Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

bilan d’une année coquine (1)

! Signaler un contenu abusif

En mars 2014, mois de nos débuts, Elyse a rencontré 3 amants.
Le premier, elle ne l’a vu qu’une fois. Celui-ci s’était très bien vendu dans ses correspondances avec elle, que ce soit par sms où il excellait dans l’art et la manière de séduire une femme ou par téléphone où sa voix chaude et enjouée avait fini par convaincre la belle qui se liquéfiait littéralement lorsqu’ils échangeaient. Une relativement longue conversation en cam avait confirmé que même s’il semblait un peu moins svelte que sur ses photos de profil, nous le rencontrerions dès que possible. Le possible arriva donc très vite.
Et là, désenchantement pour la miss ! Très sympa, souriant, plutôt à l’aise sans trop en faire, mais… 10 bons kilos de plus que l’annoncé ! Elle qui aime les corps plutôt musclés et bien faits, elle était bien refroidie.
La soirée se passa tout de même, avec l’excitation de la première fois et l’envie de franchir ce premier pas, et nous entrions dans ce nouveau monde par un massage qui eut le mérite de désinhiber tout le monde très vite. C’était donc la première fois qu’elle se faisait prendre par un autre que moi depuis que nous étions en couple, la première fois que je la voyais toucher le sexe d’un autre, la première fois que sa bouche embrassait une autre que la mienne depuis des années. Bref, nous avons adoré !
Nous avons aimé surtout parce que nos envies venaient de prendre corps. Et nous avions tous les deux très envie de poursuivre sur cette voie, envie de rencontrer d’autres hommes, connaître des sensations différentes. De son côté, notre premier complice avait un rêve. Il souhaitait devenir l’amant exclusif d’Elyse, le seul, l’unique. Ce qui impliquait une totale fidélité de leur part et leur aurait permis, après tests, des rapports non protégés. Elyse n’y est pas allée par quatre chemins : « Mon homme, celui avec qui je suis mariée et avec qui je vis, m’autorise à rencontrer des hommes, autant que je veux, et toi, tu voudrais que je me limite à toi ? »
Il en fut bien plus désolé qu’elle, mais il n’était vraiment pas question qu’après avoir imaginé ensemble tout ce que nous allions pouvoir vivre, elle s’arrête au premier venu. Donc exit le premier.

Le deuxième a été un très bon amant, plein de douceur et de fougue, corps parfait et très bien doté par la nature. Mais bon, lui non plus, pas revu. Plus de dispo en soirée pour ce garçon et Elyse ne peut rencontrer que le soir. Un jour peut-être…

Le troisième. La première fois que j’ai échangé avec lui, c’était ici. Il avait publié un texte de présentation de son couple et de ses envies candaulistes et comme il était du même département, j’avais envoyé quelques mots pour lui dire que j’étais curieux de connaître son expérience. L’idée de se rencontrer pour en parler pouvait avoir du sens. Nous parlions d’ailleurs depuis bien avant qu’Elyse n’ait pris conscience que mon envie de la voir avec d’autres hommes concordait tout à fait avec ses envies personnelles. Dans le mois de février, je les avais donc mis en rapport en confiant à l’un le téléphone de l’autre et très vite ils avaient échangé comme de futurs amants, tout naturellement.
Puis nous l’avons très vite reçu. Très bien reçu même, je crois. Lors de cette première fois, elle m’a offert, lui a offert, une magnifique, sensuelle et première fellation. La première fois que je voyais sa bouche emprisonner un autre sexe que le mien. Et comme ça n’est pas une pratique avec laquelle elle est très à l’aise en dehors de moi, j’ai vraiment ressenti que notre complice était un privilégié. C’est également le seul avec lequel j’ai autant échangé, ce qui explique sans doute le fait que chacun se sente naturellement bien dans sa nudité, dans les caresses prodiguées à Elyse, et avec lui, le trio est vraiment en totale osmose. Notre première double pénétration, c’est aussi avec lui. C’est aussi le premier amant qui l’ait prise par derrière.
Notre deuxième rencontre fut encore une nouveauté. Nous avions organisé l’arrivée de son amant alors que je ne serais pas encore rentré à la maison. Elle s’était préparée seule, en mon absence, prenant le soin de m’envoyer des photos de sa tenue suggestive et oh combien excitante et je n’avais qu’une hâte, c’était de les rejoindre. Mais j’avais aussi envie de les laisser seuls dans cette nouvelle approche. Je recevais régulièrement des photos de leurs ébats et je n’étais pas loin de devenir fou. J’ai fini par rentrer et les ai rejoints dans la chambre d’amis d’où s’échappaient des sons sans équivoque. Je les ai regardés quelques instants, mais ne suis pas resté habillé très longtemps. Une soirée qui nous a laissé un très bon souvenir. Nous l’avons donc vu 2 fois en mars et avons noué une amitié coquine très chaleureuse, allant même jusqu’à échanger avec sa femme, qui de son côté aussi voyait régulièrement un amant.

En avril, par manque de disponibilité de chacun, absence de contacts suffisamment concordants et vacances scolaires, nous avons dû attendre la deuxième quinzaine du mois pour que la miss puisse retrouver cette excitation de se faire baiser par un autre homme. Ce fut encore lui. Mais dans une situation très nouvelle, très excitante pour nous trois. Une idée qui avait germé et qu’il nous fallait expérimenter. Elle est allée passer la soirée avec lui, bar en ville puis chez lui seulement tous les deux, en mon absence. Nous restions en contact par sms et mms mais je n’étais pas là pour la voir. Et comme je l’avais vue se préparer, je savais ce que je manquais. Petit haut noir à dos nu sans soutien-gorge, mini-jupe noire légère sans string, bas et chaussures à talons vernies… J’avais adoré la voir partir ainsi et la savoir en ville nue sous sa jupe, j’adorais imaginer le plaisir de notre complice. Elle a quitté la maison à 18h30 pour regagner notre lit à 2h30. J’avais reçu une demi-douzaine de photos. Entre le bar où ses jambes laissaient deviner ce que je savais, le salon où elle avait perdu le reste de ses vêtements et le lit conjugal où il l’avait prise sans ménagement en levrette, rien ne m’avait été épargné. J’étais excité mais quelque chose me manquait. Quelque-chose me gênait. Comme une peur non identifiée, non avouée. Quand elle est rentrée, elle m’a fait un résumé imagé de sa soirée mais m’a surtout confié avant que je ne le fasse, que pour elle, rien ne valait ma présence lorsqu’elle se faisait baiser par un autre. Elle ne voyait finalement pas d’intérêt à rencontrer un homme, même lui, si je n’étais pas là pour la voir et pour participer. Depuis, nous l’avons revu 3 ou 4 fois, toujours en ma présence et nos expériences ensemble sont toujours des moments d’une explosive humidité…
Depuis nos débuts candaulistes, inscrits sur 3 ou 4 sites libertins ou candaulistes, nous avons pu rencontrer 9 hommes qui plaisaient à Elyse, avec qui j’ai discuté en amont et à qui, le plus souvent j’ai communiqué les coordonnées d’Elyse pour qu’ils fassent connaissance à leur rythme. Sur ces 9 hommes, seulement 3 sont venus plusieurs fois à la maison. Cela ne veut pas dire qu’ils sont tous les trois hyper dispos mais au moins ils arrivent à trouver du temps parfois, pour passer de bonnes soirées. Soirées qui débutent souvent au salon devant un verre ou une coupe, les amants sur le même canapé et moi sur un autre, et qui finissent presque toujours sur le grand lit de la chambre d’amis. Donc depuis nos débuts dans le monde merveilleux du libertinage, 6 hommes ont eu le privilège – ils l’avaient voulue – de goûter, de dévorer, parfois de faire jouir Elyse devant moi, parfois avec moi, mais ne sont pas revenus. Jusqu’à ce jour, c’est toujours un choix d’Elyse, soit parce que le feeling n’était pas suffisant pour envisager d’autres galipettes, soit parce que quelque-chose clochait – pas toujours facile d’entretenir une érection satisfaisante quand on est plus de 2 – ou bien une disponibilité de l’amant réduite à néant ou presque.
Nous avons été très présents sur les différents sites libertins et avons beaucoup échangé depuis presque 1 an. Mais il faut dire que mai, août, septembre, octobre et décembre ont été des mois sans coquins. Pas toujours parce que personne ne correspondait ou n’était disponible, parfois aussi parce que Elyse n’était pas dans le trip, fatiguée, l’esprit monopolisé par les obligations professionnelles, mais le résultat est là : 9 amants vus en 5 mois (de mars à décembre moins les mois sans).
J’entends déjà des voix s’élever : « oui mais elle est difficile ! Elle a plein de critères ! Ce n’est pas étonnant ! »
Et je réponds du tac au tac : « ben elle ne fait pas ça pour le pognon mais pour le plaisir, pour le sien dans un premier temps, alors on ne va pas lui demander de se faire baiser par le premier passant bedonnant non ? » C’est vrai quoi ! Ça n’est pas anormal qu’une femme ait besoin que l’homme avec qui elle va se lâcher lui plaise ! En tous cas, pour elle, c’est indispensable et c’est pour ça qu’elle a tenu à exprimer elle-même les critères qui lui sont importants.

Nous cherchons actuellement l’adjectif qui qualifiera l’année 2015 tout comme « Coquine » fut l’adjectif qualifiant l’année 2014.
« 2014, ANNEE COQUINE », phrase lancée lors de notre bisou de bonne année le 01/01/2014 à 00H00.
Nous sommes preneurs de vos propositions ! ;)

6 Commentaires

  • Votre "Texte" si l’on peu encore l’appeler comme ça ,
    est effectivement tres rébarbatif et sans grand intérêt.
    Ni plus Ni moins qu’un fantasme sans debut et sans fin.
    Une espèce d’auto satisfaction de la connerie.
    Et encore une fois, Mr se Positionne en soit disant maître de la situation.
    Mais Madame s’en donne effectivement à cœur joie pour faire de Mr le Plus Grand Cocu des Environs...
    Daileurs vous devez êtres connu dans votre coin là-bas...
    Si elle est partie seule, c’est peut être tout simplement qu’elle voulait être un peu tranquil... Et pas l’autre vicieux de mari à la regarder sans cesse avec sont regard Pervers...
    Et je note un petit passage à vide en été. C’est peut être tout simplement qu’elle n’avait rien pour vous.
    Vous n’allez tout de même pas lui reprocher de pas avoir envie de se faire sauter pour votre plaisir purement égoïste ?!
    Quand au fait qu’elle choisie ces partenaires, encore heureux !!!
    Et j’en reviens à la même conclusion que sur l’analyse de votre autre poste.
    Vous ne contrôlez définitivement rien du tout Mr. 
    Bravo Elyse, Amusez vous bien, il y a tellement d’hommes qui vous cherchent et vous attendent pour vous combler de Mille manières !...

  • Bilan de l’année ,
    "Ma vie de Cocu" en 3 Tomes.
    Déchiré par la Critique.
    Troublant de manque de sincérité.
    "Je t’aime je t’aime je t’aime,"
    "Mais attend je vais me baiser par un jeune tu verra on s’aime ta plus !!!"
    "Mon Amooooouuur Je t’aimmmmme !!!!"

  • bonjour,

    Très beau texte qui retransmet bien les sensations candaulistes.
    Que d’écoute et de complicité entre vous.
    Si 2014 a été une belle année coquine, nul doute qu’avec de telles bases, 2015 sera une année de jeux, de sensualité, de plaisir.
    Merci encore pour votre contribution.

  • Joli bilan ! Quand vous commencez quelque chose, vous n’y allez pas de main morte -))… Merci pour ce texte réjouissant…

  • Bonjour,

    Très belle expérience, bravo, très excitant ! Merci à vous

  • « Mon homme, celui avec qui je suis mariée et avec qui je vis, m’autorise à rencontrer des hommes, autant que je veux, et toi, tu voudrais que je me limite à toi ? »

    AHAHAHAHA ! J’aime :-)
    Et oui, madame a raison de préférer la qualité à la quantité.
    Des bisous, au plaisir ;-)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription