Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Consultation sexologie

! Signaler un contenu abusif

A cause de ses freins psychologiques liés au sexe, ma compagne et moi décidons de voir un psycho/sexologue. Le 1er rendez-vous ne dure pas très longtemps : 1/2 heure. Son cabinet est plutôt accueillant : déco asiatique, couleurs rassurantes, objets de collection. Et un très beau paravent laqué. Nous discutons de choses et d’autres, il nous pose quelques questions générales. En gros, nous faisons connaissance.

Le second rdv, les questions sont plus "osées" : il lui demande si elle se masturbe, comment elle le fait et à quelle fréquence. Elle bredouille :
- " Oui, quelquefois, pour m’aider à m’endormir, mais sans réelle excitation sexuelle... comme ça, mécaniquement."

Comme il est clinicien, il lui annonce qu’il va l’examiner et lui demande d’enlever ses vêtements. Elle rougit d’un coup et semble très gênée. Il la rassure un peu lorsqu’il lui dit qu’elle peut garder sa culotte et son soutien-gorge.

Elle se lève et se déshabille pendant que le médecin et moi parlons. Elle garde les mains devant son slip pour se cacher un peu de lui.

Le psycho/sexologue ouvre un tiroir de son bureau et en sort un oeuf vibrant (on en a déjà vu en photo) encore tout emballé. Il le tend à ma femme et lui dit :
- "glisser ceci dans votre slip, près de votre clitoris".
Il doit se répéter avant qu’elle ne le fasse.
- "Je vais déclencher des vibrations à distance, vous me direz ce que cela vous fait".

1ère décharge de quelques secondes, j’entends l’œuf vibrer et ma copine hoqueter de surprise.
- "ça ne fait pas grand chose mais rien de désagréable, ça m’a surprise".
Elle est toujours debout, à coté de moi, face au bureau du médecin, jambes relativement serrées.

2ème décharge, un peu plus longue.
- "Est-ce que c’est agréable ? Sentez-vous votre vulve s’ouvrir au contact de l’oeuf ?"
- "Non, je ne crois pas mais c’est agréable" dit-elle tout doucement.

3ème décharge. J’entends sa respiration s’accentuer : je pense qu’elle lutte pour ne pas avoir un quelconque plaisir. Je vois que, sans déserrer les jambes, elle a ouvert malgré elle ses genoux.
- "Non, toujours pas grand chose..."

Le médecin lui demande de lui rendre l’oeuf. Elle devient de plus en plus rouge : lorsqu’elle lui tend, il est luisant de sa cyprine. Le médecin le voit, ne dit rien, mais passe son doigt dessus en regardant attentivement.
- " Déshabillez-vous complètement et installez-vous sur ce fauteuil".
Il replie son paravent : derrière se trouve un fauteuil de gynécologue, en plus confortable et beaucoup moins "clinique".

Elle enlève son soutien-gorge et baisse sa culotte qu’elle pose avec le reste de ses vêtements sur un petit meuble à proximité. Elle s’assied dans le fauteuil.
- "Mettez vos jambes dans les étriers et avancez bien vos fesses jusqu’au bord du fauteuil, je reviens dans quelques instants".

Il revient discuter avec moi.
- "Pratique t’elle la fellation ? Accepte t’elle : le cunnilingus, la sodomie.... ? "
Moi, je ne peux détacher mon regard de ses cuisses complètement écartées laissant sa chatte à la vue de ce presqu’inconnu. Une bosse commence à déformer mon pantalon.
- "A présent, je vais vous examiner"
Il s’approche de son petit abricot, enfile un gant de latex et passe un doigt de son périnée jusqu’au gland du clitoris pour séparer les grandes lèvres.
- "Je me disais bien que l’œuf avait fait son office : vous êtes bien mouillée".
Je regarde : effectivement, les poils près de sa fente sont humides et certains sont un peu collés entre eux, ce qui empêche l’ouverture totale de son sexe. En mettant deux doigts de chaque coté, il lui ouvre la vulve. Elle retient un petit râle.

Il me demande de lui repasser l’œuf. Elle proteste un peu.
Il replaque l’œuf sur son clitoris et déclenche une petite série de vibrations.
Je vois sa chatte s’ouvrir de plus en plus, ses lèvres gonfler, sa mouille couler doucement vers son périnée puis son anus.
- "Il semble que mademoiselle soit clitoridienne ! On va vérifier si la pénétration lui procure quelque plaisir"
Ce-disant il glisse dans son vagin un majeur, elle étouffe un petit hoquet. Il le fait aller et venir.
- "ça vous plait ? "
- "Oui"

Elle est rouge de honte mais ne peut ralentir sa respiration.
- "Je vais vous caresser l’anus, dites-moi ce que vous ressentez"
- "C’est agréable, mais ne rentrez pas votre doigt s’il vous plait, je n’aime pas ça"
Il continue et déclenche quelques vibrations sur le clitoris durci et pointé.
- "Et là ?"
- "J’aime bien mais surtout ne rentrez pas votre doigt dans mon petit trou.. Non, s’il vous plait"
- "Trop tard, mademoiselle : votre anus est bien dilaté et vous n’avez eu aucune douleur, non ? "
En disant celà, il ouvre sa blouse et déboutonne son pantalon ! Il en sort sa verge durcie et enfile un préservatif. Je n’ose pas protester.

Ma compagne, les yeux fermés et proche de la jouissance n’a rien vu.
Il approche sa verge de la chatte de ma femme et la pénètre profondément. Quand elle voit qu’il est en elle, elle s’écrie
- "Oh non !" mais ne se recule pas.
Elle tente de se retenir de jouir mais quand l’orgasme vient elle ne peut retenir quelques cris, malgré qu’elle serre les dents.
- "Il faudra revenir 1 fois par semaine. C’est important pour votre couple".

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription