Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Attention à la dérive !

! Signaler un contenu abusif

Bonsoir,

En 2008, j’ai rencontré, mon époux et le père de mes deux garçons de 6 et 4 ans. Mais mon mari n’est pas parvenu longtemps à cacher son addiction au sexe et à ses envies de candaulisme. Rapidement, il m’a demandé davantage de câlins de m’exhiber en tenue sexy de faire l’amour en extérieur il m’a initié au naturisme à toute les pratiques sexuelles (fellation sodomie…). Nous avions des relations sexuelles non-stop. Mon mari a ensuite tenu à ce que je regarde des films X avec lui. Au début, c’était amusant parce que nous essayions des choses différentes et que j’ai aucun problème avec le sexe. Mais c’est rapidement devenu de plus en plus souvent et de plus en plus hard surtout après la naissance des enfants.
Exténuée, je ne parvenais plus à satisfaire sa libido, qui exigeait plusieurs relations sexuelles par jour. Parfois j’aurai préférée qu’il aille voir ailleurs pour satisfaire ses envies, mais son plaisir était d’être avec moi. La nuit, je voulais plus être dérangée. J’étais fatiguée je lui pratiquais des fellations chaque soir avant de s’endormir. C’était comme une drogue pour lui. Pour notre couple, j’ai repoussé d’avantage mes limites. Après les sextoys, les films X, et les jeux de rôle, je me suis exhibée nue devant des inconnus, j’ai accepté des relations sexuelles avec d’autre hommes devant lui et sans lui et je lui racontais mes frasques sexuelles en le masturbant, j’ai tout tenté pour le satisfaire je me suis même fait payer 200€ pour une relation sexuelle comme une vrai prostitué (alors que l’on n’a vraiment pas de problème d’argent). Parfois, je ne voulais pas faire l’amour, je me disais juste : Allez, finissons-en. Même si finalement je prenais à chaque fois du plaisir à le faire et que j’aime vraiment le sexe et être soumise à mon mari.
Et puis début 2014, j’ai fini par craquer. Il n’y avait plus aucun lien entre nous. Nous n’étions plus un couple mais des partenaires sexuels. Pour son plaisir j’avais des relations sexuelles avec n’importe qui parfois avec une dizaine d’inconnus j’étais complètement soumise sexuellement. J’ai donc décidé de tout arrêter et je lui ai dit que s’il ne changeait pas je le quitterais. Anéanti, mon mari s’est enfin pris en main et a suivi une cure de désintoxication sexuelle pour apprendre à contrôler ses désirs. J’ai consulté un thérapeute qui m’a dit de ne pas avoir de relations sexuelles pendant quatre ou cinq semaines, puis qu’une fois par semaine, et j’ai dû essayer de faire l’amour normalement sans accessoire ni d’autre partenaire que mon mari. C’était vraiment difficile (car je prenais beaucoup de plaisir dans ce sexe atypique). Mais j’y suis arrivée.
Nous avons fait appel à un thérapeute pour parvenir à une vie sexuelle saine, on revit aujourd’hui une belle histoire d’amour sans films X sans pluralité masculine sans sextoys. Nous avons une relation plus saine maintenant. Nous pouvons ne pas faire l’amour pendant plusieurs jours, sans que ce ne soit un problème et mes tenues sont beaucoup moins provocantes.
Je ne veux pas vous décourager mais juste vous faire part de notre expérience.
Car si il est vrai que l’on prend énormément de plaisir dans la pluralité masculine il faut rester prudent et raisonnable et surtout restez couvert j’ai toujours eu mes relation en étant protégée grâce à des préservatifs.
J’aime ce site qui est de bon conseil comme l’a si bien écrit Vanessa...
Bien à vous.
Justine

13 Commentaires

  • Merci, je pense que des limites doivent être mises.... Justine merci de ce témoignage et longue vie à votre couple.... Sois heureuse

  • Nous pratiquons l’échangisme depuis des années ainsi que le triolisme. Nous en sommes venus petit à petit à pratiquer les rencontres à deux hors couple (le plus souvent avec des partenaires de trios) de manière assez naturelle sans que cela ne pose de problème. Mais cela a toujours été assez marginal par rapport à notre sexualité en couple, je dirais peut être 8 à 10 rencontres hors couple par an et toujours avec des partenaires connus du conjoint et en parfaite information de celui-ci. Pour nous ça s’est toujours hyper bien passé donc nous n’avons pas envie d’arrêter ce qui est un plus

  • il n’y a pas de conseil unique à prodiguer,car chaque couple et chaque individu dans chaque couple est différent, peut être que lorsque (et si) l’un d’entre les deux commence a subir de la lassitude, de l’ennui de cette situation il est bon qu il en avertisse l’autre (mais ce dernier a pu s’en apercevoir déjà) et dans ce cas décider ensemble d’arrêter le jeu ou simplement de faire une plus plus ou moins longue pose qui les éclairera sur leurs besoins, cesser définitivement ou reprendre sur un autre mode plus cool peut être plus épisodique
    ou de conclure que décidément ça leur manque et qu’ils ont envie de reprendre leurs activités sexuelles pluraliste, libertine, candaulistes ou autres
    et ce n’est pas définitif , ça évolue dans le temps et selon les circonstances....
    pas de généralités donc , à chacun selon ses ressentis

  • Ce témoignage est intéressant, porte un regard autre que les récits tous enjoués, mais n’est cependant pas représentatif de ce que sont, à mon humble avis, les adeptes du candaulisme.

    En dehors de ce site et de cette pratique sexuelle, il ne faut pas oublier que ce fantasme n’est rien d’autre, à la base, qu’une "parenthèse", qu’un bon, voir excellent moment, passé par tous, développé par un fantasme.

    Il n’empêche qu’une fois cette parenthèse fermée, le couple reprend une vie normale, doit payer ses factures, ses impôts, sortir les poubelles, aller coucher les gosses, et autres joyeuseries de la vie quotidienne.

    En d’autres termes, le candaulisme est une pratique sexuelle, que l’on peut normalement arrêter du jour au lendemain si l’un des deux (voir les deux) éprouvent une lassitude. Ces "récréations" ne sont rien d’autres que ce pour quoi elles sont faites : une soupape pour se détendre. En dehors, toute addiction est donc une maladie, que l’on doit traiter avec des médecins compétents. Pour ma part, je bande comme un sauvage rien qu’à l’idée d’imaginer ma femme se donner à un autre. Est ce que cela est essentiel pour mon couple et pour moi ? Non, si demain ça doit s’arrêter, ça s’arrêtera, et on s’amusera autrement.

    Je ne pense pas que l’addiction sexuelle soit développée...

  • Justine a raison il arrive parfois que le candaulisme devienne une addiction soit pour le candauliste qui en veut toujours plus ou pour le partenaire qui se prend trop au jeu ... mais ce n’est pas une règle générale bien sur. C’est comme les accros aux jeux qui ne peuvent plus s’empécher de claquer leur fric, dire qu’on peut arrêter facilement ça c’est beaucoup moins sur. Mais il s’agit de cas un peu extrêmes et dans la majorités des couples ça ne va pas jusque la. Le risque est néanmoins réel et Justine en est l’exemple. Une relation continue avec un avant et un après n’a rien a voir avec le sujet , à mon sens, et engendre bien d’autres problèmes. Si vous souhaitez perdre votre femme, ou votre homme mettez la dans les bras d’un amant régulier et la aussi y a un vrai risque de dérive.

  • Justine a raison dans une certaine mesure, ça peux devenir une addiction comme le tabac ou le jeu.
    Mais de la même façon que pour ces deux exemples certains deviendront addicts et incapables de gérer quoique ce soit , si si ça arrive j’en ai connu, d’autres au contraire savoureront des plaisirs en se fixant des limites.
    C’est une question de personnalité et rapports personnels à ce genre de pratiques. Tout le monde ne le ressent pas de la même manière et si les témoignages qu’on peut lire ici sont dans l’ensemble positifs il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt, il arrive que ces expériences soient catastrophiques !! Il faut en être conscient et ne pas faire n’importe quoi.

  • Bonsoir,
    J’ai voulu témoigner sur ce site parce que je trouve que c’est bien de désacraliser le candaulisme "plus on en mange, plus ils donnent faim, et plus on a envie d’en manger" c’est ce que nous ressentions. J’ai pas une vie sexuelle spécialement incroyable, mais j’ai pu pratiquer pas mal de chose coté sexe avec beaucoup d’homme j’ai aimé être soumise sexuellement à mon mari à d’autre homme, je ne regrette aucune de mes relations sexuelles avec mon mari et ces hommes, c’était agréable j’ai pris beaucoup de plaisir. Pour définir ma sexualité, je dirais que j’aime avoir des relations sexuelles j’ai aimée être soumise sexuellement. Même si, il m’a fallu du temps pour dissocier l’amour et le sexe. C’est vrai qu’au début je couchais surtout avec ces hommes pour faire plaisir à mon mari, mais après c’était aussi et surtout parce que j’aimais ça. Je n’ai jamais regretté de coucher avec qui que ce soit. Mais avec le temps c’est devenue excessif je dépassais de plus en plus les limites et j’aimais ça. J’ai eu l’occasion d’aller de plus en plus loin dans la perversion. J’ai gouté à tout, tout tester, tout ressenti, tout découvert. J’ai exploré des corps ... des beaux, des moins beau que d’autres des petits, des ronds, des minces des poilus des imberbes....(je suis jolie d’après mon entourage, et imberbe...)
    J’ai gouté des langues, gouté des lèvres, gouté des sexes ...
    Je laissé des mains parcourir mon corps, des regards découvrir mon intimité, des langues humides et des sexes y gouter. J’ai participé à des soirées à deux, à trois, à quatre … et bien plus 10 ! Je suis allé dans des clubs, des soirées privée je me suis prêté à des jeux lubriques ! J’ai pris du plaisir et j’en ai donné certainement beaucoup.
    J’ai exploré beaucoup d’univers, découvert des milliers de sensations incroyable. Mais cette sexualité débridée a fini par m’effrayer j’ai eu peur d’une escalade dans une perversion total. De ne plus rien contrôler en allant de plus en plus dans l’extrême. Je dois penser à mes enfants qui grandisse au regard qu’ils auront sur moi si ils apprenaient mes pratiques sexuelles car tout fini par ce savoir, c’est pourquoi j’ai préféré arrêter pendant qu’il en est encore temps. Il est vrai que l’on aurait pu continuer en restant plus raisonnable mais je crois que j’aimais faire ça pour mon mari que ça excitait plus que tout et pour moi qui y prenais aussi beaucoup de plaisir.
    Je ne voulais pas me poser en donneur de leçon.
    Voila.
    Bien à vous.
    Bonne continuation
    Justine

  • .Tyroler à raison ; le candaulisme n’amène à aucune dérive .On ne vit pas que pour nos petites récréations sexuelles ,et l’obsession existe surtout chez les frustrés . Au pire ,l’addiction au sexe ne me semble d’ailleurs pas si malsaine que ça ...
    Même si certain parle d’une "descente (douce) aux enfers",je ne pense pas que cela puisse ressembler à de l’alcoolisme du tabagisme ou aux prise de drogues dures .

  • Bonjour .

    De gourmets ,puis gourmands vous voilà à la diète ...ou plutôt ,de la régate vers les tempêtes ,demi-tour sur la plage .
    En tout cas ,bravo pour vos expériences (que vous ne semblez pas vraiment regretter )et pour ce retour sur la terre des gens "normaux" .

  • Baiser, c’est bien ; faire l’amour c’est encore mieux. L’idéal dans le candaulisme de trouver des partenaires où l’attirance et le consentement seraient réciproques dans un cadre amical où la relation serait en continue non seulement pendant les ébats mais bien avant et bien après. Sinon, tu as bien raison de refuser, pas l’addiction dans une certaine mesure mais la banalisation du sexe qui est devenu un jouet que tout autre chose de plaisir.

  • merci beaucoup pour votre témoignage !

  • Le candaulisme est un mode de sexualité consenti qui peut être stoppé facilement. L’addiction est une maladie qui nécessite des soins médicaux. L’addiction au sexe peut amener au candaulisme, mais ce ne sera que pour un court passage car il faudra aller toujours plus loin.
    Ce n’est pas le candaulisme qui amène à l’addiction, mais l’addiction qui a fait une courte halte dans le monde candauliste.
    L’expérience malheureuse de Justine est parti, si je comprends bien, alors qu’elle n’était pas spécialement consentante. Tout cela c’est passé ainsi, prostitution comprise, pour faire plaisir à son mari. Il lui fallait être très amoureuse pour accepter cela, mais aussi pour arriver à ce qu’il accepte de se faire soigner.

  • Merci de ce témoignage
    à lire l’ensemble des récits, on pourrait croire que tout n’est que normal dans le candaulisme.
    l’addiction comme l’abstinence sont symptomatiques !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription