai que le désir de l’homme candauliste, entièrement tourné vers sa compagne se désintéresse progressivement des autres femmes ?
    Si oui cela pose le problème de la sortie de couple s’il doit y avoir une rupture.

    Par ailleurs le fantasme candauliste n’est il pas si prégnant qu’il écrase les autres fantasmes et réduit les champs de la sexualité et la diversité des pratiques.
    J’en suis déjà à un stade où je ne peux plus faire l’amour avec ma compagne sans imaginer un autre homme à ma place.

    En fait je crois que je ne suis pas devant un choix car je ne pourrai pas faire autrement que de devenir d’avantage candauliste, mais si j’y vois l’assouvissement d’un désir profond, je vois aussi un engagement qui pourrait me réduire et m’écraser. Dans la perception de moi même. Dans l’estime et l’admiration de ma compagne pour moi. Et dans la diversité de mon désir et de mes pratiques. L’idée de N’ETRE PLUS QU’UN CANDAULISTE m’inquiète.

  • "N’y avez vous pas abandonné une part virile nécessaire à la lutte dans la société ?"
    curieuse phrase !
    1 Non le candaulisme ne dévirilise pas par nature. Même raisonnement que pour le cocu subjectif.
    2 si on était moins dans l’avoir que dans l’être et plus dans l’être que dans le paraître la lutte serait moins âpre.
    3 les femmes, a priori peu viriles, semblent se débrouiller plutôt bien dans la société.
    Quand on s’attachera à être plus des hommes que des mecs, quelque chose ira mieux.
    Bon j’arrête mais je me force car votre intervention est passionnante.

  • Pardon de revenir mais votre dernier paragraphe pose des questions essentielles, entre autres, le candaulisme fait-il évoluer sur le plan personnel ?
    Moi je crois qu’on est là pour apprendre et il y a beaucoup à apprendre. Après, les choses évoluent selon leur génie propre, dans un sens ou dans l’autre et comme le disait un excellent écrivain : "une faute, ce ne peut être que de ne pas savoir tirer la leçon d’un échec".

  • Quelle lucidité !
    Toutes les questions posées me semblent pertinentes sans doute parce qu’elles font écho en moi, ce qui n’a rien d’universel. Moins universelles encore, les réponses. Chacun a les siennes et rien ne dit qu’elles soient appropriées à votre mentalité.
    Les questions se rapportant au rapport entre mari et femme ne peuvent avancer que par le dialogue, mais le dialogue est-il suffisant ? qui peut savoir ce que sa femme ressent au plus profond, elle-même le sait-elle ? il faut une clairvoyance sur soi dont tout le monde n’est pas capable, souvent altérée par l’excitation. C’est bien beau le feu mais après il faut vivre avec les cendres ; donc de quel bois se chauffe t’elle ? qui est-elle ? qui suis-je ? qui a la réponse ?
    L’idéal serait un couple où personne ne se pose de questions ; ça existe.
    Le problème professionnel ? du moment que vous êtes dans la discrétion et que vous recouvrez rapidement vos esprits, c’est facilement gérable.
    Un point sur lequel j’aimerais revenir : le mari n’est pas ici par définition un cocu. Puisqu’il est informé il ne se met dans la peau d’un cocu que s’il le veut bien et je croirais alors que ce fonctionnement était déjà inscrit dans la structure du couple d’une façon ou d’une autre. Le candaulisme ne me semble pas infériorisant par nature. Et sans vouloir parler de moi je ne le vis vraiment pas comme cela. D’autres oui, mais à chacun ses tendances et ses choix.
    Il me semble que la réponse à ces questions, malgré ce que j’ai pu en dire au début c’est quand même votre femme qui l’approche au mieux. Je crois que les femmes ont un savoir sur elles-mêmes très supérieur à nous et elles savent ce qu’elles font ou ne veulent pas faire (en général). Donc 1 parler avec elle, 2 lui faire confiance et ne pas insister si elle est réticente. Les conséquences peuvent être très lourdes pour le couple. Ceci étant un bon couple se remet d’une expérience malheureuse sauf si elle découvre à cette occasion que son mari est un salaud sans scupules.
    Je me relis et je me trouve peu engageant. Si ! c’est bien, si vous êtes d’accord, si votre couple est solide, si vous n’avez pas de vieux comptes à régler, si vous êtes émotionnellement stables, si vous vous aimez mais que vous n’avez plus à vous le prouver physiquement.
    Opinions toutes personnelles qui n’engagent que le rédacteur.

  • Merci pour vos réponses.
    Elle sont éclairantes, mais si vous êtes le créateur de ce site, on imagine bien que vous êtes un candauliste convaincu à tendance prosélyte ; )

  • Bonjour à vous deux et tous mes vœux !
    Bon alors là, je peux dire que ce sont plein de bonnes questions. J’en choisis 3 :

    Y a-t-il eu une contrepartie ?
    Ce que je peux dire, c’est que je ne parlerais pas de contre partie, mais plutôt d’évolutions, j’ai découvert d’autres plaisirs qui ont enrichi la palette de mes émotions et pour lesquels j’ai adapté mon regard (j’ai reçu une éducation traditionnelle).

    Y a-t-il eu des répercussions sur votre vie professionnelle ?
    Me concernant, cela n’a jamais affecté ma vie professionnelle ni mon quotidien, bon peut-être un peu par la création de ce site !

    Avez-vous perdu une part de confiance en vous ?
    Je reste convaincu qu’il faut une belle confiance en soi pour se confronter à de telles émotions, une magnifique confiance en l’autre aussi, bien sûr.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription