Accueil > Découvrir le candaulisme >Pratiquer le candaulisme >Fixer les règles >

Assurez la sécurité des rencontres

Il est fréquent qu’un(e) candauliste ou même son/sa partenaire de vie exprime le souhait d’une certaine forme de candaulisme passif. En d’autres termes, le partenaire qui est candauliste, se retrouve contraint d’assister aux ébats sans pouvoir aucunement se masturber.

Il peut ainsi être attaché les mains dans le dos assis sur le lit, sur une chaise, au pied du lit. Il peut aussi avoir les yeux bandés et dans ce cas là, son imagination est guidée par les bruits, les gémissements, les paroles.

Le second cas de figure concerne la forme de candaulisme actif. Dans ce cas là, le partenaire de vie du candauliste, et en position de passivité, il/elle exécute les attentes de son/sa partenaire ou complice ou même parfois les deux.

Cependant, il ne faut aucunement confondre une volonté entendue de passivité de l’un ou l’autre des deux partenaires, voire mêmes des deux et une situation non désirée et dégradante. Ne subissez jamais une situation imposée unilatéralement par le tiers partenaire.

Pour cela, il est indispensable de déterminer avant, en couple, les limites à ne pas dépasser dans la relation, par l’utilisation de ce que l’on appelle un « safeword » (mot d’arrêt).

Si l’une ou l’autre des parties prononce le mot d’arrêt, l’expérience s’arrête immédiatement et sans justification. Les explications viendront dans un second temps, à froid, dans l’intimité du couple.

Rien ne saurait justifier le non-respect du monde d’arrêt. En effet, ce non-respect peut être assimilé à une contrainte imposée qui peut être punie par les tribunaux. De plus il est bien évidemment que la confiance posée sur le couple ne sera plus de mise.

N’oubliez jamais que vous êtes le/la garant(e) du strict respect des limites que vous avez précédemment négocié en couple.

Inscription