Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

D’avantage de plaisir avec l’amant ?

  • e 31 août 2015
  • 12

ben oui, en général nos femmes eprouvent beaucoup plus de plaisir avec leurs amants qu’avec leur mari,même si elles ne l’avouent pas franchement
et c’est tout a fait normal, le plaisir d’un partenaire nouveau,d’une façon de faire différente, de la séduction...de la réalisation de fantasmes et il faut bien le dire dans le maximum de cas, un amant plus performant que le mari sur la taille et le volume du sexe mâle, la résistance, la répétition, la fougue..
car en egneral les maris candaulistes sont plutôt moins bien "équipés" que les amants et sont souvent ejaculateurs précoces..alors
le changement opère comme un stimulant et le plaisir cérébral de faire plus ou moins cocu son petit mari
je vois bien quand ma femme a la chance d’avoir recruté un mec plus viril, plus fort, mieux pourvu que moi et endurant , son plaisir, son attitude montrent bien sa satisfaction qui est moindre quand son partenaire est inférieur
J’ai eu l’occasion de la regarder sans qu’elle le sache ds ses ébats avec un beau mec qui la faisait bien jouir et j’ai vu qu’elle se lâchait beaucoup plus seule avec lui qu’en ma présence
je ne suis pas jaloux quoique quand meme j’ai parfois un petit pincement a l’estomac quand je la vois crier sa jouissance sous les caresses et plus d’un partenaire particulièrement doué mais en meme temps ça m’excite au plus haut point,
j’adore quand elle a un max de plaisir, une intensité de jouissance que je ne lui ai jamais procurée
plus elle a de plaisir plus cela m’en procure
est ce pareil pour vous ?

12 Commentaires

  • Navré d’avoir été un peu excessif je le reconnais ok !!
    Mais il ne faut pas faire de généralité avec des cas personnels c’est tout ce que je voulais dire maintenant j’admet que ça puisse être vrai dans certains cas !!
    Oui les femmes qui pratiquent ce genre de jeux prennent du plaisir avec leurs amants c’est une évidence au sinon pourquoi le feraient-elles ? Je pense simplement que le plaisir est différent alors est-ce qu’elles en prennent plus ? Peut être après tout mais ne le fait on pas pour ça quelque part ? Je suis ravi lorsque ma femme prend son pieds avec un autre et je sais qu’avec moi elle prend du plaisir aussi ... je me refuse à faire des comparaisons et c’est pas plus mal je pense.
    Encore désolé.
    ps) La taille du sexe n’a qu’une importance très relative, la majorité des femmes disent que ce n’est pas le premier critère.

  • Moi non plus je ne comprends pas cette volée de bois vert. Tu racontes ton vécu, tu énonces des "vérités" qui sont ta perception des choses ? Et alors, où est le problème ? Mon vécu n’a rien à voir avec le tien, ma sensibilité, mes goûts et mon opinion sont aux antipodes des tiens. D’ailleurs j’évite de commenter tes interventions car vraiment je ne m’y reconnais pas du tout. Mais c’est intéressant que tu nous donnes ton point de vue. Tu joues le jeu du site, tu racontes, tu interroges, tu es correct, tu n’attaques et n’offenses personne... tu ne mérites pas cela et certaines réactions sont d’une agressivité bizarre. Tu dois toucher des points sensibles.
    Je réponds à ta question : oui, plus elle a de plaisir plus cela m’en procure.

  • bigre c’est une volée de bois vert que je reçois par vos réponses à l’exception de quelques unes,
    je ne comprends pas l’intolérance de certains ni leurs insultes, chacun vit son candaulisme a sa manière, comme il le souhaite ou comme il le peut
    je n’ai pas dit que TOUS les candaulistes avaient de petit sexe, étaient ejac précoce etc, mais que certains dont un grand nombre l’étaient, ça résulte de mon expérience dans les partouzes ou autre
    on dirait que certains ici ont pris ça pour eux, peut être ai je touché un point sensible et ils se défendent etse débattent bec et ongles pour que l’on ne croient surtout pas qu’ils sont concernés
    mais qu’est ce que ça peut faire, on est dans le plus complet anonymat alors qu’y a t’il à craindre ? d’autant plus qu’il y a plus de fantasmes que de réalités
    Je rappelle à toutes fins utiles que l’intitulé de mon post est.
    "DAVANTAGE DE PLAISIR AVEC L’AMANT ??????????et je demandais votre avis sincères et j’exposais mon avis, à vous de donner le vôtre sans acrimonie ni complexes

  • C’est d’une consternante connerie de lire des débilités comme ça !!
    ***en géneral les maris candaulistes sont plutôt moins bien "équipés" que les amants et sont souvent éjaculateurs précoces***
    Je suis navrée pour ceux qui aiment se dévaloriser mais perso je ne suis pas éjaculateur précoces et je dirai même beaucoup moins que certains amants qui promettent monts et merveilles, et j’ai un sexe d’une taille très honorable et surtout très large comparé à certains qui en ont une énorme et qui bandent mou !!
    Je ne sais pas si vous vous souvenez de votre 1ère fois et de l’excitation qui allait avec et bien un amant et un mari je dirais pour plaisanter que c’est le jour et la nuit .. ça n’a rien à voir. L’amant représente l’interdit, le jeu le plaisir etc .. le mari c’est le compagnon, le protecteur, le père des enfants et bien entendu dans un tel contexte le plaisir est totalement différent ce qui est normal !! Lorsque ma femme rencontre un nouveau partenaire qu’elle ne connait pas elle éprouve le stress d’une 1ère rencontre avec l’adrénaline et l’excitation de la 1ère rencontre que je mentionnais précédemment et elle sait qu’elle va s’envoyer en l’air avec lui alors que quand elle se couche le soir avec moi je ne vois pas comment elle pourrait ressentir la même chose ... ça me semble tellement évident. Quand je la vois se faire prendre par un partenaire performant et qu’elle prend sont pieds bruyamment je ne me dit pas qu’elle prend plus de plaisir qu’avec moi , je sais qu’elle en prend mais de façon différente bien sur mais est-ce pour autant qu’elle va préférer baiser avec ce mec ?? Non , avec lui elle s’amuse , elle se lâche et avec moi elle fait l’amour ou bien elle baise (ça arrive) et le plaisir s’il est différent n’en est pas moins bon pour autant.
    Moi je ne suis pas de ceux qui se considère comme cocu, humilié etc .. avec ma femme nous sommes en osmose et nous partageons ces instants ensemble et non pas dans un esprit de cocuffiage ou de tromperie ce qui apparemment n’est pas le cas de tout le monde et c’est bien dommage car le secrêt de la longévité dans ce domaine c’est le partage, la complicité et quand ce n’est pas le cas ça se termine souvent très mal.
    Merci à @Curieuse de partager son expérience de femme, je trouve qu’il n’y en a pas assez et c’est dommage.

  • Le problème est que bien des hommes viennent au candaulisme par le cocufiage.

    Le mécanisme psychologique est d’une complexité inextricable.

    D’abord, le principal organe sexuel de l’être humain est le cerveau, je le rappelle à ceux qui croient qu’avoir un sexe masculin plus ou moins gros est la mesure du plaisir féminin ; c’est archifaux ; je connais des femmes ’’fortes’’ (j’ai un faible pour les grosses et rondes) qui physiologiquement ne supportent pas un sexe masculin trop épais, ça leur fait mal, tout bêtement. NB Moi qui suis moyennement ’’équipé’’ (et qui n’en conçois aucun complexe, je me trouve normal et celles à qui ça ne plaît pas c’est leur problème et pas le mien), j’ai connu à l’âge de 20 ans une magnifique rousse bien baraquée comme je les aime, et quand nous en sommes venus à l’acte, elle m’a dit ’’vas-y doucement, tu as une grosse quiquette et je ne veux pas avoir mal’’ ; je n’en revenais pas, car à mes propres yeux je n’en ai pas une ’grosse’’, j’en ai une ’’lambda’’ et puls c’est tout. D’ailleurs je rappelle à ces obsédés du gros sexe masculin que la raideur du sexe est bien plus importante que sa taille. Il est bien connu que la légendaire grosseur du sexe de certains Noirs s’accompagne d’une mollesse caoutchouteuse de ce membre même en pleine érection, ce qui relativise beaucoup l’avantage. Fin du NB.

    Donc je disais que très souvent, le candaulisme arrive par le cocufiage.
    Prenons un cas banal, que j’ai observé maintes fois dans ma vie. Un couple uni, sans histoire, qui en est à sa quinze ou vingtième année de bonheur serein. Pour une raison ou une autre, la femme, un beau jour, couche avec un autre homme et y découvre un plus grand plaisir et des attributs sexuels plus excitants que ceux de son mari. Le mari, fine mouche, s’aperçoit vite de son infortune. Sa première réaction est de souffrir les pierres. Il essaie vainement de recoller les pots cassés. rien à faire, sa femme a plus de plaisir avec l’autre et commence à demander à son mari d’accepter la situation, de lui permettre de voir son amant régulièrement, par exemple passer deux après-midi entières avec cet amant deux fois par mois. Le mari constate alors que sa femme s’éclate des après-midi entières avec son amant alors que ses relations conjugales prennent en moyenne entre 30 et 80 minutes.

    Après 15 ou 20 ans de vie heureuse tranquille, surtout s’il y a des gosses, peu d’hommes réagissent par une rupture. Donc la grande majeure partie de ces cocus doivent vivre leur cocufiage, s’y adapter.

    Certains trouvent des dérivatifs dans le travail, dans un hobby, dans une passion quelconque où ils peuvent se donner à fond. Ils s’y étourdissent pour ne plus penser à leur infortune.

    D’autres se laissent dépérir, perdent peu à peu tout intérêt à la vie, s’éteignent prématurément. Ils se laissent aller, se renferment sur eux-mêmes et attendent Godot.

    D’autres encore fuient dans les drogues ou dans l’alcool (qui est une drogue spéciale). L’alcoolisme de cette sorte est toujours secret (’’les grandes douleurs sont muettes’’).

    D’autres, ceux dont la sensualité reste vigoureuse, se trouvent une ou des maîtresses ; variante : se mettent à fréquenter des prostituées.

    Parmi ceux dont la sensualité ne meurt pas, on trouve les candaulistes de l’espèce la plus compliquée, la plus inaccessible à l’entendement. C’est de ceux-là que je vais essayer de parler. Cela commence par l’obsession de leur chère et tendre dans les bras de son amant. Une obsession continuelle, oscillant entre phases conscientes et ouvertes, et phases souterraines, où l’obsession est la toile de fond refoulée et implicite de toute pensée. Obsession qui ne laisse de répit que durant le sommeil.

    En quelques semaines ou quelques mois, parfois plus, cette obsession évolue et se transforme. Le cocu pense aux organes sexuels de sa femme, imagine son plaisir. L’imagination de ce qu’on connaît pas est toujours bien plus brûlante que la réalité. Alors même que la qualité et l’intensité des étreintes entre la femme et son amant peuvent très bien ne pas tenir la promesse des fleurs, dans l’obsession imaginaire du cocu, elles sont toujours torrides, la femme jouit à fond, son amant remplit sa chatte de bon sperme chaud qui dégouline sur les grandes et petites lèvres. On retrouve dans les textes de certains intervenants du site des indices de ce type d’obsession, quand on lit par exemple, que la femme cocufieuse ’’a des orgasmes à répétition’’ (car non, non et non, les orgasmes ne sont jamais ’’à répétition’’, terme qui évoque bien plus une mitrailleuse que des jouissances sexuelles. Un orgasme, un vrai, qui vous laisse sur le flanc et essoufflé, c’est déjà bien beau, pas si fréquent qu’on le croit, et n’est jamais suivi rapidement d’un second orgasme, )

    A force d’imaginer ces ébats entre l’amant et la femme, il se crée dans l’esprit du cocu tout une cinémathèque intérieure perso pornographique, dont la pensée devient insidieusement excitante. Au terme de ce processus, le cocu vit littéralement les rencontres de sa femme et de l’amant. Il finit par s’en délecter, d’abord inconsciemment, puis consciemment : il est alors mûr pour que s’opère dans sa tête un transfert fondamental, qui à mon avis est de toutes façons à la racine du plaisir caudauliste : la jouissance imaginée de la femme et son amant se transmue en une jouissance du cocu : en ressassant ces ébats, cette chatte en feu défoncée par un membre viril en feu en attendant l’apothéose finale des flots de sperme chaud déversés par l’amant soit au fond de la chatte soit sur ses bords, le cocu fait sien le plaisir imaginé de sa femme. Ce plaisir est alors devenu authentiquement le sien ; il finit par ne plus pouvoir s’en passer. Plaisir qui atteint des paroxysmes quand ces ressassages en boucle des ébats adultérins s’accompagnent de savantes automasturbations du cocu. Cette jouissance du cocu devient ainsi un excitant incomparable dont il ne peut plus sa passer, mais qui permet au cocu, en quelque sorte, de reprendre la main, de tourner le cocufiage à son avantage en en retirant du plaisir, souvent intense.

    Mais initialement, le cocu avait été mortifié, peiné, triste à mourir, humilié. Parvenu au stade candauliste déclaré, ces sentiments ne meurent pas, ils restent sous-jacents. Ils s’intègrent au plaisir candauliste. Ainsi le cocu éprouvera un réel et sincère plaisir à se sentir humilié. Ayant appris à tirer du plaisir sexuel de sa propre humiliation de cocu, il aime cette humiliation parce qu’elle s’associe, dans son esprit, au plaisir candauliste, à ces actes torrides imaginés qu’il prend tant de plaisir à vivre et à revivre continuellement. Il en viendrait presque à supplier sa femme de l’humilier, en lui racontant ses propres orgasmes par le menu, avec tous les détails, les moindres attouchements, baisers osés, coups de reins fabuleux du mâle concurrent.

    Telle est l’alchimie par laquelle le cocu devient masochiste, en tirant du plaisir de ses propres infortunes et humiliations.

    Certes, le processus décrit peut rester inhibé, mais dans tout partage d’un plaisir candauliste, on trouve des racines communes avec cette alchimie.

    A SUIVRE

  • Bonjour , je suis choque !@ de voir le mit COCU dans le candaulisme , il n y a pas de Cocu au contraire ....
    Moi je suis une femme et quand je m offre a mes compagnons de jeux , je ne cocufi en aucun cas mon epoux . Mon epoux avec qui j ai beaucoup de plaisir , je ne compard jamais !! Et c est un plaisir !de faire l amour avec mon mari , apres que mon compagnon de jeux et moi nous sommes melange .C est le but .

  • Que voilà un texte bien débile à souhaits qui nous déroule des généralités en veux tu en voilà ! Ce n’est pas parce que vous êtes sous-équipé et qu’en plus vous ne savez pas vous en servir que tout le monde est pareil ! De plus on n’est pas tous comme vous à vouloir se faire humilier ! Personnellement je n’ai encore jamais vu un de ses amants mieux outillé que moi, jamais d’humiliation, pas de mari cocu ou quoi que ce soit dans le genre puisqu’on fait tout ensemble. Ne reste que le plaisir de relations à trois, ou plus, dans la complicité où ma femme apprécie la nouveauté mais est toujours folle amoureuse de son mari. Donc libre à vous de faire la lopette et d’en tirer du plaisir mais ne prenez pas votre cas pour des généralités ! A bon entendeur.

  • Voilà bien un sujet à controverse... Quelques cocus sont des lopettes plus ou moins assumées et leurs femmes ne peuvent que jouir d’avantage avec leur(s) amant(s)...Certains ne sont, tout simplement, pas de très bons coups et les épouses ne peuvent qu’être mieux "servies" par un amant...
    Mais, l’immense majorité des femmes n’éprouvent pas plus de plaisirs avec un autre, mais un plaisir différent et souvent cérébralement supérieur. Avec l’amant, elle sont des femelles, des salopes ou des chiennes. avec le mari, des épouses ou de bonnes mères de famille. Après, le ressenti des maris est une chose complexe et ceux qui se posent ce genre de question ne sont pas faits pour le candaulisme pur et simple, mais plus pour l’humiliation et la soumission...

  • Oui c est indéniable , avec moi c est 15 minutes préliminaires compris avec son amant ma femme passe des après-midi complet a baiser et a jouir avec des orgasmes a répétition , les commentaires ne sont pas tendre de la part de ma femme mais aussi de son amant qui se justifi auprès de autre membre du club de tennis c est dans le style "la femme de Marco, avec moi elle a découvert ce que c’est un homme un vrais ,son cocu n est pas capable de la baiser correctement !" Et même si j ai honte je trouve ça très excitant ,j assume ma position de cocu bien cornu comme disent les hommes du club "Marco il a des cornes il ne passe plus sous les portes tellement sa sa Betty le fait cocu"

  • Bonjour, je suis toujours surpris de lire des props tel que les tiens, perso, je suis honorablement équipé, une endurance tout ce qu’il y a d’honnête, mais vu que je n’ai rien a prouver, je ne fais pas de concours, ma nana a eut beaucoup de plaisirs avec des hommes "moins bien équipés"le tout est l’envie, l’échange, la complicité... je le répète, pour moi, nous, seul le plaisir compte, et surtout le plaisir physique de ma nana, car c’est du sien que le mien depend... dans les histoires que je vous ai écrites, les dénommés François et Daniel ont des sexes plus petits que le mien, mais vu qu’ils savent s’en servir,y a pas de soucis...
    Amusez-vous bien.

  • Aimer voir ta femme jouir intensément est tout à ton honneur. Cependant, pas d’accord sur le fait que tous les cocus sont des "petites bites". De plus, si l’intensité des ébats est toujours plus forte avec l’amant, hormis le phénomène évident de la nouveauté, il ne faut pas confondre amour et désir. D’où la nécessité d’aller voir ailleurs. Les candaulistes ont bien compris la différence, mais le plaisir des adeptes de ces pratiques est de jouir de la confusion des registres. N’est-il pas vrai qu’un mari rêve de connaître la face cachée d’une épouse trop conformiste ? La femme (voire la femelle) qui vit dans l’ombre de la mère de vos enfants ?

  • Pour nous cela ne se passe pas comme
    Ma femme éprouve bien sur du plaisir avec ses amants mais nos plus grands plaisir c’est quand on se retrouvent et qu’elle me raconte son aventure en détails et que nous faisons l’amour à deux ..............

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription