Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Alex et Léa

! Signaler un contenu abusif

Alex et Lea.
Depuis longtemps j’ai cette envie de raconter notre histoire, l’histoire de mon couple avec Léa. Mais hélas à l’exception de quelques uns de nos complices, amants ou amis libertins, je n’ai jamais eu le courage d’aborder ce sujet avec des gens proches et d’assumer ce côté de ma vie pourtant indispensable si l’on veut me connaitre vraiment.

Ma famille, bourgeoise traditionnelle de province est à cent mille kilomètres de se l’imaginer. Mon milieu professionnel, si accès sur la compétition et le paraitre, est certainement le dernier endroit où je pourrais en parler librement sans que cela ne nuise gravement à ma carrière.

Si dans les grandes entreprises il est tacitement accepté qu’un homme puisse avoir des besoins ou des envies de maîtresses, être cocu est à peu près ce qu’il peut y avoir de pire dans ces jeux de pouvoirs. Donc arriver à trouver un auditoire sans risque relève de la mission impossible et pourtant je ne suis coupable d’aucun crime.

Apres 22 ans de mariage et presque 25 ans de vie commune, il ne reste dans notre couple, que peu de chose des préceptes moraux traditionnels et de l’image modèle et idyllique de ce que doit être un couple bien sous tout rapport. Et même s’il est le berceau d’un amour profond et honnête, la majorité des gens ne pourrait, ni même ne voudrait en comprendre le fonctionnement, se contentant de nous juger et de nous rejeter pour se donner bonne conscience.

Attention, ne confondez pas, je n’ai pas besoin de me justifier. J’ai juste envie de partager ça, avec des gens qui peuvent apprécier, sans juger, ni appeler monsieur le curé pour un exorcisme express. Alors voilà je me lance pour vous et j’espère que cela vous plaira.

Ce soir ma superbe femme Léa est sortie avec Stéphane son amant. Je le connais bien puisque cela fait maintenant plus de deux ans qu’ils sont ensembles et qu’ils s’aiment. Ils rentreront probablement à une heure avancée de la nuit.

Il ouvrira le portail du jardin, il a une télécommande que ma femme lui a offert pour qu’il se sente ici chez lui et qu’il puisse venir quand il veut la voir et lui faire l’amour dans notre lit. Il rentrera sa voiture dans l’allée, se garera devant la maison en donnant un petit coup de klaxonne pour me prévenir de leur arrivée.

Je descendrai, nu, à la cuisine pour sortir du frigo la bouteille de champagne et leur remplir deux coupes.

Vu la température plus qu’agréable ce soir, s’ils ont déjà fait l’amour avant de rentrer à la maison, ma femme sera entièrement nue, ne portant que ses chaussures. S’il avait fait trop froid ou s’il y avait du monde à la maison, elle aurait pu garder son manteau ou son imperméable, mais en étant entièrement nue en dessous.

C’est une règle très importante et qui doit être respectée sans exception : Si elle fait l’amour en dehors de la maison, elle ne peut pas garder ses vêtements au retour et ne doit pas essuyer le sperme et tout autre souillure qu’elle aurait sur elle ou en elle.

Cette tâche m’est réservée, et je dois la nettoyer avec ma langue.
Le carillon de la porte retentit ! Je dépose les deux coupes et la bouteille sur le meuble de l’entrée, et j’ouvre la porte.

Ma femme est là, nue, l’index de la main gauche sur la sonnette, et sa main droite entre ses cuisses emprisonnant son sexe, elle me sourit, ses seins sont ferment et les tétons pointent, signe de son excitation.
- " Bonsoir mon chéri, tu vas bien ? ".
Je vois son regard se poser sur ma bite et constater avec satisfaction que je bande fort.
- " J’espère que tu ne t’es pas trop branlé ? Espèce de cochon ! " Dit-elle en riant.

Comme à chaque fois cette situation m’excite au plus haut point. La voir rentrer heureuse de s’être fait baiser, me rend dingue, peut être même plus que de la baiser moi même et elle le sait.

Le maquillage de ses beaux yeux noisette coule légèrement. Le sexe de stephane est beaucoup plus gros que le mien et lui arrache parfois des larmes de plaisir. Ses cheveux mi longs, châtains aux légers reflets colorés rouge, sont un peu en bataille.

Je sais que Stéphane adore glisser doucement ses doigts dans les cheveux de ma femme quand elle le suce ou carrément les lui tirer, parfois très fort, quand il l’encule en levrette. Ce mélange de douleur et de plaisir la fait hurler
- " Chéri, dépêche toi de venir ça coule ! " dit Lea.

Je me positionne vite à genou, devant elle, entre ses jambes, assis sur mes talons. Lea bascule son bassin en avant, pour que sa chatte soit le plus en face possible de ma bouche. Mon nez touche presque son pubis toujours intégralement épilé.
- " Ça sent fort la salope en chaleur ici ! " Dis-je avec un sourire.
- " Vu ce qu’un autre que mon mari vient de me faire... je pense que l’on peut le dire oui ! Mais d’un autre côté quand je te regarde je n’ai pas l’impression que tu t’en plaigne ! "

Ma bite était tendue, raide de plaisir. Pendant que Stéphane s’emparait des coupes de champagne pour Lea et lui, Lea, elle, allait me donner mon nectar, que je n’échangerais contre rien au monde.
- " Ouvre bien la bouche mon chéri, Stéphane m’a bien remplie avec sa grosse queue. Ça va couler vite ! "

Effectivement, même si ma bouche était toute en dessous de sa belle chatte, le temps que Léa enlève sa main, un gros paquet de sperme s’échappe des lèvres de son sexe. La moitié du liquide arrive quand même dans ma bouche.

Je l’avalais en le dégustant et m’empressais de rentrer ma langue dans sa chatte de salope à la recherche de la moindre parcelle de foutre ou de mouille. Je tourne ma langue et aspire bruyamment.

- " Il aime ça mon cocu ? " demanda Lea à Stéphane qui buvait sa coupe de champagne en nous regardant.
- " Tu m’étonnes" répondit-il. il s’approcha de Lea pour lui caresser les seins et l’embrasser à pleine bouche, en laissant tomber ses vêtements sur le sol. Nous sommes maintenant tous les trois nus.
- " Un gentil Cocu est toujours content d’avaler le sperme de la grosse bite qui le cocufie. Pourtant ce soir il ne boit pas ce sperme dans sa femme, mais dans Ma pute."Lança-t-il fièrement.
J’entendis Léa qui gémissait d’avoir ma langue qui tournait dans sa chatte et les mains de Stéphane qui caressaient fermement ses seins, prendre sa respiration et dire :
- " Tu entends Alex ? Ce soir, je ne suis pas ta femme. Je suis sa pute, sa salope, je lui appartient toute entière ! Tu as compris ? Je suis à lui, et il peut faire de moi ce qu’il veut ! "
Je m’interrompis dans mon léchage et dit clairement :
- " Oui chérie, tu es à lui toute entière."

En disant cela, l’autre moitié du paquet de sperme qui n’était pas entré dans ma bouche et était en équilibre instable sur mon menton, tomba en fils successifs directement sur ma queue.

La sensation du sperme de l’amant de ma femme coulant sur mon propre gland, puis le long de ma bite jusqu’à mes couilles m’électrisa. J’étais au bord de l’éjaculation, j’aurais voulu être assez souple pour sucer ce sperme sur ma bite. Stéphane n’avait rien manqué de la scène se pencha vers moi attrapant ma queue et la serrant fort à la base, il dit à Léa :
- " Oh mon amour regarde, Alex a mon sperme qui lui coule sur la queue... Il éjacule mon sperme en quelque sorte et ça coule parterre. Quel gâchis, je suis sur qu’une salope comme toi ne peut pas laisser ça comme ça ! Mets toi à plat ventre et lèche mon foutre parterre comme une pute ! "
- " Oui mon amour, bien sur ! " dit elle en s’agenouillant et en embrassant à pleine bouche Stéphane au passage.

Stéphane â genou à côté de moi tenait toujours ma bite dans sa main et se mît à la secouer pour faire tomber le sperme sur le carrelage et que sa pute vienne le lécher en tirant largement sa langue.

- " Tu vois elle est à moi cette pute, je la baise bien à fond et elle jouit comme une folle d’avoir ma queue dans sa chatte et dans son cul..."

Sans prévenir, il enfonça l’index de sa main gauche bien au fond de mon anus et le fit bouger sa ménagement. Ce doigt dans mon cul, ma bite secouée et la vision de ma femme qui lécher le sperme de son amant parterre en se faisant traiter de pute... je ne pu retenir ma jouissance, incroyablement forte. La sentant monter Stéphane orienta ma bite vers Lea et lui dit qu’elle allait avoir du rab.

De long jet de sperme allèrent sur le sol et le visage de Lea qui se releva un instant pour me voir jouir, mais ne s’arrêta pas pour autant de lécher nos spermes... Elle aimait ça ! Juste avant de prendre ma queue dans sa bouge, elle me dit :
- " Alex, tu n’as pas encore nettoyé la queue mon chéri, je pense qu’il serait temps de le faire, j’ai envie de faire l’amour avec lui encore, tu vas surement dormir sur le canapé, puisque je suis à lui, nous allons prendre la chambre ! "

Stéphane se leva et me présenta sa queue qui reprenait de la vigueur. Je la pris en bouche et m’appliquais à la rafraîchir et la remettre en forme dans ma bouche, pendant que Léa me suçait aussi.

- " Ah il n’y a pas à dire c’est une bonne suceuse ton cocu... Allez viens mon amour, j’ai envie de toi, viens m’embrasser tu dois sentir le sperme comme une pute à 50€. Viens je vais te faire jouir et te faire gueuler comme une chienne."

Léa se releva et vint se blottir dans ses bras, l’embrassant tendrement et lui disant des mots d’amour, qu’elle pensait très certainement.

Ils prirent les escaliers tous les deux, main dans la main se dirigeant vers notre chambre. Juste avant de disparaître, ils s’arrêtèrent sur le pas de la porte s’enlacèrent tendrement et s’embrassèrent fougueusement. A la fin de ce baiser Lea se retourna et m’adressa un clin d’œil et un sourire.

Elle était heureuse et allait faire encore l’amour toute la nuit en laissant la porte ouverte pour que j’entende tout ! Je sentis ma queue se remettre à bander...

Mais comment en est-on arrivé là ?
Quelles étapes furent franchies pour que nous vivions ainsi notre sexualité peut être un peu "particulière" en toute liberté et complicité ?

Pour rendre mon récit un peu plus digeste, je vais le découper en chapitre mais en respectant la chronologie, pour montrer l’évolution. J’espère que vous l’aurez compris, mais je vous confirme qu’il n’y a aucun fantasme ni mensonges dans ce que je raconte. Que des faits qui se sont réellement passés. Par contre, et par souci de confidentialité, je changerai le nom des personnes et des lieux parfois.

Prochain Chapitre : La jeunesse...
(Sauf si mon style ou mon histoire ne vous plait pas et dans ce cas là j’arrêterai. J’attends vos commentaires.)

10 Commentaires

  • Je reviens d’une petite absence et decouvre un nouvel ecrivain de talent.
    Se serait dommage d’interrompre "l’oeuvre"...

  • Je crains que non, Alexx ! ce qui importe ici, texte court ou long, et je pense que "candaule" ne me contredira pas, ce n’est pas tant le volume que la qualité, pas tant la qualité que l’expression d’un vécu qu’on relate, non seulement pour informer que pour exprimer une histoire.
    Nous ne sommes pas dans le tweet, mais dans l’écoute et l’expression.
    Alors, continuez !
    nous aimons ce que vous écrivez et tant que vous écrivez, vous nous faites vivre ...

  • Bonjour , je reviens de vacances et avec beaucoup de plaisir retrouve mon site préféré et qui me fait tant rêver !
    Pourquoi ? Parce que c’est toujours un plaisir de lire vos récits qui apportent tant de réponses à certaines questions que je me pose à propos de mes récentes envies de candaulisme , en effet , ma femme ne voulant pas en entendre parler , je ne fais que me poser des questions sur ce que j’aimerai ou pas et surtout comment l’y amener .
    Quand je lis un récit comme celui ci , au delà de la grande excitation que je ressens imaginant ma chérie dans ces situations je me rends aussi compte que je préfererai plutôt être spectateur des ses ébats pour pouvoir admirer son corps onduler sous un autre , ses yeux pétiller quand il la fera jouir .
    Tout ça pour dire qu’au lire de votre témoignage , ainsi que de nombreux autres , je découvre la façon dont j’aimerai vivre mon candaulisme et ça m’aide à orienter ma façon d’inviter ma chérie dans mon envie de lui offrir de nouveaux plaisirs alors merci pour votre témoignage et , même si je peux comprendre que vous soyez un peu déçu du peu de messages , je ne peut que vous encourager à continuer car c’est grâce à des gens comme vous que des gens comme moi se sentent un peu moins perdus.
    Amitiés coquines

  • Merci Candauamafemme et Jil,
    Bon ok, alors je vais écrire mon 2ème texte et vous le présenterai bientôt
    Ça me prend un peu de temps à écrire :)

  • Ce n’est pas tant le nombre de commentaires qui compte mais la qualités d’iceux.
    Une analyse de Jacherino en vaut plusieurs à elle toute seule.
    .
    Et puis parfois il ferait redondance avec un avis donné.
    Donc écrivez et décrivez votre aventure. Elle promet.
    Vous avec plus de lecteurs attentifs qu’il n’y parait.
    .
    Encourageantes candauléances

  • Ne soyez pas amer, ni vous décourager. Bien sûr, c’est comme sur d’autres sites, il y a beaucoup qui aiment regarder les photos ou lire les témoignages, mais ne prennent pas la peine de laisser un petit mot, ou une commentaire. Heureusement il y a des personnes comme : JACHERINO et CANDAULE.

  • Merci de nous faire profiter de vos expériences vécues, en plus, c’est bien écrit, ce n’est pas mon cas. J’ai vécu à une période, comme vous, mais par contre, je n’étais pas soumis, ni cocu. Mais consentant, car cette situation m’excite, voir sa femme rentrée (comme dit dans une chanson de Cabrel, elle rentre au petit matin avec le parfum d’un autre etc....) les yeux cernés, les traits fatigués, mais heureuse. Alors que je me masturbais plusieurs fois, en imaginant comment elle se donne à son amant. Vivement la suite.

  • Un grand merci à mes deux gentils commentateurs :
    - jil pour m’avoir manfesté clairement son desir de suite ou avoir de la suite dans ses désirs :)
    - Jacherino pour s’etre fendu de ce que j’appelle un beau commentaire avec mise en abime de ses sentiments et ressentis.
    Merci, mais ce que je craignais est en train de se produire, mes histoires ne sont pas faites pour ce site !
    Regardez le texte de Miga "Version légère", je n’ai rien contre lui, bien au contraire, mais en 12 lignes il arrive à avoir plus de commentaires que le mien qui fait 12 pages :)
    Nous sommes ici dans le tweet ou l’IM, vite consommé, vite digéré, vite recraché...
    Ce n’est pas ma recherche, je pense même que c’est l’exacte opposé d’une démarche candauliste. Mais je ne suis pas là pour donner des leçons, mais regretter avoir mis beaucoup d’espoir dans ce site.

  • J’aime beaucoup les deux parties :
    - la solitude de communication du candauliste : oui je suis bien d’accord ; je n’ai eu qu’une amie dans le travail , avec qui je pouvais avoir ce type d’échange, sans que cela devienne un facteur de domination. Mais c’est une parmi n puissance X ! Quand aux proches et à la famille, non qu’il n’en soit pas question, mais les affinités relationnelles se construisent sur des relations sociales, dans lesquelles la "vie privée" n’a que peu cours. Un site comme celui-ci est un facteur d’échange et de construction, par le vécu, de relations amicales sur des sujets qui n’ont pas lieux dans la vie courante.
    - la situation paroxystique du cocu : je ne suis pas de ce type, mais je comprends parfaitement qu’elle puisse exister. J’ai trop de plaisir à avoir un amant, avec qui mon épouse peut passer de doux moments, pour éprouver un plaisir à me sentir soumis ou dévalorisé comme cocu.
    J’ai remarqué qu’il existe un plaisir à l’échange, et je dirai sur un niveau sortant de l’ordinaire, sur ce site, et c’est une vraie dynamique. J’aimerai que cela continue !

  • Au commencement était la fin
    et la fin justifie vos débuts, nommés "jeunesse".
    .
    L’attendons donc attentivement.
    .
    Joyeuses candauléances

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription