Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Comme je vous l’ai déjà raconté

! Signaler un contenu abusif

1ère expérience triolisme exhibitionniste :
Comme je vous l’ai déjà raconté, Caro, un soir d’exhibitionnisme sur autoroute, avait d’elle-même fait une bonne pipe à un routier dans les WC invalides d’une autoroute.

Nous avions étés enthousiastes de la réussite de cette expérience qui nous faisait entrer dans le monde du candaulisme de plein pied. Caro avait accepté de refaire une autre expérience, mais m’avait demandé que contrairement à la 1ère fois, je sois présent lors de la rencontre. Ce n’est que pour cette troisième expérience qu’une nouvelle pratique à été trouvée.

Le vendredi suivant la deuxième expérience je lui rappelais ce qu’il s’était passé sur le parking pour en venir aux questions que je voulais lui poser.
- " De tout ce que tu as fais ce soir là, avec le gars, à quel moment as-tu pris le plaisir le plus fort ? "
Elle a réfléchi un moment puis :
- " C’est quand j’ai senti tes doigts me caresser le clito pendant que je le suçais. Ca m’avait comme électrocutée. En principe les autres fois tu caressais mes seins. Là j’ai été surprise et j’ai cru que tu allais me prendre. Puis il ne s’est rien passé. En fait, je crois que j’aurais bien aimé. Et toi, à quoi as-tu pensé ? "
- " Eh bien c’est justement ou je voulais en venir, sur le moment tu réalisais les ¾ de mon fantasme. Et saurait été effectivement de te prendre qui m’aurait totalement comblé. Mais je n’ai pas voulu te mettre éventuellement dans la gène si cela ne t’avait pas plu d’autant plus que nous ne l’avions pas prévu au départ. Mais, si tu étais d’accord pour y revenir demain soir, nous pourrions alors l’envisager. "
- " Tu voudrais y revenir déjà demain ? Ce n’est pas un peu trop rapide. On ne va tout de même pas faire cela toutes les semaines. "
- " Toutes les semaines peut être pas, mais pour moi c’est tout nouveau alors si on pouvait ‟confirmer”, ce serait super. Tu as beaucoup aimé, j’ai beaucoup aimé, pourquoi ne pas nous en assurer 5 ou 6 fois et après on verra pour espacer les sorties. "

Nous en avons discutés 10 minutes. Mais Caro ne pouvant nier que cela lui avait beaucoup plu arriva à accepter, sans trop de problème, encore deux ou trois expériences et on en reparlerait.

Le samedi soir, comme pour la deuxième expérience, Caro avait remit la même tenue. Une jupe ancienne que nous avions raccourcie en ‟ras la touffe”, c’est-à-dire qui cachait tout juste son minou et laissait deviner deux belles fesses bien fermes et bien rondes, seins nus sous une veste de blazer, de talons hauts. Le tableau agrémenté d’un maquillage un peu appuyé (cela se passait de nuit) et son rouge à lèvres rose brillant pailleté.

Nous voilà partis sur l’autoroute. Comme tous les samedis, les camions n’étaient pas nombreux. Seuls les retardataires roulaient encore pour rentrer chez eux. Caro, avait légèrement allongé son fauteuil, gardait son blazer ouvert et ses jambes écartées. Elle ne pouvait pas être plu en position d’exhibition. Le routier avait regardé et avait visiblement apprécié.

Au bout d’un moment, une voiture arrivant derrière nous, je me suis placé devant le camion et nous sommes rentrés dans une aire de repos. Nos nous étions garés dans le renfoncement DDE du parking. Je suis sorti de la voiture et invité Caro à sortir aussi. Nous avons flirtés quelques instants et comme le chauffeur venait nous rejoindre, je me plaquais contre le dos de ma femme et j’ai ouvert sa veste de blazer la mettant ainsi seins nus.

Le gaillard est arrivé en ouvrant sa braguette. Il a sorti sa queue qui n’était pas complètement en érection. Il s’est planté devant Caro, il a lâché sa queue et a caressé tout d’abord les seins. Puis il a descendu une main pour caresser sous la mini jupe.

Caro a poussé un gémissement de surprise et de plaisir. Je pouvais voir le bras qui bougeait et je comprenais qu’il était en train de la branler. A son tour, Caro a posé une main sur le sexe maintenant en totale érection et pendant un bon moment elle l’a caressé sans le masturber.

Je proposais à Caro de continuer dans le W.C invalides. Le routier nous y a suivi. Caro s’est appuyée contre le carrelage et le routier a reprit ses caresses. Caro a reprit la queue du gars et a commencé à le masturber. Le gars gardait les yeux fermés. Visiblement il était ravi.

Il a ouvert les yeux, m’a regardé et m’a fait signe que c’était super. Il m’a demandé par signe s’il pouvait espérer la baiser. Je lui ai fait signe que pour moi, c’était OK, mais beaucoup plus incertain pour elle. Que j’allais essayer de le lui faire en échangeant nos places. Au bout d’un moment je me retirais de sa bouche. Elle s’est redressée et m’a regardée, étonnée.
- " Je te voyais très bien lui faire une pipe. Tu lui faisais sacrément bien, une royale et avec énergie. J’aimerais que tu me fasses la même. Ça m’a excité de te voir faire "

Elle m’a regardé les yeux écarquillés, réalisant qu’ainsi elle allait certainement donner des idées au gars. Ce n’était pas prévu au départ. Et là, je la mettrais sur le fait accompli alors elle était surprise. C’était la première fois qu’une pipe finirait en baise trio. Je la rassurai sans toutefois lui révéler qu’effectivement le gars pourrait la prendre.
- " T’en fait pas tout est OK. C’est bon pour moi. Ne t’inquiète pas "

Et là, elle s’est penchée et a laissé ma queue entrer jusqu’au fond de sa gorge. J’ai fais signe au gars de commencer par des caresses et un doigt. Caro l’a laissé faire. Alors je lui ai fais signe d’entamer une pénétration en caressant les fesses avec sa queue. Caro l’a laissé faire jusqu’au début de pénétration.

Elle a arrêté de me sucer, levé la tête, m’a regardé. Comme elle a vu que je regardais le gars mais que je laissais faire elle a repris la pipe, donnant ainsi son approbation. Le gars a prit Caro par les hanches et d’un coup de reins, il l’a pénétrée. J’ai entendu le « ―han » de Caro. Il s’est arrêté un moment puis a commencé à la pilonner. A chaque pénétration le « ―han » devenait de plus en plus fort quoique étouffé, et pour cause. A chacune des pénétrations ma queue remplissait sa bouche.

De temps en temps le gars s’arrêtait, Caro en profitait pour reprendre sa respiration. Les pénétrations reprenaient, ma queue remplissait à nouveau sa bouche. Nous avons tenus ainsi un bon moment. Caro ne lâchait pas ma queue, ce qui me faisait penser que tout allait pour le mieux et qu’elle prenait son plaisir.

C’est le gars qui a jouit le premier et c’est retiré. Puis ça été mon tour. Je lâchais tout mon plaisir dans la bouche oh combien accueillant de mon épouse. Lorsque Caro s’est redressée, elle m’a regardé avec un petit air de défi et m’a lancé :
- " Voilà, ça y est. Je suppose que c’est ce que tu voulais. Tu l’avais un peu plus épicé aujourd’hui "
Tout en s’essuyant les lèvres elle s’est tournée vers le gars, elle lui a dit :
- " Je reconnais que cela m’a plu. J’espère que c’est réciproque. "
Elle ne l’a même pas laissé répondre. Elle lui a roulé une pelle d’enfer comme elle le fait toujours lorsqu’elle a prit un bon pied.

Nous avons discutés encore cinq bonnes minutes pendant lesquelles le gars n’arrêtait pas de caresser les fesses de Caro. Puis nous sommes repartis chacun de notre côté. Sur le trajet de retour, elle m’a avouée avoir prit un pied du tonnerre, qu’elle s’en était douté lorsque j’avais de moi-même arrêté sa pipe. Nous avons continués durant 3 samedi de suite sans aucun problème puis nous avons mis au point un délai entre deux expériences.

3 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription