Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Comment en suis-je arrivé à ce désir partageur …

! Signaler un contenu abusif

Comment en suis-je arrivé à ce désir partageur …

J’ai vécu dix ans avec une amie, initialement sage.
Au fil du temps , de conversations , elle a émis curiosité et envie de filles. Elle savait que j’avais déjà vécu longuement avec deux filles ; mais pour moi cela était du passé ; dépassé . Je ne l’ai ni dissuadée, ni encouragée. Lui faisant préciser son fantasme qui consistait à l’envie du corps d’une fille , tout en n’en appréciant souvent pas l’esprit , et son envie de me voir avec une autre. Une espèce de désir de ne pas être seule à gémir. D’en entendre une autre . Une nuance de sadisme. Je dis cela car par la suite elle m’encourageât en ce sens. Voulant voir l’autre en soumise.

Je l’ai laissée chercher cette fille seule. Elle ne l’a pas trouvée ……..
Cela se déroulant sur plusieurs mois.

Au mieux, la fille, en couple, proposait juste que les mecs les regardent. J’ai éclaté de rire en lui faisant prendre conscience qu’un mec voyant deux nanas ensemble , dont une inconnue, aurait fatalement envie du con de l’inconnue .
Pendant plusieurs semaines mon amie n’en a pas reparlé et avait cessé ses recherches .
Puis ………. l’envie l’a reprise.

Elle s’était mise à discuter avec des couples dont la fille avait le même genre de préoccupation irréaliste qu’elle-même . Je ne m’en mêlais pas du tout ; elle racontait très bien , très sincère , sans pudeur ses conversations, mails et visios .
Un couple émergea. Lui semblait physiquement bien et surtout très gentil - sans doute trop - Elle me rapportait des conversations sans fin , des plans illusoires, pour qu’elle ait cette relation avec une fille sans devoir se faire sauter par un autre que moi. L’Amour !!!!
Lui semblait assez gentil pour accepter ce qui à mes yeux était de l’ordre de l’inacceptable.
Moi, nettement moins. De plus ; je rappelais à mon amie que son fantasme initial était aussi de me voir avec une autre .
Elle en convint.

Je téléphonais à l’homme sans en informer mon amie , pour discuter des deux filles . Se révéler leurs désirs , leurs comportements , leurs fonctionnements intimes , apprendre de l’autre ce qui la ferait le mieux craquer, s’assurer que l’un et l’autre nous apprécierions d’honorer ces femelles ; Nous avions eu un bon contact , franc , direct et il avait aussi décider de ne pas parler de notre entretien . Complicité agréable de mecs.

Je finis par avoir une conversation à 4 en Visio où, après un moment, je posais des questions claires à chacune ; devant chacun .
Demandant à la fille si mon amie lui plaisait.
Demandant à mon amie si la fille lui plaisait.
Si elles avaient vraiment envie de se donner du plaisir devant nous.
Chacune répondant affirmativement. Je dirais goulument.

En conclusion, je dis à haute voix que SI nous nous rencontrions , chacune se devrait ensuite de se vouer aux désirs des hommes .
SI !!!!

Aucune ne réagit , aucune ne pipa, aucune protestation , aucune ne se révolta .

Déjà y ayant visiblement songé du fait de leurs silences non offusqués . Déjà soumises à l’irrémédiable par leurs propres envies de filles.
Soumises par leurs propres désirs .

Quelques jours de silence, et puis les filles se sont mises à reparler !!!!!! Quand l’envie les tient ………..
Magnifique de voir l’évolution mentale de filles sages , fidèles , qui finalement se résolvent à subir un mâle inconnu pour se gouiner .
Une rencontre fut programmée.

J’avais une grande appréhension, car jamais une compagne n’avait été prise devant moi par un mâle ; j’ignorais si je le supporterais . Très attaché à mon amie .
Je n’avais moi-même jamais eu de relation avec un autre couple. Juste vécu à plusieurs reprises longuement avec deux femmes , ce qui ne pousse pas à la jalousie masculine …............

Le jour J , je laissais à sa seule initiative ma sage amie se vêtir . Chaud au cœur que de voir ensuite sa tenue concoctée . Pour se savoir désirable. De sage , elle était devenue fille pour la joie , dont la vêture ne peut que donner l’envie de la posséder . Visiblement , elle, avait bien assimilé qu’elle allait se faire prendre aussi par un mec .

Pour faire bref , je dirais qu’elles étaient inexpérimentées l’une et l’autre , que le spectacle entre elles n’ a pas été inoubliable . Mon amie me dit par la suite en avoir été déçue.
Par contre elle avait été particulièrement participative avec l’autre homme , assez bruyante pour que la fille en soit visiblement jalouse ......... . De mon cote , l’intérêt pour la fille était mince , je n’avais accepté que pour le plaisir de mon amie .

Le fait de voir un autre partir à la recherche de son corps sous les vêtements a été une broutille ; tant j’étais occupé moi-même dans les délices de l’inconnue . Je me souviens juste de voir une main d’homme se poser sur sa cuisse et de constater qu’elle , elle s’en ouvrait …………..instantanément …….
Ce qui en dit long sur la sagesse féminine.

Le moment redouté arriva. Je vis son gland monter et descendre lentement le long de sa fente qu’il lui avait longuement léchée . Elle en avait déjà joui. S’y mouillant la tige de sa verge dardée façonnant la profondeur du sillon. Puis , se reculant , son méat la pointa, lui entrouvrant les lèvres. Il en ressortit son bout et y revint, ce à plusieurs reprises. Elle me regarda , un peu inquiète , mais les yeux brillants de la fièvre des possédées , comme attendant mon assentiment devant l’inéluctable . . Je ne crois pas avoir répondu à son regard perçu, tant j’étais fasciné par le spectacle .
Alors, lui, l’homme inconnu, cessant de jouer au chat et à la souris , enfila son chas d’un coup de membre ; claquant ses testicules à ses lèvres.
Elle en gémit instantanément.

Moi , le craintif de la jalousie , cela m’a fait triquer de la voir se faire avoir , de voir cette queue , à laquelle elle s’était si bien soumise, la fouir . De la voir remuer son bassin pour mieux la sentir , puis même de la voir s’arroger le droit de chevaucher l’homme qu’elle avait mis sur le dos . S’y empalant en me regardant , la bouche s’ouvrant dans la descente, comme si le vit allait ressortir par sa gorge . Je m’occupais de mon cote à outrager la fille d’une verge durcie par le comportement de mon amie ., tout en incitant ce mâle à bien la défoncer. Manière de la punir de son effronterie par procuration .

Quelques semaines passèrent , la petite recommença à parcourir le net …….. Trouvant un autre couple ; très expérimenté cette fois. Cela se passa un peu comme la première fois : Moyen avec la fille , mais du délire avec l’homme . Qui lui était nettement plus dirigiste que le précédent.
Domptant la demoiselle.

Finalement une fille seule et proche se manifesta. Tout du moins se revendiquant seule. La fille ne voulait pas de trio . J’ai incité mon amie à la rejoindre seule . La prévenant quand même que peut être un homme serait aussi là , ou surviendrait ensuite . Peut-être …..
Que comme je la connaissais elle devrait s’y soumettre. Elle partit inquiète, mais chaude .
Cela se passa sans problème , bien , mais pas plus enchantée que cela par une fille .

Ses recherches net de nénettes cessèrent nettes.

L’annonce continuait, et j’allais parfois voir si une fille seule y serait présente . Son envie m’avait gagné , j’avais surtout le souhait de lui faire vivre une belle aventure lesbienne …
Rien.

Je me suis mis un jour à discuter avec un type qui lui cherchait une fille seule pour une vraie relation . Discussions qui se répétèrent au fil des semaines sur les difficultés des rencontres et sur d’autres sujets n’ayant rien à voir .

Un jour, je ne sais quel impulsion me pris, mais dans un échange je lui ai demandé si les photos de mon amie lui plaisait. Je lui avais parlé assez librement de ses fantasmes , ses comportements . Lui avait raconté comment une fille à la recherche de fille , prenait un plaisir plus net à être entreprise par un mec . Lui avait expliqué la fulgurance de mon plaisir à la voir se faire prendre.
Enfin, ce que j’ai indiqué ci-dessus.

Il avait répondu qu’ elle était mignonne, ce qui était la constatation de la réalité !!!!!!
Je lui avais demandé si cela lui dirait que nous l’entreprenions à deux . Pas répondu de suite , mais quelques jours après un mail pour me demander si cela était sérieux .
Réponse affirmative de ma part qui y avait réfléchi entre temps ; souhaitant faire une surprise à la demoiselle . .
Sur ses photos il était d’un physique correspondant à ce qu’aimait mon amie ; de plus intéressant dans ses conversations .

Nous avons déjeuné au restaurant tous les deux , et parler longuement . Lui révélant tous les secrets pour faire bouillir mon amie. Le prévenant quand même que si au premier contact cela ne passait pas , rien ne se concrétiserait . Mais j’étais assez confiant .
Il avait visiblement réfléchi de son coté à cette situation nouvelle pour lui . Un peu angoissante . Je l’avais conforté et réconforté en l’assurant qu’il pourrait user d’elle comme bon lui semblerait . Que ma présence ne serait pas pesante et limitative , mais au contraire incitative. Complice . Nous mettre à l’ égalité de deux mecs , draguant une fille inconnue , jouant avec elle en se la repassant .

Un matin je montre à mon amie diverses photos , dont celles de cet homme , sous le prétexte de mails arrivés .
Elle regarde cela vaguement mais justement trouve ‘’’ mignon ‘’’ celles de cet homme .

Je téléphone à l’homme pour lui révéler le ‘’’ mignon ‘’’ , lui proposer un rendez-vous le soir même à la terrasse d’un pub . Suivi d’un éventuel repas , si l’accueil était bon.
A lui la séduction...............
Nous étions en été, je proposais à mon amie d’aller dîner. Elle s’habilla seule , sans aucun conseil , jupe en jean ,fort courte, et petit haut noir comportant juste un devant et dans le dos nu seulement un laçage , en la seule partie supérieure . Sandalettes avec faibles talons . Très simple, sans apprêt. Jolie petit lot .

Arrivé à la terrasse du bar , il était déjà là………….
Nous nous sommes installés à une table autre , haute , assis sur des tabourets eux même hauts . La terrasse était pleine , elle s’assit les jambes faces à la rue , face à la terrasse , ce qui ne devait pas laisser ignorer grand-chose de son intimité au moindre mouvement . Elle lui faisait presque face , sans y prêter plus d’attention, toujours dans l’ignorance .
Nous avons commandé , et je me suis éclipsé aux toilettes quelques instants.
Revenant , j’ai vu qu’il était déjà debout devant elle , perchée sur son tabouret. Elle était rouge , écarlate, ayant alors reconnu l’homme de la photo du matin qu’elle avait qualifié de mignon . Comprenant certainement d’instinct la machination .
Sa main était posée négligemment sur la cuisse nue. Ce dont elle ne s’offusquait ; aucun retrait. Hypnotisée.
Me réinstallant nous avons discuté à trois , et je lui ai appris qu’il savait tout d’elle . Cela l’a mise à l’aise. Nous avons ainsi parlé une heure durant , librement , de nos mutuelles expériences . Lui , par ses propos , démontrant sa parfaite connaissance de ses aventures et fantasmes . Une manière de mettre la fille nue mentalement .

Le contact étant visiblement bon , le repas a eu lieu sur une table que j’avais retenue ronde. Pour l’égalité des places .
La conversation a été plutôt sérieuse, intéressante , pas spécialement sexuée.
En sortant elle a pris naturellement d’elle-même le bras de ces deux hommes , se faisant parfois porter sur quelque pas en se balançant comme une enfant . . Première initiative de la fille , qui ainsi montrait sa complicité .

Un salon de thé marocain ,où l’on s’assoit sur des coussins au sol , nous accueillit . Elle s’assit en tailleur , sans gêne , montrant que , cette fois, elle portait bien une petite culotte . Un voile noir , assez transparent derrière le quel l’on pouvait discerner dans la pénombre du lieu ses lèvres collées au fin tissu . Lui n’en revenait pas, presque timide. Conversation n’abordant rien de fort sexe , si ce n’est les commentaires sur les regards d’autres consommateurs mateurs . Cela nous rendant trois complices . Tout en parlant je voyais fréquemment son regard descendre un instant pour s’assurer qu’il ne rêvait pas ......... Il ne fit aucun commentaire sur l’audace de la fille . Moi non plus . Ne voulant rompre ce fragile équilibre des évidents désirs .

Sortant du lieu la nuit était venue , il faisait encore plus que tiède , nos pas involontairement…….. nous menâmes dans des rues peu fréquentées. La fille entre nous, pendue à nos bras . Marchant , je fis une remarque à l’homme ; comme quoi de mon côté son sein pointait sous le fin tissu , le bosselant . Il ne dit rien , mais sa main, passant latéralement sous le pan du petit haut, alla inspecter l’autre sein . La demoiselle en gémit. Il avait dû lui pincer le tétin ; peut-être pour la punir d’être allumeuse …….. Elle lui en céda ses lèvres goulument Me remercia de la même manière chaude .
Nous reprîmes une marche dans un silence électrique ; fille oscillante ; un moment .
Puis je dis à voix haute , m’adressant à lui comme si elle n’était pas là
‘’’ je me demande si elle est mouillée ‘’’
Il ne répondit rien , elle non plus . Mais après un temps dans le silence , il glissa prestement sa main sous sa courte jupe .
Il dut certainement lui écarter sa culotte , car elle eut alors le spasme , le gémissement de la fille qui vient de se faire investir sans ménagement .
Il faut dire qu’au salon de thé elle était assise en biais de lui , jambes croisées , et que l’on discernait ses lèvres sous le fin voile . Pas un instant elle n’avait chercher à échapper à son regard ……….. Son membre avait du rester dur du spectacle . Il lui en faisait payer le prix . . Elle se laissa aller en arrière sur moi , dégageant ainsi son bassin et subit l’affront des doigts inconnus , alors que les miens roulaient ses tétons . Elle en jouit, assez vite , assez fort , pour qu’aucun doute ne soit possible . Plus loin , plus tard, elle fut montée sur une bitte en pierre - pied d’estale d’une telle vestale - où il la lécha . L’orgasmisant à nouveau . Y revenant pour l’entendre refeuler. Moi, m’occupant de ces seins , sa bouche muette rivée à mes lèvres . Sa langue explorant ma bouche , comme la bouche de l’homme la sexplorait .
La fille redescendit de la bitte , flageolante.

Nous revenions dans les rues éclairées pour regagner nos voitures.
Il s’arrêta face à elle et lui demanda si elle préférait allez chez lui ou chez elle .

Elle était déstabilisée , amollie d’orgasmes , elle me regarda suppliante pour que je la tirasse d’un pas qu’elle ne savait comment exécuter . Dans nos rdv couples les choses étaient prévues ; de nombreuse discussions avaient eu lieu . . Là, elle était dans l’inconnue. Je restais muet ; elle en balbutia un ‘’ non ‘’’ mou.
Je la recadrais en la priant de répondre à la question posée :
‘’’ chez lui ou chez elle ‘’’.
Elle avait eu une inconduite au point d’en jouir dans les rues , et il allait de son devoir de maintenant nous satisfaire .
Elle répondit alors en choisissant notre maison.
Son acceptation de fille qui sait avoir été trop loin pour se soustraire . …..

Je la laissais revenir dans la voiture de l’homme me demandant en cours de chemin s’il allait s’arrêter pour la prendre .
Il n’en fit rien. Je pense que dans la situation inverse , j’aurais peut être autrement agi ……… En tout cas je trouvais la situation excitante étant certain qu’elle me raconterait .

Arrivés à la maison pratiquement en même temps ,
Un verre d’eau dans le salon ; je dis partir me doucher . L’homme m’emboitant le pas nous montions à l’étage .
Elle restant seule au salon .
Nous nous sommes lavés, chacun notre tour, en parlant de la soirée , de la suite. Nu, il était bien fichu , ce qui me fit plaisir pour elle .
Elle est finalement arrivée , nous étions nus. Elle s’est dévêtue devant nous , seule. sans nous regarder ; abandonnant son petit haut , ses chaussures ; la jupe chut , la laissant en string qui paraissait fort malmené . Le string rejoignit le sol . . Pas un striptease . Naturelle. Elle se savait juste regardée. Evaluée .
Son ablution fut longue, elle devait méditer ; nous la guettions , la mations à travers la vitre de la douche embuée .
Elle en sortit , nous l’avons enveloppée dans une vaste serviette et chacun l’ a frottée vigoureusement sans omettre ses orifices . Une fois étrillée , la serviette a rejoint le sol . Je lui ai pris une main pour la lui baiser , ensuite la tordant doucement , je lui fis fléchir les jambes pour qu’elle se retrouvât à genoux sur la serviette . Sans un mot , en bonne hôtesse , elle a commencé par l’invité , avant que de s’occuper de moi . Elle y mis une belle ardeur au point de , espiègle ment , rapprocher nos verges , de les faire se toucher , sans doute pour nous électriser , avant que d’en enfourner, pour la première fois, simultanément deux . . Maladroitement , mais l’intention de la demoiselle était belle . Elle redevenait très allumée.
Au bout d’un temps , nous l’avons soulevée à deux comme un fétu et transportée jusqu’au lit , jetée, en lui disant ce qui l’attendait …….

J’ai bien veillé à ce qu’elle lui soit parfaitement soumise . Obéissante et prévenante de ses envies . Quoique, visiblement elle ne demandait que cela. S’in conduisant à merveille. Nous nous la sommes repassés sans la ménager ; car après avoir pris son plaisir dans la rue , elle se serait bien contenter de rentrer sans l’homme . Cela méritait punition……

La relation a duré plus de 6 mois , deux trois fois par semaine , mais bien au-delà d’une relation sexuelle , une vraie amitié nous liait .
Parfois , je lui disais à elle d’aller le retrouver seule . Très obéissante …………

En fait la notion d’obéissance se résume à ordonner justement ce que l’autre à envie de faire .

D’autres histoires plus courtes ont eu lieu par la suite. Il suffisait que je la vois remarquer un homme ou adopter une conduite , ou se conduire dans l’impudeur pour encourager l’homme à s’en occuper . Souvent elle avait ces instants de reculs après avoir été allumeuse , prenant conscience qu’elle allait devoir éteindre le feu dans l’inconnu ; délicieuse crainte . Consciente que je ne lui permettrais pas de fuir son désir initial .
Moi, je devenais alors impératif en la livrant aux envies qu’elle avait ressenties ; puis suscitées . La complicité était belle .

La découverte de soi même . La jouissance de voir une femme avec un autre , de participer à son outrage par la complicité avec l’autre . De constater combien aisément une sage devient ribaude et combien par la suite elle marque sa reconnaissance dans la quotidienneté envers celui qui le lui permet .
Précieux homme qui la laisse libre
Précieux la fille qui aime susciter .

J’ai souvent pensé qu’en fait son envie exprimée de fille seule n’existait qu’en prétexte afin de finalement tendre vers l ’homme d’un couple . Se donnant le change de l’irrémédiable .
Non qu’elle mentait . Juste son cheminement de l’indicible de sa pensée à l’assouvissement .
Faisant semblant que l’homme lui ait imposé un autre homme ..............

En tout cas , jamais ensuite elle n’a cherché une fille ...............
Révélateur .

Donc en conclusions -selon moi :
4 est un mauvais chiffre, car bcp plus complexe que 3.
Un trio avec deux filles est plus délicat , il faut vraiment des filles simples sans complexes , égales, non jalouses . Et vraiment gougnottes.
Un trio avec deux hommes, la fille joue délicieusement. Faisant la forte, singeant la soumise, pour en obtenir son plaisir.
Au même titre qu’un homme une fille a envie de sexe inconnu . Il faut juste le lui permettre et soi même en jouir de la voir ainsi .

3 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription