Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Candauliste ou cocu ?

! Signaler un contenu abusif

Une petite question à la communauté :
Pour vous candauliste et cocu c’est la même chose ou ça n’a rien à voir ?

9 Commentaires

  • Le mot cocu est un peu ridicule. Il rappelle le théâtre de boulevard d’autrefois où un homme trompé était déshonoré. Il avait déjà perdu sa femme puisqu’elle se fichait de lui casser sa position sociale en ne se préoccupant que de la sévérité de la réaction du mari.
    On n’en est plus là, les mœurs ont évolué, la révolution sexuelle a bouleversé tout cela et le personnage du cocu est doublement humilié puisqu’en prime complètement ringard.
    Dans le candaulisme tel que je le conçois (et je sais que beaucoup d’autres peuvent penser différemment), l’amour et le respect mutuels vont de soi. C’est un degré de liberté supplémentaire dans le couple. Donc le mari ringardisé, humilié et ridiculisé, ce n’est pas notre conception. Chacun la sienne (de conception, lol) !
    Je crois qu’en filigrane de ta question, Tomasini, tu demandes si l’infidélité (d’où le cocu) est compatible avec le candaulisme. Compliqué ! Parce que si en théorie le mari doit tout savoir (donc fidélité symbolique de la femme), le mari lui peut désirer que sa femme lui soit infidèle, qu’elle ait des amants au sens vrai et même en cachette de lui, non par masochisme mais par plaisir d’être l’homme d’une libre, libertine et libertaire épouse, libre de ses désirs et de ses choix, libre de lui tout en étant réellement amoureuse de son mari.
    Tout dépend comment on se situe par rapport à la liberté sexuelle. Si on en reste au vaudeville, dans la transgression honteuse des tabous, le mot cocu garde son sens. Si on est libertaire le mot est désuet et le concept inadéquate.

  • Pour nous, un candauliste et un cocu sont assez différents :
    - Dans le candaulisme il n’y a pas d’infidélité - chaque session candauliste reinforce l’amour et le respect dans le couple.
    - Pour nous, le candauliste implique nécessairement la présence physique du candauliste dans l’endroit des ébats.
    - La participation du candauliste au plaisir de la femme se fera dans la mesure des souhaits de cette-ci.
    - Il n’y aura aucun contact physique entre le candauliste et le partenaire, à moins que la femme le demande à son mari (mon amour, suce cette bite magnifique, fais-le pour le plaisir de mes yeux...).
    - Je préfère que l’amant de ma femme ne m’adresse pas la parole pendant ses ébats. C’est MON cas particulier, je ne fais pas de ça une caractéristique spécifique du candaulisme
    - En aucun cas le partenaire n’osera essayer d’humilier le mari, des commentaires vulgaires ou imbéciles par le partenaire sont interdits
    - Dans le candaulisme, les jeux de pouvoir domination-soumission entre le candauliste et sa femme peuvent aller dans les deux sens - "suce-le maintenant, mon amour", ça peut-être l’expression d’un souhait soit de la femme, soit du mari candauliste...
    - Tout est permit à la femme du candauliste. Venir vers son mari et l’embrasser avec passion, la bouche pleine du sperme de son amant, sera toujours un moment de partage intense, jamais d’humiliation.
    - La femme que demande au candauliste de la lécher après que son amant a éjaculé dans son vagin assume son pouvoir mais, au même temps, se donne à son mari dans une partage intense. Moi, le candauliste, je ne le fait jamais sans qu’elle me demande de le faire. Ce n’est pas par soumission de ma part et que je sois dans l’attente de "ses ordres", pas du tout. C’est parce le moment devient beaucoup plus intense - et l’amour s’en sort renforcé - quand elle me dit quelque chose comme "Oh mon amour, regarde ce qu’il m’a fait ! Je suis tellement trempée, viens partager son semen avec moi" C’est un moment magique à chaque fois. Si je prendrai l’initiative de la lécher sans qu’elle me l’ait demandé, ça serait une intrusion de ma part.

    Voilà notre opinion sur ce que define être candauliste. Et j’insiste sur le "notre" puisque ma femme est venue pour lire ce que j’avais écrit, s’est assise au clavier et à fait des petites corrections (surtout dans les mots que j’avais mis dans sa bouche...).
    Je ne vais pas élaborer sur ce que je crois décrire un cocu, je ne connais pas si bien le sujet et c’est un monde libre, chacun fait ce qu’il veut dès que sa liberté s’arrête où commence le liberté du prochain.
    Mais, pour finalement répondre à la question de Tomasini d’une façon claire : à notre avis, rien à voir
    (Sachiez que nous ne sommes pas français, donc les erreurs... ça se peut.)

  • Bonjour. Laurent au clavier.
    J’ai très envie que ma femme prenne du plaisir avec un partenaire en ma présence et avec ma participation. Elle n’a pas encore franchi le pas qui mène du fantasme à la réalité. J’attend patiemment ce moment magique. Cependant je n’aimerais pas être considéré comme cocu car ce mot véhicule une connotation méprisante voire humiliante. Le partenaire devra se montrer aussi respectueux que coquin faute de quoi notre plaisir ( le mien en tous cas) serait gâché . Suis je vraiment candauliste ?

  • Je me pose les questions de façon différentes... Ne pas savoir du tout ce que fait son conjoint, c’est être cocu. Lui donner son accord pour qu’elle puisse jouer où, quand et avec qui elle veut, ce n’est déjà plus l’être même si elle ne raconte rien de ses aventures.
    L’autre notion c’est celle du degré de présence du "candau" au coté de son conjoint en joyeuse compagnie... Et là au vu de ce que je trouve dans les textes, souvent savoureux de ce blog, je trouve qu’il y a toute une gamme de pratique qui vont de la présence sur le lit avec les amant jusqu’au compte rendu laconique : "Chéri(e), aujourd’hui j’ai baisé à l’hôtel"

  • Pour nous candauliste est synonyme de cocu consentant. Le candaulisme s’exprime par une liberté sexuelle de la femme, qui a donc des aventures en dehors de son couple, consenties par le conjoint.

  • De nature "libertins", échangistes... ou ménagistes même car parfois un bon mélange vaut mieux qu’un mauvais échange... Ou en mode "trio"... Nous aimons libertiner ensemble... Pas de secrets entre nous surtout pour libertiner, car les secrets font mal car ils sont révélés...
    Donc... Ici, chez nous, on ne se sent pas cocu. Après comme si bien décrit dans une des réponses... C’est surtout si "cocu" est associé à la tromperie qu’il faut faire attention...
    Le but est simplement d’être heureux, en couple.

  • Cocu c’est être trompé si je ne m’abuse, dans le candaulisme on n’est pas trompé puisque au courant de la situation que l’on approuve et même parfois que l’on provoque ... donc pour moi on est candauliste tout simplement.
    J’admets volontiers que dans certains cas des personnes aiment être humiliées et le terme cocu peut dans ce cas être perçu comme quelque chose d’humiliant et donc adapté !!

  • Salut,
    être candauliste est la base, (partager sa femme tant aimée, avec une autre personne toute en étant consentant), puis viens se greffer différentes pratiques, comme
    Être voyeur des ébats de sa belle, être participant, dirigé guidée ou alors se dire "cocu",
    Cocu soumi qui regarde sans dire mot et est puissamant rabaissé ou simplement ignoré,
    ou "cocu"sans savoir où ,avec qui et quand, on est cocu(mais toujours consentant...)
    Pour moi on peut être candauliste, sans vouloir être nommé de cocu (sa évoque chez certaines personnes une situation de couple en perdition),moi cela me dérange pas d’être appelé ainsi, c est toujours dans la complicité non pas dans le mépris.
    Ne pas confondre cocu et être trompé.
    Être trompé c est être cocu non consentant ...
    A mon avis.

  • Salut,
    être candauliste est la base, (partager sa femme tant aimée, avec une autre personne toute en étant consentant), puis viens se greffer différentes pratiques, comme
    Être voyeur des ébats de sa belle, être participant, dirigé guidée ou alors se dire "cocu",
    Cocu soumi qui regarde sans dire mot et est puissamant rabaissé ou simplement ignoré,
    ou "cocu"sans savoir où ,avec qui et quand, on est cocu(mais toujours constant...)
    Pour moi on peut être candauliste, sans vouloir être nommé de cocu (sa évoque chez certaines personnes une situation de couple en perdition),moi cela me dérange pas d’être appelé ainsi, c est toujours dans la complicité non pas dans le mépris.
    Ne pas confondre cocu et être trompé.
    Être trompé c est être cocu non consentant ...
    A mon avis.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription