Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

À votre service 6

! Signaler un contenu abusif

Il m’a fallu du temps avant de me décider à publier cette rencontre, car elle ne correspondait pas trop à mes goûts. Je respecte totalement ceux des autres, mais les échanges de mail permettent à tous de trouver des partenaires où chacun peut faire des concessions sans tomber dans un registre qui soit contraire à l’un des trois partenaires... je n’ai pas regretté celle-ci...

Dans le camping, nous sommes restés à bavarder un petit moment sous le auvent de leur caravane. Ils sont sympathiques, le mari grand et maigre, elle un peu boulotte et une belle poitrine. Ils sont venus avec leur la fille de leur fils aîné, elle leur fait un grand signe en partant pour la plage rejoindre ses amis... j’ai été présenté comme un ami d’enfance qu’ils sont heureux de retrouver. Cela me fait un drôle d’effet de penser à tous ces jeunes qui sont à mille lieues de savoir ce que font leurs parents ou leurs grands-parents quand ils reçoivent des « amis », ma femme aussi recevait notre « ami » quand nos enfants étaient sagement à l’école.
C’est la femme qui se retire la première. Au bout de quelques minutes elle nous fait signe d’entrer et ferme soigneusement la porte derrière nous. Elle a mis un chemisier à peine boutonné sans rien dessous, une jupe courte, et s’est noué les cheveux en couettes pour faire gamine, lui est déjà en short. Leur « truc » c’est de recréer leurs premières émotions sexuelles ressenties dans les premiers jeux d’enfance.
Leur caravane est spacieuse et pour que nous soyons plus à l’aise, ils ont replié la table centrale. Sa femme a déplié un tapis qui ne doit servir que pour « ça » si j’en crois les nombreuses taches malgré les lavages successifs.
Elle s’est assise sur une banquette, lui s’est assis sur le sol, ils s’assurent que je suis bien installé sur une banquette moi aussi. Peu à peu, elle dévoile ses dessous, pas de culotte, la chatte rasée, sans doute pour faire petite-fille, ce qui correspond bien au jeu. Lui, il la regarde faire et fait peu à peu sortir son sexe par la jambière très large de son short. Ils m’avaient dit que c’était leur jeu d’enfants dans la cuisine de l’un d’eux, leurs premières excitations. Moi je joue le rôle du copain d’école qui s’est trouvé là un jour, ils avalent été très excité qu’un comparse ait assisté à leurs jeux...
Peu à peu, elle remonte sa jupe sur son ventre un peu dodu, lui son sexe est entièrement sorti, les testicules sont rasés aussi évidemment. Moi j’ai baissé mon pantalon et je dois me masturber... ça va, pas trop difficile comme rôle...
Puis sa femme se lève en enlevant sa jupe, les fesses à l’air, lui se met à quatre pattes et elle lui descend le short faisant apparaître ses fesses roses... demain ça lui fera du bien un peu de soleil...
Le scénario est sympa, mais joué par des adultes avec des corps d’adultes et surtout... des mentalités d’adultes, ce qui change beaucoup... même pour moi, mon érection n’est pas terrible.
Sans savoir encore que ma vision des choses allait changer, je pense que ce n’est pas la position du mari qui me gêne le plus, à genoux et la tête plus basse que ses fesses, c’est plus l’attitude suppliante qu’il a prise maintenant, il n’est plus le gamin qui découvre les émotions de la sexualité. J’ai toujours un mal-être devant un mari soumis, sans doute n’en étant pas un moi-même, je respecte, mais je trouve cette humiliation un peu dégradante... cependant, j’ai continué à jouer le jeu, je le reconnais par une certaine curiosité, et j’ai bien fait.
Sa femme cherche dans sa boîte à malices, l’instrument adéquat. Je m’attendais à un classique plug, mais c’est un god argenté, d’ancienne facture et non vibrant qu’elle sort. L’ayant vu attraper l’objet, il offre sa croupe, son arrière-train frémissant comme un animal qui va avoir sa récompense... ils m’avaient prévenu qu’à l’époque, ils avaient utilisé très classiquement le thermomètre des parents devant le petit copain, et qu’ils s’étaient pris la température chacun son tour, (mais je n’avais pas souhaité, dans le jeu, que mon rôle puisse aller jusque là). Quelque temps plus tard, elle lui avait mis un peu son doigt, elle le faisait aussi parfois à leur copain pour son plus grand plaisir. Elle-même se refusant à l’inverse mais prenant beau coups de plaisir à leur faire. C’est quand elle lui avait fait entrer un doigt entièrement que cela lui avait déclenché sa première jouissance et plus tard sa première éjaculation avec sortie de sperme... ils avaient toujours continué à pratiquer, même parfois après leur mariage, sans témoin évidemment ; le doigt agile de sa femme a vite été insuffisant pour le satisfaire, mais il y avait ce qu’il fallait sur le marché.
Elle positionne l’objet au bon endroit, le tenant de la main droite, tandis qu’elle a saisi sous lui son sexe de la main gauche... un sexe très long, très gros, souple comme un gros boudin. Elle enfonce doucement le god avec de petits retraits et de nouvelles poussées... à moitié route, son membre s’est dressé, aidé par la main qui le flatte. Curieusement, mon sexe se raidi en même temps que le sien... c’est la première fois que j’assiste au spectacle d’un homme se faisant pénétrer le derrière, en dehors de ces moments où la femme fait entrer son index dans l’anus de l’homme qui la monte pendant l’accouplement, ce qui crée un effet très efficace...
Elle a fait entre le god entièrement, avec précaution pour les derniers centimètres, il y a eu des perforations d’intestin dues à des pénétrations trop brutales. Après quelques mouvements, je suis surpris de la voir le retirer et le poser, je comprends mieux quand elle sort de sa boîte un autre instrument... plus souple, mais mieux adapté pour cet endroit... et nettement plus imposant... malgré que le chemin soit maintenant bien préparé, elle doit pousser un peu pour l’introduire, mais ce doit être efficace, car le sexe du mari est devenu tout raide avec un gros gland violet tout ressorti... je pense que c’est maintenant le « grand » moment qu’il attend...
Le sexe raide, il se cambre et se tend, sa femme lui introduit de plus en plus profondément, s’assurant qu’elle peut le faire par de petits retours arrière avant de pousser plus loin encore... je vois bien qu’elle est habituée à ce geste et comme elle est penchée, j’admire ses fesses nues qui bougent à chaque mouvement, et surtout son joli abricot tout lisse de petite fille retraitée qui me tente beaucoup... Elle met ses deux mains en action simultanément, tirant fortement sur la peau pour le décalotter tout en poussant fortement l’objet dans son fondement, lui tirant un soupir de contentement, puis remontant la peau tout en retirant en partie le gros god et le renfonçant et cette fois c’est un gémissement de bonheur intense qui s’échappe de la bouche de son mari... elle a pris une allure de croisière, pas trop violente pour ne pas lui abîmer les muqueuses, mais en tout cas très efficace...
Il continue à gémir, concentré sur ses sensations qui doivent être très fortes... il ressent à la fois le plaisir de la femme qui se sent pénétrée profondément et le plaisir de l’homme dont le sexe est délicieusement massé... l’aboutissement attendu ne devrait pas tarder... Tout en s’occupant de lui, sa femme jette de fréquents regards de mon côté, je constate que la situation m’a fait de l’effet et que j’ai belle allure moi aussi, même si je n’atteins pas les dimensions de son mari.
De le voir ressentir autant de sensations fortes, je révise mon opinion, le principal n’est-il pas de prendre du plaisir et je jouir qu’elle qu’en soit la façon ? Dès l’instant bien entendu que tous les participants soient consentants. Ce n’est pas à sa femme qu’il est soumis, mais à l’intense jouissance qu’il attend... sans doute augmentée par la présence d’un spectateur, ce qui lui rappelle ses souvenirs d’enfance.
Elle a vu que la jouissance de son mari est proche et s’applique en enfonçant le god dans son anus d’un geste puissant, mais régulier... voyant l’instant ultime arriver, d’un mouvement à la fois ample et rapide de la main, elle le fait éjaculer, regardant les jets de sperme abondant sortir et garnir le tapis, elle a lâché le manche du god qui bouge tout seul, animé par les contractions du sphincter de son mari en plein orgasme et lui caresse une fesse avec énormément de tendresse tout en lui faisant sortir les restes de sperme qui tombent sur le sol.
Elle retire délicatement le god et le pose sur une serviette tandis que son mari se laisse aller sur le sol, à côté de ses grosses flaques de sperme.
Elle vient vers moi, je ne sais pas si c’est pour me terminer à la main elle-même. Sans réfléchir et très excité par la situation, je l’attire vers moi.
Ce n’était pas prévu, elle a tenté un instant par vouloir me repousser, mais après un regard vers son mari, toujours allongé sur le tapis, je sens qu’elle choisit de se laisser faire. Je la pousse vers la banquette. En me mettant contre son dos, elle a du penser que j’allais l’enculer à son tour et m’a présenté ses fesses, mais en cet instant je préfère le passage normal qui m’accueille avec facilité, preuve que la belle a été très excitée par ce qu’elle a fait subir à son mari, et le profond soupir que j’entend m’encourage à continuer.
Je la prends à grands coups de reins, à la fois parce que cela me fait du bien après la séance à laquelle je viens d’assister, mais en même temps pour montrer à son mari comment lui il devrait se comporter, même à leur âge, avec le membre imposant qu’il a... selon mon point de vue bassement machiste certainement.
Je n’avais pas pour intention de la faire jouir, je voulais seulement me soulager de ma tension, mais en l’entendant grogner et la sentant frémir, je continue à la prendre puissamment, mais en refrénant la montée de mon envie d’aboutir rapidement. Le mari s’est redressé et regarde avec curiosité sa femme se faire (dé)monter devant lui, petit complément gratuit de scénario... avec étonnement je le vois se remettre à bander... Dès que je la sens proche de jouir, je fais claquer avec violence mon ventre contre ses fesses, avec un grand feulement, elle se laisse emporter par son orgasme et elle tourne la tête vers son mari... veut-elle partager avec lui les stigmates de sa jouissance sur son visage ou bien veut-elle lui montrer ce qu’un homme peut encore lui procurer ? Quoi qu’il en soit, il a maintenant une superbe érection de voir jouir sa femme.
Pendant que je m’habille, je le regarde se secouer puissamment sur sa femme qui s’est cambrée pour l’accueillir, ça me fait plaisir de voir ses muscles fessiers se contracter pour baiser sa femme au lieu de s’écarter pour se faire goder... quoique ! Maintenant, j’ai bien compris qu’il est possible d’avoir beaucoup de plaisir de cette façon aussi... à méditer...
Dehors il fait un grand soleil.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription