Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Candaulisme par procuration

! Signaler un contenu abusif

Je souhaite ici, donner ma vision du candaulisme en racontant mon histoire et mon expérience atypique. Réelle dans les actes mais vécue par procuration.

Pour commencer, j’ai pris conscience de ma nature candauliste assez jeune (19-20). Alors étudiant en couple mais vivant loin de ma belle de l’époque, je la rejoignais régulièrement pour passer des weekend en amoureux.

Lors voyages retours, il m’arrivais, après avoir pris plusieurs trains, de prendre un dernier bus sur une centaine de kilomètres tard dans la nuit.
Ayant toujours été attiré par la chose sexuel, je repensais au weekend d’amour que je venais de passer. Parfois, je prenais mon téléphone pour partager mes sensations avec ma chère et tendre.

Celle-ci, très timide et peu portée sur le sexe, ne se prenait au jeu que rarement et de façon tres soft. Mais un soir, j’ai laissé mon imagination partir. Sous mon insistance, elle s’était acheté des sous-vêtements coquins (string, bas porte-jarretelles, soutien gorge noirs en dentelles) et des talons haut qu’elle n’osait jamais porter.

Durant le weekend j’avais eu droit à tous ces accessoires et j’avais même eu droit à la prendre en photo dans des positions explicites.
Dans le bus, assis à quelques rangs de l’arrière et n’ayant personne dans mon dos, je me mis à regarder ces photos sur mon téléphone. Pris d’une érection, j’ai commencé à lui raconter ce que je faisais et à lui dire à quel point je la trouvais désirable.
Dans l’excitation, sans y avoir jamais pensé auparavant, j’ai rédigé un message qui devait ressembler à ce qui suit :

"Je te trouve tellement belle et sexy que je me dis que c’est inhumain d’en profiter de façon aussi égoïste. J’ai là tout de suite en regardant tes photos un fantasme qui me taraude."

Elle me répondit :
"Dis moi..."

"Voilà, je me sens excité par l’idée de me retrouver avec toi et un autre homme. Je sais, la plupart des gars fantasment sur les plans à trois avec deux filles, mais là tout de suite ce que je veux, c’est toi et un autre. Je veux te voir caresser un autre, l’embrasser, lui baiser le torse de tes lèvres jusqu’à son sexe et le sucer. Je veux voir cela. Je veux te caresser pendant que tu le fais, l’embrasser pendant que tu les suces puis lui faire lui-même sucer mon sexe. Je veux qu’ensuite on échange et que tu me suces moi pendant que je le suce à mon tour, je veux qu’on fasse l’amour avec un autre, un homme n’importe qui pourvu qu’il y ait un deuxième sexe avec lequel on puisse s’amuser. Pourvu que ce sexe te procure du plaisir et m’en procure, pourvu que ce sexe soit plus large et plus plaisant que le mien."

Sa réponse à mon message (qui était sans doute plus court et plus cru de façon que toutes les idées s’y trouvaient) :

"... ok, c’est ton fantasme. Mais ce n’est pas le mien. Ca me dérange pas que tu penses à ça, mais ça n’arrivera pas"

Déçu sans l’être vraiment (je n’attendais rien de sa réponse, je me contentais de lui décrire mon envie), je continuais dans mon excitation jusqu’à me masturber dans ce bus sombre à quelques mètres d’inconnu(e)s. Ne pouvant risquer d’être vu, je me suis contenté de caresses appuyées sur mon sexe à travers mon jean. Je finis mon voyage rêveur, le caleçon sale et pour tout dire un peu bizarre au fond de moi.

Quelques jours plus tard, j’avais imprimé sur une borne libre-service les photos de ma belle en petite tenue. je les rangeais à l’intérieur d’un cahier lorsqu’il y avait des amis dans ma chambre universitaire et les laissant trainer lorsque j’étais seul. Un soir, un ami qui lui affichait des photos de sa copine sans-haut (mais cachant ses seins de ses mains) dans sa chambre, devait venir me voir. J’hésitais puis laissais trainer de façon pas trop voyante mais pas non plus ultra discrète les photos.

Après quelques joints, l’esprit vagabond, nous parlions de nos copines (la sienne aussi vivait loin, c’est le lot des étudiants). La frustration de la semaine ressortait de nos discours. En baladant mes yeux, j’ai aperçu le coin d’une des photos. Comme nous parlions sexe, sans réfléchir, je pris les photos et les mis sous ses yeux. Sur certaines, ma copine se masturbait une main écartant le string et l’autre farfouillant dans son vagin. Je lui demandais ce qu’il en pensait. Si l’effet que cela avait sur lui était évident, il resta sombre dans l’expression du plaisir qu’il prenait à voir cela. Il partit quelques heures plus tard. On ne passa plus jamais de soirées tous les deux seuls et on en parla plus jamais.

Quelques années plus tard, vivant désormais avec ma copine, ce vieux fantasme refit surface. Pendant l’acte, ces idées me traversaient l’esprit. Je mettais mes doigts dans sa bouche lui demandant de les sucer pendant que je la pénétrais. Faisant des blagues comme "oh ce que j’aimerai avoir deux sexes". Elle se souvenait très certainement de ce soir dans le bus et de mon message. Elle suçait avec application mes doigts de façon à m’exciter ce qui débouchait assez rapidement sur ma jouissance. Mais lorsque je me faisais plus explicite, elle avait toujours la même réponse : non.

Jaloux pendant nos premières années, je lui demandais de s’habiller de plus en plus sexy. Je lui faisais acheter des vêtements, des talons à redresser la tour de Pise. Mais la plus part du temps ces vêtements et talons ne servaient qu’à nos calins et hormis quelques rares exceptions (toujours sous mon insistance et en ma présence) elle ne les mettait jamais.

Puis, elle se mit à être plus froide, nos rapports de plus en plus espacés et moins "fous". Elle ne m’accordait de fellation qu’une fois tous les 3 mois et du bout des lèvres de façon rapide et bâclée. Comme si je l’avais dégoûté par mes envies (je ne l’ai jamais forcé à faire quoi que ce soit mais mes fantasmes me venaient souvent à la bouche lorsque nous faisions l’amour).

À force, j’ai finis par me dire qu’elle devait s’ennuyer sexuellement (elle n’avait connu que moi, nous étions ensemble depuis nous 15 ans). Un soir, alors que nous étions en vacances chez des amis, j’avais bu pas mal et elle moins mais assez pour être un peu lâchée. Lorsque nous sommes allés au lit, nous avons fait l’amour avec une intensité rare. Lors de nos ébats, j’ai abordé le problème tout en continuant les va-et-viens. Je lui demandais d’abord si elle m’aimait encore, oui, si sexuellement elle était satisfaite, oui. Je ne comprenais pas pourquoi ma petite amie avec qui je faisais les premières années des câlins très torrides et parfois un peu fous, même si elle était très timide et pas une grande demandeuse de sexe, devenait si frigide. Je finis par lui dire que si elle avait besoin de connaitre autre chose sur le plan sexuel, elle pouvait coucher avec la personne qu’elle voudrait sans ma présence, comme elle l’entendait sans me raconter mais simplement en me disant voilà je l’ai fait. Je voulais qu’elle ne se sente pas frustrer de ne connaitre qu’un homme et donc finisse par ne plus prendre goût à cela. Elle me répondit en pleurs que non, elle ne voulait pas, qu’elle m’aimait et que ca ne l’intéressait pas de connaitre autre chose. Notre ébat et débat fini, nous nous sommes endormis l’un contre l’autre comme au tout début. Pourtant, je n’avais pas eu ma réponse. Pourquoi ce changement dans notre sexualité.

Plus d’un an après, nous avons fini par nous séparer pour des raisons autres. Vivant mal la chose, je me suis précipité dans un enchaînement de relations sexuelles. Une fille que j’avais rencontré, m’avait accompagné chez un ami. Tous les trois, nous avons passé une soirée très alcoolisée et joyeuse. Naturellement, en fin de soirée, nous nous sommes retrouvés mon ami et moi à caresser ses jambes. Là mon cerveau a totalement remplacé ma partenaire occasionnelle par l’image de mon ex. J’imaginais, je voyais, cette fille que j’avais aimé à la place de cette passagère. J’allais réalisé mon fantasme.

Je ne sais comment, la soirée se déplaça vers la chambre et j’avais sous mes yeux mon ami qui mettait son sexe dans la bouche de cette fille que j’imaginais mon ex. Je me déshabillait et nous partîmes dans un calin tripartite intense. Rapidement vigoureux je commençais à pénétrer la dame (quoi de plus normal puisque j’avais toujours imaginé commencer par faire l’amour avant de céder la place à l’amant). Pendant ce temps (elle était sur le dos et moi allongé sur elle) mon amis se faisait sucer de sorte que son sexe se trouvait à quelques centimètres de mon visage. Je l’entendais dire "va plus loin" mais elle n’y parvenait pas. Sans réfléchir, je pris le sexe de mon ami en bouche et je le suçais avec énergie jusqu’à la base. Il réagissait à cela par des bruits prouvant que le changement était bénéfique pour lui. Puis la partie continua, double pénétration, jouissance collective. Je me suis même surpris à écarter les fesses espérant que l’ami vienne me sodomiser en lieu et place de celle qui j’imaginais être la fille tant aimée par le passé. Par instant, je m’arrêtais de participer pour regarder, me masturbant en les regardant. Seul le doigt de ma partenaire (j’étais assis à côté) venais troubler ma tranquillité en cherchant à passer entre mes fesses et le matelas jusqu’à s’enfoncer dans mon anus.

J’avais ce que je voulais. Je voyais ma partenaire (actrice malgré elle) sodomisée, souillée (il avait fini par jouir dans son petit trou) par un autre, qui plus est mon ami. Je me sentais comblé et heureux. Comble, j’avais sucer le sexe qui l’avait fait jouir. J’étais cocu tout en écorniflant ma partenaire avec quelqu’un du même sexe que moi.

Le lendemain, en ouvrant les yeux, je vis ma partenaire. La magie était repartie. Elle était elle-même, elle avait quitté le rôle de la veille pour redevenir cette relation passagère. Si l’expérience sexuellement et le fait de voir ma partenaire se faire prendre fut pour moi génial, j’avais conscience que cette fille était bien autre pour laquelle je n’avais pas de sentiments. Elle n’était pas celle qui m’avait offert sa virginité et à qui je voulais depuis longtemps offrir la liberté de jouissance. Je compris qu’il était trop tard et que mon fantasme se réaliserait peut-être, plus tard, avec une autre pour qui j’aurai de nouveau des sentiments.

6 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription