Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Comment Sévane devient une femme

! Signaler un contenu abusif

...Ou ceci explique peut-être cela

Ma femme continue son récit ... (enfin je parle à sa place en résumant et en changeant les prénoms, quand même).

"Si j’habite toujours dans mon studio au-dessus du restau, si je continue à préparer mon diplôme, si j’ai gardé à peu près les même copines et si je sors toujours avec des garçons de mon âge ...De temps à autre, le weekend surtout, je jouis avec Mehmed.

Celui qui pourrait être mon père m’embauche certains soirs pour servir dans ses restos (je me fais un peu d’argent de poche...) Assez vite nos jeux sont devenus plus forts et il m’arrive alors de lui lécher les couilles derrière son comptoir. Ce salaud me met continuellement la main aux fesses durant mon service.

Je parviens maintenant à suçoter son gros sexe quasi quotidiennement malgré des hauts le cœur parfois violents, quand je tente de le gober. Bien sûr il me doigte durant les trajets en voiture. Sans parler des tenues dans lesquelles je m’exhibe ! Parfois, je pense être folle, que ce n’est pas clair, malsain, limite incestueux, mais l’attrait du plaisir gagne toujours à la fin !

Il adore le foot et ma bouche s’occupe toujours de lui durant les matchs du dimanche soir, devant la télé. J’adore poser ma langue sur ses boules velues et son gland tout lisse. Il pétrit mon cul en relation avec l’action des joueurs et me claque les fesses quand il y’a des buts !

Un jour de victoire du Galatasaray (l’équipe d’Istanbul) il est devenu fou de joie (mais fou quand même). Contre mon gré, sous mes supplications et mes petits coups de poings il m’a pénétrée de force m’écartelant en missionnaire ! Un viol plus qu’un dépucelage. J’ai cru exploser (au début) même si mère nature est bien faite !

Ma chatte distendue au maximum finit par l’accepter. La lubrification permit les allez -retours rapides, efficaces surtout. Si je criais de plus en plus fort, la douleur se transformait vite en une jouissance : énorme ! Je ne lui tins donc pas trop rigueur de cette victoire "footballistique "...

(Après tout, je fantasmais un peu sur cette violence, ce comportement macho que publiquement j’adore.)

Dès lors, avec de bonnes préparations et des fioles de lubrifiants, il put me prendre souvent. Chaque fois, l’impression d’être remplie était incroyable .Quelle différence avec mes jeunes fiancées ! Mais bon, je jouissais aussi avec eux (et même avec toi, Mon cher petit mari).

Par ailleurs, Mehmed me surpris deux ou trois fois en pleine action avec des petits copains, chez lui. Je n’avais même pas honte et le fixait dans les yeux en léchant mes lèvres pendant que sur mon cul, transpiraient mes amants.

De manière surréaliste (vu notre relation), il me fit la morale : à mon âge, pourquoi flirter avec ces crétins ? Il était temps de m’engager vraiment avec un homme sérieux pour fonder une famille !

Pour cela, il fallait retenir un vrai mâle, savoir le contenter sexuellement et donc accepter toutes sortes de pratiques, même les plus dégradantes. Il allait donc continuer à m’apprendre et même, désormais, me dresser pour cet éventuel mari. Mehmed" le professeur, fera de moi une parfaite petite soumise : Mon bonheur futur en dépendait !
Parallèlement, il entendait me présenter ou me suggérer des prétendants valables ...

J’acceptais son étrange discours, pourtant l’envie de me marier ou de fonder une famille était proche du zéro. Par contre la promesse de me faire baiser outrageusement par ce pervers de Mehmed dans de nouveaux plans cul, provoquait une montée de chaleur dans mes yeux et une descente de cyprine au fond de mon vagin ...
Je me découvrais un peu Maso et bien salope.

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription