Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

À votre service 2. Première partie

! Signaler un contenu abusif

Je continue à proposer mes souvenirs depuis que je me suis mis « au service » de couples qui dans un moment de leur vie ont eu besoin de mon assistance, de mon aide. Je ne les présente pas dans l’ordre chronologique, mais comme ma mémoire les restitue.
...
Ce jour-là, j’avais rendez-vous à l’entrée d’un camping. C’est le mari qui vient me chercher pour me conduire à leur caravane. À l’intérieur de l’auvent, des jouets d’enfants, cela ne va pas faciliter notre rencontre... on verra bien.
Monique se montre immédiatement très sympathique, à l’aise comme si j’étais un ami de longue date. Elle me sert un café comme prévu dans notre dernier mail. Lui est plus réservé, mais il participe à la conversation. On parle du temps, c’est un grand classique quand on n’ose pas parler directement du sujet qui m’amène, de toute façon, tout a été dit dans nos mails.
Ce qui n’est pas du tout classique par contre, c’est que je ne suis pas là pour séduire Monique, mais pour les regarder faire l’amour tous les deux. Leur histoire est un peu compliquée, en fait non, très simple au contraire : Monique a eu un amant et il les a surprit. Il ne s’en doutait pas, le choc a été violent, mais comme il aime énormément sa femme, il a réussi à remonter à la surface.
Contrairement à beaucoup de couples où le mari après la surprise désagréable se rends compte que ça l’excite de voir sa femme avec un autre homme et a envie de reproduire la situation en lui trouvant un amant, son mécanisme cérébral à lui, a créé l’envie d’être regardé pendant l’acte sexuel avec sa femme. Comme je suis « à leur service », cela me convient très bien, parce que justement je trouve plus érotique de voir un couple en action en réel qu’en regardant un film classé X... que je ne regarde plus depuis longtemps.
Je sais, ce n’est peut-être pas vraiment du candaulisme, mais cela fait partie des diverses formes d’une rencontre sexuelle à trois, où ce n’est pas le mari qui va assister à l’accouplement, mais l’invité... les puristes ont le droit de détourner la tête.
Ils se sont regardés, c’est le moment et le mari passe dans la chambre, Monique en profite pour ajouter quelques conseils :

— Nos enfants sont à l’aire de jeux et ne reviendront pas avant une heure, mais si par extraordinaire cela arrivait, vous voudrez bien fermer la porte de la chambre et leur dire que nous sommes en train de nous changer ?

— Bien sûr, comptez sur moi.
J’aurais aimé ajouter qu’ils ne m’en avaient jamais parlé au préalable, sans doute la crainte que je refuse leur proposition avec le risque d’une arrivée intempestive. Pas grave, j’assume !
Elle ferme la porte à demi, je l’aperçois se déshabiller, deux jolis seins fermes avec auréoles, des fesses rondes et devant une touffe frisée brune, très fournie mais bien taillée. Elle pose une sortie de bain à portée de main, ouvre la porte aux trois quarts pour que je puisse bien voir et s’allonge à côté de son mari. À cause du sens du lit, je les vois de côté et non de l’arrière. Quelques préliminaires, le mari lui caresse les seins, ils ne s’embrassent pas, seulement des caresses. Quand il passe sa main entre ses cuisses, elle les ouvre, me laissant apercevoir sa fente rose un instant. Sous la caresse, elle ouvre ses cuisses plus largement, mais semble regarder le sexe de son mari avec inquiétude, il tarde à prendre la posture indispensable pour un travail efficace.
Ils ne regardent pas vers moi ni l’un ni l’autre, mais ils sont bien conscients de ma présence, et je suppose que c’est justement la cause de la panne, imaginer une situation c’est bien, la vivre c’est autre chose. Monique connait le remède classique à ce genre de situation, elle se redresse, jette un coup d’œil vers moi, puis se baisse pour introduire l’objet mal en point dans sa bouche. Au bout d’une minute de traitement, le mouvement de reins du mari qui pousse dans sa bouche nous rassure, le malade ressort en pleine forme, je dirais même en super forme. Pour éviter une rechute, Monique s’est allongée rapidement et aide son mari à s’installer sur elle en ouvrant ses cuisses en grand. J’aperçois au-dessous sa main qui maintient l’ex-malade au bon endroit... une poussée... écartement rapide des genoux, petit gémissement... l’affaire peut commencer.
La prise est puissante, je dirais même violente... je n’appelle pas vraiment ça « faire l’amour ». Il me vient à l’esprit qu’il « punit » sa femme, devant témoin, de son infidélité en la prenant aussi violemment. J’entends les chocs du pubis du mari contre le sexe malmené et les cuisses de sa femme, elle ne semble pas s’en plaindre malgré ses halètements dus à ses poumons compressés sous les chocs répétés. Elle s’active même, enserre son mari entre ses bras et ses jambes, pousse son ventre à sa rencontre... mais ces poussées ne ressemblent pas à celle d’une femme qui est à la recherche de jouissance, ce qu’elle cherche, c’est sa jouissance à lui. Elle s’accroche, frotte son dos, ses fesses et continue inlassablement à faire venir son ventre à sa rencontre, gémissant de ses efforts, comme si l’ardeur de son mari allait brusquement se dissiper avant d’arriver à la conclusion. Éclats de voix confus, je crois deviner le gémissement du mari qui éjacule et le cri de Monique, plus de joie qu’il arrive à ses fins que son propre plaisir... au même moment, elle s’est accrochée des deux mains aux fesses de son mari et le tire en elle pour accompagner ses poussées pour remplir de son foutre le ventre de sa femme.
Retour à la norme avec la détente des corps et les poitrines qui reprennent haleine. Ils sont beaux, encore jeunes, dommage que leurs esprits ne soient pas à l’unisson, torturés par le poison de l’adultère et les excitants sournois de la recherche d’une autre forme de plaisir.
Elle l’a repoussé doucement, il se laisse aller en arrière sans résistance. D’une main, elle glisse une serviette entre ses cuisses et de l’autre elle repousse légèrement la porte. Un bruit d’eau, puis Monique revient me trouver dans son peignoir. Elle me sourit.<br
/>— Super, lui dis-je, vous avez bien travaillé...
Son sourire se crispe, elle a compris que j’ai compris. Heureusement elle a de la ressource et elle se reprend rapidement.<br
/>— Ce n’est pas facile pour lui... il n’a pas encore bien récupéré de mon... infidélité.<br
/>— Cela fait combien de temps maintenant ?<br
/>— C’était Noël dernier... plus de six mois...<br
/>— Encore quelques mois et le temps arrangera tout ça...
– Je l’espère... il y a deux mois, il n’arrivait plus à faire l’amour... on a pensé mettre un peu de piment sexuel, c’est pour cela que nous avons répondu à votre annonce.<br
/>— La logique aurait voulu qu’il préfère assister à un moment de sexe entre vous et un autre homme, pour reproduire les émotions ressenties lorsqu’il vous a surpris.<br
/>— Je sais. Pour jouir, il ne peut pas s‘empêcher de s’imaginer que je suis dans les bras de mon ami et que ce n’est pas lui qui éjacule, mais mon ami... que c’est lui qui me remplit de son sperme...<br
/>— Il n’est pas le seul à qui cela arrive.<br
/>— D’autres hommes s’imaginent ça ?<br
/>— C’est vrai... croyez-en mon expérience.
Je ne vais pas lui raconter ma vie, mais cela m’arrive encore, il y a des blessures sexuelles qui ne peuvent pas guérir, il faut vivre avec et trouver des compensations. Mais ce qui est important en cet instant, c’est eux, pas moi, je suis là pour les assister.<br
/>— Je vais vous donner une idée, il faut soigner le mal par le mal. Qu’il vous trouve un amant qu’il aura choisi, ou même qu’il recontacte votre ami et qu’il vous regarde à satiété en train de faire l’amour avec lui... l’excitation de vous regarder sera plus forte que la douleur et il y prendra de plus en plus de plaisir... et vous aussi vous recommencerez à penser à votre propre plaisir et pas seulement au sien.<br
/>— Je me sens fautive, responsable...<br
/>— Je sais, mais si ma proposition fonctionne, ce sera mieux pour tous les deux.<br
/>— Je vais essayer de lui en parler. Mais pour l’instant votre présence a eu son effet, même s’il a eu un peu de difficultés au début.<br
/>— Normal, ce n’est pas évident de faire l’amour devant un spectateur quand on n’est pas habitué.<br
/>— Justement... pourriez-vous revenir demain ? Il serait moins intimidé.
Elle me prend au dépourvu, mais si cela doit les aider... pourquoi pas ?<br
/>— D’accord.
Je la sens soulagée, comme nous ne l’avions pas prévu, elle avait peur que je refuse. <br
/>— j’en parlerai à mon mari, mais je pense qu’il sera d’accord, nous en avions un peu parlé, sinon, je vous envoie un message s’il ne veut pas.
Elle se lève et m’embrasse sur le front. C’est inhabituel, mais j’apprécie. J’apprécie surtout qu’en se penchant vers moi son peignoir se soit écarté, dévoilant la mousse frisée de son pubis ; son passage rapide dans la salle de bain n’avait pas fait disparaître l’odeur sensuelle de son sexe mélangé à l’odeur de foutre... moi qui n’avais pas bandé pendant la séance, j’ai une érection brutale. Elle s’éloigne de moi et ses joues rosissent en découvrant que j’ai eu une vision rapprochée de son bas-ventre, mais elle ne fait pas un geste pour dérober son trésor à mon regard. J’apprécie.<br
/>— À demain me dit-elle.<br
/>— À demain, je connais le chemin, je viendrai directement.
En partant, je me retourne pour lui faire un signe de la main, elle me sourit et me fait un petit signe d’une main, l’autre tenant pudiquement son peignoir.
Il me tarde d’être à demain.

2 Commentaires

  • Histoire prometteuse, j espère que la suite sera beaucoup plus sensuelle et erotique ,,, au plaisir de vous lire de nouveau et vivement demain !

  • Voilà une histoire qui n’est pas banale, mais il parait que beaucoup de couples aiment qu’on les regarde faisant l’amour. Un peu frustrant pour toi je pense. Perso je suis comme toi, je ne regarde plus de film X depuis bien longtemps. Et Christel n’a jamais aimé ça. C’est un peu comme remplir son chariot en grande surface puis le laisser sans rien acheter, Lol.
    André

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription