Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

BK³ : « Alors plutôt avec deux H… »

! Signaler un contenu abusif

.
Ça remonte. Mais l’amorce est la même.
1) le mec imagine un plan Q à trois avec sa compagne. En parle.
2) celle-ci est ou soit a) surprise ou b) choquée ou c) refuse catégoriquement l’avance (pour des raisons éthiques, pratiques, morales, semi-légales …) et fait une scène.
.
Avec Béca (BK) c’est bizarre. Quand j’évoque ce fantasme, elle a d’abord la réponse a) surprenante mais finalement encourageante … : « Bizarre comme lubie ... Mais si ça devait se faire, alors plutôt avec deux hommes que deux femmes : je serai moins jalouse. »
.
Jalouse de quoi ? Il n’est pas question d’aimer quelqu’un d’autre pour de bon mais de partager un plaisir supérieur. Impossible à deux. Souvent en extase j’ai l’impression de manquer de tentacules pour la pieuvrer partout à la fois. Je voudrais être acteur et spectateur de nos ébats. Voir de près l’osmose des corps, tenon-mortaise. Je lui dis ça. Elle se tait mais son silence acquiesce. Elle pense. Ne proteste pas. Du moins sur le moment.
.
Et puis le fait qu’elle accepte théoriquement l’idée me ravit. Elle n’a choisi ni b) ni c) d’emblée.
.
En une seconde je la vois imbriquée avec un mâle de son choix. Un panel de chanceux s’élabore (amis, voisins, collègues ou inconnus mais tous sympathiques… de toute façon c’est son corps qui compte, c’est elle qui décide de tout : de qui, quand et pourquoi ?)
Je ne suis que l’amoureux de ma muse.
.
J’imagine Béca encastrée onduler découvrant des plaisirs sourds et inexplorées.
.
Quant au trio FFH je la rassure. Loin de moi cette idée. Elle ne m’attire guère. J’ai déjà vécu deux variantes d’un « couple à trois » FFH et HHF de quatre ans chacune et la deuxième est plus relax. Enfin pour moi. Je ne suis pas jaloux. Je partage volontiers. Surtout le plaisir des autres.
.
Bien sûr tout de suite après, elle se ravise, tempère, dit « qu’elle est heureuse avec moi, qu’elle n’a pas besoin de coucher avec un autre mec, ni de me tromper, qu’elle ne peut pas faire l’amour sans aimer, que ça la répugnerait, qu’elle n’est pas une tainpu, qu’elle est fidèle et gnagnagna… » Air connu. (Baille-baille.)
.
Garder son calme. Écouter. Attendre qu’elle ait tout dit. Qu’elle soit vide. Noter tout cependant. Prendre plus tard chaque argument comme prétexte pour un jeu ludique. C’est un tissu de défense normal. Comme il brise un tabou, il excite davantage. Béca le sait. Elle n’est pas sotte. Juste molle face à l’audace. Par habitude. Éducation. Conventions. Mais j’ai le temps.
.
Être jalouse, cela veut dire que BK n’est pas sûre d’elle ni de moi. Pourtant elle n’a aucune raison pour. Elle est fine, drôle, intelligente, svelte, élégante (j’abrège car le reste est hors sujet) elle gagne bien sa vie quant à moi, je me connais, défauts et qualités, je suis ok, j’ai confiance en moi. D’être à ses côtés, m’excite rien que de la voir vivre, respirer… Alors l’imaginer sans vergogne englobant un autre mâle … Ouaf, je manque d’air !... Vapeurs.
.
[Plus tard. On est au lit. Repus d’amour. Une heure.]
.
BK « Pourquoi tu m’as demandé ça, à trois ? Je ne te suffis pas ? C’est ça ? Tu penses peut-être à quelqu’un d’autre quand on fait l’amour ? »
(La Femme peut être perfide et/ou de mauvaise foi quand elle le veut. Béca, oui.)
Ma défense est la vérité :
« Tu me suffis, Béca, et je pense effectivement à quelqu’un d’autre … (BK sursaute) mais à un homme. »
BK (étonnée) : « … à qui ? »
JD : « Ça dépend. Ça change… Des gens qu’on connait. »
BK : « Des noms ? »
JD : « Chépas, ton voisin, mon ami, un de tes collègues que tu aimes bien… »
BK : « Qui ? »
JD : « Pierre, ton recteur de lycée par exemple... »
BK : « Il est gentil, ok, mais marié avec une femme charmante. C’est impensable. »
JD : « Lui y pense. Je le sens. Ses yeux pétillent quand il te voit. »
BK : « Et qui encore ? »
JD : « Mon ami Paul, ton voisin de palier… Je me demande s’ils ressentiraient la même chose que moi s’ils te baisaient. »
BK : « Ça me rassure. J’aime mieux ça plutôt qu’une autre femme mais c’est bizarre comme goût. »
JD : « M’en fiche, moi ça m’excite. »
BK : « Qu’est-ce qui t’excite ? »
JD : « Tout. »
BK : « Tu ne serais pas jaloux si je te trompais ? »
JD : « Ce n’est pas tromper quand on est complice. »
BK : « Mais je ne pourrais pas avoir autant de plaisir qu’avec toi. »
JD : « Tu n’as pas essayé pour le dire. »
BK : « Tu n’aurais pas peur de me perdre ou que je tombe amoureuse ? »
JD : « Peur de te perdre : non. Je n’ai que ce que tu me donnes, des privilèges mais aucune propriété… Quant à tomber amoureuse… si c’est le destin : ça arrive, je ne peux pas l’empêcher. Et si tu me quittais au premier batifolage venu, cela voudrait dire que tes sentiments pour moi sont peu solides et donc il est bon de se quitter à temps. »
BK : « Moi, je ne pourrais pas supporter de te voir coucher avec une autre femme. Je t’aime trop pour ça. Je ne te partage pas. »
JD : « Je ne te le demande pas. Je n’en ai pas envie non plus. Je veux partager ce que tu vis, ton corps, ton plaisir. Ce que j’aime en toi, c’est moi. Ce que j’aime en nous, c’est toi. »
.
Béca réfléchit. Regards francs pour parler sans mots. Méandres. Chavirement. Puis certitude.
.
BK (tranquille) : « C’est bon. Je le ferai. »
.
Bouffée d’amour. Papillons roses. Turgescence. Bonheur facile. Visions torrides.
.
Jil Daatano

4 Commentaires

  • Très beau texte

  • alors c’est fait ? BK a couche avec un autre que toi ? raconte

  • Le nom du Roi Candaule n’était pas connu à l’époque.
    Enfin, pas par moi.
    On disait ...tolérant, consentant, ouvert...
    Qui était ’candauliste’, l’était sans le savoir. Comme Jourdain, poète.
    .
    Et puis même sans l’être officiellement, les étapes pour y parvenir font partie du tout. En prémices de jouissance. Donc inclues au but. Atteint ou pas.
    Non ?

  • c’est le reste, c’est de la technique ! la recherche, le choix, la rencontre, le vécu, le post-, même s’il y existe une somme d’émotions puissantes partagées avec la belle.
    Mais ce préambule est particulièrement intéressant et pourrait donner lieu à une énumération des arguments de nos chères et tendres à contrevenir aux bonnes mœurs et à respecter l’image idyllique du couple, avant d’admettre, de désirer et de participer.
    Il ne faudrait pas oublier non-plus, l’argumentation des femmes qui sont motrices du candaulisme, ont leur propres désirs qu’elles proposent ou imposent au couple.
    Merci de texte, qui est une très belle introduction aux expériences des autres candaulistes de ce site.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription