Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Vivre une relation candauliste "amoureuse" à trois ou... quand l’amour/tendresse naît

! Signaler un contenu abusif

Suite à une histoire racontée sur ce site (La femme de mon ami) j’ai écrit cette réponse à un commentaire sympathique et il m’a semblé intéressant de la publier en tant que "expérience de complice" car elle contient l’essentiel de ce que je crois être la "bonne" attitude face aux "vrais" sentiments quand ils naissent dans un trio.

Il peut arriver qu’une relation qui dure depuis quelques temps, parfois des années, débouche sur un sentiment amoureux. Ce n’est pas l’amour que se porte des conjoints, qui construisent leur vie en commun, ça n’a rien à voir même si, après tout, il vaut mieux susciter l’amour que la haine !

Une vie n’est pas linéaire, surtout sur le plan sexuel et ce n’est pas parce qu’on trouve un accord physique/psychique quasi parfait sur ce plan que ça fait du partenaire un compagnon potentiel. Quand on a ce type de relation, il faut SAVOIR en profiter au maximum.

Actuellement complice d’un couple, nos relations se limitent, outre nos rencontres sexuelles a deux ou a trois, à des bavardages au téléphone, une relation amicale s’étant installée entre Lui et moi.

J’ai pour Elle des sentiments (que je sais être partagés) amoureux et nobles. Cependant, il ne me viendrait pas à l’idée d’interférer, par exemple le week-end, dans leur vie sociale et familiale !

Pour ce qui est du changement d’amant, nous pratiquons de temps en temps la pluralité masculine avec Elle, la plupart du temps sans Lui (à sa demande !). Elle aime beaucoup mon imaginaire et mes scénarios coquins. Je sais qu’Elle est également TRÈS sensible à l’atmosphère de sécurité que j’instaure en la préservant notamment des risques de MST et... des quelques inévitables hommes peu recommandables croisés dans les boites et saunas.

Ensuite, leur sexualité de couple ne me regarde pas, même si je connais leurs fantasmes et ce qu’ils recherchent dans cette relation candauliste. Je suis l’amant, ils sont le couple soit ma maitresse + son mari, celui-ci aimant la voir ou la savoir baisée par moi. Il me demande qu’elle soit soumise pour être baisée par d’autres hommes ce qui tombe bien car Elle adore ça et moi aussi !

L’amour qu’ils se portent ne me regarde pas, je n’y ai pas accès et c’est bien comme ça. Je suis simplement conscient que nous avons créé un ménage à trois sur le plan sexuel, SANS interférences dans nos vies, sans autre objectif que se sentir heureux, équilibrés, je dirais "envahis" par une vague à la fois amoureuse/sensuelle/sexuelle.

L’amour, bien dosé, utilisé, perçu... ça peut faire du bien, beaucoup de bien...

17 Commentaires

  • Bonsoir,
    Je vois que ce fil de conversation a suscité beaucoup de remarques et d’avis. Je suis très heureux de la qualité du débat et notamment du respect qui y règne, c’est un plaisir de dialoguer ici !
    Merci à tous, amicalement...

  • Je suis d’accord avec Claude, le risque existe sur la durée, personnellement je ne le prendrais pas et d’ailleurs mon épouse non plus .. même si l’idée semble bien excitante. Entre jouer avec une allumette qui brule et une allumette éteinte je pense qu’il y a de la place pour une multitudes de situations non ?
    Pour un peu plus pragmatique et parler d’une expérience vécue, la mienne en l’occurrence, je peux dire que la vie à trois peut sembler idyllique, excitante etc .. mais en réalité on a tendance à idéaliser un mode de vie qui finalement au bout d’un moment génère pas mal de problème existentiels !! La personne qui rejoint le couple se trouve en position de "pièce rapportée" et c’est une situation pas facile à intégrer pour elle comme pour son homologue. Dans un couple tout n’est pas toujours rose et chacun le sait mais je peux assurer que quand on rajoute une troisième personne les petit soucis du quotidien prennent une importance exponentielle .. Dans mon cas ça a finit par créer des tensions qui a la longue sont devenues insupportables et il a fallu faire un choix, à contre-coeur j’avoue mais il le fallait.
    Tout ceci pour dire que le ménage à trois est loin d’être aussi simple et jouissif que ça ne le parait.
    Aujourd’hui je suis divorcé et remarié avec celle qui nous avait rejoint donc ce risque est bien réel et pour conclure je pense que pour une expérience réussie dans ce domaine il faut que chacun des trois protagonistes éprouve des sentiments forts pour les deux autres, c’est à mon avis la condition siné qua non.

  • Je le crois aussi et je ne pense pas à un amour qui se termine mais à un amour qui progressivement ne serait plus ce qu’il était... Mais oui vous avez raison !

  • Petit complément : le fait que la relation H-H soit également forte est à mon sens également un vrai garde fou. (Et là des fous il y en a un paquet ;))

  • Bonjour Claude
    C’est vrai que jouer avec une allumette allumée induit le risque de se brûler les doigts mais est ce une raison suffisante pour jouer avec une allumette éteinte ?
    Pour ma part je ne crois pas à ce risque. Fatuité ? Peut être ... mais si je pense possible que pendant un certain temps une forme de passion puisse la monopoliser à mon détriment, je sais que l’amour que nous avons est un amour de fond construit sur du dur et de durs moments. Il tire sa force d’une connaissance parfaite de l’autre sous toutes ses facettes.
    Par ailleurs si l’un d’entre nous vit mal la situation à un moment donné (elle se rendant compte qu’elle maîtrise moins la situation et les sentiments qu’elle ressent ou moi me mettant à souffrir) , nous en parlerons et mettrons un terme à ce qui met notre couple en danger

  • Oui, libertin, ce pic d’amour est fantastique mais que devient-il à la longue quand on se trouve confronté à la réalité d’un nouvel amour installé, quand dans les yeux de sa femme le feu du désir brille au départ et s’éteint au retour ?
    Pour ma part je ne suis pas certain de pouvoir assumer ce risque dans une perspective de long terme. Dans le court terme ce doit être excitant, troublant dans le moyen mais quid quand on se retrouve soi même en situation de banalité et que l’autre monopolise l’émerveillement et le désir ?
    Je ne sais pas. C’est à mes yeux un risque trop grand. Et combien de rêves ont une potentialité de cauchemar ?
    Moi aussi j’aime beaucoup cette discussion qui ouvre sur toutes les ambivalences avec la libido qui sourd dans les interstices (image ambivalente).

  • Bonjour
    J’adore ce thème ...
    Bonne remarque de kamareva : le couple est la structure sociale acceptable car permettant la perpétuation de l’espèce. Ceci dit le "troupe" voire la polygamie est encore plus efficace sur ce plan !sans aller jusque là j’adorerais que nous ayons un amant très proche (oui nous ... je pense que s’il est proche des deux c’est un gage de pérennité )la stimulation des sens, de l’amour (il n’y a qu’à voir le pic d’amour que je ressens qd ma femme reviens de chez un amant...) doit être fantastique
    Pas une vie commune permanente car l’unité couple est pour moi essentielle mais extrêmement proche partageant d élargies tranches d’intimité, des nuits , des week-ends et si qq s’en aperçoit ? Un de nos amis par exemple .... et bien je l’assumerais sans difficulté

  • Sur le fond : la trilogie sublimation-surmoi-faux self garde sa pertinence dans tous les cas de figure.
    Pour revenir à la réalité des choses, sublimer pour gérer une situation délicate revient à se réfugier dans le faux semblant, ce qui ressemble à une fausse bonne idée et la situation délicate n’en est que plus délicate.
    Plaisir d’une discussion intéressante.
    Amicalement

  • Cher I-Cando
    Je ne vous contredirai pas sur le dictionnaire de l’AF. Sur Freud il faut être plus précis. "La pulsion est dite sublimée dans la mesure où elle est dérivée vers un nouveau but NON SEXUEL et où elle vise des objets socialement valorisés"
    (Laplanche et Pontalis).
    Dans le cas qui non occupe il s’agit de sexualité.
    Je persiste et signe avec sympathie et cordial intérêt.
    Je vous accorde qu’on est dans une discussion théorique mais accordez moi que votre argumentation devrait tenir compte de cette perspective.

  • Bonjour Claude,
    Merci de venir commenter, le débat est enrichissant même si je ne suis pas d’accord avec vous. Mais n’ai pas l’intention de tenter de vous convaincre ni de faire ici un débat sémantique.

    Voyons plutôt ces définitions de SUBLIMER :

    - Selon le dictionnaire de l’Académie Française, "Transposer consciemment ou non ses pulsions sur un plan supérieur, les faire dériver vers un objet plus élevé"
    - Selon Freud, "La pulsion est dite sublimée dans la mesure où elle est dérivée vers un nouveau but"

    Je persiste et signe...
    Amicalement...

  • Sublimer ? I-Cando.. C’est donc se propulser dans le surmoi. Or la position surmoïque est par définition celle du faux self, celle où on se berne soi-même en se racontant des histoires.
    La position vraie c’est celle du moi. Sûr de soi, solide et fiable ne semble pas très compatible avec la sublimation.
    A cette conclusion près, votre argumentation est forte mais cette conclusion l’affaiblit. En remettant tout dans une perspective moïque (Est-ce possible ?) ce serait plus convaincant.
    Amicalement

  • Bonjour,
    Merci pour ce commentaire et ces interrogations quoique je n’ai pas la prétention de pouvoir répondre à tout !

    Bien entendu que "ça se passe mal" quelquefois (et même souvent) ! Le gros souci vient, de mon point de vue, du fait que les gens ne cloisonnent pas (ou ne savent pas cloisonner) leur Vie. Il y a un temps pour tout. L’Homme (terme générique) est assez intelligent pour gérer plusieurs vies en une, pourquoi pas ?

    Il est NORMAL que des sentiments naissent de relations sexuelles candaulistes, d’autant plus si elles sont délicieusement réussies ! Il est probable que des attirances existent inconsciemment AVANT l’installation de la relation. L’intense proximité, la densité, la pleine adéquation des deux corps faisant l’amour laissent à penser que "ça y est" ! C’est arrivé ! Voilà t-il pas qu’on aurait rencontré "l’âme soeur" ? Voici le danger ! Voilà "l’alerte rouge" négligée à tort par les DEUX partenaires !

    Là, le "couple" de circonstance se prend à penser que le troisième, le mari, serait de trop !? ERREUR monumentale ! RISQUE majeur de... fabriquer TROIS malheureux (à tout le moins, sachant qu’il y a aussi des enfants...) au lieu de DEUX heureux PLUS un malheureux.... dans le "meilleur" des cas et, dans mon expérience, je n’ai JAMAIS vu de recomposition réussie sur la base du "on baise si bien ensemble" et/ou "c’est si bon tous les deux" !

    Mon raisonnement amène naturellement à cette phrase : "Ce n’est pas l’amour que se porte des conjoints, qui construisent leur vie en commun, ça n’a rien à voir". Elle est mal construite et, de ce fait, porte une ambiguïté.

    Je recommence : L’amour éventuel entre la femme du couple candauliste et le complice n’est pas celui ayant réuni, soudé des conjoints dans la construction d’une vie commune, union portée par un sentiment amoureux mutuel, réciproque et complémentaire d’où naissent des enfants, des projets et des constructions, matérielles/professionnelles.
    C’est plus alambiqué mais ça a le mérite d’être plus précis et... de rejoindre ce que vous écrivez ! Voilà qui dissipe un malentendu, du moins je le souhaite.

    Pour tenter de conclure, acceptons que des sentiments mutuels/partagés naissent et soient nobles. C’est même trop bon, trop beau, trop noble... pour être gâché. Savoir alors gérer ce qui apparaît comme un problème porte un nom : SUBLIMER !

    Accepter l’amour (éventuel) dans la relation candauliste revient à être sur de soi, solide, fiable. J’aimerais ajouter que je ne lis nulle part la question d’une éventuelle attraction physique, d’éventuels sentiments amoureux entre les deux hommes...

    Bien à vous...

  • Bonjour,
    Immiscez vous, immiscez vous ! Plus on est de fous plus on rit, c’est bien connu et vous êtes le bienvenu dans cette discussion.

    Je ne crois pas que la société soit prête à accepter des unions OFFICIELLES à trois ou plus... Personne ne demande une reconnaissance comme pour le "mariage pour tous" et sachant que ces "unions" sont presque toujours à caractère sexuel, je ne vois pas bien comment leur donner une existence officielle !?

    Ce serait ridicule, ce n’est pas un débat de société même si, en effet, dans la plupart des éducations/cultures le couple est considéré depuis des siècles comme la "cellule sociale de base" la plus apte à assurer une cohésion sociale et, surtout, la perpétuation de l’espèce... Ce n’est pas plus compliqué que ça, bref.

    Depuis longtemps et dans la mesure où la plupart des pays dits "civilisés" acceptent le libertinage, la sexualité à plusieurs est acceptée quand ça ne perturbe pas la-dite société. Ainsi, tout se passe pour le mieux et de mon point de vue c’est suffisant.

    S’il y a problème dans ces "ménages à trois", c’est plus entre les trois partenaires dans cette relation compliquée à tenir en équilibre, que vis à vis de la société. Je ne vois pas quelles évolutions on pourrait attendre dans l’avenir...

    Bien à vous....

  • C’est une bien belle histoire et bravo pour la manière dont ça se passe mais quand il y a des sentiments qui apparaissent est-ce que tu crois que ça se passe toujours de cette façon ?? Moi je ne le pense pas, quand des sentiments apparaissent entre la femme et son amant parfois les choses dérapent !!
    Te concernant tu es surement quelqu’un de clean, apparemment ça se passe très bien parce que tu respectes l’intégrité de ce couple mais ce n’est pas toujours le cas malheureusement.
    Par contre quand tu dis "Ce n’est pas l’amour que se porte des conjoints, qui construisent leur vie en commun, ça n’a rien à voir" Excuse moi mais c’est tout le contraire ... la vie que tu construits avec un(e) conjoint(e) repose sur les sentiments mutuels, je ne vois pas ce que tu peux construire durablement avec quelqu’un pour qui tu n’as pas de sentiments .. une co-location peut être !!!

  • bonjour, je voudrais juste m’immiscer dans votre fil de discussion en reprenant une de vos phrases (pourquoi pas d’ailleurs initier un nouveau questionnement dans un prochain article ou post...?) :
    . Vous dites, "La société n’est pas prête à accepter des ménages à trois"...
    Certes, vous avez raison mais je pense pour ma part qu’elle est en train d’évoluer...et que cette évolution ( sera-t-elle comme toute les évolutions , exponentielle ?) peut déjà se voir au travers les pratiques sexuelle de la jeunesse pour qui selon un sondage récent, le sexe à trois à été déjà testé pour plus de 40 % je crois...Reste effectivement le regard et les lois encadrant la vie en couple (régime matrimonial, statut, impôts...) mais le "mouvement me semble amorcé et certainement après bien des combats et quelques temps contre une "opposition" de l’obscurantisme latent, ces perspectives verront le jour...Je ne les verrais sans doute pas (55 ans) mais je pense qu’à à horizon de quelques dizaines d’années (3/5/7...) , ces perspectives de "couples" à trois (ou plus) sera admise, tolérée et acceptée...C’est mon avis en tout cas.
    Bien candaulistement

  • Bonjour,
    Merci pour vos gentils commentaires, si c’est important pour entamer un débat, ça l’est aussi pour encourager le rédacteur... ce que vous en manquez pas de faire, encore merci !

    Pour ce qui concerne son avis à Elle, c’est très simple depuis le début. Nos rencontres ont été à trois les premiers temps puis, d’un commun accord avec Lui, nous avons fait évoluer la relation entre Elle et moi en nous rencontrant sans Lui.
    Elle a été formelle, dès la première fois : "J’aime qu’on se voit comme ça, mais je ne veux pas d’histoires, jamais !"
    Elle adore cette sexualité en trio et me gratifie d’une amitié amoureuse déclarée au fil du temps...
    Sa vision est la même que la mienne (sans doute pas un hasard !) : Cloisonner la vie pour éviter les problèmes.

    Elle profite de DEUX regards, DEUX amours au lieu d’un, MAIS conserve socialement une attitude qui ne puisse ni choquer, ni perturber, ni questionner les Autres, soit la Société en général et les proches en particulier. La société n’est pas prête à accepter des ménages à trois, c’est ainsi alors pour vivre heureux vivons cachés !
    Elle ne regarde pas ce site, c’est pourquoi je réponds à sa place, mais sans prendre cette place, juste en rapportant ce qu’Elle nous a dit, à son mari et à moi... son amant.
    Bien à vous...

  • Bonjour I_Cando,
    je prends toujours beaucoup de plaisirs à lire et relire vos témoignages et ils sont nombreux...Félicitations. pour ma part je comprends tout à fait votre vision de la relation à trois vu de Notre côté, mais, la vision vu de la part de Madame, quelle est -elle ? a-t-elle des sentiments équivoques, a-t-elle des moments de doutes et de regrets ? pouvez-vous lui demander de nous écrire et décrire ses sentiments et sa vision de cette relation à trois ?
    Merci à vous et j’attends avec impatience vos nouvelles histoires.
    Raphaël

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription