Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Alex et Léa : 5. Le Kiné...

! Signaler un contenu abusif

Alex et Léa : 5. Le Kiné...
- "Écoutez, maintenant je vous propose d’aller montrer votre cicatrice à notre collègue kinésithérapeute qui est au bout du couloir et qui pourra mieux repérer au touché si une grosseur anormale se développe. Il vous stimulera aussi pour faire notre deuxième test. Êtes-vous d’accord ?"
- " Oui... d’accord !"
- "Très bien détendez-vous, restez allongée sur la table les cuisses bien ouvertes. Fermez vos yeux, reposez-vous."
L’obstétricien tourna le téléphone de son bureau vers lui, composa un numéro et commença à parler.
- " Bonjour, c’est le Docteur X1, dites j’ai encore une patiente à ausculter et à solliciter deux fois pour un test d’effort. Vous êtes disponible ? ... Jeune... Césarienne... Oui une première sollicitation réussie avec le Docteur X2...... Vous avez bientôt fini ? Ah oui...ok... alors c’est bon... on peut venir ça ne pose pas de problème ... Nous arrivons !"
Il raccrocha et s’adressa à Léa :
- " Voila c’est arrangé, le Docteur X3 nous attend. Vous êtes prête ?"
Léa se redressa et un peu surprise dit :
- "Euh prête ? Oui et non, je dois me rhabiller pour aller le voir."
- "Non, vous pouvez laisser vos affaires ici et enfiler cette blouse de malade ainsi que ces chaussons en papier. Vous vous installerez ensuite dans ce fauteuil roulant, nous vous y emmènerons !"
Léa déplia et enfila la blouse bleue. Il s’agissait d’une tenue destinée au malades qui s’attache dans le dos, plutôt inesthétique arrivant à mi-cuisse. Léa ne pouvait l’attacher toute seule, et voyant qu’aucun des médecins ne se précipitaient pour le faire, elle monta dans le fauteuil en essayant de coincer le tissus. Le docteur X2 se pencha pour débloquer les reposes-pieds du fauteuil. Une fois fait, prit un à un les pieds de Léa lui enfila les chaussons de papier bleu et les positionna sur chaque repose-pieds. Cette position lui écartait les genoux, le docteur X2 lui dit :
- "Votre cicatrice ne vous fait toujours pas mal ?" et joignant le geste à la parole il souleva la blouse pour constater directement l’état du sexe de Léa.
- " Non non, tout va bien." répondit-elle.
- " Vos sécrétions continuent encore ?"
- " Oui en peu, mais moins maintenant".
Il plongea sa main en direction de sa chatte et passa un doigt entre les lèvres, pour s’en assurer lui même.
- "Bon il faut y aller maintenant, ce n’est pas très loin."
Ils remontèrent le couloir, ne croisant que peu de monde avant d’arriver devant la porte du Kinésithérapeute. Le Docteur X1 frappa et sans attendre de réponse ouvrit la porte. Ils entrèrent dans le cabinet et Léa se leva du fauteuil. La pièce était doucement éclairée. Au centre se dressait une table de massage, sur laquelle un homme était allongé sur le ventre, une serviette blanche lui recouvrant le bas du corps. le Kiné était en train de masser énergiquement les épaules, et son patient grimacé légèrement. En s’adressant au petit groupe sans s’arrêter de masser, le kiné dit :
- "J’ai presque fini ! Que puis-je pour vous ?"
Le Docteur X1 avança un peu vers le centre de la pièce en incitant de la main Léa à venir se placer à coté de lui. Le docteur X2 la suivi et vint l’encadrer de l’autre coté, puis s’adressa au Kiné :
- "Nous souhaiterions avoir ton avis sur la présence d’éventuel abcès sous la peau ou entre les muscles abdominaux de Madame. Comme nous te l’avons dit nous avons déjà fait un test d’effort mais avant de passer au deuxième nous avons jugé bon de venir te voir pour avoir ton opinion."
- " Ah d’accord, très bien." répondit-il et s’adressant à son patient sur la table, lui dit :
- "Attends ne pas bouge pas, je dois m’occuper de Madame. Il faudra peut être que tu lui cèdes ta place un instant."
Il passa devant la table alla en direction de Léa et lui demanda sans détour.
- "Bonjour Madame, pourriez-vous retirer votre blouse ?"
Sans dire un mot Léa s’exécuta, s’offrant ainsi nue aux regards des quatre hommes autour d’elle. Il s’agenouilla devant Léa, regardant lui aussi la forme de son ventre et de sa cicatrice. Il plaqua sa main doucement dessus et caressa lentement la peau du pubis, du bout des doigts comme pour vérifier s’il ne trouvait pas de résistances suspectes ou de textures anormales. Il remonta sa main jusque sous le nombril puis redescendit en petits virages élégants jusqu’au pli des lèvres du sexe de Léa. Forçant doucement le passage entre ses cuisses, il y glissa sa main et la colla contre la vulve encore entre-ouverte et coulante.
L’obstétricien et le dermatologue qui encadraient toujours Léa lui prirent chacun un sein et commencèrent doucement à les masser. L’obstétricien lança à qui voulait bien l’écouter :
- "On soupçonne aussi un inflammation mammaire, vu les abondantes sécrétions vaginales. Il faut la stimuler... N’est-ce pas Madame ? Vous êtes prête ?"
- "Oui..." Léa gémissait déjà, en fermant les yeux et en se mordant les lèvres
- "Il faut vous détendre ! Je vous sens un peu crispée. Il faut nous faire confiance et vous laisser aller... C’est important."
- " Je pense oui... Je veux savoir !"
- "Avez-vous envie de vous laisser aller ?"
- "Oui, oui je suis prête... Allez-y !"
Sans retirer sa main d’entre les jambes de Léa, le Kiné fit signe de la tête à son patient de lui laisser la place, et dit à Léa :
- "Montez sur la table Madame, en vous allongeant sur le dos. Faites en sorte de garder mon doigt à l’intérieur et contracter votre vagin autour ! Un peu comme si vous exerciez votre périnée."
L’homme qui était allongé sur la table s’était levé et se tenait juste à côté de la table, nu, la serviette à la main et le sexe en érection que Léa ne quittait pas des yeux. Le kinésithérapeute avait commencé à pénétrer le sexe de Léa avec plusieurs doigts dont il frottait la pointe sur le devant du vagin en mouvements circulaires.
- "Madame je vais avoir besoin que vous me guidiez. Et que vous me disiez si vous ressentez des choses désagréable. Cela ne vous fait pas mal Madame ?"
Léa allongée les yeux fermés répondit dans un gémissement plaintif :
- "Encore... Plus fort..."
- "Oui plus fort, redressez la un peu et pressez-lui les seins et les tétons plus fort".
Les deux médecins intensifièrent leur massages et ils y mirent plus de fermeté et de puissance. A force d’avoir les seins pressés, malaxés, triturés à plein main et les tétons tordus et étirés, du lait se mît à monter et à sortir des tétons en gouttes puis petits jets fins.
L’obstétricien qui se trouvait du coté droit de la table comme le patient nu, chercha a orienté le jet de lait vers lui. Il en reçu sur le main et sur le ventre. Il porta sa main a sa bouche et lécha les quelques gouttes qui s’y trouvé et demanda dans un signe de tête à l’obstétricien :
- " Encore !"
Alors l’obstétricien se pencha à l’oreille de Léa et lui demanda :
- "Madame, autoriseriez-vous le monsieur à coté de vous, qui vous a laissé sa place sur la table, et accessoirement montré son pénis à venir téter le lait à votre sein ? Il semble beaucoup aimé et ça devrait augmenter encore votre plaisir, je pense ?"
Léa, ne réfléchissait plus, elle se tordait de plaisir sous les attaques conjuguées de ces 3 hommes, et dans un souffle lui dit :
- "Oui..."
Le contact de la bouche sur son sein meurtri et la sensation de forte succion de son lait par cet homme qu’elle ne connaissait pas déclenchèrent l’orgasme de Léa. Mais cette fois-ci aucun des hommes ne s’arrêta, au contraire le dermato et l’obstétricien aidèrent Léa à se mettre à quatre pattes, la tête collée contre la table et les fesses tendues bien hautes. Les deux médecins lui prirent chacun une fesse les écartèrent fermement et le kiné approcha ses doigts de son petit trou. L’obstétricien lui dit :
- "Vas-y, Madame pratique la sodomie, mets deux doigts pour commencer, rentre profondément il faut déclencher un orgasme utérin. Frotte bien ..."
Deux doigts plantés dans le vagin et deux autres enfoncés dans l’anus, le kinésithérapeute faisait aller et venir avec force et constance, ce qui arrachait des cris rauques et intenses à Léa qui jouit très vite avant de s’effondrer sur la table.
- "Bien, reposez-vous !" entendit-elle avant de voir la pièce se vider et de se retrouver seule et de fermer un peu les yeux .
Après quelques instants l’obstétricien revint seul pour aider Léa à se relever en lui disant qu’il avait de bonnes nouvelles et que tout allait bien. Il déposa la blouse bleue sur les épaules de Léa et lui dit de s’asseoir dans le fauteuil roulant, pour retourner dans son cabinet. En roulant Léa sentait l’air frais passer sur son sexe qui s’il avait été malmené ne lui faisait pas trop mal. Le médecin poussait le fauteuil dans le couloir sans précipitation. Prenant même le temps de s’arrêter pour chercher un dossier dans autre bureau la laissant dans le couloir quelques instants. Puis il revint, et poussa le fauteuil jusque dans son bureau.
- "Madame, je suis content les tests se sont bien déroulés, vos orgasmes se sont bien passés, n’est-ce pas, pas de douleur au niveau de la cicatrice ?"
- "Non docteur ! Pas de douleur"
- "Néanmoins il nous reste une chose à vérifier, c’est que rien ne se passe mal dans les prochaines 24h. Je vous demande donc de revenir demain à 18h pour un Check up et une dernière stimulation. Confirmez-moi demain matin par téléphone que vous serez bien là à 18h. Voila je vous laisse vous rhabiller."
- "Merci docteur..."
- "Ah oui, je pense que je ferai venir quelques confrères amis, sûr et discrets, pour nous aider à ce que la stimulation soit optimale ou que nous puissions agir vite si un problème survenait. D’ici là je vous conseille beaucoup de repos pour être en forme demain et pas de relations sexuelles d’ici là si possible... Il ne faut pas fausser l’examen en cours, s’il vous plait."
- "Putain, mais c’est quoi ce bordel ? Tu ne penses pas sérieusement y retourner ?" Demandais-je, sans réellement attendre la réponse ?
Léa explosa encore en sanglots en me demandant :
- "Pardon pardon pardon... Je pensais pas mal faire !"
La discussion s’annonçait tendue et malgré l’heure tardive, ni elle ni moi n’avions envie de dormir.
... A suivre
Alex et Léa : 6. L’Aveu...

5 Commentaires

  • Fantasme ou réalité ?
    Voilà la question générale , alors tout y passe , fantasme de l’uniforme , fantasme féminin , etc , ok , mais on oublie aussi quelque chose de non négligeable , bien réel et tout aussi puissant , le pouvoir de l’uniforme ou de la blouse et du stétoscope .
    Pour vous donner un exemple , je vais vous raconter une petite histoire , très soft comparée à ce qui est raconté par Alex mais bien réelle .
    Quand mon épouse a passé sa première visite médicale du travail , à l’age de 19 ans , elle ne savait pas comment cela se passait et quand le "médecin" lui a dit d’aller se déshabiller derrière le paravent et de venir s’allonger sur la table d’examen , c’est entièrement nue , une main cachant timidement son sexe et l’autre tentant de masquer le maximum de sa poitrine déja généreuse qu’elle est revenue s’allonger , très gênée par le "médecin" qui ne s’est visiblement pas gêné , lui , pour la reluquer de la tête aux pieds , demandant même à ma chérie de ne pas se cacher car il avait l’habitude et que c’était son métier , lors de l’examen elle a eu droit aux étirements levant bien haut les jambes , repliant les genoux , jambes levées , debout , penchée en avant pour toucher ses pieds du bout des mains , le médecin collé derrière elle , le faisant redresser et lui écartant les bras , tournant autour d’elle pour bien "l’examiner" il en a même profité pour lui palper les seins et le pubis !
    Il aurait très bien pu lui dire de se rhabiller car ce n’est pas dans ses attributions de pratiquer des palpés mammaires ou plutôt , dans son cas de tripoter les seins d’une jeune fille naïve qui voit dans le médecin quelqu’un au dessus de tout vice , de toute envie , de tout désir , du moment qu’il est dans son cabinet !
    Et je peut vous garantir que pour ma femme , le médecin n’est pas du tout un sujet de fantasme , à tel point que tous les médecins qui s’occupent d’elle , du médecin de famille à la gynéco en passant par les mammographies , etc , ne sont que des femmes et ce depuis toujours .
    Qui est assez naïf(ve) pour croire que le jeune étudiant en gynécologie est passionné par les mycoses et autres inflammations urinaires ?
    Même si , certes , ils ne voient pas que du beau et du propre ,et qu’il y en a quand même quelques uns qui , dieu merci , s’intéressent vraiment au côté médical de la chose , au moment de l’obtention de leur diplôme , la plupart pensent bien plus à toutes les jeunes et jolies filles qu’ils auront le plaisir de mettre à nu et de toucher pour les examens de routine .
    Il est vrai qu’ici comme sur tous les sites traitant de sexe , les mythos ou les fantasmeurs qui ne s’assument pas sont légion ,faisant passer leurs fantasmes pour la réalité ce qui nuit à la crédibilité des autres intervenants , je ne viens donc pas ici pour prendre parti , ni prendre à parti et je passerai peut-être moi aussi pour le naïf du quartier mais des médecins vicieux et je peux vous garantir , pour avoir fréquenté le milieu hospitalier pendant des années , qu’il en existe dans tous les hôpitaux de France et de Navarre , quand vous ajoutez à cela une femme à la fois un peu perdue mais aussi pas très farouche , je suis prêt à croire que ce genre d’aventure puisse se produire car l’homme , même sous la plus immaculée des blouses reste un animal primaire prêt à fondre sur la première proie qui s’offrirait à lui un tant soit peu !
    Qui plus est l’histoire nous a livré et nous livre encore bon nombre d’exemples d’abus physiques du plus anodin au plus abjecte et ce , dans bien des milieux , je ne reviendrai pas sur un des plus grand scandale de ces dernières années mettant en scène une éminente personnalité dont les travers ne sont plus à démontrer et combien d’autres de ces actes sont passés sous silence alors pourquoi , pour une fois , ne pas mettre de côté nos idées reçues et laisser une chance à Alex de nous prouver sa bonne foi par le déroulement de son histoire puisque c’est visiblement là que nous comprendrons tout .
    Amitiés coquines à toutes et à tous .

  • c’est un fantasme presque féminin, sinon féminin ! Que ce soit ma femme ou celles que j’ai connues, aucunes ne seraient prêtées à ce jeux, mais dans leur imaginaire, le médecin revêtait toujours une forme de fantasme proche de celui-ci. Le pouvoir du médecin, l’abandon à ce pouvoir, le principe d’être déculpabilisée en s’en remettant à son expertise et de réaliser des scènes que leur propre morale leur interdit, le besoin de se sentir soumise, admirée, manipulée, mais en fait toujours maîtresse de leur abandon et soumission.
    Je n’ai rien contre le fantasme dans les récits, je pense qu’ils sont tout aussi importants que les histoires vécues, et apportent au lecteur un éventail de perceptions propre à stimuler leur culture érotique.

  • Allons, allons...
    N’allez pas trop vite... Profitez... Ne faites pas de plan sur la comète... Attendez la fin pour tirer les conclusions !
    Patience est mère de vertu !
    La seule chose à se souvenir, c’est que je vous ai dit que tout était vrai, mais vous pouvez ne pas me faire confiance si cela vous rend plus à l’aise pour attendre la fin.
     :)

  • Elle est douée pour inventer des histoires en tout cas ! (à moins que ce ne soit toi si ce récit est un roman)
    L’as tu vraiment cru ?
    Ce qui est bon c’est qu’elle va relancer votre libido mais aucun médecin (alors 3 médecins ?) ne prendrait un tel risque sans le feu vert de la femme pour jouer avec elle.
    C’est du viol en réunion et au minimum un abus de faiblesse grace à l’uniforme de médecin. Bref ce récit ne tient pas la route un instant.
    Du coup tu peux mettre en doute sa prostitution avec les photographes.
    Le coté positif c’est qu’elle a des fantasmes et sait en parler ce qui est le cas de peu de femme.

  • Tain ! Insoutenable ce suspense.
    Mais je serai fort, j’attendrai.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription