Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Chantal amoureuse - Chapitre 3

! Signaler un contenu abusif

A partir de ce jour, la jalousie a pris le pas sur l’excitation. Je me suis bien surpris à revoir des détails de cette soirée et de me masturber jusqu’à en jouir. Seul, sans Chantal qui était devenue une sorte de fantasme, fantasme destiné à des plaisirs solitaires.

Ainsi la jalousie qui me faisait souffrir, finissait par accompagner mes masturbations et me faire jouir encore plus fort ! Je devenais dingue.

Je me suis mis à épier ses gestes, ses paroles, ses silences. Tout alors portait à croire qu’elle me mentait, m’abandonnait. Ce sentiment purement égoïste et égocentrique ne laissait aucune place à l’amour de ma femme et encore moins à ses propres sentiments à mon égard.

J’avais peur qu’elle parte, peu importait ses sentiments. Moi seul comptait et je me sentais humilié de m’abaisser à de tels ressentiments peu honorables. Mais je n’y pouvais rien.

Une nuit, comme j’ai eu l’angoisse de la voir partir, je me suis allongé sur la moquette contre le lit de son côté, là où elle s’était endormie ! Comme un chien.
J’étais devenu obsédé pas ce type et Chantal.

Si je trouvais deux tasses sales à café dans l’évier, j’imaginais qu’il était venu en mon absence. Le niveau de vin dans la bouteille baissait trop vite !

Je trouvais que le lit était fripé. Je devenais vraiment paranoïaque.
Je sentais bien que j’étais ridiculement jaloux, mais je n’arrivais pas à me raisonner.
Et cette nuit ! Dans un demi sommeil, j’entreprends de lui toucher un sein, tendrement. Je me blottis contre elle, j’écoute sa respiration régulière, profonde. Puis je descend vers son ventre, ses cuisses. Soudain, je sens sa main qui repousse la mienne alors qu’elle se retourne pour m’opposer son dos ! Dormait-elle ?

Mais une certitude me gagnait : Je ne pouvais plus dissocier ma jouissance sexuelle de ma jalousie ni de la souffrance qu’elle entraîne. De plus en plus nettement je la voulais dans les bras de l’autre pour en jouir. Je voulais voir, entendre comme je me l’imaginais en me masturbant.

Et c’est moi qui avait initié en partie cette folie destructrice de notre couple.
Les jours passent et les preuves s’accumulent et se précisent !
Et je sentais que Chantal était agacée par mes questions, mes regards, mes soupçons pas clairement exprimés.

En poussant plus loin mes questions elle m’apprends alors qu’il lui avait fait une déclaration à mi mots puis carrément claire à laquelle elle n’avait bien sûr, pas répondu. Plus tard elle confesses qu’il lui avait écrit une lettre de déclaration.

Je suis intrigué et jaloux, j’ai peur car je sens que ma femme me cache et m’a caché quelque chose. Et en pensant à rétro que je l’ai exhibée, elle, l’être aimé à cet homme, j’en ai froid dans le dos.

Bien sûr elle finit par se rendre compte de mon comportement. Des reproches arrivent, injustes ou injustifiés. Presque des scènes !

Et puis, un soir, elle finit par m’avouer, provocante, qu’ils ont échangé un baiser. Je reste debout devant elle, les bras ballants, presque à trembler ! Tout s’écroule pour moi, ma femme me trompe. Je suis fou de douleur mais là encore, c’est ce qui m’excite. Je suis pris d’une érection spontanée.

Que faire ? J’interroge, la submerge de questions qu’elle élude sans aucun ménagement. Elle me répète qu’elle m’aime et que je suis ridicule d’être jaloux … et que c’est un vilain péché !

Alors, je lui fait l’amour comme un fou, dans un déraisonnement débile, pour me rassurer et me prouver qu’elle m’aime encore. Elle s’abandonne c’est vrai, mais je sens qu’elle n’est plus la même. IL est entre nous.

Voilà deux semaines depuis cette fameuse soirée. La jalousie me tenaille toujours, obsédante, destructrice. Je n’apprends rien de plus, mais de plus en plus, je me masturbe en les imaginant faire l’amour. Alors, une idée folle m’apparait comme une évidence. Je vais les réunir en ma présence. Me faire le complice et le témoin de leur amour ! Les faire baiser ensemble, devant moi comme simple observateur ou bien acteur.

Je sais déjà qu’il me faudra beaucoup de patience et de persuasion pour amener Chantal à satisfaire mon désir. J’ai un plan machiavélique : utiliser son amoureux, complice de ma perversion.

Un soir comme nous sommes couchés, je lui avoue clairement que je suis jaloux de David (c’est son prénom). Elle ne prend pas la peine de me contredire, mais je lui fait jurer de tout me dire sur l’évolution de ses rapports avec celui qu’elle voit tous les jours. Elle refuse ! Elle n’a rien à cacher ! J’insiste et elle finit par accepter et je perçois chez elle comme un défi, une épreuve qu’elle me lance. Par là, je dois comprendre qu’il y a bien quelque chose entre eux et que puisque je veux savoir …

Je n’ai pas eu à attendre longtemps. Un soir, deux jours après cette mise au point, comme pour respecter sa parole, elle m’apprend qu’ils ont déjeuné ensemble le midi. Il lui a réitéré sa déclaration en avouant que la soirée passée chez nous lui avait confirmé l’amour qu’il lui portait. Il se déclarait. Visiblement il n’avait pas trahi notre secret. Elle m’avoue alors tout de go, qu’elle était sous le charme et qu’il ne lui est vraiment pas insensible.

- David est doux, patient et sait me mettre en valeur en me positivant. Je suis bien avec lui, tout différemment d’avec toi. Il est très cultivé et on peut parler des heures ensemble. Il est très séduisant et je me laisse volontiers aller à l’écouter me complimenter sur ma beauté et mes charmes. Tout ce que tu ne fais plus !
Elle reconnait être séduite. Puis soudain je l’entend me dire qu’au dessert il a tenté de lui voler un baiser. Mon sang se glace ! Je la somme de me donner des détails, je me mets à bander.
- Il a laissé légèrement passer sa langue et cela m’a troublée un peu… mais je me suis refusée.
- Dans le restaurant ? Devant tout le monde ? D’autres collègues ?
- Oui, c’est vrai ! Mais j’étais vraiment bien, alors j’ai laissé faire. Et d’abord, tu l’as bien cherché avec tes soupçons. David est un garçon très franc et honnête.
- C’est tout ? Il t’a touchée ?
- Non, arrête, tu ne penses qu’au cul !
- Tu as promis de tout dire !
- Mais je t’ai tout dit. Je ne cache rien. Bon je file me doucher et dodo.
- Et quand vous vous êtes séparés, il a dû encore essayer de t’embrasser non ?
- Et bien, oui, puisque tu veux tout savoir. En sortant du restaurant, il m’a pris la main à nouveau et voulut échanger un autre baiser. Cette fois encore il avait tenté de me forcer la bouche, mais encore j’ai refusé de peur des conséquences.
Cette fois elle jouait les braves mais je voyais bien qu’elle était gênée de se livrer. J’insiste, elle finit par dire qu’elle avait consenti un baiser appuyé sur ses lèvres.
- Je regrette, je ne veux pas te faire et lui faire du mal. Je lui ai dit qu’il ne fallait pas aller plus loin. Que je t’aimais et que je n’étais sûre de pouvoir toujours me refuser. Voilà, tu es content ?
- Tu te rends compte qu’il est plus jeune que toi et que si cela se sait dans ton bahut !
- Écoute, il n’y a rien de plus entre ce garçon et moi. Et il n’y aura rien de plus. Je vais me doucher et me coucher.
Je la laisse aller prendre sa douche.

Tous ces mots m’ont fait mal mais en même temps me troublent et m’excitent. Ma femme a un petit coup de cœur pour un de ses collègues.
Je n’arrive pas à trouver le sommeil. Mon érection ne me quitte pas. C’est elle qui se tourne vers moi et colle sa tête contre mon épaule. Doucement elle se redresse et me dépose un baiser chaste sur mes lèvres. Elle s’aperçoit sans difficulté de l’état de mon vit. Elle le prend dans sa main et le caresse en m’embrassant avec fougue. Nous nous unissons, nous faisons l’amour pour atteindre ensemble à l’unissons notre orgasme.
Nous nous endormons dans les bras l’un de l’autre.

Le lendemain au réveil, elle part la première à son travail. La jalousie et mon envie de voir me reprennent.
Je décide de passer à l’action. J’échafaude et peaufine mon plan dont j’ai conscience qu’il a le ridicule du résultat de la réflexion biaisée d’un cocu en puissance.
J’avais pu saisir lors de cette soirée, le supplice infligé à cet amoureux en faisant l’amour à celle qu’il aime et qui est ma femme. Maintenant c’était à mon tour d’être pris au piège et ce n’était pas sûr que j’en sortirais gagnant.
Je vais l’inviter à venir dîner un soir chez nous !

Je devais le rencontrer avant, sans qu’elle le sache. J’avais piraté son numéro de téléphone sur le portable de Chantal. Je l’ai invité à déjeuner.
Je lui ai dit que je savais tout. Il s’en doutait bien mais cela lui importait peu car il ne voulait pas briser notre ménage mais simplement aimer ma femme comme il l’aimait depuis bien longtemps. Cet amour il pouvait le vivre d’une manière platonique.
Je lui signale qu’il a quand même voulu l’embrasser et ce de façon pas du tout platonique !
- C’est vrai et Chantal n’a pas voulu répondre la première fois à mon baiser. Mais il a fallu que j’insiste !
Mon sang se glace dans les veines. Elle a répondu à son baiser ! Elle m’a menti !
- Tu peux tout me dire, tu sais que cela m’excite de savoir !
- C’est tout, tu sais. Simplement, elle n’a pas refusé mon baiser dehors du restaurant au moment de se séparer. Elle m’a même embrassée assez librement et sensuellement ! J’en était tout retourné. J’avais honte car je bandais contre son ventre et elle a dû s’en rendre compte même si elle n’en a pas fait état. A ce moment j’ai cru que j’allais éjaculer sur moi tant j’étais excité !
Puis elle m’a dit, qu’elle ne voulait pas aller plus loin car elle n’était pas sûre de résister et elle a peur des conséquences. Moi cela me comblait car en vérité, cela ressemblait à une déclaration d’amour.
- Tu l’a touchée ? Les seins, les fesses ?
Je disais ces mots car ça m’excitait terriblement de parler des seins et du cul de ma douce.
- Oh, non. Je n’aurais jamais osé. Ta femme m’en impose. Sa classe sa beauté, je ne prendrais jamais le risque de la choquer. Je l’aime.

Pour me ressaisir, j’entreprends de lui parler de cette fameuse soirée et de notre complicité ! David me confirme qu’il n’a rien manqué du spectacle et qu’il avait joui par deux fois dans la soirée. Il aime Chantal et s’en excuse même. C’est alors que je lui parle de mon plan.
- Chantal est sensiblement troublée par toi. Tu as dû t’en rendre compte !
Je lui propose alors de le rapprocher d’elle, mais à la condition que ce soit moi qui dirige la musique.
- Je ferais en sorte que ce soit moi qui soit le voyeur !

Il accepte car il a trop envie de la revoir. Je lui confirme l’attirance de Chantal pour lui et que je joue un jeu bien dangereux.
- Tu sais, David, ça m’excite encore plus de savoir qu’il existe un sentiment entre vous et cela me fait encore plus bander !
Je lui propose de venir diner un soir quand nous serons seuls avec Chantal.

4 Commentaires

  • Bonjour. Depuis que je publie notre histoire sur ce site, je m’aperçois que de me savoir lu m’excite terriblement. J’imagine (peut-être à tort), que certains lecteurs aimeraient faire l’amour à Chantal devant moi. C’est une forme de candaulisme que je ne soupçonnais pas.
    Je viens régulièrement sur le site, à l’affût de commentaires, remarques...
    Merci
    Arsène

  • tres belle avanture que vous vivez la tres exitante sur le plan sexe comme sur le plan cerebrale j adore

  • J’ai beau être candauliste, si une maîtresse de mon Amon adoré devait se mettre à l’aimer, elle disparaîtrait de nos vies. C’est ma limite personnelle.

    Je suis curieuse de lire la suite.

  • VOILA. Je crois que tu as pris la bonne décision. Les savoir et les voir ensemble t’excite. Elle de son côté, n’est pas indifférente a ses déclarations et risque donc de succomber, c’est même très proche. Pour ne pas la perdre il vaudrait mieux, à mon avis, (mais je suis un pur candauliste) jouer au poker. Réuni les en ta présence. Mais, même devant l’évidence, Chantal peut très bien ne pas savoir quoi faire. Le mieux serait de lui faire comprendre que cela t’exciterait de les voir ...s’embrasser, ...flirter...se caresser....Faire l’amour en TA PRESENCE. tu lui laissera de cette façon le choix d’ESSAYER sans rupture et avec ton accord , et tout cela PAR AMOUR POUR ELLE.
    f.tyroler2@orange.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription