Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Complicité candauliste – 2ème partie

! Signaler un contenu abusif

Bonjour à tous
Voici la suite et fin de notre témoignage à quatre mains. La première partie se trouve ici, pour ceux qui l’auraient ratée :
http://www.candaulisme.com/complicite-candauliste-1ere-partie

♥`•.¸.•´ ♥ º ♥ `•.¸.•´♥`•.¸.•´ ♥ º ♥ `•.¸.•´♥`•.¸.•´ ♥ º ♥ `•.¸.•´♥`•.¸.•´ ♥ º ♥ `•.¸.•´♥

- Maatkare : La complicité à son comble, un dernier regard échangé avec Jimson, nous retenions notre souffle et... il a ouvert la porte de la chambre...
Oh bordel... Me retrouver d’un coup plongée dans cette atmosphère feutrée, la pénombre... l’odeur de la chambre, l’odeur ! Ça sentait la femme à plein nez ! Ils étaient là tous les deux sur le lit... tellement beaux. Alice, sublime, allongée de tout son long, et Amon assis. J’ai eu le sentiment qu’il m’attendait. Chacun retrouvait sa moitié pour un petit moment de tendresse, de retrouvailles. La chaleur du câlin, retrouver mon chéri adoré et le serrer fort... Quand je l’ai embrassé, ça sentait son odeur à elle... Putain je kiffe trop ça... Retrouvailles et petite pause salutaire. Ça détend un peu l’atmosphère... ou pas !
(désolée pour les gros mots, mais des fois c’est obligatoire lol)

- Jimson : Jusque-là je n’avais pas eu de choc émotionnel. Mais dès que je suis entré dans la chambre, j’ai été émerveillé par ce que je voyais. Amon était assis nu sur le lit. Elle était à côté, nue elle aussi, allongée sensuellement, détendue, confiante, offerte aux regards. Deux amants qui se reposent après avoir fait l’amour. J’hésitais à approcher, puis finalement je me suis jeté sur elle. Le baiser que nous avons échangé était juste parfait. Je sais qu’à côté ils faisaient pareil, mais là, elle seule existait à mes yeux. 
Elle était souriante, silencieuse, adorable. Et sublime. Sa peau brûlait la mienne, son regard de chat était plus doré que jamais, je passais mes doigts à l’entrée de son sexe et je le trouvais humide et chaud. Ce ventre, ces hanches, ces seins et ces cuisses, sont à moi ! Je les reconnaissais, tout en les trouvant légèrement changés. Je ne l’avais jamais trouvée aussi magnifique, et pourtant j’en ai passé du temps en adoration devant elle. Mais là on était clairement à un autre niveau. C’était presque une expérience mystique. Un ange, je suis amoureux d’un ange avec un cul d’enfer et des yeux de chatte qui m’hypnotisent. 
Je me souviens de tout ce qui suit comme d’un rêve, par bribes émerveillées. On se câlinait et on s’embrassait, je la sniffais comme de la drogue, mais très vite j’ai eu envie qu’ils recommencent, devant nous, de la voir en action. Lorsque finalement Amon s’est levé pour revenir dans le lit, elle m’a chassé gentiment de la main. J’adore.

- Maat : Ah mais c’est tout à fait la même chose pour moi ! Un rêve. J’étais là sur le canapé qui faisait face au lit, avec mon Amon adoré, à partager la flûte de champagne que tu nous avais servie, blottie contre mon Amour à échanger des mots doux et des impressions. À le serrer fort contre mon cœur. Mais rapidement, je n’avais plus qu’une envie : qu’Amon retourne sur le lit, et fissa ! lol ! J’ai dû insister un peu, je ne sais pas s’il était intimidé, je pensais pourtant avoir été claire avec lui à ce sujet : je voulais qu’ils nous fassent le show ! J’avais aussi envie que tu me rejoignes sur le canapé, reprendre « nos places », ce que tu as évidemment fait. Et merde au diable la retenue, je me suis permise de te prendre contre moi, une main sur ta nuque, l’autre sur ton cœur, les jambes par-dessus toi... besoin de contact. Tant pis si je devais me retenir de te mordre le cou.

Et là... mais que dire… Jimson ! Que dire ?!

- Jimson : Ensuite c’est encore plus haché. Je revois ses jambes écartées pour lui, pour ses doigts. Il la baisait de ses mains, avec vigueur. Elle gémissait, se tortillait, et moi j’étais soufflé par la beauté à la fois extrême et ordinaire de ce que je voyais. C’était un cocktail inattendu et détonnant. Je n’étais pas, comme je l’aurais pensé, excité à l’extrême, mais plutôt fasciné, par elle, littéralement. Je ne pouvais détacher mon regard d’elle, sauf au moment où je les observais dans le miroir, pour avoir un autre angle de vue. 
À un autre moment elle le chevauchait, lui embrassait le torse, puis descendait pour le sucer. Elle se mettait même sur le côté pour que nous puissions admirer ce qu’elle faisait, consciente d’avoir un public. Elle faisait le show ! J’ai adoré la voir lui lécher les couilles, le prendre le plus profond possible dans sa gorge, et entendre ses gémissements à lui. Pendant ce temps, ses fesses trônant au premier plan, je n’avais qu’une envie, sauter dessus pour les dévorer. 
Puis elle s’est assise sur lui et a commencé à frotter son sexe contre le sien. Est-ce qu’il va la prendre ? J’en ai tellement envie ! Oui, elle prenait sa queue et commençait à la mettre en elle. La voir dans cette position, qui en plus est une de mes préférées, me brûlait le ventre, et je crois que mes doigts se sont « légèrement » enfoncés dans la cuisse de Maat. Je voulais qu’il la baise, qu’il la défonce ! Non, ce n’était pas pour cette fois. Toujours sur lui, elle lui léchait les doigts un à un, dominante, conquérante, et tellement sensuelle. 
Plus tard elle se mettait à quatre pattes devant lui, il lui dévorait les fesses avant de lui administrer des claques bien sonores. Je la regardais dans le miroir, pour avoir une vue d’ensemble de son corps. J’étais subjugué par la manière dont elle s’abandonnait à lui, dont elle lui offrait son cul, la manière dont elle attendait ses caresses ou ses coups. Elle se donnait entièrement, à un autre que moi. 

- Maat : Bon sang tu racontes tout ça si bien… C’est incroyable comme j’ai la même sensation que toi. Autant la première partie de notre aventure est claire pour moi, jalonnée par l’envoi des mms, autant de repères dans notre montée en pression… Autant une fois dans cette chambre, sur ce canapé et blottie contre toi à profiter du spectacle… Gros bug de cerveau ! Les images se mélangent dans ma tête, les peaux qui se frottent, les bouches qui s’embrassent, le souffle court, Amon à la fois charmé et maître du jeu quand Alice, sublime et tellement joueuse, vibrait sous ses doigts.
Mais tu ne parles pas de ce clin d’œil absolument ravageur qu’elle t’a envoyé ?! Je sais qu’il n’était pas à mon intention, mais comment il m’a clouée dans le canapé ! Je crois que tout le monde devrait au moins une fois dans sa vie en recevoir un comme ça ! Et quand elle l’a avalé tout entier… Oh mon dieu ! Mais je ne sais pas faire ça moi ! Quel curieux sentiment de me rendre compte que je ne suis pas jalouse de voir qu’une autre fait à mon homme des choses « mieux que moi ». J’avais peur que ça me fâche, me vexe… Pas du tout ! J’en ai été heureuse ! J’étais absolument hypnotisée, c’était si beau ! Et voir comment il semblait apprécier cela ! J’observais Amon. Et je le reconnaissais mais avec une vue « de l’extérieur » ; ces gestes que je connais si bien... et voir qu’ils font réagir une autre… Incroyable, tant d’émotions en moi !

Mon regard passait d’eux à toi, Jimson, sans cesse. T’observer encore, voir tes réactions et comprendre à quoi tu réagissais, voir tes yeux passer du lit au miroir (mais putain génial ce miroir sur la porte !), ta main qui me serrait la cuisse quand une émotion était plus forte... Mais quel pied intellectuel, merde !
Mon cerveau a dû perdre quelques neurones quand j’ai compris qu’Amon cherchait les préservatifs… Et ce réflexe que nous avons eu tous les deux, au moment où il s’apprêtait à prendre Alice ! Nous nous sommes regardés, complètement fous à l’unisson !
Et que dire de ce moment, que je ne sais plus situer, où je me suis rendu compte que tu avais le poing serré, tout crispé sur ma cuisse. J’ai ouvert ta main pour y glisser mes doigts. Tu as réagi tellement fort, c’était comme si j’avais mis la main dans ton pantalon ! LOL ! Je ne savais pas qu’un homme pouvait être dans un tel état !

- Jimson : Oui, ce clin d’œil, il m’a cloué aussi. Et rassuré, de voir qu’elle était à l’aise, qu’elle maîtrisait, et qu’elle ne m’oubliait pas !
C’est fou, parce que ce que tu décris de moi, je n’en ai aucun souvenir ! Je devais être tellement troublé, je crois que je n’avais plus conscience que d’une seule chose : ce corps, que j’aime tant, et qui ne m’a jamais paru si beau. Je gardais aussi un œil sur ce que lui faisait Amon, sur le plaisir qu’elle prenait, je notais mentalement quelques gestes à ajouter à mon répertoire… Pratique d’être candauliste ! Je voyais notamment qu’il lui soufflait sur le sexe, tiens, j’avais jamais pensé à faire ça ! Elle avait l’air d’apprécier en plus, alors merci Amon !
C’est vrai que la complicité avec Maat était totale, et naturelle. On vibrait de la même manière, quand je pense que 2h avant on ne s’était jamais rencontrés, là elle m’enlaçait de toutes ses jambes et de tous ses bras et ça me semblait tout à fait logique, au vu de la situation. 
J’étais fier de voir que ma chérie plaisait autant à Amon. Par la suite il me fera moult compliment sur elle, sur ses talents d’amante, de suceuse, sur ses fesses, et que dire… Je sais qu’il a raison, et elle me rend tout simplement fier d’elle ! Si j’avais su qu’elle me ferait une performance pareille ! 
Je prenais plaisir aussi à reconnaître ses cris, qui d’ordinaire m’étaient réservés. Pas de doute, elle aimait ce qu’il lui faisait ! Ses fesses devenaient rouges à force d’être claquées, je les voyais vibrer au rythme de ses doigts tandis qu’elle se cambrait, gémissante, la tête dans l’oreiller, lui abandonnant le contrôle de son corps…

- Maat : Arrête de parler de ces claques sur les fesses ! Je les adore, et je m’y voyais trop !
C’est vrai qu’Alice criait bien, et chacun de ses cris m’emplissait de bonheur et de fierté. La fierté de voir comme mon Amon a du talent avec les femmes, et de savoir qu’un tel homme m’aime, et le bonheur d’assister à sa masculinité triomphante. Vraiment… c’est inouï tout ça.

Quand ils ont eu fini, que le calme est revenu dans la pièce, je me sentais si bien…
Quand chacun est retourné avec son conjoint pour ce dernier câlin avant « séparation », j’avais envie de rester là, je n’avais pas envie que ça se termine, c’était trop beau.
J’ai compris que ce rôle de candauliste est fait pour moi, je me suis sentie épanouie, une véritable révélation.
Mais il était temps de vous laisser, les retrouvailles entre amoureux n’attendent pas, elles sont essentielles.

Cela fait 12 ans que je pratique le libertinage, et pour moi, ce fut la meilleure expérience de toute ma vie. Ça me donne tellement envie de recommencer, de revivre ces émotions, de peut-être en découvrir de nouvelles. J’ai l’impression qu’on m’ouvre de nouveaux horizons, et je ne vous remercierai jamais assez, Alice, Amon et Jimson.

… on se revoit quand ? ;-)

- Jimson : Le plus vite possible !
Quand Maat et Amon sont partis, j’ai laissé Alice souffler un peu. Souriante, elle m’a raconté en détail la partie où elle était seule avec Amon, puis je lui ai sauté dessus, et nous avons fait l’amour très intensément. J’avais véritablement besoin de jouir d’elle, pas pour la « reconquérir », mais parce qu’elle était si désirable !
Il y a deux ans, je suis tombé amoureux d’elle, non pas rapidement mais petit à petit. Ce jour-là, dans cette chambre d’hôtel avec Maat et Amon, j’ai eu un coup de foudre pour elle, je suis tombé amoureux une seconde fois. La voir si belle et si libre, assumant pleinement sa beauté, sa sexualité, c’était juste sublime, et ça m’a bouleversé. Je me suis senti minuscule face à elle, tellement admiratif, tellement fier aussi.
 
Merci mon amour pour ce moment si beau et si magnifique. Merci d’avoir réalisé ce fantasme, et je suis heureux que l’expérience t’ai plue. Je ne cesse d’y repenser, de vouloir le refaire, aller plus loin, mon imagination s’embrase. Je voudrais aussi qu’on prenne le temps d’en parler encore, de parler de notre prochaine envie, et surtout de tes envies à toi. Après ce cadeau que tu m’as fait, je veux te faire plaisir.
 
Merci à Amon de s’être si bien occupé d’elle, de nous avoir respecté tous les deux. Je me demandais comment j’allais gérer l’après, avec toi, si j’allais oser te regarder dans les yeux… Ta sympathie et ta simplicité m’ont enchanté, et je te confierais de nouveau mon Alice avec plaisir ;)
 
Et merci à Maat pour avoir partagé ce moment intense avec moi, en osmose. Une complicité unique s’est nouée entre nous, et encore maintenant, on est en phase, c’est fou. Je n’attends maintenant qu’une seule chose, qu’on organise la prochaine fois !

(¯`•.•´¯) (¯`•.•´¯)
*`•.¸(¯`•.•´¯)¸.•´ ♥
° º ♥ `•.¸.•´ ♥ º ☆.¸¸.•´¯`♥

5 Commentaires

  • Pitchounet, il ne faut pas être "triste", vous vivez le candaulisme de façon équilibrée. Je n’ai pas de doutes sur le fait que vous puissiez vivre des relations épanouissantes !
    Je vous souhaite plein d’amour et d’aventures
    ♥ Bisous ♥

  • C’est avec un coeur un peu serré qu’on a lu cette expérience. Et même si c’est un mélange d’excitation et un peu de déception que nous ressentons devant ce texte, nous souhaitons vous témoigner notre bonheur pour vous quatre.

    Bonne continuation en tout cas, et aimez vous tous très fort

  • Merci beaucoup pour vos commentaires :-)
    Nous avons vraiment le sentiment d’avoir vécu un moment d’exception, c’est pour ça que nous voulions le partager. J’espère que ce n’était que la première fois d’une looooongue liste :-)

    Jil Daatano, ne perdez pas espoir. Tout est possible, franchement... avec de la persévérance, de la patience, et un brin de chance.

    Bises à vous

  • Bravo.

    Seuls Julie43 et Alexx ont su ici me toucher.
    Même s’ils n’ont pas complètement fini leur histoire
    (pour moi, il manque un ou deux épisodes… mais, bon, il y a prescription).

    Ils ont été sans doute, comme moi, freinés voire écœurés par quelque annonce, commentaire, photo turgescente ou fente éclatée qui polluent ce site grâce à l’interdiction de critiquer le vulgaire s’il se prétend candauliste pour s’exhiber ici.

    Sans parler des « crancres-aulistes \ caulaulistes [j’ai vu ce sigle(?) – j’attends le ‘clodoliste’] » mais foin des barbares en rut, ici c’est le contraire, le charme absolu, symbiose, osmose, respect, complicité… Quadricéphale en plus. Guinness ! Ça j’aurais aimé. Je n’ai eu que deux ménages à trois ffh hhf qui ont duré quatre ans chacun … mais là à quatre d’emblée je dis ‘ouah’ quoique coi et muet d’admiration.

    Bref, cela me réconforte de voir que cela est possible si tous les protagonistes ont l’intelligence du cœur.

    Merci.

    Joyeuses candauléances
    Jil Daatano

  • TROP BEAU !!!!!!
    qu’elle superbe aventure candau-echangiste
    se retrouver au diapason à 4 c’est inespéré ....... tous les couples echangiste et candau rêvent de ce que vous avez vécu !!!!!
    mais combien aurons ce plaisir ???? trés peu
    de plus vous racontez vos ressentis et vos émotions de la meilleure des façons , ceux qui connaissent la joie du candaulisme , ont ou vont vibrer avec vous,ressentir ou se souvenir de ces émotions et ces sensations merveilleuses.
    comme vous Maat je pousse un long soupir , je suis troublé
    Continuez a jouir de vous 4 et aimez vous trés fort

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription