Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Chambourcy, oh oui !

! Signaler un contenu abusif

Bonjour à tous,

Voici le récit d’une aventure un peu particulière qui s’est déroulée il y a quelques semaines dans les Yvelines.

Peu après avoir débuté dans le candaulisme, nous avons rencontré un homme qui est devenu notre meilleur complice, et l’amant le plus régulier de ma femme. Cet homme s’appelle Julien et habite Paris. Au cours d’une soirée avec lui, pendant que nous dinions, nous avons évoqué notre fantasme d’avoir plusieurs hommes pour Isabelle. J’avais fait part à ma chérie, bien avant que nous ne débutions nos aventures, que mon penchant pour le candaulisme ne s’arrêtait en effet pas à la possibilité de la voir avec un seul homme, mais que j’aimerais aussi la voir avec plusieurs camarades de jeu. Une fois décidée à franchir le pas, elle ne voyait guère plus de difficulté à s’imaginer avec plusieurs hommes. Ou disons plus exactement qu’elle se sentait relativement libre de se donner à plusieurs hommes, même s’il demeurait une légère appréhension.

Julien nous a alors proposé de se charger d’organiser une soirée plurielle, pour notre plus grand plaisir. Il était convenu qu’il choisirait lui-même les complices de cette soirée, connaissant désormais bien les goûts de ma chérie, et qu’il nous ferait la surprise d’une rencontre lors d’une soirée à venir. Nous étions tous trois follement excités à cette idée.

Un peu plus tard, assez rapidement en fait, il nous a invité à une soirée dans les Yvelines, dans la ville de Chambourcy, où l’un de ses amis possédait une belle villa. Nous ignorions encore s’il serait seul pour nous accueillir, si son ami serait là également, ou si d’autres hommes pourraient se trouver avec eux. Nous nous doutions bien en réalité qu’il ne serait pas seul, mais nous ne savions pas précisément à quoi nous aurions droit.

Comme à son habitude, Isabelle se prépara pour la soirée, enfilant des dessous sexy, des vêtements chics mais sexy également, voir un peu provoquant (plus qu’à l’accoutumée en tout cas), se faisant belle pour notre ami... et peut-être d’autres.

Nous sommes arrivés à la maison de l’ami de Julien en début de soirée, comme prévu, et avons été accueilli par Julien lui-même, visiblement très émoustillé à l’idée de la soirée qui nous attendait. Il nous fit entrer et nous présentant Richard, son ami propriétaire de la maison. Un homme d’une cinquantaine d’années, élégant et plutôt charmant. Et propriétaire d’une grand maison, très belle et décorée avec goût.

Nous étions ravis de nous retrouver en si bonne compagnie, et nous échangions un regard complice avec ma femme. Richard nous offrit alors de passer au salon, pour y déguster l’apéritif qu’il avait préparé. Délicieuse attention de sa part que ce champagne et ces petits fours.

La conversation démarrait tranquillement, puis prenait assez vite un tour plus orienté. Plus coquin. Et Richard avouait être troublé par les charmes de ma chérie et très désireux de pouvoir les démontrer tout l’effet qu’elle produisait sur lui. Il commença à la caresser, à travers ses vêtements. Elle lui offrit ses lèvres, qu’il prit avec passion. Elle aussi commença à laisser ses mains courir sur le torse de Richard. Les deux futurs amants commençaient à s’enflammer, le désir se faisant plus fort à mesure que les caresses s’accentuaient.

C’est à ce moment que la sonnette retentit. Julien s’empressa d’aller ouvrir, et revint avec un autre homme, qu’il nous présenta comme s’appelant Matthieu, un copain de boulot. Un homme d’une quarantaine d’années, grand, belle gueule, et visiblement assez sportif. Il représentait la dernière surprise de ma chérie pour cette soirée. Elle me lança un regard qui en disait long sur son bonheur de se retrouver là, pour une soirée qui ressemblait de plus en plus aux fantasmes dont nous avions tant parlé.

Richard et Isabelle ne se laissèrent cependant pas déranger bien longtemps, et reprirent très vite leurs caresses mutuelles, sous les regards intéressés de Julien et Matthieu. Et le mien évidemment. Richard trouva rapidement le moyen de déshabiller Isabelle, qui se retrouva très vite vêtue de son simple string noir. Je voyais Richard très ému à la découverte de ce corps parfait, tandis que Matthieu semblait vivement décidé à participer lui aussi à l’action. Julien admirait ce corps qu’il connaissait déjà très très bien.

Richard allongea ma belle sur le canapé, et approcha sa bouche de sa chatte déjà brûlante. Il commença à l’embrasser, et à lever son abricot juteux. Peu à peu, ses doigts se joignirent a sa bouche, et les gémissements de ma chérie témoignait du fait qu’elle appréciait les gestes de son nouvel amant.

Très excité, Matthieu retira ses vêtements et s’approcha d’Isabelle, afin qu’elle puisse s’occuper un peu de lui. Elle prit son sexe en main, et commença à le caresser. Il était bien foutu, effectivement sportif, et avait un sexe dans la bonne moyenne. Et déjà bien dressé. Très vite, elle le prit en bouche pour profiter de cette queue qui e bandait que pour elle.

C’est la première fois qu’elle était ainsi, avec deux hommes pour elle et moi simple spectateur. C’était une merveille absolue que de la voir ainsi, léchée par un homme pendant qu’elle-même en léchait un autre.

Julien, qui s’était déshabillé entre-temps, alla remplacer Richard, plaçant sa bouche entre les jambes de ma belle. Richard se déshabilla alors à son tour, dévoilant un corps agréable, mais surtout un sexe de très belle taille. Si Julien et Matthieu possèdent des sexes de taille moyenne, Richard était lui merveilleusement doté par la nature, affichant fièrement une vingtaine de centimètres. Je savais qu’Isabelle apprécierait ces sexes variés et dressés pour son plus grand plaisir.

Isabelle se retrouva donc rapidement avec deux queues à sucer, pendant que Julien continuait à la lécher avidement.

Puis Julien pris l’initiative de la pénétrer le premier. Elle l’accueillit en poussant un cri de plaisir. Matthieu lui caressait le corps, pendant que Richard continuait de lui baiser la bouche. Trois hommes pour elle, réunis pour son seul plaisir. C’était une expérience vraiment formidable.

Puis leurs jeux se sont accélérés, ses trois amants du soir se succédant tour à tour en elle, ou la caressant, ou lui baisant la bouche, enchaînant les positions, variant les caresses. J’entendais ma compagne tantôt gémir, tantôt crier, parfois même hurler son plaisir. Elle mouillait abondamment, terriblement excités par ces plaisirs nouveaux et qui semblaient infinis.

A un moment, l’un de ses amants se retrouva dans son anus, pendant qu’un autre lui prenait la chatte, leurs deux queues unies pour le plaisir de ma douce. Face à ce bonheur nouveau, elle cria pendant de longues minutes, totalement comblée et prise par des convulsions de plaisir.

Les jeux continuèrent ainsi un moment, puis se amants vinrent profiter chacun son tour de sa bouche pour y jouir alternativement, lui offrant ainsi leur propre délivrance.

Je rejoignis alors ma chérie, pour l’accompagner dans ces moments de pur plaisir, et l’embrasser pour la remercier de ce merveilleux spectacles. Elle était encore tremblante de tous ce plaisir ressenti, et avait du mal à s’en remettre.

Elle partit se ressourcer dans le jacuzzi, puis nous primes un repas bien mérité, chacun ayant besoin de reprendre des forces.

Ma chérie profita encore des merveilles que chacun de ses amants avait à lui offrir ce soir-là, seul, à deux ou à trois. Ils lui firent tous plusieurs fois l’amour, et elle prit un plaisir rarement égalé avant, ou depuis.

Nous les quittâmes vers 4 heures du matin, soit près de 9 heures après notre arrivée. 9 heures de baise totale, intense, et de plaisirs infinis. Isabelle était épuisée, vidée, mais heureuse, comme jamais elle ne l’avait été. Une fois à la maison, je l’ai mise au lit, et elle s’est endormie très vite. Je suis alors allé dans la salle de bains, me masturbant en repensant à cette magnifique soirée, la revoyant avec ses différents amants. Inutile de préciser que j’ai joui très vite. Je me suis alors couché, heureux d’avoir une femme aussi fantastique.

Le lendemain matin, elle me réveilla d’une pipe magistrale. Encore toute chamboulée, et n’ayant pas envie de faire l’amour, elle m’amena à la jouissance avec sa bouche, et avala tout jusqu’à la dernière goutte, m’accordant ainsi un plaisir auquel je n’avais plus goûté depuis longtemps.

Ce jour-là, nous nous sommes beaucoup câlinés, regardés, admirés, aimés. Ma femme est si belle, et encore plus lorsqu’elle est heureuse.

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription