Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Conversation intime de ma femme et son amant.

! Signaler un contenu abusif

"Dans un couple monogame, dans une société gagnée par l’amour romantique et la fidélité exigée et absolue, les couples négocient des moments hors contrat, chacun peut libérer son désir sexuel sans mettre en cause le couple."
Daniel Welzer-Lang / Professeur de Sociologie

- " Bonjour Sabine, ton mari m’a dis que tu serais certainement à la maison et que serais d’accord pour m’offrir un café ".
- " Oh ! Salut Dany, entre ! Bien-sûr, je vais te le préparer, mais laisse-moi d’abord aller m’habiller ".
- " Mais non, je t’en prie ! Tu es ravissante dans ce peignoir négligé ".
- " Allons bon ! Je résiste mal à la flatterie mais, ni maquillée, ni coiffée je redoute d’être observée ".
- " Je te rappelle que nous avons déjà partagé des moments d’intimités, alors permets-toi ce laisser-aller ".
- " Mon cher Daniel, assieds-toi là au lieu de dire des bêtises ".
- " Tu sais Sabine, l’attrait que tu exerces sur moi ? Le désir, les pulsions que tu me provoques sont chroniques, et depuis bien longtemps ".
- " Soyons clair Daniel, les petites aventures que nous avons eues ensemble ont toujours étés cautionnées par mon mari et je n’imagine pas le trahir pendant son absence, en succombant à tes avances ".
- " Et si je te jurais qu’il m’a donné la permission de te séduire sans sa présence ? "
- " Mmmmh, j’ai du mal à te croire, mon beau monsieur ".
- " Pourtant c’est la vérité absolue ! "
- " Il serait facile de le vérifier en l’appelant, non ? "
- " C’est vrai Sabine, mais si tu lui téléphones, ça veux dire que tu ne me fais pas confiance. Mais surtout c’est comme si tu demandais sa permission, et que tu n’assumais pas ton statut de femme libre ".
- " C’est pas faux. Tu marques un point. Cela étant, si toi tu as avoué, comment dire, l’attirance que tu ressens pour moi. Que sais-tu de ce que je ressens ? Même si je reconnais un petit faible pour toi ".
- " Viens dans mes bras ! Je te promets de ne rien tenter de coupable. Laisse ton corps te diriger ! "
- " Dans tes bras seulement, pourquoi pas ? D’accord ".
- " Tu vois je ne profite pas de la situation ".
- " J’aime énormément ton parfum Dany ".
- " Je sais, c’est un aspirateur à gonzesses ".
- " Farceur et prétentieux ! Et menteur, je sens tes main dans mon dos ".
- " Et c’est déplaisant ? "
- " Non je te le concède ".
- " Je te proposerais bien un petit massage que tu vas sans doute refuser ? "
- " Je réfléchis, un massage avec peignoir c’est juste ridicule. Pourtant ta proposition m’intéresse même si j’ai bien conscience qu’elle sert tes plans ".
- " C’est un risque à courir. Allonge-toi là, sur le ventre. Je découvre ton dos et reconnais que tu es un peu troublée, non ? E tout cas, moi je suis impressionné par ton charme, la beauté de tes longues jambes, ta taille fine, tes seins généreux que je ne vois pas mais dont j’ai gardé l’image en mémoire. Ta peau est douce ".
- " Mmmmh ! Tu masses bien mais tu parles trop. Je pourrais succomber c’est vrai, mais j’aurais l’impression de cocufier mon amoureux ".
- " C’est pas une impression. Ton mari est complaisant. Il m’a assuré qu’il te trouvait encore plus désirable quand tu étais convoité par d’autres mâles ".
- " Je te crois. Je ressens des ondes de chaleur qui m’irradient dans les reins. Tu peux descendre plus bas ! T’a t’il fait d’autres confidences ? "
- " Il m’a dit aussi qu’il tirait son plaisir de celui que tu pouvais éprouver. Que même s’il mettait son orgueil à rude épreuve, et votre couple en danger, il aime l’excitation des premiers moments, lorsqu’il était un prétendant en compétition avec d’autres séducteurs. C’est une déclaration d’amour permanente, tu as le mari idéal ! Tu viens de te tourner et je confirme que tu es une jolie femme tellement désirable ! Autorise-moi à te caresser ! "
- " Sois doux ! Parle-moi encore de mon chéri ! "
- " Il m’a avoué qu’il ne supporterait pas que tu le trompes sans sa complicité. Il aime que vous repoussiez les limites, les normes. L’idée de savoir sa femme partagée le temps d’un jeu. Je t’en prie remonte tes jambes, je vais te prendre maintenant. Je sais que tu en as envie aussi ".
- " Oui viens en moi ! J’ai envie de faire l’amour et de jouir et te faire jouir. Quelle chance j’ai d’avoir un mari qui approuve que j’ai un amant aussi fameux baiseur !
- " J’ai tellement envie de toi ! "
- " Dany, j’avais très envie de m’offrir à toi, comme un putain me dépraver, me soumettre. Ouiiii ! Viens, maintenant ! "

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription