Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

D’aussi loin que je me souvienne...

! Signaler un contenu abusif

Avant de connaître l’existence même de cette pratique et qu’elle avait un nom, j’ai toujours été un adepte du Candaulisme, voir ensuite du Cuckolding.

Très "cérébral", l’échangisme n’est pas source d’excitation telle que le partage visuel ou tactile de celle pour qui bat mon cœur.

Souvent j’ai entendu "la femme est un joyau qu’il faut conserver dans son écrin", pourtant je suis tellement plus heureux lorsque partagée aux yeux des autres elle attise la convoitise, à quoi bon conserver un bijou au fond d’un coffre dans lequel on fini par l’y oublier, tandis qu’au regard brillant d’envie on capte le regard des autres et l’on se dit :
- " Waou, quelle chance qu’elle soit mienne ! "
La première fois que j’ai saisi le regard d’un autre, nous avions gardé un copain à dormir afin qu’il ne prenne pas la route après un repas arrosé.
Ma douce s’était couchée avant nous et au moment de la rejoindre, je l’ai trouvée sur le lit en nuisette, les fesses dénudées et une jambe repliée. Mon sang n’a fait qu’un tour et j’ai immediatement eu envie de la montrer. Il faisait chaud, j’ai laissé la porte ouverte et dit à notre copain :
- " elle ne tient pas l’alcool et dort comme une souche, tu as vu, elle n’a même pas prit le temps d’entrer sous les draps ! "
Il a regardé par la porte et ses yeux se sont attardé sur son sexe lisse et offert.
Si j’étais déjà en érection depuis un moment rien qu’a l’idée de la montrer, notre voyeur a posé sa main sur son caleçon afin de masquer la sienne...
J’étais aux anges, si excité qu’il m’a fallu me masturber auprès d’elle pour trouver le sommeil.

Au réveil, ma douce a voulu enfiler un peignoir avant d’aller préparer le petit dèjeuner, je l’en ai dissuadée sans lui préciser combien sa nuisette était coquine à contre-jour.
Préparant tous deux la table, je regardais ses seins bouger sous l’étoffe et son sillon pincer le tissus, je savais que depuis le canapé notre voyeur n’en perdait pas une miette, lorsqu’il se leva, une bosse déformait son caleçon ce qui n’échappa pas à ma douce.
Filant aux toilettes, il dit en riant :
- " Maudite érection matinale ! "
Glissant ma main entre ses cuisses, son sexe trempé m’apparu comme une révélation ! Elle aimait qu’on la regarde, qu’on la désire, même en ma présence.
Désormais, toutes les occasions étaient prétexte à jeux d’exhib.

Même si nous n’avions pas dépassé ce stade avec ce copain, il profita à de nombreuses reprises de la jolie petite chatte de ma douce, montrée "accidentellement" bien que ne pas porter de culotte puisse difficilement être "accidentel".

3 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription