Accueil > Articles candaulistes >

Aimer son sexe et le mettre en valeur

Apprendre à aimer son sexe, c’est sans nul doute l’une des clés essentielles d’une relation sexuelle épanouie, car les chiffres sont là, seulement 37,6 % des femmes trouvent leur propre sexe beau !!!

Prendre soin de son intimité, celle que l’on va offrir à la vue et au sens de son partenaire, c’est un peu comme prendre soin de la relation que l’on a avec soi et avec lui. Il y a différentes façons d’apprendre à aimer son sexe et le mettre en valeur sans pour autant passer par une labiaplastie.

Mettre en valeur son entre jambes en épilant peut permettre de l’exhiber fièrement par le biais d’une épilation intégrale, en indiquer le chemin à l’aide d’un ticket de métro minimaliste ou en préserver tout le mystère par l’intermédiaire d’une toison naturelle tout autant entretenue.

Mon sujet du jour sera donc comme vous l’avez deviné : l’épilation de l’intimité féminine, son histoire, tout ce qui touche à l’hygiène, à l’aspect esthétique et pour finir tout ce que cela peut apporter à la relation que l’on a avec son mari ou son amant.

Un peu d’histoire

Les traces les plus anciennes concernant l’origine de l’épilation pubienne féminine remontent à l’ancienne Égypte. Elle a été l’un des préceptes de la religion musulmane, pratiquée par les femmes grecques comme romaines ou carthaginoise de l’Antiquité.
Chez les prêtres égyptiens, l’absence de poils était synonyme de pureté et permettait de les préserver des parasites comme les poux ou les morpions.

Pour Aristophane, l’épilation des femmes grecques permettait d’éviter tout ce qui pouvait les rendre semblables aux hommes.
Après la renaissance, les poils pubiens étaient associés aux parties du corps désignées comme honteuses par l’église.

Dans les années 1920, après plusieurs scandales dans l’industrie du cinéma naissant d’Hollywood, les recommandations du code Hayes interdisant que les parties intimes du corps ne soient montrées, ont été strictement appliquées et ont conduit jusque dans les années 70 à retoucher les photos de nus au pinceau jusqu’à transformer le Mont de Vénus en conque de marbre.

Avec la libération sexuelle, l’apparition des poils a constitué une audace considérable, mais au fil des années, ce symbole de libération a été domestiqué. Selon une enquête IFOP parue en avril 2014, 45 % des femmes de moins de 25 ans ont recours à l’épilation intégrale du maillot. Il semblerait que l’épilation intégrale soit en passe de s’ériger en normes esthétiques et hygiéniques. Mais qu’en est-il vraiment ? C’est ce que je vous propose d’aborder à présent.

Être épilée, est-ce plus hygiénique ?

Si vous faites partie de ceux ou de celles qui pensent qu’un pubis totalement épilé est plus esthétique et plus hygiénique, vous risquez probablement de freiner votre chasse aux poils intempestive. En effet, une étude réalisée auprès de 7580 Américains a démontré que les personnes s’étant déjà rasées ou épilées les poils pubiens sont 80 % plus nombreux à avoir contracté une IST.

Selon les chercheurs, lorsque l’on se rase ou que l’on s’épile, on génère d’infimes microcoupures dans lesquels les bactéries et les virus pénétreraient facilement. Précisons cependant que le risque est véritablement accentué en cas de comportements sexuels à risque permettant ainsi la transmission d’ IST telles que l’herpès, la syphilis, la gonorrhée ou encore la Chlamydia. Les participants qui s’épilent sont plus jeunes et sexuellement plus actifs. Les épilateurs extrêmes avaient également plus de partenaires.

La solution semblerait être l’épilation au laser qui a un coût certain et qui n’est pas réversible. Enfin, il est intéressant de rappeler qu’un dermatologue niçois a publié une étude mettant en garde contre toutes les formes d’épilation dénudant les lèvres, 93 % de ses patientes épilées étaient porteuses d’un virus particulièrement contagieux : le molluscum contagiosum.

Concernant l’hygiène intime à proprement parler, elle n’a aucun rapport avec la quantité de poils que le pubis arbore. Un sexe non épilé soumis à une hygiène rigoureuse est tout aussi hygiénique qu’un sexe épilé intégralement. Rappelons que la fonction première du poil, au-delà de la vue et du toucher est de capter les odeurs. Vous avez à la base du bulbe des sécrétions d’androgènes, substances dérivées de la testostérone, qui est l’hormone du désir…

Joris-Karl Huysmans a écrit de magnifiques textes sur l’odeur des aisselles poilues des femmes en train de travailler aux champs. Aujourd’hui, l’attraction sensorielle passe par le parfum synthétique : on est soudain très attiré par une personne qui porte la même signature artificielle qu’une personne aimée dans le passé. Ce n’est ni mieux ni pire. Chaque époque a ses modes. Et les poils sont aussi une mode. Parfois, on les recherche, parfois on les rejette.

Quelles sont les différentes formes de maillots ?

Si nous avons fait le tour de l’aspect hygiène de l’épilation, qu’en est-il de l’aspect esthétique de l’épilation pubienne ? L’épilation du maillot peut prendre différentes formes. S’il y a quelques années les femmes arboraient une toison pubienne naturelle, aujourd’hui elles s’épilent de plus en plus le maillot. Mais quelles sont les différentes formes d’épilation que l’on peut rencontrer ?

Le Maillot classique ou naturel
Il s’agit d’une épilation que l’on peut qualifier de conventionnelle où l’on épile uniquement le haut des cuisses et l’extérieur du pubis afin d’éliminer les poils qui dépasseraient d’une culotte non échancrée, de façon à ce que le résultat soit le plus naturel possible tout en étant esthétique. Rappelons qu’il est aussi possible de passer un petit coup de tondeuse afin d’obtenir un résultat plus net, ce qui est bien souvent l’une des attentes des femmes de 40 ans et plus.

Le maillot ticket de métro
Plébiscité depuis des années 90, c’est la forme d’épilation la plus répandue. L’épilation concerne le haut des cuisses et les côtés du pubis ainsi que le contour des lèvres pour ne laisser qu’une forme rectangulaire plus ou moins large selon les envies, au-dessus du clitoris.

Le Maillot brésilien
Cette forme d’épilation a été créée par les brésiliennes afin de leur permettre de porter des strings ou des maillots de bain très échancrés sans faire apparaître de poils. C’est l’une des formes de maillots les plus demandés en institut. Le pubis est alors épilé en forme de triangle très échancré. Les grandes lèvres peuvent être intégralement épilées ou couvertes d’un léger duvet.

Le Maillot intégral
Il est issu du monde de la pornographie et s’est rapidement démocratisé chez les plus jeunes sans être pour autant le plus demandé par la gente féminine. Dans ce cas tous les poils, qu’ils soient sur le pubis, sur les lèvres ou qu’ils couvrent le haut des cuisses sont épilés laissant le pubis totalement imberbe.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les hommes ne sont que 12 % à préférer les sexes totalement épilés. En effet selon un sondage d’avril 2013 réalisé par une marque de cire dépilatoire, 43 % des hommes préféreraient le Maillot brésilien contre 28 % préférant l’aspect naturel et 17 % préférant l’aspect ticket de métro.

La notion d’âge a cependant son incidence concernant la préférence pour l’épilation intégrale chez les hommes de moins de 25 ans. Rappelons que l’épilation intégrale est davantage liée à la demande du partenaire. Les femmes qui le font en prennent l’habitude parce que la phase de repousse n’est vraiment pas belle.

Qu’en est-il concernant le plaisir ?

Le plaisir prend dans ce cas différente formes. Si les sens sont en action, le cerveau et la représentation que l’on se fait de l’épilation a aussi son rôle, sans oublier bien sûr l’aspect esthétique.

Il paraît évident que le fait d’enlever les poils engendre une plus grande sensibilité des zones érogènes. Le toucher se fait alors inévitablement plus sensuel et la sensation de mouiller est encore plus forte. Les caresses à cet endroit, lorsque vos lèvres sont totalement épilées, peuvent vous faire décoller plus rapidement que d’habitude avec des sensations totalement nouvelles.

Ajoutons au chapitre des sensations que la peau est toute douce et satinée, le clitoris et les petites lèvres parfois plus apparentes, ce qui contribue à l’érotisation de cette partie du corps. Cependant, si l’épilation intégrale du pubis peut-être un puissant fantasme pour certains, pour d’autres, l’aspect trop « petite fille » est un véritable frein, une épilation brésilienne bien échancrée est alors la solution.

Enfin une épilation réussie et minimaliste que l’on aperçoit sous une petite culotte transparente peut faire son effet sur n’importe lequel de vos amants. Si vous cherchez à augmenter vos sensations et que vous êtes adeptes de la brise d’été qui se glisse sous une jupe, la caresse du vent sur des lèvres nues est aussi à essayer.

Pour celles et ceux qui sont adeptes du poil, rappelons qu’ils sont également d’excellents capteurs de phéromones : en effet, ils permettent, selon les différentes périodes du mois, de capter certains messages moléculaires et d’envoyer des signaux sexuels à votre partenaire.

Pour conclure

Bien que les femmes aient autant de poils que les hommes, même s’ils sont plus fins et plus courts, notre société a décidé qu’elles devaient être totalement glabres si elles voulaient être vraiment féminines. L’épilation intégrale permettrait à certaines de mieux se vivre comme pour s’identifier aux normes des films X.

Le fait d’avoir recours à l’épilation plus ou moins intégrale est une manière pour la partenaire d’un candauliste de s’offrir encore un peu plus au regard de son conjoint. Chaque femme ressentira cela différemment, mais cela joue sans nul doute sur le désir et le plaisir sexuel.

Participez au sondage à l’adresse suivante :
https://goo.gl/forms/yeqsZ3WNR0h9LHQg2

5 Commentaires

  • Il n’est pas possible de répondre au questionnaire pour ceux qui ne s’épilent pas ... certaine questions étant obligatoires où il n’est pas possible de répondre...

  • Bonjour à tous,
    Oui tu as raison Titi, il serait trés intéressant de faire participer notre communauté à ce sujet, l’équipe de candaulisme.com a donc mis en place le questionnaire qui suit.

    Cliquez sur le lien et donnez votre avis
    https://goo.gl/forms/yeqsZ3WNR0h9LHQg2

    Passez tous une belle journée

  • Excellente série d’informations et reflexions, Merci "Candaule" !
    A la question "et l’homme" ? Je pense tout simplement que la plupart des considérations de cet article s’appliquent aussi à l’homme, à son corps, à son sexe. A part le plaisir accru par le contact - la caresse - sans obstacle de la peau de notre partenaire, je pense qu’il est plus agréable et excitant pour elle (et/ou lui !) de sentir une peau lisse et douce sous ses doigts, ses levres, sa langue ... En somme : prendre soin d’épiler (ou raser) son sexe est une manière d’offrir au plaisir de l’autre un corps encore plus nu, plus ouvert, plus prêt à donner et prendre du plaisir. Sans défense, certes, mais sans obstacles et sans freins.

  • Et qu’en est -il pour les hommes ?

  • Il serait peut être édifiant de faire un petit sondage sur la question ?
    Intégrale ? Partielle ? Ticket de métro ou totalement naturelle ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription