Accueil > Articles candaulistes >

Candaulisme et transition de la quarantaine

Les quadras qui ont épousé un candauliste sont bien généralement au top de leur séduction, ce sont bien elles qui prennent plaisir de manière naturelle et assumé, à séduire, aussi bien des jouvenceaux que des amants plus matures.

Elles arborent ainsi avec beaucoup de subtilité des robes sexy sans complexes et prennent plaisir à se rendre ainsi vêtues dans les clubs à la mode en compagnie de leurs maris ou même seules...

A force d’articles dans les journaux et de reportages télévisés, le concept de « cougars » comme celui de « femmes libérées » s’imposent dans nos esprits comme des modèles. Et on finit par croire qu’il est impossible, sous peine d’immense ringardise, de vivre ce temps charnière, entre 40 et 50 ans, sous la forme d’un couple unit par une précieuse complicité qui peut évidemment prendre la forme de la pratique du candaulisme.

Pourtant, entre la résignation de nos mères qui se sentaient obligées d’abdiquer toute séduction, et cette tendance individualiste qui s’impose à nous, il est possible de maintenir l’épanouissement de son couple à travers une pratique candauliste réfléchie, un chemin qui reste bien trop souvent à explorer.

C’est une transition pas forcément une crise

Cette transition du milieu de la vie est bien un processus complètement normal, naturel et prévisible, qui nous concerne tous, hommes et femmes, et qui survient en moyenne entre 45 et 55 ans.

C’est en générale une période quelque peu chaotique et confuse, où l’on ne se sent plus totalement en adéquation avec celle ou celui que l’on a été jusqu’ici. Une sorte de malaise intérieur diffus, un désir flou de quelque chose d’autre qui nous ouvre les possibilités d’une pratique complice du candaulisme.

Si, finalement, assez peu de jeunes traversent leur adolescence de façon cataclysmique, il en est exactement de même pour les quarantenaires. Ainsi selon plusieurs études, seulement 8% des individus vivent une situation de crise explosive à cet âge.

Si la pratique du candaulisme est envisageable dans votre couple, elle ne doit pas être un chamboulement qui nous amènerait à mettre votre couple en péril et faire table rase de notre relation, bien au contraire ! Préparez-vous plutôt à traverser une période, certes un peu inconfortable car il nous faudra assumer de partager vos fantasmes et d’exprimer vos craintes, mais également pleine de possibilités et de complicité retrouvée.

Une remise en question inévitable

Alors que nous étions à l’aise dans notre vie et ce que nous avions construit, pourquoi, subitement, ce mal-être et ces doutes ? Du fait d’une conjonction d’événements qui arrivent en même temps !

Sans vraiment dysfonctionner, plusieurs domaines de notre existence se transforment. Notre corps change, le regard des hommes sur les femmes se fait plus rare. Les trentenaires désireux commencent à vous pousser sans le savoir vers la catégorie seniors. Quant à votre couple, il peut donner quelques signes d’essoufflement.

C’est aussi le moment où une épouse se réinterrogerez concernant sa relation avec ses enfants, adolescents ou jeunes adultes. L’épouse se demande ainsi ce que va devenir son identité de mère, alors que ses "petits" ont pris leurs distances, et n’ont plus besoin d’elle quotidiennement. Que faire alors, de toute cette énergie maternelle et la mettre le cas échéant au service de sa féminité ?

Il y a enfin le lien à vos parents vieillissants qui est également modifié. Alors qu’ils deviennent plus vulnérables, plus dépendants, leur fin de vie vous interpelle et vous renvoi à tous ce que vous n’avez pas encore osé partager avec notre conjoint.

L’âge de vos parents et leur propre relation de couple vous renvoit à votre propre relation de couple. Cela permet bien souvent de prendre conscience du désir de vouloir un avenir plus radieux pour votre couple, une relation qui ne serait pas le fruit de frustrations passées mais plutôt le résultat d’une complicité riche et sincère.

Un temps pour se mettre à l’écoute de soi-même

Nous voilà donc attaquée sur tous les fronts, et donc, forcément, un peu secoué. La tentation peut être grande de faire comme si de rien n’était, peut-être même de consommer quelques pilules du bonheur pour faire taire ces petites voix gênantes. Pas vraiment une bonne idée...

Il est vain de vouloir bloquer ce mouvement naturel qui a besoin de s’exprimer. On sera, de toute façon, rattrapée par ce qu’on aura refoulé. Une complicité candauliste est alors une des manières de libérer et partager tous ce que la bien séance nous a contraint à refouler.

Dans le cas contraire, une grosse crise peut nous amener à faire n’importe quoi, tout jeter par-dessus bord et ainsi briser son couple !

C’est vrai, qu’il faut un certain courage pour se mettre à l’écoute de ce qui se passe en soi, mais le jeu en vaut la chandelle. Il est nouveau, dans l’histoire de l’humanité, de disposer d’autant de temps devant soi après 40 ans, de vivre en couple aussi longtemps. C’est un aiguillon très puissant qui peut nous pousser à prendre ce passage à bras-le-corps, à en faire quelque chose d’innovant et positif.

Difficile, en effet, de se dire que l’on va continuer à se satisfaire d’une relation qui ne nous correspond plus vraiment depuis des années. Un vrai travail nous attend donc pour savoir comment répondre à ces interrogations qui surgissent...

C’est ainsi un magnifique investissement sur l’avenir de notre réalisation tant personnelle que de couple. La qualité de notre relation de couple durant les vingt ou trente années à venir va dépendre de ce que nous serons capables d’imaginer ensemble dans ce temps de transition. Rien que ça !

Curiosité et imagination, le duo candauliste gagnant

On ne demande qu’à négocier au mieux ce virage. Mais comment ? En se fixant un objectif : laisser derrière soi ce que les psys appellent la « version officielle de soi » élaborée autrefois, et embrasser enfin l’authenticité de notre être, transformer la personne que nous croyons être en celle que nous sommes au plus profond de nous.

Au moment de la construction de leur identité, dans l’adolescence et la jeunesse, nombreux sont ceux qui prennent de fausses directions, en tout cas des chemins de traverse. Parce qu’il leur faut obéir à des injonctions familiales et sociétales, qui ne leur correspondent pas toujours pleinement et les obligent à délaisser nombre de leurs aspirations.

Cette transition du milieu de la vie peut donc être l’occasion de remettre en lumière ces parts de nous rester dans l’ombre, de redécouvrir à travers une complicité candauliste, des envies et des émotions que nous n’avons pas encore osées explorer. Mais il s’agit aussi d’être dans l’ici et le maintenant. Découvrir ainsi quels sont mes atouts actuels, mes désirs du moment ?

Fortes de leur expérience, les femmes de cette tranche d’âge peuvent se sentir sexuellement plus à l’aise aidée par une personnalité et une communication plus aboutie. Elles peuvent réfléchir aux possibilités de mettre en œuvre ce désir en explorant avec leurs compagnons des pratiques nouvelles, d’autres grains de peau, d’autres touchés et cultiver cette curiosité pour la nouveauté qui plait tant à un candauliste.

Reste aussi à vous montrer créatives dans notre couple : quel scénario pourrions-nous avoir à trois, qui puisse nous donner cette énergie de couple créative et revigorante.

Quel autre mode de fonctionnement pourrait-on mettre en place pour redynamiser notre lien ?

Il nous faudra beaucoup de confiance pour se confronter à ce qui nous a toujours excité et que nous avons enfoui au fond de nous, sans jamais osé le partager avec notre conjoint(e).

Faire preuve de curiosité pour explorer des territoires inconnus accompagné d’un ou de plusieurs complices qui sauront vous révéler à vous-même à travers un candaulisme pleinement vécu.

Créativité et curiosité sont bien les deux mots d’ordre à retenir pour bien vivre ce temps de turbulences et réussir à écrire un nouveau chapitre prometteur de notre histoire de couple à travers la pratique du candaulisme !

3 Commentaires

  • J’ai l’impression en lisant cet article, qu’il y avait ces derniers temps une petite souris chez nous !!!!
    Bien que nous soyons néophite, intellectuellement (un peu pompeux) psychologiquement alors, nous nous retrouvons pleinement dans ces mots.
    C’est étrange, car depuis quelques mois que nous nous sommes avoués, nos relations, nous dialogons énormément, et c’est ce week end, que je viens de découvrir ce site, et tout d’un coup tout parait simple, lumineux...
    Alors que nous avions l’ompression jusque là d’être des extraterrestes projetés sur une autre planète...
    Merci

  • J’ai 43 ans et ma femme 37ans, nous vivons présentement cette belle période de notre vie....

    Merci Candaule,texte criant de vérité...

  • très bel article !
    Merci

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription