Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Croisiére ( par madame )

! Signaler un contenu abusif

ils devaient être quatre ou cinq, cétait difficile de s en rendre compte avec les yeux bandés. Jattendais depuis plus d une demi heure, les jambes écartées, ne portant rien d autre qu un bandeau, des bas noirs et des escarpins. Thierry, mon mari, les fit pénétrer silencieusement dans la cabine.
Nous terminions la première semaine de croisière sur ce bateau grec et il était convenu que, cet après midi, je me laisserais faire par les partenaires quil me choisirait à mon insu. Je ne pensais pas quil m en ramènerait autant.
Avant de rencontrer Thierry, je n avais connu quune dizaine d amants différents. Je n avais pas grande confiance en mon pouvoir de séduction. Jétais complexée par mes gros seins et mes larges hanches. Cest Thierry qui ma révelé toutes les potentialités de mon corps. Il adorait mes formes pleines et me disait quelles étaient faites pour l amour et quelles feraient bander n importe quel mâle digne de ce nom. Cest lui qui a insisté pour que je commence à les mettre en valeur de manière provocante.
Ensuite, il m a poussée à attirer d autres hommes, à les séduire, puis à coucher avec eux en sa présence. En vingt ans de mariage, j ai multiplié par dix le nombre de mes conquêtes. A presque 38 ans, je me suis faite baiser de toutes les manières et dans les endroits les plus insolites. Je ne refuse jamais rien. Je me fais régulièrement traiter de grosse cochonne.et d en contacter quelques uns pour les inviter à coucher avec moi. Cest un jeu que nous pratiquons depuis quelques années. Je m offre comme une chienne soumise à des hommes que mon mari choisit. Ce qui mexcite au plus haut point, cest de ne pas savoir lesquels ni avant ni après...
Dans lobscurité où je suis plongée, je n entends que des chuchottements, des bruissements de vêtements, des braguettes qui s ouvrent. Je sens aussi le flash de l appareil photo de mon mari. Il me mitraille sous tous les angles pendant que le petit groupe scrute mon intimité offerte. Chacun soupèse mes formes et éveille sa libido.

Ils avaient déjà tous une idéee assez précise de mes seins, à part les gros tetons qu ils voient pour la première fois. Maintenant, ils découvrent ma large chatte tres poilue offerte sans défense à leurs regards vicieux. Pour avoir déjà vécu souvent cette situation, je sais que je suis dans l oeil du cyclône et que bientôt je serai lèchée, pénétrée, couverte de caresses et de jouissances. Très excitée, j attends le premier contact. Je sens une main caleuse sur un sein, une plus douce sur l autre, puis une troisième entre mes cuisses. Ensuite, je ne les compte plus, on me palpe de toutes parts, on vérifie la fermeté de mes chairs, on jauge la marchandise. Moi, je me laisse faire avec délectation, je me sens comme une jument quon va vendre à la criée, et ça m excite au delà de tout. Jentends assez rapidement un clapotis entre mes cuisses tandis que des doigts se disputent ma fente déja trempée et largement ouverte.
Je sens la chaleur des corps qui se rapprochent, j entends des bruits de masturbation et puis enfin, le contact d une première bite sur ma bouche. Chaude, coulante, petite, mais dure comme un bout de bois. Jécarte les lèvres et l engloutis, jentends les flash de l appareil photo. Le membre est étroit et pas trop long, il entre entièrement dans ma bouche et s enfonce jusqu aux couilles. Je serre les lèvres sur la tige qui fait quelques allers retours avant de lâcher en silence un flot chaud ,epais et gluant au fond de la bouche.

Je déglutis et sens le liquide couler le long de mon menton. Encore des flash. Je ne sais pas combien de doigts me pénètrent le vagin mais je me sens très ouverte. Une autre bite arrive sur mes lèvres, un gros gland circoncis, cette fois. J ouvre grand la machoire, il est très gros, il entre à peine. Je le lèche. Il ressort. Je sens des couilles poilues, je les lèche aussi. Le gland revient entre mes lèvres, je suce avec application. Il se niche entre mes gros seins, les presse pour enserrer sa queue. Jai l habitude qu on emprunte cette vallée profonde, je suis une spécialiste des cravates de notaire. Les bruits de masturbation s accélèrent autour de moi. Je sens des grosses giclées de sperme brûlant atterrir sur mon sein droit. Aussitôt, des mains l étalent et me massent. Une autre salve vient compléter la première, jen reçois sur l autre sein et sur le visage. Je me sens toute gluante. Les doigts abandonnent ma fente distendue, mais bientôt, ils sont remplacés par un sexe. Il est trop petit, je suis trop large et trop mouillée, je n arrive pas à le sentir et le serrer.

Il commence à se ramollir. On m insulte en anglais et en grec. Mon mari me met à quatre pattes. Crépitement de flash pour immortaliser ma large croupe offerte à l assemblée. J’expose sans pudeur mon gros cul car j ai appris à quel point il excite les hommes surtout lorsquils découvrent ma raie profonde et légèrement poilue et mon petit orifice visiblement habitué à recevoir.
Un homme se branle entre mes fesses, il me les pétrit, les écarte, joue avec mon petit trou. Il trempe sa queue dans ma chatte pour répandre ma cyprine et me lubrifier partout. Le gland se presse sur mon anus qui cède d’un coup et laisse passer un manche interminable. La queue, bien dure cette fois, me pilonne sans relâche avant de se retirer. Jentends un bruit de préservatif qu on enlève et puis je sens le liquide chaud se répandre dans ma vallée. La queue revient. Ou est-ce une autre ? Oui, cest une autre, plus grosse. Elle entre d un coup dans mon anus détrempé.
On me frappe les fesses. Je sens de grands coups de butoir. La paire de couilles claque sur ma croupe, mes gros nibards ballottent comme des pis de vache. Je sens la lumière du flash de mon mari. On me revient dans la bouche. Je suce, j avale, je prends. On me déplace pour me positionner au dessus dun homme. Son odeur est forte. Je sens son crâne chauve et son gros ventre très poilu. Je crois le reconnaître. En temps normal je ne serais absolument pas attirée par lui, mais là je n ai plus toute ma tête. Jimagine les photos que mon mari est en train de prendre de moi chevauchant ce gros poilu bedonnant. Je décide de rendre mon mari jaloux.
Je le chevauche avec passion, comme si cétait un bel éphèbe. Mes gros tétons jouent dans son torse velu et ça m excite. Un autre sexe me remplit par derrière. Maintenant, jai une queue dans chaque trou. Ma jouissance explose.
Puis je sens la bite sortir de mon cul pour rejoindre l autre dans ma chatte. Enfin, ma large fente est totalement remplie. Je me sens couler comme une folle. Ils sortent tous les deux sans jouir et m entraînent plus loin sur le lit. Toujours à quatre pattes, je sens qu on mécarte les fesses pour matter mes orifices béants.
Puis tour à tour, ils me sodomisent, un deux, trois, quatre, cinq, oui, je pense qu ils sont cinq à m enculer en vitesse et à la chaîne, sans me laisser le temps de me refermer. Chacun me lâche ce quil lui reste de sperme sur les fesses et le dos. Puis ils se rhabillent rapidement et sortent discrètement de la cabine. Je reste un instant, le cul en l air, ouverte et souillée. Flash. Flash. Flash.
Mon mari me retire alors délicatement le bandeau taché de sperme et me rend la vue. Je suis un peu sonnée, et il me faut plusieurs minutes pour remettre pied dans la réalité. Je me sens toute collante de partout et jai un peu de mal à m asseoir. Cette fois-ci était encore plus intense que les fois précédentes. Jai envie de me plonger dans un bon bain chaud. Mais Thierry insiste pour faire d abord le tour du propriétaire et photographier une dernière fois les traces de passage de cette horde sauvage sur le corps de sa femme. Il me fait prendre différentes poses. Mes bas sont pleins de traces blanchâtres. Mon cul est littéralement trempé. Puis il veut me sodomiser à son tour, mais je refuse. Jai l anus endolori. Mais j ai surtout un plaisir un peu pervers à lui refuser ce que je viens d offrir sans retenue à cinq inconnus. Il me dit que ce nest pas grave, qu il attendra un peu. Je me retrouve enfin dans mon bain où j essaie de repasser dans ma tête la séquence des événements. Jessaie surtout d imaginer les visages de ces hommes qui m ont pénétrée. Je sais que je les ai déjà croisés sur le pont, ou au restaurant, ou au bar. Ils m ont déjà regardée, et souri. Peut-être ont-ils eu l intention de me draguer. Mais sûrement, ils nont jamais imaginé un scénario comme celui-ci. Maintenant, et pour la semaine de croisière qui reste, le jeu sera particulièrement piquant. Mon mari leur a demandé de garder l anonymat vis à vis de moi. Mais ils me croiseront, peut-être même que je bavarderai avec l un ou l autre. Je ne pourrai pas voir un seul homme sans me demander si il a eu l honneur de me pénétrer. Jessaierai de lire les regards et deviner les sourires. Mais vu le nombre d hommes qui me dévisagent à longueur de journée, la devinette sera difficile. Le soir, au restaurant, je suis assise à côté de Thierry. Je me suis joliment maquillée et coiffée. Je porte des escarpins rouges et une nouvelle paire de bas noirs. Je ne porte toujours pas de culotte, mais ça, seuls mon mari et moi le savons. Ma robe de soirée offre un décolleté plongeant sur mes gros seins qui, deux heures plus tôt, étaient couverts du sperme mélangé de plusieurs hommes. Ces hommes sont dans la salle ce soir, parmi les autres. Ils me regardent. Ils bandent certainement en se souvenant de l heure passée dans notre cabine à prendre leur plaisir sur mon corps. Ils scrutent mon décolleté, ils repensent à ma chatte touffue et à ma croupe accueillante. Je suis sûre quils n ont qu une seule envie, cest de recommencer. Moi, je suis là, souriante, l air innocent, comme si j avais passé l après midi à lire sur le pont. Mais mon séant encore douloureux me rappelle les frasques de tout à l heure. Il y en a bien l un ou l autre que je soupçonne de faire partie de la bande, mais sans aucune certitude.
Ce soir, je dois jouer à devinette, ça fait partie du jeu convenu avec Thierry. Jai trois essais pour pointer à mon mari au moins un de mes amants inconnus. Si jen trouve un ou deux, je suis libre de faire ce que je veux avec lui, ou avec eux. Si je nen trouve aucun, mon mari organise une séance de rattrapage avec les mêmes. Mais, personnellement, je n ai pas envie de recommencer si vite. J aime beaucoup m offrir comme une chienne de temps en temps, mais après, j ai besoin d autre chose.
Mon corps a besoin de repos, de douceur et de sensualité. Je préfère de loin trouver au moins une bonne réponse et avoir le loisir de passer la deuxième semaine de croisière entre mon mari et l un ou l autre amant que je pourrai voir à mon rythme. Jai le trac. Je dévisage les hommes de l assemblée en essayant de les mettre en rapport avec les mains, les poitrines, les fesses, les queues que j ai senties tout à lheure. Jai peur, mais je suis excitée. Je sais que mon mari ne me révélera la vérité qu au dernier jour.un serveur arrive. Je sais qu il aime servir notre table et se rincer l oeil dans mon décolleté. Il joue les charmeurs, mais il nest vraiment pas beau. La cinquantaine, ventru, pas très grand. Il est chauve mais on aperçoit des poils qui sortent de son col de chemise. Il doit être velu comme un singe.
Cest à lui que j ai pensé tout à lheure. Je suis presque sûre que cest lui qui m a fait jouir une première fois avant de partager mon vagin avec un autre. Je suis à la fois dégouttée et excitée en pensant que jai peut-être chevauché ce gros porc. Je regarde Thierry. Il reste impassible. Je sais que dans nos petits jeux, il aime bien inclure l un ou l autre homme vraiment moche ou vraiment plus vieux.
Mais je ne m imagine pas un instant recoucher avec cet homme en tête à tête et à visage découvert. Il y a un autre homme, assis seul à une table. Il me sourit. Je lui souris, j’essaie de deviner ses pensées. Jai l impression quil me fait un clin d oeil entendu. Mais je nen suis pas sûre, Jai envie de le désigner. Jai envie de lui. Mais jai peur de me tromper et d en être réduite à devoir refaire un gang bang avec les mêmes. Je regarde Thierry. Toujours impassible. Je me sens coincée. Ca m excite et ça avec nimporte qui. Et cest vraiment n importe qui, ce gros poilu libidineux. Je me sens prise d une envie bestiale de voir jusqu où je pourrais aller.
Je m imagine retrouvant le grec dans l intimité de sa cabine. Puis de revenir chez Thierry en lui faisant comprendre que j ai eu vraiment du plaisir. Que je ne lui ai rien refusé et quil m a aussi prise en photo. Dire à mon mari que j ai embrassé le grec sur la bouche,un mélange de langue profond et long, et que j ai aimé ça.
Lui dire à quel point il baise bien en me traitant de tous les noms. Dire que son sperme a très bon goût. Dire à quel point j adore faire jouer mes gros seins sur son torse très velu. Refuser mon cul à Thierry en lui disant qu’il est trop sensible après ce quil a pris. pour le grec qui me fait jouir chaque fois qu’il m encule.
J ai envie de rendre Thierry fou de jalousie par rapport à ce gros quinquagénaire. Envie de multiplier les occasions de me faire engluer avant de rejoindre mon mari et de lui montrer les traces de passage de l autre. Bref je suis très excitée, et je dois faire un choix...A suivre.

4 Commentaires

  • Superbe récit je suis d’accord et avec la perversité qui va bien. Bises

  • he bien moi ça ne me donne pas envie de croisière, je ne critique pas, il faut de tout pour faire un monde, mais là c’est beaucoup pour moi
    mais enfin si ça .. ça vous satisfait bonne chance

  • Superbe récit ! Quel jeu !
    Merci beaucoup !
    Manu

  • Un peu plus concise que M., mais non moins bien narré, je vais revoir ma position sur les croisières et les croisiéristes très vite je pense. La suite, la suite....

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription