Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Candaulisme quand tu nous tiens

! Signaler un contenu abusif

Cela va faire des années que je suis candauliste, après quelques hésitations mon épouse a bien voulu se prêter au jeu ; chose qu’aujourd’hui elle ne regrette pas, bien au contraire.
J’ai remarqué que ce curieux fantasme était assez développé chez les hommes, car ici nous ne parlons pas d’échangisme mais bien d’une pratique à sens unique. Seul l’un des partenaires à une liberté sexuelle pour son plaisir et surtout celui de l’autre. Très cérébral, le candaulisme n’est pratiqué qu’en couple très amoureux l’un de l’autre et jouissant d’une grande complicité. Sans ces deux conditions, toute la saveur en est totalement perdue. Car en règle générale il n’y a aucun plaisir à partager ce genre d’émotions lors d’une aventure d’un soir. Je dirais même plus, il n’y a aucun intérêt.
Donc l’amour, une fois n’est pas coutume dans un fantasme, est la condition primordiale aux plaisirs et à la réalisation du Candaulisme.
Contrairement à l’échangisme et au triolisme, il n’est pas question pour le couple de partager avec d’autres leur fantasme ou leur plaisir. Leur démarche est égoïste, une recherche de l’absolu, il s’agit du plaisir des deux uniquement, du moins dans leur vision. Même si pour le réaliser ils doivent obligatoirement avoir la présence d’un tiers, qui ne sera qu’au service du couple.
Les personnes pratiquant régulièrement ou occasionnellement le Candaulisme peuvent s’identifier dans différentes variantes suivant leur sensibilité que l’on peut les placées par catégories.
La majeure partie du temps l’homme trouvera excitant d’offrir sa femme aux grés de ses envies. L’épouse étant réceptive aux caprices de ce dernier. Dans cette manière de vivre leur fantasme l’humiliation n’est que rarement présente, l’importance du plaisir étant axée sur l’offrande.
Comme je l’ai cité, c’est un fantasme spécifiquement masculin et c’est ainsi que de fil en aiguille, avec toute la discrétion et la confiance qui y sont liées que Jérôme un collègue de travail se confia à moi.
(Pour simplifier la compréhension des dialogues J sera Jérôme - M Moi - C son épouse)
J - On a plus ou moins parlé de choses intimes ensemble, peux-tu m’écouter, j’ai un truc bizarre dans la tête depuis quelques mois, j’ai envie que L fasse l’amour avec un autre homme que moi et en même temps.
M- Panique pas l’ami, cela va faire douze ans que vous êtes mariés, la lassitude s’est installée, vous êtes à la quarantaine et l’amour se fait à la pépère/mémère, non ?
J - Bah ! Oui c’est un peu çà
M - Tu la trouves toujours aussi belle et désirable, tu es fier quand on la regarde et aimerais bien que les "autres" sachent la chance que tu as d’avoir une femme aussi jolie...tu deviens candauliste (et je lui explique ce qui figure en entête de mon texte)
J- Tu l’es toi avec ton épouse ?
M- Oui, j’ai été franc, lui ai expliqué, elle a essayé, quoique surprise, mais aime bien çà te temps en temps.
J - Tu m’aides à persuader la mienne ?
M- ho là, nous travaillons ensemble, je t’apprécie beaucoup mais çà me gêne un peu.
Il insista ;
M - bon OK, mais 3 conditions a) en fin d’après-midi, je ne veux pas rentrer tard chez moi b) qu’elle sache pourquoi je viens et enfin que tu me laisses une bonne trentaine de minutes seul avec elle.............Rendez-vous fut donc pris
A 17h30 environ je sonnais chez eux, un petit bouquet de fleurs à la main, oh la ! L’accueil, sourire un peu en biais de Madame, un bonjour du bout des lèvres, le cas m’avait l’air difficile.
Quelques mots, conversations banales, bref c’était mal parti !
J - Je vais promener le chien dit-il d’un air tout penaud
Çà y est j’étais en face de Madame (Corinne, ce sera C)
C- Je sais très bien pourquoi vous êtes là, me convaincre, n’est ce pas ? Vous aussi vous avez forcé votre femme à faire ce genre de truc
M - (Il fallait que je réagisse sévèrement)
Chère Corinne, dans un premier temps dites vous mon homme, non vous dites mon mari, alors je dirai mon épouse et sachez que je ne l’ai pas forcé ; nous en avons parlé longuement, elle a bien voulu essayer, çà ne lui a pas déplu. Quant aux "rencontres" c’est elle qui choisit et sans être devenue une marie-couche-toi-là, on peut dire que l’élève à maintenant dépassé le maitre.
Calmée.
Pourquoi allez-vous me demander ; je lui expliquai ce que j’avais dit à Jérôme, l’habitude, le train-train, côté pépère-mémère pour l’hygiène sans effort particulier ; ce n’est pas qu’il n’y a plus d’amour, çà ne veut pas dire çà qu’il n’y a plus d’amour, non, c’est la « faute » au temps qui passe.
Vous remarquerez, Chers lecteurs, qu’il n’y a pas de tutoiement et je continuais donc :
Corinne, c’est simple, enlevez vos sous vêtements, donnez les moi, je me retourne si vous le souhaitez
C – Pourquoi ?
M – Je vous expliquerai après. Je me retourne un peu et quelque peu surpris, elle s’exécute et me remet ses dessous.
Je vous explique maintenant : S’il doit y avoir complicité entre vous et Jérôme elle doit aussi être présente entre vous et moi, voici mon numéro de portable, nous sommes jeudi, appeler moi Lundi ou Mardi car à mon avis vous aurez des choses à me dire. Si Jérôme vous pose des questions sur ce striptease improvisé et que vous en rajoutez, dîtes le moi
Jérôme rentre, ça va dit-il
M – Oui très bien et ton épouse est sensationnelle et elle a de très beaux sous-vêtements, et je joins le geste à la parole en lui montrant.
Interloqué le Jérôme !
J – Comment tu as fait, vous avez fait quoi ?
M – Nous avons parlé tout simplement, ce n’est pas à moi de donner des détails, c’est à Corinne, c’est devenu, sur ta demande, votre problème, moi je vous quitte et vous souhaite un bon weekend, et je pris congé après les avoir salués.
En toute franchise, je tu cet épisode à mon épouse pas la peine de la fâcher, j’ai un peu honte de cette traitrise, mais je me remémore le complice qui m’a aidé il y a quelques années à faire franchir le pas à ma compagne.
Bon Weekend, calme à la maison, Lundi bureau, pas d’appel, Mardi réunion, pas de portable, retour au bureau, tiens un message – Bonjour c’est Corinne, vous pouvez me rappeler
M- Bonjour Corinne, merci de m’appeler, çà va ?
C- Je vous avoue que j’ai longtemps hésité à vous appeler et que je suis un peu penaude. Dès votre départ Jérôme m’a posé plein de questions, est-ce lui qui a enlevé tes sous-vêtements, t’a-t-il embrassée, en fin plein de questions. C’est à croire que vous avez raison, nous avons passé un weekend d’amants fous, c’est dingue et j’ai du mal à comprendre
M- Non, ne cherchez pas, profitez des instants et définissez une règle….jamais l’un sans l’autre et faîtes le quand vous en avez envie, inscrivez-vous sur un site sérieux, et surtout il ne faut pas que cela devienne une obligation.
C- Euh ! Vous seriez libre quand ? Mais si on vient à faire quelque chose pas de pénétration entre vous et moi.
M- En ce qui concerne votre dernière remarque c’est selon ce que vous ressentez, je ne suis « pas mort de faim » et attache plus d’importance à l’érotisme de l’instant qu’à la finalité qui en découle, quant à ma disponibilité, disons ce Jeudi, mais toujours pareil le plus tôt possible et si tout le monde peut vers les 17h00 c’est bien, je ne veux pas pénaliser la vie de mon couple.
Jeudi matin, appel de Corinne
C- Une précision comme vous l’avez souhaité, j’ai dit à Jérôme que c’est vous qui aviez enlevé ma culotte, histoire de voir comment il allait réagir.
M- Et alors ?
C- Je suis fier de toi ma puce, m’a-t-il dit ; j’avoue être un peu perdue.
M - il est fier de vous et veut que les autres le sachent, regardez la, touchez-la sachez que c’est la mienne. je sais c’est égoïste, assez matcho, c’est de l’anti-jalousie ; d’autres maris harcèlent leur femme avec une jalousie exagérée et çà fini toujours assez mal. Alors relax, ne vous tracassez pas, laissez venir au gré du temps
Jeudi, Tout le monde est à l’heure. J’ai amené des petits fours, Corinne a fait du café, on s’oriente vers un café gourmand et pas que pour le café. Corinne est habillée plus sexy qu’à notre première rencontre ; son attitude à mon égard a fait un 360 degrés. On se regarde en buvant le café, il faut y aller, je commence.
M- Dis moi voir Jérôme ; souhaiterais-tu voir ce qui c’est passé avec Corinne à ma dernière visite ?
J – Oui pourquoi pas.
M- Corinne se leva, commença à dégrafer son corsage, alors que je me plaçais dernière pour œuvrer dans la mission qui était devenue mienne…..lui enlever sa culotte. Je remontais doucement les mains pour m’apercevoir à un certain moment que c’était des bas qui ornaient ses jambes ; çà y est je touchais la peau. Touché volontaire de l’entre jambes qui me permit de constater une certaine humidité bienvenue. Tiens pas de culotte cette fois, mais plutôt un string que je fis glisser délicatement jusqu’aux chevilles.
Manifestement Jérôme était comblé, il n’y avait pas que lui visiblement, Corinne était, disons décontractée et sûre d’elle, moi ravi, mais un peu peiné de savoir qu’après je devais respecter la demande de Corinne.
M- Voilà Jérôme ce qui c’est passé, maintenant ce qui suit est un plus.
J’invitais Corinne à s’asseoir sur le canapé, sa jupe était suffisamment ample pour que ses cuisses soient le plus écartées possible ; sa chatte, bien épilée s’offrait alors à moi, je me devais de m’exécuter et le faisais le mieux possible, je ne peux pas dire autrement, ce fut manifestement un instant délicieusement partagé.
Pendant ces instants le « pauvre » Jérôme avait sorti son sexe et se masturbait au regard de la scène. Corinne me mit de côté et vint s’empaler sur son mari. Pas de pénétration entre elle et moi, soit, mais un petit touché n’était pas interdit…j’essayais. Pas de négativité au demeurant et je mariais la cadence de mon doigt avec celui de son chevauchement.
Çà ne dura pas longtemps et il n’y a que sur les sites que les TBM et les très endurants existent, là en moins d’un quart d’heure l’apothéose fut atteinte, enfin pour eux, Moi je me retrouvai, comme cite l’expression, un peu gros jean comme devant.
Et bien Non, Corinne plus qu’en forme et excitée s’attaqua à une fellation mémorable. Comment cette femme, tant à mes yeux qu’à celui de Jérôme avait autant changée ? J’eus beau la prévenir, manifester que çà allait venir, rien ne l’arrêta. Un régal, pas d’autre mot, soit je ne l’avais pas pénétrée, mais quelle prestation si je peux m’exprimer ainsi.
Nous nous revîmes trois fois, puis je leur conseillais de voler de leurs propres ailes en faisant des démarches ensemble.
La dernière fois révéla les vraies fantasmes de Corinne, elle souhaita que l’on la déshabille, et que nous la massions. Puis elle se positionna tête bêche au-dessus de nous deux allongés côte à côte sur le sol. Toute son intimité nous était offerte et elle nous invita à en profiter au mieux avec nos doigts. Son truc est vraiment la fellation, elle passait d’un sexe à l’autre en pariant sûrement lequel des deux allait jouir en premier. En ce qui me concerne ce fut assez rapide et sa dextérité pour arriver à ses fins "boire jusqu’à la lie" a du la satisfaire pleinement.
Leur couple est très solide et contrairement à ce que je pensais mes relations avec Jérôme ne se dégradèrent pas.
Je suis content de ma BA et des instants qui y sont liés.
J’avais envoyé ce texte en septembre 2013, je recommence 2 ans après et remercie tous les contacts que j’ai eu

2 Commentaires

  • la situation n’était pas évidente, mais vous avez su dédramatiser et laisser le temps au temps.
    la mise en confiance est un art que vous semblez maitriser.
    merci de ce texte explicite et donnant une bonne image masculine et du candaulisme

  • Bonjour,
    j’aimerai bien avoir un collègue comme vous !!!!!
    Très très bonne introduction et explication à Corinne !
    Tout en finesse et avec beaucoup de doigtée !...
    Il faudrait pouvoir transposer cette situation pour nous...
    Cordialement,
    Baolex

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription