Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

À votre service 2. Seconde’partie.

! Signaler un contenu abusif

En arrivant au camping, j’avais encore devant les yeux l’image du ventre plat et du sexe brun de Monique, la femme du couple qui me recevait.
Une nouvelle fois j’allais les regarder s’accoupler, puisque c’était leur demande, et comme Monique l’espérait, son mari aurait-il moins de difficulté que la première fois.
Ils m’attendaient, le café prêt à être servi. Les affaires de leurs enfants en vrac sur le côté. À la taille de leurs vêtements, ils doivent avoir une douzaine d’années. Ils sont à l’aire de jeux comme hier et je sais que si par hasard l’un ou l’autre revenait un peu trop tôt, j’ai pour mission de refermer la porte et de leur dire que leurs parents se préparent, il faut bien trouver une excuse. Mais que penseraient-ils de cet inconnu qui est là ? Rien certainement, si loin de penser que leurs parents ont besoin d’un excitant pour ranimer leur sexualité. À ma femme aussi il est arrivé de calculer à quelle heure nos enfants reviendraient de l’école avant de s’offrir une jouissance rapide, loin de leurs regards... comment faire autrement ?
Cette fois, le sujet ne sera pas le temps comme hier, ils ont envie de me connaître un peu mieux, à quoi j’occupe mon temps, si j’ai de nombreux « rendez-vous » avec des couples comme eux. Je n’ai pas beaucoup de « rencontres » prévues, la plupart commencent et se terminent au bar où on se retrouve. Une bonne partie d’entre eux me disent qu’ils me rappelleront, comme pour une embauche et ne rappellent pas. Avec certains on se balade pendant une heure, il arrive que la femme accepte de me donner la main, et puis on se dit au revoir, le mari un peu déçu, mais c’est la femme qui décide... et puis pour d’autres on va plus loin... à l’arrière d’une voiture, dans la forêt. Je sens bien que Monique et son mari aimeraient que j’en dise un plus, mais je suis discret... et puis je ne suis pas là pour raconter mes histoires.
Comme hier, le mari part le premier dans la chambre, Monique me raconte ce qui s’est passé entre eux après mon départ. Elle lui a raconté mon conseil, qu’il lui trouve un amant, voire qu’elle recommence avec son ami, mais devant lui. Elle a été étonnée qu’il ne soit pas contre, mais qu’il voulait réfléchir... comme quoi quand on se parle on peut arriver à trouver une solution qui convienne aux deux. Ils ont fait l’amour quand les enfants ont été endormis, sans difficulté, il lui a juste demandé de faire comme elle faisait quand il les a surpris, il l’a prise moins brutalement et quand elle a crié « Oui mon chéri... maintenant », il a joui, revoyant la scène. Ils ont refait l’amour ce matin, et cette fois avec tendresse.

— Et vous, vous avez joui ?

— Ce n’est pas important...
Je comprends qu’elle n’a pas joui, elle se consacre à lui, avec toujours ce sentiment de culpabilité. Dommage. Avec un petit sourire, elle se lève et va le rejoindre. Cette fois, elle ne repousse pas la porte, me laissant admirer son corps qui se dénude. Lorsqu’elle va le rejoindre, elle laisse le compas de ses cuisses largement ouvert, elle a compris hier que j’avais apprécié la vision de son sexe.
Cette fois, il l’embrasse, elle l’enlace avec tendresse. Quand il commence à lui caresser les seins, elle saisit son sexe dans sa main, cette fois il apparaît en ordre de marche. Je suis heureux de constater qu’ils se sont détendus depuis hier, son désir d’elle sous mon regard est plus net et se sentant désirée elle a plus de désir de lui également, tout va bien.
Lorsqu’il se met sur elle, elle écarte les cuises largement, mais je sens un frémissement dans mon short, car elle me regarde effrontément en ouvrant sa jambe de mon côté plus qu’il ne serait nécessaire, me permettant de voir le membre raide s’enfoncer dans sa belle fente rouge, bordée de poils noirs tout bouclés. Il pousse pour aller au fond, les reins de Monique l’accompagnent pour que la prise soit complète, mais je constate avec étonnement que ses yeux restent fixés sur le mien.
Je me sens alors dans la peau du mari qui a demandé à un amant trouvé par une petite annonce sur internet de baiser sa femme devant lui... et il la baise l’amant avec des poussées profondes... et la femme me regarde comme elle regarderait son mari, droit dans les yeux... comme le ferait une femme qui penserait « regarde mon chéri... regarde comme je me fais bien baiser devant toi... il m’embroche et ça me fait du bien... comme tu voulais ». Et le mari, il ferait quoi à ce moment-là ? Il sortirait son sexe tellement il serait excité... alors c’est ce que je fais... je le sors de mon short, déjà raide, et je commence doucement à me masturber. La femme, qui serait la mienne si j’étais le mari, regarde alternativement mon visage où se reflète mon émotion et mon sexe dans ma main... à cette vue son corps se met à venir à la rencontre du corps de celui qui la pilonne, ce n’est plus son mari... c’est l’amant... sa bouche s’ouvre, elle gémit... cette fois ce n’est plus lui qu’elle cherche à faire jouir comme hier... c’est elle qui veut jouir. Ses yeux ne quittent pas mon visage où elle lit à quel point j’éprouve une émotion terrible de la voir se préparer à jouir devant moi... puis passent rapidement à mon sexe gonflé, prêt à éjaculer... Ses yeux se dilatent, ses mouvements sont désordonnés... un cri puissant sort de sa bouche, elle jouit... d’un mouvement rapide je fais jaillir un long jet qui tombe sur le sol... en plein orgasme, elle garde avec difficulté les yeux ouverts pour voir les autres jets jaillir et ma semence s’écouler tandis qu’avec un grognement son mari, pardon son amant, éjacule à son tour sans réaliser un instant que c’est à moi qu’elle est en train d’offrir sa jouissance qui se termine dans un long râle, ne me quittant pas des yeux jusqu’à l’apaisement de son dernier spasme qui lui noue les entrailles. Et là enfin, elle ferme les yeux.
Je remets en place mon matériel en me demandant si les voisins ont entendu son cri et en me réalisant avec angoisse ce qui se serait passé si brusquement un de leurs enfants avait ouvert la porte. Quand la jouissance arrive, on oublie tout, plus rien n’existe.
Monique a mis quelques minutes à récupérer. Elle repousse doucement son mari (il n’est plus l’amant), comme hier, elle se redresse et attrape sa serviette qu’elle met entre ses cuisses. Elle attend un instant, puis au lieu de se diriger vers la salle d’eau, elle s’avance vers moi et se baisse pour nettoyer le sol avec sa serviette, me laissant une nouvelle fois regarder son sexe de près, cuisses écartées, mais cette fois c’est volontaire. C’est certainement idiot, mais j’imagine que dans la serviette se mélange la semence du mari et la mienne... ce qui arrive souvent dans le vagin de la femme quand le mari vient la prendre à son tour avant qu’elle se relève, il suffit souvent d’un seul aller-retour pour qu’il se libère tellement la sensation de sentir la présence du foutre de l’amant dans le vagin de sa femme crée une sensation extraordinaire... seuls ceux qui ont vécu ce moment peuvent connaître cette sensation.
Nue, elle se penche vers moi et me donne un baiser-passion, le baiser que les femmes donnent à celui qui vient de les faire jouir... et aujourd’hui c’est avec moi qu’elle a joui, les yeux dans les yeux, par l’intermédiaire de son mari-amant... pas simple l’histoire... pas simples les femmes...
Elle m’a laissé caresser un instant son sein, j’aime ces grandes auréoles avec un gros bout qui pointe au milieu, puis s’est reculée doucement, est retournée dans la chambre chercher son peignoir, s’est essuyée les cuisses, est revenue vers moi en refermant la porte et m’a dit « merci ». Simplement « merci ».

J’ai eu des nouvelles quelques mois plus tard.

— Mon mari a suivi vos conseils. Pendant les vacances de Noël, nous avons envoyé nos enfants chez ma mère quelques jours pour leur plus grande joie à tous, et pour l’anniversaire du jour où il m’avait surprise en plein ébat dans les bras de mon ami, il nous a réunis à nouveau. Il est resté 4 jours et trois nuits. Ils m’ont fait l’amour je ne sais plus combien de fois, chacun leur tour, parfois les deux à la fois, ils m’ont épuisée d’orgasmes, je suis heureuse. Merci pour ces deux jours du mois de juillet où vous nous avez aidés à passer un cap difficile.
C’est bien, je suis content pour eux.
J’aurais bien aimé qu’ils reviennent camper sur la côte... ils ne sont jamais revenus...

2 Commentaires

  • très beau récit

  • bonjour, merci pour votre récit, très excitant, et pour ce qui est de pénétrer sa femme encore pleine du sperme de son amant, je confirme que c’est une sensation exceptionnellement bonne, j’ai bien vécu cette situation pour l’avoir vécue avec une ex qui en était friande...je pense que pour la femme, avoir le vagin rempli par les spermes de son amant et de son homme est le plus bel hommage a sa féminité, l’ultime cadeau à sa sexualité.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription